Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

« Quand on n'aura plus de pétrole, on sera bien contents d'avoir le nucléaire »

Alors que l'Allemagne vient d'annoncer son plan de dénucléarisation d'ici 2022, nombreux sont ceux qui s'interrogent sur la faisabilité et les conséquences d'une sortie du nucléaire pour les grandes puissances industrielles. Difficile en effet de se passer à la fois de l'atome et des énergies fossiles, fortes émettrices de CO2.

Un monde sans nucléaire ?

Publié le

Atlantico : L’Allemagne pourra-t-elle tenir ses engagements de se débarrasser du nucléaire d'ici 2022 ?

Antoine Moreau : C'est possible, mais elle sera forcée de recourir à nouveau aux énergies fossiles, car si l'on réduit la part du nucléaire, il faut la remplacer par du gaz, du charbon, du pétrole, ou éventuellement des énergies renouvelables.

Or les renouvelables ne sont pas capables de produire assez et quand il le faudrait pour pouvoir remplacer complètement des centrales (nucléaires
ou au gaz). Et sur un réseau électrique comme ceux que nous avons, on ne peut pas dépasser 20% d'énergies qui produisent de façon intermittente. Une éolienne ne marche qu'un tiers du temps, par exemple.

A moins de faire de grosses économies d'énergie - ce qui serait assez étonnant car les économies développées n'en prennent pas le chemin - l'Allemagne fait donc le choix d'émettre plus de CO2, et de moins lutter contre le réchauffement climatique.

Il faut savoir ce que l'on veut : entre deux maux, il faut choisir. Le GIEC [Groupe International d'Experts sur l’Évolution du Climat] considère ainsi le nucléaire davantage comme une solution que comme un problème.

Serait-ce encore plus compliqué pour la France, qui est beaucoup plus dépendante ?

Oui, forcément et parce que presque toute notre électricité est d'origine nucléaire.

Cela dit, en France, le nucléaire ne représente que 20% de la  consommation finale d'énergie, c'est à dire l'énergie que nous achetons. Mais si l'on devait se passer des 80% restants, essentiellement composés des énergies fossiles, cela serait très difficile. On se tournerait forcément vers l'énergie électrique, et on aurait donc d'autant plus de mal à se passer du nucléaire.

Le jour où l'on cherchera à se passer des énergies fossiles, on sera donc très contents de trouver le nucléaire, s'il y en a. Pour l'instant, il me paraît complètement irréaliste d'envisager les deux : arrêter les énergies fossiles et se passer du nucléaire.

C'est la même chose pour les autres grandes puissances nucléaires, comme les Etats-Unis, le Japon, la Chine ou la Russie : en cas d'abandon du nucléaire, il faudrait se retourner vers les énergies fossiles, et surtout le charbon, très, très polluant. En Chine, par exemple, une centrale à charbon est construite chaque semaine.

Les énergies renouvelables sont-elles donc incapables de compenser ?

Si l'on additionne les capacités actuelles maximales de tous les renouvelables en France, c'est à dire un panneau solaire sur chaque toit ou une éolienne dans chaque champ, on obtient de l'ordre de 20% de nos besoins énergétiques, l'équivalent de ce qu'on consomme sous forme d'électricité*. C'est largement insuffisant pour couvrir nos besoins énergétiques.

Donc les énergies renouvelables sont très loin de pouvoir compenser ce qui nous manquera sous forme d'énergie fossile, parce qu'elle va venir à manquer, ou de nucléaire. Les économies d'énergie sont en fait la seule solution.

Comment font les pays qui n'appartiennent pas au club des 29 puissances nucléaires mondiales ?

Le nucléaire c'est relativement risqué, long à développer, très technologique. Quand on a du pétrole, du bois et du charbon, comme certains pays du Sud, on fait donc plutôt avec ça, quelles que soient les conséquences en termes d'émissions de CO2. Quant aux pays qui ne disposent pas de telles ressources, ils sont réduits à importer de l'énergie ou à brider leur développement.

De toute façon, le problème central ce sont les économies d'énergie, car il n'y a pour l'instant pas de solution miracle. Les deux secteurs où il faudra les faire sont le chauffage et le transport - qui représentent chacun un tiers de notre consommation d'énergie et qui ne sont pas couverts par le nucléaire. Ceux qui auront des centrales nucléaires feront peut-être une transition plus douce vers un monde plus sobre et où les énergies renouvelables joueront enfin un grand rôle, c'est tout.

Le soutien au nucléaire ne bride-t-il pas le développement des renouvelables en monopolisant les investissements financiers ?

Le nucléaire est une voie qu'il faut explorer de toutes façons (je pense notamment à la fusion nucléaire, qui ne fonctionnera éventuellement que dans plusieurs dizaines d'années). Mais il ne doit pas monopoliser les financements, ce serait une énorme erreur. Toutes les sources d'énergie seront sans doute appelées à jouer un rôle dans l'avenir, il ne faut en négliger aucune.

