Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le trou noir au cœur de la véritable histoire du 11 Septembre : mais que racontent les 28 pages consacrées à l'Arabie Saoudite et encore top secrètes de l'enquête du Congrès américain ?

C'est en tout cas ce qu'avance ce mardi The New Yorker qui se base sur un dossier de sécurité nationale dont une section de 28 pages intitulées "Découverte, discussion et récit concernant certains problèmes sensibles de sécurité nationale " a été censurée.

Révélations

Publié le - Mis à jour le 15 Septembre 2014
Le trou noir au cœur de la véritable histoire du 11 Septembre : mais que racontent les 28 pages consacrées à l'Arabie Saoudite et encore top secrètes de l'enquête du Congrès américain ?

L'Arabie saoudite serait impliqué dans les attentats du 11 septembre  Crédit Reuters

Treize ans jour pour jour après les évènements, de nombreuses zones d'ombres subsistent au-dessus des attentas du 11 septembre. Les attaques contre le World Trade Center et le Pentagone ont engendré une "guerre contre le terrorisme" qui demeure encore de nos jours (Barack Obama y fait notamment référence dans sa lutte contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie, ndlr). Mais obtenir toutes les informations (le pourquoi et le comment ces évènements ont lieu) semble illusoire. En effet, dès le lendemain des attaques, les services de la Maison Blanche ont classé secret-défense tout ce qui touche de près ou de loin à cette affaire. 

Il existe notamment un rapport d’enquête intitulé "Enquête conjointe sur les activités de la communauté du renseignement avant et après les attaques terroristes du 11 septembre 2001".

Mais selon des informations de The New Yorker, sur les plus de 300 pages de ce dossier, 28 pages d'une section "Découverte, discussion et récit concernant certains problèmes sensibles de sécurité nationale " ont été censurées.  En effet, selon George W. Bush la publication de ces pages "nuiraient aux diverses opérations menées par les renseignements américains" car elles "révèleraient nos méthodes et compliqueraient une éventuelle victoire dans la guerre que nous menons contre le terrorisme".

Mais à en croire l'hebdomadaire américain, il existe une raison plus officieuse : ce rapport top-secret prouverait l'implication de l'Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre.  "Il n'y a rien qui mettrait en danger la sécurité nationale" assure au New Yorker, Walter Jones, républicain et membre du Congrès de Caroline du Nord et qui a lu les pages manquantes. Et celui de certifier  qu'il s'agit bel et bien en réalité d'une section qui traite "des liens entre l'administration Bush et les Saoudiens". Stephen Lynch, démocrate et membre du Congrès du Massachusetts,  ne dit pas autre chose : "Ces 28 pages racontent une histoire qui a été entièrement retirée du rapport officiel sur le 11 septembre. Elles sont les preuves de l'appui du gouvernement saoudien dans ces attentats". Mais la question est de savoir à quel point la famille royale est impliquée dans cette histoire. C'est pourquoi  Jones et Lynch demandent  à l'administration Obama de déclassifier ces pages. 

Toujours selon The New Yorker, les Saoudiens ont eux aussi exigé une déclassification de ce dossier sensible. "28 pages issues d'un rapport sont utilisée par certains pour diffamer notre pays et notre peuple" a fait savoir le prince Bandar ben Sultan qui était à l'époque des attentats l'ambassadeur de l'Arabie saoudite aux Etats-Unis. Et celui-ci de poursuivre : "L'Arabie saoudite n'a rien à cacher. Nous pouvons débattre et nous défendre en public sur n'importe quel sujet mais nous ne pouvons pas parler sur des pages dont personne n'a accès". 

Mais qu'est-ce qu'il y a à l'intérieur de ces 28 pages si controversées ? A en croire le site Antiwar.com,  l'introduction de cette section est la suivante : “Par son travail, l’enquête conjointe a développé des informations suggérant des sources spécifiques de soutien étranger à quelques uns des pirates du 11 septembre alors qu’ils étaient aux Etats-Unis. L’examen de l’enquête conjointe a confirmé que la communauté du renseignement a aussi des informations, dont la plupart doit encore être indépendamment vérifiée, concernant ces sources potentielles de soutien. Dans leurs témoignages, ni les officiels de la CIA ni ceux du FBI n’ont été capable d’établir définitivement l’étendue d’un tel soutien pour les terroristes dans leur ensemble ou juste aux Etats-Unis, ou jusqu’à quel point, ce soutien, s’il existe, était intentionnel ou de nature accidentelle."

