Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand la plongeuse se passe des secondes et quand la mère Noël joue les pin-ups: c’est l’actualité des montres quand se profile l’hiver…

Mais aussi une étoile qui fait semblant d’être brutale, une règle à calcul qui sait compter, la sobriété d’un torpilleur en mission et des prix moyens démentiels…

Atlantic-tac

Publié le
Quand la plongeuse se passe des secondes et quand la mère Noël joue les pin-ups: c’est l’actualité des montres quand se profile l’hiver…

Plus précieusement vintage dans un nouveau minimalisme qui rassure les nouvelles générations, tu meurs !

ULYSSE NARDIN : Une ancre de marine dont la disparition rassure…

Hier un peu malade de langueur, la manufacture suisse Ulysse Nardin s’est offert un président jeune et sportif, formé à l’école de la montre chez TAG Heuer, mais aussi au marketing de nouvelle génération chez Apple, où il avait piloté le lancement marketing de la fameuse Apple Watch, montre déjà vendue à une cinquantaine de millions d’exemplaires (en trois ans !). Ce CEO, Patrick Pruniaux, nous propose une montre, la Marine Torpilleur Military, pour encoder les nouvelles impulsions qu’il veut donner à la marque : tendance de la saison oblige, on est dans le goût vintage[les chiffres sont déjà ivoirés], dans l’inspiration historique[la montre est plus ou moins influencée par un ancien « chronomètre de marine », ces montres de poche qui étaient des instruments indispensables aux capitaines d’avant la radio et les GPS], dans le style militaire [cadran ultra-lisible, boîtier de 44 mm mat et subtilement grainé, marquage « réglementaire » rouge, etc.] et dans l’air du temps qui en revient au minimalisme [trois aiguilles en toute simplicité formelle].

Les initiés auront noté la simplification du logo, qui se trouve débarrassé de son ancre de marine et la volonté d’épurer la montre pour souligner l’essentiel de sa force – à savoir la pureté rassurante de son design. De quoi séduire les nouvelles générations, surtout à moins de 8 000 euros avec un mouvement mécanique « manufacture » (fait maison) et une gravure nautico-martiale au verso (ci-dessous). Plus direct, plus sobre, plus efficace, plus séduisant : c’est le nouveau message d’une manufacture à nouveau droit dans ses bottes – d’uniforme, bien sûr !

 

HEDERA : Précieuses plongeuses…

Regardez bien la montre ci-dessous et ses pierres scintillantes : c’est (presque) une vraie montre de plongée, à laquelle il ne manque que l’aiguille des secondes pour être parfaitement réglementaire ! En fait, si la lunette tournante graduée fonctionne et pourrait donc parfaitement décompter des temps de plongée et de palier, elle sert surtout de prétexte à une animation graphique qui dessine de nouvelles perspectives joaillières – dans l’esprit « La technique au service de l’esthétique ». En titane pour la légèreté, ou en or pour le bling-bling, avec plus ou moins de pierres serties, dans toutes les couleurs imaginables, cette Cyclades s’impose comme la fantaisie subaquatique par excellence, pour les grands filles très gâtées qui ne veulent pas s’en laisser compter par les grands garçons qui leur proposent de sauter dans le grand bain. Notez bien le nom de cette nouvelle maison : Hedera (c’est le nom latin du lierre) – vous la retrouverez bientôt autour de bien des poignets célèbres, sur les tapis rouges et dans les pages chics de la jet-set…

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tapio - 11/11/2017 - 17:40 - Signaler un abus C'est l'histoire de la plongeuse ...

    ... qui peut se passer de la trotteuse, dans la célèbre série en "...euse ...". Moi-même, pour ma part, personnellement, et en ce qui me concerne, je n'utilise que des montres gratuites (offertes pour un oui ou pour un non avec des abonnements, des commandes diverses) depuis des décennies. Et vous savez quoi ? Elles montrent l'heure ! Je sais, c'est pas juste, le monde est cruel.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€