Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les milléniales se piquent de mécanique et quand les milléniaux se passent de marques : c’est l’actualité des montres à l’heure de la Chandeleur

Mais aussi des toiles d’araignée derrière le squelette, le robot mécanicien qui est passé du côté obscur de la Force, la montre qui se prenait pour une pièce de vingt centimes et le lion d’or qui protège une horloge de cristal…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les milléniales se piquent de mécanique et quand les milléniaux se passent de marques : c’est l’actualité des montres à l’heure de la Chandeleur

GIRARD-PERREGAUX : Pour l’amour des femmes contemporaines…

À quoi ressemblait le plus féminin des chronographes mécaniques présentés pendant la récente Wonder Week genevoise ? Indubitablement à la jolie Laureato présentée par Girard-Perregaux en 38 mm, avec un mouvement « manufacture » et beaucoup de glamour dans la rigueur métallique de ses lignes subtilement profilées et anglées. Récemment restylée et modernisée, la ligne Laureato a su redevenir « iconique » : son bracelet intégré dans le boîtier n’y est pas pour rien, de même que les maillons satinés ou polis en alternance et le martelage « Clou de Paris » de son cadran aux index et aux aiguilles cernées de touches bleuies.

La volonté statutaire d’un tel chronographe féminin est évidente, de même que l’ambition de séduire les jeunes femmes de la nouvelle génération, qui ne veulent plus des montres chichiteuses de leurs mamans, mais qui exigent des pièces contemporaines,chic, élégantes et surtout tout-terrain. En calant son prix sous les 14 000 euros, Girard-Perregaux prouve que les manufactures suisses aiment les femmes – du moins quand elles font l’effort de s’intéresser à ce que veulent vraiment les clientes d’aujourd’hui…

 

H. MOSER & CIE. : Plus millénial chic, tu meurs…

Quelle est la ressemblance frappante entre deux montres signées H. Moser & Cie. ? C’est tout simplement qu’elles ne sont pas… signées ! La jeune maison H. Moser & Cie., qui a repris les traditions et le nom d’une ancienne manufacture suisse née à Schaffhouse, sur les bords du Rhin, pratique avec allégresse – et audace – le « no logo » : pas la moindre mention de quoi que ce soit sur le cadran, dont le style « fumé » d’un ton très spécial se suffit à lui-même pour identifier la marque et la montre. C’est plus chic et c’est très générationnel pour ne faire savoir qu’aux initiés qu’on appartient au club ultra-sélect des amateurs de H. Moser & Cie. – accessoirement, c’est aussi très élégant, ce discret boîtier de 39 mm en or blanc s’offrant le luxe supplémentaire d’un bracelet brut de tannerie en koudou (antilope africaine). Les milléniaux en rêvaient : la jeune équipe de H. Moser & Cie. la fait…

RJ-ROMAIN JEROME : Un mouvement plein de toiles d’araignée…

À quoi pourrait ressembler une montre suisse qui ne se prendrait pas au sérieux, tout en relevant très sérieusement de l’univers haut horloger ? On en aurait un bon exemple avec la nouvelle « Spider-Man » de RJ-Romain Jerome, qui rend hommage au super-héros arachnoïde. Au centre du cadran, l’araignée emblématique de la plus agile des créatures nées dans les comics américains. Toute l’astuce a ensuite consisté à recréer un mouvement mécanique dont les nervures évoquent la toile d’araignée, imaginée dans la transparence, sans toucher aux fonctions de ce mouvement qui donne l’heure avec une impeccable régularité. Au verso de la montre, on retrouve ce motif en toile d’araignée métallisée sur le fond saphir qui dévoile l’envers du mouvement. On peut parler ici de « squelettage figuratif » et c’est la première fois que l’horlogerie honore ainsi les… toiles d’araignée ! Évidemment, on est un peu dans le caprice pour grand amateur très gâté (le prix de ce boîtier de 48 mm doit se situer dans les 20 000 euros), mais le spectacle au poignet est garanti : c’est la talking piece par excellence – celle qui fait causer à deux ou trois tabourets de bar de distance…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€