Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les cosmonautes valsent en cathédrale et quand défilent les "heures gémellaires" : c’est l’actualité des montres en mode printemps

Mais aussi les ailes des nouvelles « machines musicales », le génie des nouveaux horlogers français, le frisson vintage des premiers vols orbitaux et la montre en bronze dont rêvait Blériot…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les cosmonautes valsent en cathédrale et quand défilent les "heures gémellaires" : c’est l’actualité des montres en mode printemps

OMEGA : Des pulsations dans l’espace…

On ne va pas réécrire l’histoire de la Speedmaster d’Omega, une des plus célèbres montres du XXe siècle [la seule à avoir officiellement été sur la Lune], modèle aujourd’hui plus que soixantenaire dont la vogue ne se dément pas. Remercions cependant Omega de nous restituer, dans une version très proche de l’originale, la référence CK 2998, entrée dans la légende horlogère au poignet de l’astronaute américain Walter Schirra, qui en portait une dans l’espace lors de sa mission Sigma 7 de 1962 (programme Mercury). C’était sa montre personnelle : la Speedmaster était à l’époque un chronographe très prisé par les pilotes militaires de l’US Air Force. Compteurs noirs du chronographe, aiguilles « Alpha », cadran argenté sablé, lunette contrastée (traitée à présent en céramique polie) à échelle pulsométrique – à l’époque, les amateurs pouvaient choisir entre quatre échelles de chronométrage (tachymètre, pulsomètre, décimale ou télémètre) : tout y est.

Seul changement notable pour cette édition limitée à 2 998 exemplaires, qui va combler tous ceux qui apprécient le style vintage : le mouvement est désormais automatique (le rapport qualité-prix reste très appréciable autour des 5 500 euros)…

Omega Speedmaster édition limitée

RESERVOIR : La touche française d’un nouvel esprit Mini…

Dans la série « Les nouvelles marques françaises ont du génie », Reservoir est une des épisodes les plus intéressants de ces derniers mois. On peut le vérifier avec cette Longbridge British Racing, hommage très français à la plus britannique des icônes automobiles, la Mini. La marque Reservoir se vouant à l’expression au poignet de l’imaginaire automobile (cadran en compte-tours avec une réserve de marche par guichet de style jauge de réservoir), cet hommage était on ne peut plus naturel. Il est surtout d’une vraie élégance – y compris le clin d’œil au tableau de bord des Mini qui affichait lui aussi, comme le cadran de la montre, deux lumières rouge et bleue (les deux cabochons de part et d’autre de l’heure sautante). On s’y croirait. Fabrication suisse pour la qualité générale [mine de rien, cette aiguille des minutes qui revient à zéro à chaque heure est une performance technique insoupçonnée], mais french touch pour le style autant que pour le prix, contenu sous les 3 800 euros : c’est l’esprit Mini !

JACOB & CO : L’harmonie des grands espaces…

La collection Astronomia s’est installée dans le paysage horloger avec une spectaculaire mécanique qui fait tourner, au poignet, sous un dôme de verre saphir, une mécanique complexe : on y reconnaît un tourbillon qui tourne lui-même sur trois axes en même temps qu’il orbite autour du cadran, une Terre sphérique en rotation sur elle-même et un affichage très original des phases de la lune grâce aux 288 facettes d’un diamant pour moitié blanc et pour moitié noir ! Sans parler d’un mini-astronaute satellisée autour du cadran, dans le style Gravity. Ce festival de haute mécanique ne serait pas complet sans un dispositif qui fait sonner les heures, les quarts et les minutes à la demande, avec trois marteaux qui viennent frapper les timbres qui encerclent le dôme : réverbérée dans cet espace, la puissance sonore de ce carillon « cathédrale » est stupéfiante. Vrai caprice de milliardaire émergent, cette Astronomia Maestro reste cependant d’une stricte orthodoxie horlogère suisse : il faudra malheureusement compter sur plus d’un demi-million d’euros – le prix d’un bon appartement à Paris – pour avoir le privilège d’écouter cette musique mécanique…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€