Pour le reste nous n'en saurons pas plus. Nous devons nous en fier à ce que racontent ceux qui ont lu le rapport en entier. C'est le cas de Walter Jones et voici son témoignage au site Antiwar.com : "J'ai été absolument choqué par ce que j’ai lu. (…) Ce n’est pas en lien direct avec la sécurité de l’Etat en soi ; il s’agit plus des relations que nous entretenons. L’information est essentielle pour que notre politique étrangère aille de l’avant et devrait donc être accessible au peuple américain. Si les pirates du 11 septembre ont eu une aide extérieure – particulièrement d’un ou plusieurs gouvernements – la presse et le public ont le droit de savoir ce que notre gouvernement a fait ou non pour amener les auteurs devant la justice."  "Un ou plusieurs gouvernements" assure-t-il. Et parmi eux, il y aurait donc l'Arabie saoudite. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/09/2014 - 10:56 - Signaler un abus Théorie de l'Avion

    Article absolument sans aucun intérêt, mais qui montre à ceux qui la connaissent pas, une des rares photos du Pentagone dans les minutes qui ont suivi le choc. Vous trouverez facilement sur internet un agrandissement qui montre l'évidence de l'orifice d'entrée du missile : arrondi, de la largeur de deux de ces petites fenêtres, à hauteur du premier étage. Pour nous expliquer la ''théorie de l'avion'' on nous demande d'imaginer qu'il ''a replié ses ailes comme un oiseau qui atterrit'' !!! Et les deux gros moteurs accrochés sous ces ailes ? De plus, pour avoir frappé à un niveau aussi bas, le gazon sur la photo devrait montrer la longue traînée de débris que l'avion aurait laissé en raclant le sol sur quelques centaines de mètres....

  • Par l'enclume - 12/09/2014 - 11:29 - Signaler un abus Va savoir ?

    Ganesha - 12/09/2014 - 10:56 Vous étiez sur le missile ?????

  • Par Ganesha - 12/09/2014 - 12:31 - Signaler un abus Humour

    Mieux qu'un trait d'humour : faites-vous une opinion objective : http://www.iceberg911.net/pentagone.html

  • Par Amouyal - 12/09/2014 - 13:33 - Signaler un abus Un scoop !!

    Que des dictatures moyenageuses gorgees d argent financent le terrorisme !! Alors la je tombe de ma chaise : moi qui croyais jusque la que c etait le parti social democrate danois !!

  • Par superliberal - 12/09/2014 - 14:01 - Signaler un abus @Ganesha

    Un missile US je suppose ? un avion c'est quand même beaucoup mieux pour mettre cet attentat sur le dos d'Al Qaida...un missile de sa propre fabrication c'est moyen moyen pour mettre en place un grand complot à l'échelle planétaire. Vous devriez aller parler aux parents des victimes qui étaient dans le missile...euh l'avion désolé.

  • Par Ganesha - 12/09/2014 - 18:31 - Signaler un abus Drone

    Le mot ''missile'' que j'ai utilisé est imprécis : en fait, il s'agissait d'un drone. On trouve facilement la photo du modèle de drone qui était en usage à cet époque. La petite turbine retrouvée dans les décombres correspond au point de vue taille (éventuellement aussi le morceaux de train d'atterrissage) Sur le site que j'indique plus haut, on insiste aussi sur l'effondrement des tours, qui correspond infiniment plus aux destructions contrôlées d'immeubles par explosifs (on en voit régulièrement à la télé) que les quelques cas connus d'incendies dans des tours similaires. Quant à la troisième tour, non-attaquée, qui s'est écroulée ''spontanément'' dans l'après-midi, on est en plein délire !

  • Par yeneralobregone - 12/09/2014 - 21:31 - Signaler un abus @ganesha

    t'est tellement rigolo, que tu doit etre le cousin à bigard ? et les passagers de l'avion du pentagone, tu y a pensé , par hazard ?

  • Par Ganesha - 13/09/2014 - 11:18 - Signaler un abus Tutoiement

    Tutoiement, ignorance, grossièreté : si le sujet vous intéresse, prenez le temps de vous informer. Je ne suis pas là pour apporter des ''réponses toutes prêtes'' à chacun d'entre vous, comme des bébés que l'on nourrit à la petite cuillère !

  • Par cloette - 13/09/2014 - 17:29 - Signaler un abus Ganesha

    Il y a eu attentat, et des morts, c'est certain, mais les zones d'ombre sur les commanditaires exacts et la connaissance de ce qui se tramait par tel ou tel, là il y a des zones d'ombre, l'impression a été immédiate, et les arguments invoqués pas si fantaisistes....On saura un jour....

  • Par Ganesha - 14/09/2014 - 10:17 - Signaler un abus JFK

    Il y a quelques circonstances historiques, des faits simples et concrets, qui sont importants parce qu'ils changent notre vision du monde : Jacqueline Kennedy est allée chercher sur le coffre de cette voiture noire, la calotte crânienne de son mari, qui avait été projetée là par une balle tirée de face... Tous les médecins légistes vous le diront : à l'entrée, un petit trou bien rond, les gros dégâts sont à la sortie du projectile.

  • Par Gré - 16/09/2014 - 11:33 - Signaler un abus Et les passagers ?

    Admettons. ce ne sont pas des avions mais des drones. Soit. Et où sont passés les avions et les passagers qui ont disparu ? On les a planqués où ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€