*     Le GIEC (Groupe International d'Experts sur l’Évolution du Climat) a récemment estimé que les renouvelables pourraient couvrir 80% de nos besoins énergétiques d'ici 2050.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ceache - 07/06/2011 - 08:38 - Signaler un abus Faute de français et contresens...

    Bravo ! Votre titre est un contresens dû a une faute de français : il faut lire Quand on N'AURA plus de pétrole. Sinon votre titre veut dire : quand on aura davantage de pétrole...

  • Par martel - 07/06/2011 - 10:09 - Signaler un abus erreurs et mensonges

    Votre "expert" est d'une rare mauvaise foi...de nombreuses erreurs dans son raisonnement... Une parmi d'autres: Dans le plan présentée hier par l'Allemagne, en remplaçant les centrales charbon et lignite par des centrales à gaz, les emmissions de co2 vont ^^etre divisées pas 3... Pour rappel le nucléaire c'est 6% de l'electricité mondiale...pas si difficile de s'en séparer...

  • Par Ceache - 07/06/2011 - 12:08 - Signaler un abus Question à Martel... pour être honnête !

    Le nucléaire c'est 6%. Admettons. Q1 : pouvez-vous nous dire d'où proviennent les 94% restant et leur impact sur l'environnement (CO2). ? Q2 : entre une centrale nucléaire et une centrale au gaz, laquelle est la plus émettrice de CO2 ? La mauvaise foi est partout...! Merci.

  • Par luc.b - 07/06/2011 - 13:13 - Signaler un abus La France a connu 2 très graves accidents nucléaires.

    2 très graves accidents nucléaires à la centrale de Saint-Laurent demeurés secrets pendant très longtemps. Le 17 octobre 1969, une mauvaise manipulation lors du chargement du coeur sur le réacteur n°1 entraîne la fusion de 50 kilos d’uranium. Le 13 mars 1980, à 17 h 40, les alarmes se déclenchent. Une nouvelle fusion se produit, cette fois sur le réacteur n°2.

  • Par luc.b - 07/06/2011 - 13:14 - Signaler un abus En 1999, Bordeaux a failli être évacué à cause d'une centrale.

    Le 27 décembre 1999, Alain Juppé, maire de Bordeaux, est réveillé en pleine nuit par le préfet qui lui annonce qu’il faut « songer à évacuer la ville ». Quelques heures plus tôt, la centrale nucléaire du Blayais, en Gironde, a perdu trois de ses réacteurs, sous les coups conjugués d’une tempête et d’une inondation.

  • Par Renard - 07/06/2011 - 14:12 - Signaler un abus CO2

    Si l'Allemagne le voulait, elle pourrait faire le même plan d'économies d'énergie et de remplacement de ses centrales au charbon, et garder le nucléaire. Ca émettrait moins de CO2 que la même chose, sans le nucléaire. Donc l'Allemagne fait le choix d'émettre un peu plus de CO2 pour ne pas avoir de nucléaire. C'est un choix, qu'on peut respecter, mais c'est ce choix là qui a été fait.

  • Par zen aztec - 07/06/2011 - 14:23 - Signaler un abus Putain ces chinois!!

    "une centrale à charbon est construite chaque semaine." Ou bien mise en service?

  • Par martel - 07/06/2011 - 15:14 - Signaler un abus reponse

    @ceache Oui, il y a un sujet CO2, néanmoins je préfère les etats ( USA, Allemagne...) qui investissent dans la capture-stockage du CO2 + ENR plutôt que dans cette technologie dangereuse du passé qu'est le nucléaire. @renard Le choix de l'allemagne c'est efficacité energétique+ENR+gaz.... en 2025 ils seront les leaders en Europe dans ces trois technologies et nous nous regarderons les emplois....

  • Par juliens - 07/06/2011 - 22:56 - Signaler un abus Fossile

    Pourquoi est-ce que vous opposez "nucléaire" et "énergie fossile". Le nucléaire EST une énergie fossile. Par ailleurs, il me semble que l'on importe de l'uranium donc ça ne garantit pas forcément l'indépendance énergétique.

  • Par RcommeRobert - 08/06/2011 - 07:11 - Signaler un abus Pas fossile

    L'énergie nucléaire n'est pas une énergie fossile. Elle ne tire pas sa source de matières organiques fossilisées (végétales pour le charbon, animales pour le pétrole, etc).

  • Par juliens - 08/06/2011 - 13:55 - Signaler un abus Pas fossile?

    @RcommeRobert OK, je comprends votre définition mais elle paraît un peu restrictive. J'aurais tendance à appeler "fossile" toute énergie qui n'est pas renouvelable (au sens où on a un stock fini de combustible).

  • Par Renard - 08/06/2011 - 14:33 - Signaler un abus Avance Allemande

    @martel Complètement d'accord. L'Allemagne le fait sans doute pour de mauvaises raisons (la peur du nucléaire et pas celle du réchauffement, finalement) mais ce qu'elle fait va lui donner une avance absolument considérable et je me désespère de voir où nous en sommes. Pour relativiser, on ne parle ici que de son électricité... pas des voitures et du reste.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Moreau

Antoine Moreau est maître de conférence au LASMEA de l'Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€