Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le blog "Bonne Gueule" vient d’ouvrir sa première boutique à Paris

Ou comment deux jeunes entrepreneurs viennent révolutionner la vente de vêtements masculins et apporter aux clients de France et de Navarre une qualité de service unique. Un exemple et une réussite à suivre. Par Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne.

Atlantico chic

Publié le
Le blog "Bonne Gueule" vient d’ouvrir sa première boutique à Paris

Le blog "Bonne Gueule" vient d’ouvrir sa première boutique à Paris. Crédit Reuters

Alors que nos camarades de Bonne Gueule viennent tout juste d’ouvrir leur première boutique physique à Paris, je ne peux m’empêcher de penser à mon grand ami Philippe Bloch (le célèbre auteur du Best-Seller "Service Compris" et de nombreux autres ouvrages savoureux, aujourd’hui chroniqueur sur BFM et animateur de télévision) qui commençait invariablement ses conférences (toujours enthousiasmantes) par la même citation anonyme, issue de la sagesse chinoise :

"L’homme qui ne sourit pas, ne doit pas ouvrir boutique."

Cette petite pensée, en apparence inoffensive et simpliste, est pourtant, à mon humble avis, l’un des fondements principaux du formidable succès que connaissent, depuis leur lancement, Geoffrey Bruyère, Benoit Wojtenka et l’équipe de Bonne Gueule, aujourd’hui composée de 22 personnes.

Car Bonne Gueule, au delà d’un "business model" original et visionnaire, au-delà d’une gestion exemplaire de la relation-client, au-delà de l’honnêteté totale de la démarche, au delà même de la création de l’une des plus belles (et des plus fidèles) communautés sur l’internet, c’est d’abord et avant tout un état d’esprit qui vient transformer, bousculer, secouer, voire révolutionner l’un des problèmes majeurs de notre pays : la pauvreté du service et du conseil apportés aux clients.

Philippe Bloch, toujours lui, est d’ailleurs devenu célèbre avec l’une de ses conférences dans laquelle il expliquait, sans sourciller, que la gentillesse (un mot formidable et précieux ayant lentement glissé, dans nos civilisations occidentales, vers un sens aujourd’hui largement péjoratif) ne faisait pas partie de l’ADN des Français.

Pour cela il prenait l’exemple d’une situation dont il avait été le témoin à New York au début des années 80 : un homme, en apparence peu argenté, voyant qu’un agent de la circulation était sur le point de verbaliser une luxueuse voiture à cause d’un ticket de parcmètre périmé de quelques minutes, se précipita sur ledit parcmètre pour y insérer un quarter (25 cents) et ainsi éviter la contravention. Philippe Bloch, ayant lui-même été témoin de la scène, ne pu retenir un"eh bien dites moi, il était moins une avant que votre voiture ne reçoive une contravention".

L’homme lui répondit avec un sourire : "Ce n’est pas ma voiture et j’ignore à qui elle appartient. Mais j’en ai tellement marre de ces contraventions injustes que je suis content d’en avoir évité une au propriétaire de cette belle voiture"… Philippe Bloch a tellement été marqué par cette situation, qu’il l’a ensuite racontée pendant des décennies au début de chacune de ses (nombreuses) conférences en expliquant qu’en France, une telle situation était tout simplement impossible, surtout pour une voiture luxueuse…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par scrat75 - 04/07/2015 - 07:27 - Signaler un abus ils ont tout compris

    Je bosse dans la grande distribution. Une chose est certaine pour moi et depuis très longtemps ! Quand un client me demande un renseignement, la première chose que je fais c'est de le regarder bien dans les yeux et le saluer respectueusement en pensant très sincèrement " je suis heureux de vous rencontrer " Il y a une sorte de magie qui opère à ce moment là !!!!! Le client devient lui aussi très sympa. Tout ça pour en arriver à une conclusion simple.... Que je lui vende ou non quelque chose n'est pas le souci pour moi. Ce sentiment de plaisir que j'ai ressenti à être aimable avec lui me donne une énergie incroyable pour continuer ma journée de travail. Ce n'est malheureusement pas le cas de 80% de mes collègues. Quand vous les entendez parler des clients à la cafétéria vous comprenez vite qu'ils se pourrissent la vie inutilement en les méprisant continuellement .....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€