Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manuel Valls : "Le voile n’est pas un phénomène de mode, c’est un asservissement de la femme"

Pour le Premier ministre, "la question du voile à l’université est posée."

Avis tranché

Publié le
Manuel Valls : "Le voile n’est pas un phénomène de mode, c’est un asservissement de la femme"

Dans un débat qui déchire la gauche, Manuel Valls muscle son discours. Présent lundi soir, au théâtre Dejazet, à Paris, en conclusion d’un colloque de réflexion, le Premier ministre a pleinement assumé la ligne dure du gouvernement en matière de laïcité, s'opposant à celle d'une autre partie de la gauche, qui prône plus de souplesse dans son application. Le chef du gouvernement a d'abord rendu hommage à Elisabeth Badinter, qui s'est engagée contre la "mode islamique" mais il a aussi donné son avis tranché sur le voile : "le voile n’est pas un phénomène de mode, c’est un asservissement de la femme, la revendication d’un signe politique" a-t-il expliqué, précisant que la question du voile à l’université est posée."

Manuel Valls va même plus loin, lorsqu'il évoque la présidentielle de 2017 : "bien sûr, il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel, c’est la bataille culturelle et identitaire" explique-t-il, tranchant ainsi avec la ligne classique du parti socialiste.

Selon lui, il faut "un sursaut, sinon c’est la réponse totalitaire, autoritaire qui s’imposera."

Interrogé sur son combat contre le salafisme et les relations de la France avec des pays comme l'Arabie Saoudite ou le Qatar, Manuel Valls a de nouveau fait preuve de pragmatisme. "J’assume cette part de contradiction parce que je gouverne, nous ne pouvons pas laisser tomber ces pays" se justifie-t-il. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 05/04/2016 - 11:54 - Signaler un abus Nouveaux coups de menton

    Quand un politicien dit "j'assume", traduisez "je m’assois dessus". Très bien de dire que le voile est un asservissement et que des questions sont posées: mais où sont les réponses ? Il y aurait donc une bataille identitaire à mener: à quand le ministère de l'identité nationale ? Valls prépare son positionnement d'après 17 pour conquérir le pouvoir en 22, et sa vision semble être : nationalisme, sécurité, anti-immigration et anti-islam. Pas très socialiste, tout ça : est-ce juste un affichage démagogique ou vire-t-il sa cuti ?

  • Par Lafayette 68 - 05/04/2016 - 12:36 - Signaler un abus @J'accuse

    Vos interrogations sont justes et justifiées .Où est la sincérité de Valls ?c'est toute la question . En moins que ce soient des sincérités successives donc le mensonge permanent. La dernière phrase est éloquente et me laisserait à penser qu'il manque tout simplement de courage et de profondeur d'analyse.

  • Par vangog - 05/04/2016 - 13:37 - Signaler un abus A quand l'interdiction effective du voile dans l'espace public?

    Valls-la-führer surfe sur la peur, mais tombe dans l'eau trouble du compromis foireux, dès qu'il aperçoit un barbu! Avec le front national au pouvoir, il n'y aura ni coup de menton, ni déclaration martiale, mais application de la loi française, purement et simplement, et tolérance zéro!

  • Par borissm - 05/04/2016 - 14:08 - Signaler un abus @J'accuse

    "A quand le ministère de l'identité nationale" ? Mais il y en a eu un ("de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale, etc..."), créé en 2007 avec Brice Hortefeux à sa tête, puis honteusement passé à la trappe devant les hurlements de la gauche ("...nauséabond, heures les plus sombres, etc.") et la lâcheté de la droite.

  • Par von straffenberg - 05/04/2016 - 14:33 - Signaler un abus La solitude du pouvoir

    Pour répondre à Lafayette je ne pense pas que Valls manque de courage bien au contraire je vais donc défendre le premier ministre qui réagit tardivement mais qui réagit face a un président et une majorité engluée dans leur incapacité notoire et surtout hostile a Valls .j'attends pour ma part des actes forts vis a vis de la radicalisation . Ne tirons donc pas sur le pianiste ....

  • Par 2bout - 05/04/2016 - 14:40 - Signaler un abus Une petite remarque, ...

    pour ceux qui l'aurait déjà oublié : "Selon lui, il faut "un sursaut, sinon c’est la réponse totalitaire, autoritaire qui s’imposera."". Alors question : c'est quoi l'Etat d'urgence et la loi renseignement ? Il faut bien sur une réponse commune et concertée.

  • Par cloette - 05/04/2016 - 15:04 - Signaler un abus Le voile

    n'est pas forcément asservissement de la femme qui le choisit librement , c'est le signe du début d'une do.ination d'une culture sur une autre . En régularisant en masse les clandestins qu'on laisse sur le territoire et qu'on embauche , clandestins et immigrès qui sont dans leur immense majorité musulmans forcément 20 ans après la population musulmane a grandi ainsi que ses revendications , leurs enfants nés ici sont français musulmans , et voilà leurs femmes aiment à se voiler car c'est une façon de revendiquer sa culture , elles ne sont pas forcément asservies , moins que les femmes indiennes loin de chez nous qui font de la GPA en cliniques usines .

  • Par AvecNS - 05/04/2016 - 16:25 - Signaler un abus Une fois qu'on a dit ça

    On fait quoi, Manuel ? C'est bien beau d'ouvrir les yeux de temps en temps et de lâcher une vérité qui dérange. Le tout est de ne pas se rendormir avant d'avoir réglé le problème.... Henri IV avait expulsé les jésuites qui menaçaient le royaume, virons les salafistes (même les soi-disant quiets) qui menacent la France.

  • Par Lafayette 68 - 05/04/2016 - 17:04 - Signaler un abus @von straffenberg

    Pourquoi pas ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€