Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi votre QI ne dit pas grand-chose de votre intelligence (désolé Sharon...)

L'actrice américaine Sharon Stone se vante souvent de son QI de 154 pour faire valoir d'autres qualités que sa plastique... Mais de nouvelles études soulignent les limites de cet indicateur.

Pas bête

Publié le
Pourquoi votre QI ne dit pas grand-chose de votre intelligence (désolé Sharon...)

Comment mesurer l'intelligence ?

Atlantico : Des chercheurs britanniques affirment que le quotient intellectuel ne suffit pas à évaluer l’intelligence d’un individu (lire ici). D'autres composantes doivent être prises en compte. Quelles sont-elles ?

Jacques Lautrey : Les tests qui sont habituellement utilisés pour évaluer le quotient intellectuel cernent une forme d’intelligence que l’on pourrait dire "académique", en ce sens qu’il s’agit de la forme d’intelligence la plus sollicitée dans les apprentissages scolaires. Les principales composantes en sont la compréhension verbale, le raisonnement logique, la visualisation spatiale et la mémoire.

Parmi les autres formes d’intelligence qui ont fait l’objet de recherches, on peut citer notamment l’intelligence sociale, l’intelligence émotionnelle, l’intelligence pratique et la créativité.

L’intelligence sociale est la forme d’intelligence qui permet de comprendre autrui (ses pensées, ses sentiments) et d’agir efficacement sur lui (obtenir son adhésion, modifier son comportement) en situation d’interaction sociale.

L’intelligence émotionnelle  est la capacité à connaître et à réguler ses propres émotions ainsi que celles des autres, et à utiliser cette capacité  pour guider la réflexion et l’action.

L’intelligence pratique est celle qui est mise en œuvre lorsqu’il faut adapter ses ressources cognitives au contexte, par exemple lorsqu’il s’agit de résoudre les problèmes rencontrés dans la vie quotidienne (elle est supposée distincte de l’intelligence académique dans la mesure où on trouve de nombreux cas de personnes faisant preuve d’une intelligence académique exceptionnelle et se comportant pourtant de façon relativement inadaptée dans la vie quotidienne).

Enfin la créativité, est la capacité à réaliser des productions qui soient à la fois nouvelles, originales, et adaptées au contexte (une production nouvelle mais inadaptée aux contraintes de la situation n’est pas réellement créative).

Comment peut-on mesurer ces autres formes d'intelligence ?

Ces différentes formes d’intelligence sont "mesurées" en confrontant un échantillon de personnes à un ensemble d’items de difficulté croissante supposés mettre en jeu cette forme particulière d’intelligence (par exemple identifier les émotions exprimées par des acteurs sur des photos dans le cas de l’intelligence émotionnelle, ou imaginer le plus possible d’utilisations différentes d’une boîte en carton dans le cas de la créativité).

Les scores observés dans ces épreuves ne constituent toutefois des "mesures" que s’ils présentent un certain nombre de qualités métriques, par exemple la fidélité (lorsqu’on examine un même échantillon de la population avec le même test à deux occasions différentes, il doit exister une forte corrélation entre les scores obtenus par les participants aux deux occasions).

Les tests évaluant ces autres formes d’intelligence sont moins nombreux et moins utilisés que les tests de QI. L’une des raisons tient sans doute à ce que, ces formes d’intelligence étant moins prédictives de la réussite scolaire que l’intelligence académique, leur évaluation n’a pas les mêmes enjeux sociaux. Une autre raison tient à ce qu’elles sont plus difficiles à évaluer et que, dans l’état actuel de la recherche, les qualités métriques de leurs "mesures" sont moins satisfaisantes.

Les tests de QI présentent-ils des failles ? Quelles capacités permettent-ils de mesurer ?

Le fait de résumer la "mesure" de l’intelligence par un chiffre unique, par exemple un QI de 100, présente plusieurs inconvénients.

Le premier est de laisser croire au public non informé qu’il s’agit d’une mesure précise, ayant les mêmes propriétés qu’une mesure de longueur en centimètres, alors que le QI ne traduit que le rang auquel le score d’un sujet le classe par rapport à son échantillon de référence. Par exemple, un QI de 100 obtenu par un enfant de 12 ans signifie seulement que son  score total au test le situe au rang médian dans l’échantillon d’enfants de 12 ans avec lequel ce test a été étalonné (autrement  dit 50% environ des enfants de l’échantillon de référence ont un score plus élevé que le sien et 50% un score moins élevé).

Le second inconvénient de ce chiffre unique est de laisser croire que l’intelligence est unidimensionnelle. Or tel n’est pas le cas. Comme indiqué plus haut, les tests de QI évaluent eux-mêmes plusieurs composantes différentes de l’intelligence, notamment la compréhension verbale, le raisonnement, la visualisation spatiale, la mémoire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Archie - 22/02/2013 - 09:59 - Signaler un abus Tests

    J'ai du mal à croire en la validité des tests (concpet + interprétation). J'ai formé des cadres/étudiants à la logique des tests, ce qui leur a permis de réussir - haut la main - cette partie. En fait, après formation et entraînement, on deviendrait donc, selon la grille d'interprétation de ces tests, plus intelligent? Les "Mensa" sont comme les passionnés de Sudoku, les cruciverbistes: des bosseurs plus qu'autre chose.

  • Par Ravidelacreche - 22/02/2013 - 10:44 - Signaler un abus Coluche

    L'intelligence, on croit toujours en avoir assez, vu que c'est avec ça qu'on juge.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 22/02/2013 - 11:15 - Signaler un abus Allons y nions la réalité elle disparaîtra...

