Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment les héros de jeux vidéos rendent accro les gamers

Depuis la fin des années 70, nous assistons à une vague de nouveaux héros tout droit sortis des nouvelles technologies. Parce qu'ils répondent aux besoins d’une époque, les joueurs ressentent la nécessité de les invoquer à des moments précis de leur existence sociale. Explications d'un attachement.

C'est MON super héros !

Publié le

Depuis la fin des années 70, nous assistons à une vague de nouveaux héros tout droit sortis des nouvelles technologies,  des héros tout en pixels qui ne sont pas sans susciter une certaine jalousie de la part de leurs aînés dans la mesure où ils ont réussi le tour de force d’être au plus près de leurs fans. En effet, l’état immersif habituellement ressenti à travers la littérature, la bande dessinée ou encore le cinéma est totalement décuplé dans les univers vidéoludiques qui ont contribué à l’essor de la culture geek.

Ainsi, la prolifération des héros dans la vie quotidienne est devenu un fait récurrent de nos sociétés contemporaines.

La sortie prochaine de Max Payne 3, les succès répétés des super héros américains au cinéma (The Avengers, Captain America, Thor, Spiderman) ainsi que l’engouement manifeste pour les MMORPG (World of Warcraft, Stars Wars Old Republic) montre que le héros est en quelque sorte à la mode. En vérité, les héros n’ont jamais réellement disparu de la vie des hommes, mais il est vrai qu’ils sont devenus assez omniprésents ces trente dernières années, notamment avec l’émergence des consoles de jeux vidéo. Rappelons juste qu’il existe des sociétés sans savants, sans psychanalystes, sans informaticiens, mais qu’il n’existe pas de sociétés sans héros.  Les héros nous ont toujours précédés, il n’est qu’à suivre leurs traces et à comprendre la manière dont ils se réactualisent sans cesse. Comme le dit à juste titre Joseph Campbell, « le héros est sensible aux besoins de son époque » et il n’est donc pas étonnant de le voir émerger au cœur des nouvelles technologies.  Cependant, on ne peut s’empêcher de remarquer que le succès d’un héros dépend généralement des mêmes structures archétypales et cela depuis toujours quelque soit le contexte culturel.

Dans « Le triomphe du héros », l’éminent psychanalyste Charles Baudouin nous rappelle que le mythe est normatif de l’épopée. En fait, cela vaut également pour le jeu vidéo. Car ce qui fait le succès d’un héros de jeu vidéo, ce sont bel et bien les structures mythiques qui s’en dégagent. Tout d’abord, le héros est celui qui appartient à une temporalité différente de celle du joueur, mais qui vient malgré tout déborder cette dernière. « Tout héros est d’un autre temps, est de l’espèce des demi-dieux, de la race des anciens jours » (Gilbert Durand). La frénésie autour des personnages de jeux vidéo lors des cosplays tels Lara Croft, Sonic ou encore Link, héros de la série The Legend of Zelda, révèle précisément la manière dont un espace-temps virtuel ou sacré peut investir la vie quotidienne. Ces héros inspirent une temporalité différente et en même temps répondent si précisément aux besoins d’une époque que les joueurs ressentent la nécessité de les invoquer à des moments précis de leur existence sociale et ce au-delà de la réalité virtuelle elle-même.

On l’aura compris, la figure du héros cristallise l’ensemble de nos pulsions intimes et les assigne à une grande tâche. « Le héros est celui qui sacrifie sa vie à quelque chose de plus grand que lui » (Joseph Campbell). Il est vrai que les temps modernes ont érigé un modèle sociétal où seule la réussite matérielle prime. Et pourtant, le voyage du héros nous montre que l’homme peut trouver le salut autrement, par exemple dans les épreuves mêmes qu’il est susceptible de subir dans sa vie. Les univers vidéoludiques invitent toujours le joueur à recommencer, à s’améliorer, à se familiariser avec les obstacles. Les héros de jeu vidéo ne disent pas autre chose que cela. Ils nous font rêver par leurs aventures dans lesquelles nous intervenons directement, nous donnent un exemple à suivre, nous délivrent des messages d’espoir. En ce sens, tout joueur éprouve incontestablement le désir de devenir lui-même héroïque dans sa propre vie. Les univers vidéoludiques nous invitent ainsi constamment à une véritable quête de soi-même. Le destin héroïque est alors toujours à portée de main du joueur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par dolp - 13/05/2012 - 21:41 - Signaler un abus Un petit article sur la dangerosité des jeux vidéo

    ça faisait longtemps, il faut bien respecter le quota!

  • Par Spirale - 14/05/2012 - 20:16 - Signaler un abus Le titre un peu racoleur ne fait pas justice à cet article...

    ...qui donne des éléments de compréhension d'un phénomène et renvoie à des choses profondes chez l'homme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Vincent

Frédéric Vincent est philosophe, docteur en sociologie, chercheur au CeaQ (Centre d’Etudes sur l’Actuel et le Quotidien) à l’Université Paris V René Descartes.

 

En 2009, il a reçu le prix littéraire de l’Institut Maçonnique de France dans la catégorie essais-symbolisme pour son ouvrage Le voyage initiatique du corps aux éditions Detrad.

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€