Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des doutes sur les banques

A court-terme les problèmes n’ont pas disparu. Le cercle vicieux enclenché entre pétrole, doute sur la croissance, problématique d’endettement et la Chine ont maintenu la pression sur les marchés depuis plusieurs semaines.

Atlantico Bourse

Publié le
Des doutes sur les banques

Nouvelle semaine difficile sur les marchés…malgré le rebond de fin de semaine. Les facteurs de risques restent les mêmes, heureusement le discours volontariste de Mario Draghi a permis aux marchés de respirer un peu. Fondamentalement à court-terme les problèmes n’ont pas disparu. Le cercle vicieux enclenché entre pétrole, doute sur la croissance, problématique d’endettement et la Chine ont maintenu la pression sur les marchés depuis plusieurs semaines.

Comme nous l’écrivons depuis plusieurs semaines, sans être naïf sur les risques à court-terme, nous n’écoutons pas les éternels pessimistes qui prévoient le pire depuis plusieurs années : rappelez-vous ceux qui prédisaient la fin de l’Euro en 2011, une inflation massive en 2009 par exemple. En faisant abstraction des avis trop extrêmes, nous cherchons à profiter de la période actuelle pour investir dans des sociétés souvent trop chères en temps normal. Nous agissons pour nos clients comme pour notre propre épargne et notre enjeu en ce moment est de déterminer pour chaque entreprise si sa valorisation correspond à un simple incident de marché ou si elle reflète une situation structurellement dégradée.

Un marché stressé est propice à une somme de « bruits » négatifs qui peuvent entraîner indistinctement tout un secteur à la baisse or la sanction peut être totalement exagérée pour certaines valeurs du secteur. 

Depuis plusieurs semaines le secteur bancaire est sous pression. L’ensemble du secteur sous-performe le reste du marché et jeudi matin la baisse du secteur était proche de 20% depuis le début d’année ! Comme souvent des nouvelles qui auraient eu un impact modérément négatif en temps normal sont dévastatrices dans les semaines « chaudes ». Depuis quelques jours le flot de nouvelles a conduit à une très forte correction. Les Banques Italiennes et leurs créances douteuses, puis Deutsche Bank et ses pertes abyssales (supérieures aux pertes « Kerviel » pour situer l’ampleur du problème !) ont mis le feu aux poudres. Toutes les banques ont dévissé. Y a-t-il l’occasion de revenir sur une ou plusieurs banques Européennes en ce moment ?

Notre réponse est simple : Nous ne vendons pas nos positions mais nous ne complétons pas non plus. Il y a mieux à faire ailleurs selon nous.

Il y a plusieurs raisons pour expliquer cet avis.

·         Les banques elles-mêmes se plaignent en permanence des règlementation et contrôles qu’elles subissent. Il est  clair que leurs marges et leur capacité d’action en souffrent…mais les coûts de renflouement pour les contribuables ont été tels pendant la dernière crise que la pression des états et des instances de supervision ne vont pas aller en diminuant.

·         La conjoncture européenne se redresse certes mais le nombre finalement encore important des banques fait que la concurrence reste forte. Les marges ne peuvent pas augmenter de ce côté là non plus.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€