Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chaussures pour hommes : les meilleures marques 2015-2016 (Partie 4)

Comme chaque année, Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne et fondateur du magazine en ligne Parisian Gentleman propose l’une des sélections de souliers masculins les plus complètes et le plus détaillées disponible sur le web, classée par gammes de prix. Aujourd’hui la quatrième partie : les chaussures en dessous de 500 euros.

Atlantico chic

Publié le
Chaussures pour hommes : les meilleures marques 2015-2016 (Partie 4)

La sélection complète et détaillée (33 marques) est disponible sur Parisian Gentleman.

FITZPATRICK FOOTWEAR

Le « Shoe Snob » est-il en train de réussir son pari ?

Prix moyen : 460 euros

JFITZPATRICKFOOTWEAR.COM

Malgré une Livre Sterling qui pénalise grandement les chausseurs britanniques pour leur business en dehors du Royaume-Uni, notre camarade Justin Fitzpatrick (aka le « Shoe Snob ») continue son ascension irrésistible sur le marché et propose désormais une gamme de souliers digne de maisons beaucoup plus anciennes et beaucoup plus importantes.

Ayant été parmi les tous premiers chez PG à croire en l’aventure de Justin (avec, notons le, Tony Gaziano qui a toujours fait preuve d’une grande bienveillance à l’endroit de Justin durant ses années d’apprentissage lorsqu’il patinait infatigablement des souliers chez Gieves and Hawkes le jour et qu’il fabriquait des souliers la nuit, pour s’entrainer), nous ne pouvons que nous réjouir de son succès qui semble se confirmer saison après saison, avec des gammes de plus en plus raffinées, des modèles de plus en plus sophistiqués et une qualité globale en net progrès.

Ayant enfin réalisé le « cut » dans son propre pays (nous rappelons que Justin est Américain) avec un trunk-show chez Leffot à New York (après bon nombre d’autres dans le monde entier) il reste maintenant à Justin Fitzpatrick à concrétiser son rêve initial avec l’ouverture d’une boutique en propre ou, à tout le moins, avec une présence plus importante dans des lieux de vente physiques, sa concession chez Timothy Everest à Spitalfields étant pour le moins excentrée.

Une belle aventure et, surtout, de biens beaux souliers dessinés et conçus par un entrepreneur tenace et d’une honnêteté désarmante. Une valeur qui devient de plus en plus sûre du marché.

++ : Des designs innovants, une belle qualité globale et une démarche honnête.

— : Une présence physique encore très faible, même à Londres.

 

 

CAULAINCOURT

La petite maison parisienne qui monte…

Prix moyen : 465 euros

CAULAINCOURT.PARIS

Fondée il y a quelques années par Alexis Lafont, un authentique passionné de souliers masculins, la maison Caulaincourt est incontestablement l’un des succès français de ces dernières années avec, en l’espace de peu de temps, l’ouverture de trois boutiques en propre (dont la dernière Avenue Victor Hugo) et l’ouverture, encore plus récente, d’une jolie boutique en ligne dédiée à la marque.

La raison de ce succès est simple : les souliers Caulaincourt sont beaux, bien construits et relativement abordables au vu de la qualité, très constante, délivrée. Fabriqués majoritairement en France (dans le Maine et Loire près de Saumur), les créations maisons sont raffinées, sophistiquées et fines, sans pour autant être trop longues, ce qui est parfois le pêché des fabricants transalpins.

Différents types de montages sont proposés (GY, Blake, Bolonais) et la gamme des modèles est vraiment séduisante avec, notamment, des boots bi-matière de toute beauté (qui ont permis à la marque de se faire grandement remarquer sur la toile).

Le MTO maison est également remarquable puisque, pour faire court, tout est quasiment possible (changement de montage, de cuir, de patronage) pour des suppléments de tarifs très raisonnables par rapport au prêt-à-porter (compter 150 euros en moyenne).

Incontestablement la maison parisienne qui monte…

+++ : De la qualité, de la personnalité, de la constance et des gammes vraiment séduisantes.

— : Peu de points faibles, vraiment.

 

BARBANERA

Un peu de rock and roll, un peu de moto et beaucoup de style

Prix moyen : 480 euros

BARBANERASHOES.NET

Lancée en 2011 et formée de deux fratries, dont les frères Guardi, Barbanera est une nouvelle marque de souliers italiens fabriqués dans une petite usine en Toscane et qui jouit déjà d’une belle notoriété grâce, notamment, à la personnalité indéniable (et furieusement séduisante) de certains de leurs modèles phares : le Gatsby, un soulier de type spectator revisité à la mode Barbanera, le Jerry Lee, un soulier hybride, derby boucle avec frange amovible ou, encore la superbe riding boot Ruskin, semblant tout droit sortie d’un film de James Dean et que, chez PG, nous aimons beaucoup.

Le style Barnabera c’est un joyeux fourre-tout composé d’origines italiennes, de passion pour la moto, de rock’n’roll (Sergio Guardi était, il y a encore peu de temps, un bassiste de rock professionnel) et d’une approche du design décomplexée et décontractée.

L’une des vraies belles découvertes de cette sélection 2015 et une jeune maison prometteuse à suivre de près.

++ : Des souliers à forte personnalité et une belle qualité globale.

— : Encore difficile à se procurer à cause d’une distribution encore très confidentielle et des délais de livraison encore aléatoires.

 

TRICKER’S

Tout change sur le marché, rien ne change chez Tricker’s

Prix moyen : 490 euros

TRICKERS.COM

Fondée en 1829, Tricker’s est l’une des plus anciennes manufactures de fabrication de souliers de la région de Northampton.

Hormis le problème, actuel, du cours déraisonnable de la Livre Sterling, notre review de 2014 de Tricker’s est toujours parfaitement d’actualité :

Chez Tricker’s, comme chez Grenson et consorts, pas de manières, pas de formes fuselées ni d’effets de style sur les patronages : les modèles sont simples, les formes rondes et classiques et le tout respire la qualité et la solidité. Comme beaucoup d’amateurs de Trickers, j’ai un (gros) faible pour les brogues de campagne (country brogues) maison dont le génial modèle Bourton ci-dessus, un soulier très agréable à porter et d’une solidité incroyable.

Evidemment, tout est fabriqué dans la manufacture maison qui fabrique par ailleurs bon nombre de produits  pour d’autres marques.

Une maison très respectable et dont la boutique de Jermyn Street reste un « must see » pour tout amateur de belles chaussures anglaises.

++ : Des beaux souliers bien fabriqué et solides, des country brogues fabuleux !

— : Des formes rondes et globalement peu attractives.

La sélection complète et détaillée (33 marques) est disponible sur Parisian Gentleman.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€