Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Coup de chaud : le réchauffement des océans est bien plus important que ce que l'on croyait

Les scientifiques ont découvert que les océans se réchauffent à une vitesse beaucoup plus rapide que ce qu'ils pensaient. Les conséquences sont nombreuses tant pour la faune et la flore que pour les êtres humains.

Alerte rouge

Publié le - Mis à jour le 20 Mars 2017
Coup de chaud : le réchauffement des océans est bien plus important que ce que l'on croyait

Atlantico :Selon un article du Washington Post, le réchauffement des océans est beaucoup plus brutal que ce que l'on pensait. Quel constat pouvons-nous réellement faire de la situation ? Comment quantifier concrètement ce phénomène ? 

Nicolas Imbert : Le GIEC, le groupe d'experts qui travaille sur le climat, est en train de réaliser un rapport sur l'océan et la cryosphère, l'océan et les pôles. Ce rapport n'est pas encore définitif, mais ce que l'on observe au travers de certaines fuites issues des universitaires assez prestigieux et des travaux préliminaires, c'est que le niveau de l'océan augmente beaucoup plus rapidement que prévu et les effets liés à son réchauffement (acidification, évolution des espèces géographiquement) est beaucoup plus drastique que prévu.

Tout conduit à penser qu'on a une augmentation du dérèglement climatique au niveau de l'océan. 

Aujourd'hui, on a des effets qui sont mal connus et mal cartographiés au niveau de l'Antarctique sur lequel on soupçonne que la fonte des glaces va plus vite que prévu. On sort des modèles linéaires, des évolutions, telles qu'elles étaient cartographiées et anticipées jusqu'à maintenant. On a un deuxième élément qui concerne les zones tropicales et les récifs coralliens sur lesquels on s'aperçoit qu'un grand nombre de récifs sont en train de s'appauvrir ou de mourir. On remarque qu'on a à faire à un changement de biodiversité qui s'opère. Enfin, il y a une inconnue dans les zones tempérées et en Europe. Les phénomènes climatiques s'accélèrent et font plus de dégâts. Les plans de vigilance ont du mal à suivre l'évolution de la situation des océans. 

On est en attente du rapport du Giec afin de pouvoir donner des éléments plus précis qui vont pouvoir nous fournir un consensus scientifique. Les chiffres qui faisaient référence depuis la COP 22 indiquaient que l'on était plus près de la borne haute de 3 degrés plutôt que les 2 degrés annoncés initialement à l'horizon 2050. Les scientifiques tablaient sur une évolution du niveau des mers d'un mètre. Un mètre met déjà en danger de nombreuses îles du Pacifique et y impacterait environ 200 000 habitants, et au Bangladesh un mètre mettrait à risques environ 20 millions d'habitants. Les phénomènes observés sur l'Antarctique et l'Arctique nous laissent à penser que les dommages, tels qu'ils sont opérés, seront plus importants demain que ce qu'indiquaient nos prévisions. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jipebe29 - 20/03/2017 - 11:12 - Signaler un abus Encore des prophéties aussi cataclysmiques que surréalistes

    Le niveau des océans monte sans accélération de 1,5 mm/an et sans corrélation avec les évolutions du taux global de CO2 atmosphérique (la part anthropique n'étant que de 5% selon le rapport AR5 du GIEC, page 471, figure 6.1 http://imagesia.com/echanges-co2_10hg0 ). Voici le lien pour les évolutions des niveaux océaniques : http://www.climate4you.com/

  • Par jipebe29 - 20/03/2017 - 11:19 - Signaler un abus Addendum au commentaire précédent

    A la fin de la dernière glaciation, les océans sont montés d’environ 120 m, puis cette montée a continué, mais doucement, à raison de quelques mm/an. Depuis plus de 200 ans, selon les mesures des marégraphes, le niveau des océans continue à monter régulièrement, sans accélération, de 1,5 mm/an et sans corrélation avec les évolutions du taux global de CO2 atmosphérique (la part anthropique n'étant que de 5% selon le rapport AR5 du GIEC, page 471, figure 6.1 http://imagesia.com/echanges-co2_10hg0 ). Voici le lien pour les évolutions des niveaux océaniques : http://www.climate4you.com/ , onglet « oceans », sea level from tide gauges

  • Par jipebe29 - 20/03/2017 - 11:25 - Signaler un abus Delirium carbonum

    La seconde page de cet article n'est qu'un ramassis de prophéties à la Madame Soleil, mais toujours dans le sens du plus terrrrrifiant. Car enfin, il faut bien faire peur aux citoyens pour qu'ils acceptent les mesures drastiques et fort onéreuses pour lutter contre un réchauffement aussi improbable qu'imaginaire, porté par des projections de modèles numériques qui ne cessent de se planter depuis belle lurette.

  • Par jipebe29 - 20/03/2017 - 11:30 - Signaler un abus Fantasme vs réalité

    Fantasme idéologique : « un grand nombre de récifs sont en train de s'appauvrir ou de mourir » Réalité : https://climatism.wordpress.com/2016/06/10/dying-reef-actually-growing/

  • Par jipebe29 - 20/03/2017 - 11:46 - Signaler un abus La doxa réchauffiste est fort

    La doxa réchauffiste est fort embêtée par le non-réchauffement global depuis 2001 : http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2001/to:2015/trend/plot/rss/from:2001/to:2015/trend/plot/uah6/from:2001/to:2015/trend (L’année 2016, perturbée par un El Nino très intense, est sortie de la tendance lourde). Il faut donc trouver une explication car, si les citoyens s’apercevaient qu’ils ont été roulés dans la farine, cela poserait problème pour continuer de les plumer. On nous a déjà fait le coup de la chaleur cachée au fond des océans. http://www.contrepoints.org/2013/10/15/142693-il-faut-donner-le-prix-nobel-de-physique-au-giec A présent, on nous parle de réchauffement océanique plus rapide que prévu, mais la source en est la NOAA, qui a trafiqué les mesures pour les rendre plus élevées. Bref, encore un article creux, qui ne présente aucun intérêt, si ce n’est de montrer la panique qui gagne les idéologues de la Sainte Eglise Réchauffiste à cause des caprices de Dame Nature, qui se moque de leurs modèles numériques et de leurs prophéties, et à cause de la trumpitude, qui fait le ménage à l’EPA, à la NOAA, à la Nasa et au ministère de l’énergie...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Imbert

Nicolas Inbert est directeur exécutif de Green Cross France et Territoires.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€