Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l’Élysée encourage la montre tricolore et quand l’art de la fugue se décline en français : c’est l’actualité des montres aux ides de Mars

Mais aussi la passion des chiffres pour un anniversaire en couleurs, le style latino-pop d’un nouveau sport chic, le fétiche pétrolier du King of Cool et les six chiffres au poignet des milliardaires qui vont au marché…

Atlantic-tac

Publié le
Quand l’Élysée encourage la montre tricolore et quand l’art de la fugue se décline en français : c’est l’actualité des montres aux ides de Mars

Un goût de l’abondance ornementale et des volutes influencé par l’art populaire du fileteado argentin…

FRANCK DUBARRY : Une précieuse générosité décorative…

Pour l’édification des jeunes générations, rappelons que Franck Dubarry s’est rendu célèbre en inventant, à la fin des années 1990, des montres dont les diamants étaient sertis dans des boîtiers en silicone : il fallait oser et cela a fait le succès foudroyant de TechnoMarine, marque aujourd’hui à la dérive. Le même Franck Dubarry revient aujourd’hui sur le marché, avec sa propre marque, pour nous proposer une vision originale de ce que devrait être une montre contemporaine. Comprenez par là une montre à la fois chic et sportive, précieuse et technique, culturelle et identitaire. Cette Revolution Fileteado GMT en témoigne : elle tire son nom d’un courant artistique sud-américain, importé dans l’Argentine des débuts du XXe siècle par des immigrés italiens influencés par l’Art nouveau européen.

Un style fileteadosensible au souvenir des calaveras mexicains, cet art populaire qui intègre lui-même d’autres veines populaires d’inspiration artistique – on n’est plus très loin du pop art !L’abondance décorative et la générosité dans les volutes sont les marqueurs du style fileteado. À ce bagage « culturel » mis en évidence par la décoration de la montre, exécutée selon les techniques des métiers d’art européens (gravure, cloisonné et peinture miniature), on ajoutera les diamants et la nacre de la tradition joaillière, ainsi que le mouvement automatique suisse, qui indique par son aiguille rouge un second fuseau horaire. Il n’en faut pas plus pour créer des montres féminines qui ont de la personnalité…

SWATCH : Une amitié artistique en sept lustres…

On aurait tendance à l’oublier tant la marque s’est ancrée dans le paysage contemporain, mais la Swatch n’a jamais que trente-cinq ans cette année – ce qui est très jeune pour une rebelle horlogère dont personne ne pensait, en 1983, qu’elle serait autre chose qu’un éphémère feu de paille mercantile. Pour fêter cet anniversaire, Swatch a fait appel au créateur Ugo Nespolo, qui avait déjà signé quelques-unes des 200 éditions de Swatch « artistiques » réalisées depuis 1984. L’édition, qui porte sur son cadran le chiffre 35, ne sera évidemment limitée et numérotée qu’à 3 535 exemplaires. Pour cette nouvelle Swatch Art, qui célèbre aussi une amitié artistique, le peintre et sculpteur italien a donné libre cours à sa passion pour les chiffres, qu’il fait courir sur le bracelet et sur le cadran, avec ces touches chromatiques qui reprennent les « couleurs de l’année » définies pour 2018. Trente-cinq ans d’émotions esthétiques avec Swatch : qui l’eut cru ?

FUGUE : Une influence musicale pour mieux goûter le temps…

Dans la série des nouvelles « petites marques » françaises, il faut saluer la naissance de Fugue, maison placée sous le signe de la fugue musicale (un thème qui se répète de ton en ton sans perdre son identité) aussi bien que sous le symbole de la fugue comme évasion ou parenthèse. L’idée est de proposer, pour chaque montre, un « container » horloger (cadran et mouvement) qui vient se loger dans une carrure qu’on peut facilement changer, le bracelet lui-même venant compléter la palette des options possibles. Dans l’esprit de la fugue chère à Jean-Sébastien Bach, on a ainsi toujours la même montre sans avoir exactement la même esthétique. Chaque montre Chronostase [encore un nom qui arrêtele temps] est livrée avec deux carrures et deux bracelets, mais on peut s’en procurer d’autres (différents styles sont annoncés). La bonne surprise de ce concept de montre Swiss Made à mouvement automatique, dont le style affiche une volonté d’élégance à la française, reste son prix : moins de 1 300 euros pour une montre qui va évoluer quotidiennement au gré des humeurs et des émotions du jour…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€