Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pfizer, Abb Vie, Merck ou Sanofi ont vu leur titres en bourse reculer : les temps sont durs pour la "pharma"

Il nous semble qu’il faut s’armer d’un peu de patience avant d’acheter ou compléter pour ceux qui sont déjà investis. En effet le secteur va être sous pression du fait de la politique de Donald Trump. Cette pression ne devrait pas aller au-delà du raisonnable et mettre le secteur en péril mais certaines entreprises se payent aujourd’hui sur des multiples un peu trop élevés compte tenu des incertitudes.

Atlantico Bourse

Publié le
Pfizer, Abb Vie, Merck ou Sanofi ont vu leur titres en bourse reculer : les temps sont durs pour la "pharma"

Sur le facteur de valorisation Sanofi est un bon candidat : En effet le titre bénéficie d’une bonne visibilité sur ces résultats et se paye 12 fois ses résultats prévus en 2017 avec un risque américain moindre que des Pfizer ou des Merck.

En milieu de semaine, les entreprises de pharma ont une nouvelle fois nettement reculé : Pfizer, Abb Vie, Merck ou Sanofi ont reculé de 2 à 3%. Le secteur est sous pression depuis de longs mois en bourse mais mercredi c’est D.Trump (une fois n’est pas coutume) qui déclenchait cette nouvelle baisse.

Pendant la campagne américaine, le sentiment des investisseurs étaient que "Clinton" était négatif pour les entreprises de pharma  et que "Trump" était positif.

La surprise du 8 novembre permettait ainsi au secteur de s’offrir un petit rebond…. Le rebond a été cassé par les propos de D.Trump dans Time Magazine : il affirme que les prix des médicaments, trop élevés, doivent baisser.

Le jour de ces déclarations l’indice de la santé a baissé de 1.9% et l’indice des biotech s’est offert une baisse de 3.6%. Que faire aujourd’hui sur ce secteur ? Après une très forte hausse depuis la crise de 2008, l’indice pharma a commencé à baisser depuis ses plus hauts de 2015. Faut-il acheter dès maintenant ?

Il nous semble qu’il faut s’armer d’un peu de patience avant d’acheter ou compléter pour ceux qui sont déjà investis. En effet le secteur va être sous pression du fait de la politique de D.Trump. Cette pression ne devrait pas aller au-delà du raisonnable et mettre le secteur en péril mais certaines entreprises se payent aujourd’hui sur des multiples un peu trop élevés compte tenu des incertitudes. Ainsi Bristol Myers ou Merck se paye 18 et 15 fois respectivement leurs résultats attendus pour 2017.

Ceci nous paraît trop cher ;  pas de précipitation donc pour investir sur ces entreprises. Le facteur clé pour éventuellement investir sur une valeur est la qualité de son innovation. C’est le point déterminant de sa capacité à garder un pouvoir de négociation sur les prix.

Sur le facteur de valorisation Sanofi est un bon candidat : En effet le titre bénéficie d’une bonne visibilité sur ces résultats et se paye 12 fois ses résultats prévus en 2017 avec un risque américain moindre que des Pfizer ou des Merck.

Pourtant le titre connait un parcours médiocre ces derniers mois. Conscient de la problématique d’innovation, indispensable pour développer et se valoriser, Sanofi envisagerait de faire une proposition d’achat sur Actelion. Ce laboratoire indépendant Suisse a développé des médicaments pour les maladies pulmonaires. Sanofi comme ses concurrents souffre de ce type de d’acteurs, plus petits, plus mobiles, spécialisés sur des traitements très pointus. Gilead avec son traitement contre l’hépatite C a réussi à se hisser au 7e rang mondial en quelques années….Sanofi reculant au 11e rang contre 4e il y a 10 ans…

Sachant que L’introduction d’un médicament générique peut absorber 80% des ventes… et des recettes d’un médicament, on comprend que Pfizer ou Valeant se soient engagés dans des politiques d’acquisition de laboratoires indépendants. De son coté, Sanofi va avoir néanmoins fort à faire (et devra payer le prix) pour acquérir Actelion. La concurrence est rude car Johnson et Johnson est déjà à la manœuvre. Et surtout Actelion a affiché sa volonté de rester indépendant.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€