    1/ le QI est une mesure assez fiable car reproductible 2/ le QI est assez bien corrélé aux revenus 3/ que le QI ne résume pas toute l'intelligence c''est comme dire que la taille ne résume pas toutes les mensurations de l'individu! Yes and so what? 4/ le QI des populations est intéressant car il progresse avec des facteurs comme la nutrition des enfants ou l'éducation. C'est comme le PISA plus on nie la réalité plus on perd le contact avec elle et plus on peut faire d'erreurs. Mais qu'est ce que la réalité pour les sociopsychologues? Une narration vous dis je!

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 22/02/2013 - 11:23 - Signaler un abus Les bonnes questions sur le QI

    1/ quelle est la part héréditaire? 2./ quelle est la part acquise 3/ y a t il des variations pendant la vie dans la part génétique et la part acquise? 4/ comment utiliser ces tests pour l'enseignement 5/ comment concevoir d'autres tests en particulier couplés à des imageries fonctionnelles pour mieux comprendre les dysfonctionnements ou les pathologies comme l'autisme... ...

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 22/02/2013 - 11:24 - Signaler un abus Un bon point pour cet article

    Mon actrice préférée dans son meilleur film sur le cerveau reptilien et les connexions avec le cortex...

  • Par sophie33 - 22/02/2013 - 12:12 - Signaler un abus Quelqu'un a dit

    Que le plus intelligent dans un test, est de ne pas le faire !!!

  • Par pemmore - 22/02/2013 - 12:48 - Signaler un abus Nous sommes une famille de surdoués en majorité,

    c'est héréditaire, le problème c'est que nous ne vivons pas à la même vitesse que les autres, ne pas avoir d'efforts à faire pour apprendre ne nous donne pas le sens de l'effort d'ou bien plus d'échecs que les gens seulement doués mais bosseurs. Faut que ce qu'on fait passionne pour une belle réussite, mais c'est quoi? une fois sur 5. Chez-nous ça va de sciences po en passant par prix de conservatoire et entre les 2 pas mal d'os voir rmistes. C'est plus un défaut qu'un avantage. Pour réussir le meilleur moyen c'est de se servir de la méchanceté comme intelligence.(albert camus).

  • Par Bernard Mitjavile - 22/02/2013 - 16:54 - Signaler un abus Idolâtrie du QI

    Tout à fait d'accord avec cette critique du QI qui n'est qu'une indication parmi d'autres de l'intelligence d'une personne, intelligence ou capacité de comprendre qui a bien des aspects. Avec des tests de QI, on finira par trouver que les ordinateurs sont plus intelligents que les humains.

  • Par jurgio - 22/02/2013 - 21:49 - Signaler un abus Il y a déjà une grande différence

    entre passer un test sans préparation et sans être averti ; et après s'être habitué à de tels exercices. De toute façon, on ne teste qu'une forme d'intelligence.

  • Par 20dicte - 22/02/2013 - 23:27 - Signaler un abus le Q.Í vaste programme! mais

    le Q.Í vaste programme! mais en deux mots alors!!!

  • Par Mani - 23/02/2013 - 01:48 - Signaler un abus Pas besoin de nouvelles études !

    Les tests de QI ont été créés pour détecter de déficiences intellectuelles et mentales. On les a déformés pour tenter d'en faire autre chose que ce qu'ils sont, mais c'est une absurdité ! . Un test de QI n'est en aucun cas une évaluation objective de l'intelligence de quelqu'un, c'est débile. Si on répond bien aux questions d'un test de QI, ça ne dit rien du tout, surtout si on s'est entraîné, ça n'a aucun sens. En revanche, si on échoue à un test de QI, là, ça veut dire quelque chose. . Au bout du compte, se vanter de son QI, c'est à peu près aussi vain que faire un concours de bittes...

  • Par Anemone - 23/02/2013 - 08:35 - Signaler un abus Du vrai, du faux

    OUi les tests de QI sont faciles à faire si on s'entraîne... et si on est capable (et qu'on ait la volonté) de s'entraîner! L'intelligence, c'est quoi? - Pour moi, c'etre capable de penser et d'agir par soi- même. Le fameux QE -en cela je rejoints Derrezed- est l'invention d'un instrument de mesure par des manipulateurs, pour mesure leur capacité à "panurgiser" le con citoyen moyen. L'émotion -appelée empathie à tort,- et le "tort tue" - ne sert à rien d'autre qu'à faire pleurer dans les chaumières à l'idée que "nous" nous pourrions bien être, un jour, dans le même cas (ce qui fait que nous pleurons sur nous) : c'est le fond de commerce des bisounours. La définition de l'empathie, c'est : " l’acte par lequel un sujet sort de lui-même pour comprendre quelqu’un d’autre sans éprouver pour autant les mêmes émotions que l’autre. C’est une sorte de sympathie froide , capacité qui permet de pénétrer dans l’univers subjectif de l’autre en gardant son sang froid et la possibilité d’être objectif. (C Rogers) Le QI permet simplement de connaître ses qualités d'analyse, synthèse et logique, pour autant qu'on le fasse honnêtement, sans entraînement préalable!

  • Par letroll - 23/02/2013 - 14:42 - Signaler un abus QI : méthode de tri assez grossière

    au départ c'était un moyen de trier les individus et de repérer les jeunes pouvant faire des études ( début XX ). j'avais vu l'interview d'américains qui avaient mis au point une batterie de test de QI pour pouvoir "trier" les dizaines de milliers de jeunes mobilisés lors de la seconde guerre mondiale sans trop se planter.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Lautrey

Jacques Lautrey a exercé en tant que professeur à l'université Paris Descartes et travaillait sur trois domaines : la psychologie différentielle, la psychologie développementale et la psychologie cognitive. Il est aujourd'hui à la retraite.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€