Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les données qu'enregistre votre voiture sur vous intéressent tant les géants du web

Les données collectées lorsque les conducteurs conduisent semblent mener à une ruée vers l’or pour Google et Apple. En réaction, certains constructeurs automobiles, comme Renault, développent leurs propres systèmes internes et applications.

K2000

Publié le
Pourquoi les données qu'enregistre votre voiture sur vous intéressent tant les géants du web

Atlantico : Les données collectées lorsque les conducteurs conduisent semblent mener à une ruée vers l’or pour Google et Apple, ce qui pousse les constructeurs à tout faire pour empêcher les conducteurs d’utiliser leurs produits. Pourquoi les données liées à la conduite et aux habitudes de conduite suscitent-elles autant d'intérêt pour des sociétés comme Google ou Apple ? Quelles valeurs ont-elles ?

Alain Goudey : Nous vivons actuellement dans une société où la technologie est dictée exclusivement par la donnée. Quasiment tous les éléments connectés génèrent de la donnée. La démarche derrière cela vise à optimiser l’utilisation des appareils du consommateur.

Premièrement, du côté des industriels, il y a de nombreux intérêts, dont l’optimisation de leur offre et de leur service grâce à la collecte de données.

Le deuxième intérêt est de permettre à ces sociétés d’aller sur des business modèles un peu plus innovant car avec les données de millions de personnes, ils peuvent très bien identifier des situations ou des comportements plus vertueux par rapport à des comportements qui le seraient moins.

Troisièmement, l’élément le plus à court terme pour des sociétés comme Apple et Google serait la monétisation de ces connaissances et de ces comportements.

De nombreux constructeurs comme Ford, Chevrolet, BMW ou General Motors ont développé des systèmes internes dans leurs voitures et des applications permettant à la fois d'empêcher Apple et Google d'accéder aux données de l'utilisateur ou de la voiture. Pourquoi s'insurgent-ils contre Apple et Google ? Quel est le risque pour ces constructeurs ? 

Je pense que la voiture de demain sera ni plus ni moins un IPad avec un moteur et quatre roues. Si on adopte cette vision-là, on se rend bien compte que le métier de constructeur automobile subit un gros changement : il était jusque-là davantage tourné sur le design, l’aérodynamisme, la qualité du moteur et tout ce qui relève de la partie mécanique. Mais on constate ces dernières années que les voitures sont de plus en plus équipées d’ordinateurs de bord. La problématique visant à interconnecter la voiture au numérique est donc venue naturellement et a poussé les constructeurs automobiles à faire un choix. Soit le constructeur reconnaît que l’environnement numérique du conducteur est détenu majoritairement par des sociétés comme Google et Apple, à travers leurs produits (Smartphone, ordinateurs etc…). Soit le constructeur peut essayer de mettre une barrière à l’entrée pour bloquer les systèmes de ces acteurs-là.

Une majorité de constructeurs a fait le choix de développer son propre système, comme Renault R-Link. On peut se demander si ce choix implique une volonté de lutter contre la remontée des données chez Apple et Google. Pour cela, je ne dispose d'aucune réponse mais on peut être sûr que cela implique un niveau de complexité assez important pour eux puisque le développement numérique de type informatique ou d’application n’est pas leur cœur de métier originel. Cela leur permet de mettre une barrière à l’entrée des géants du numérique, mais comme ce développement n’est pas leur cœur de métier, l’expérience utilisateur n’est pas toujours la plus optimisée. Il y a donc un vrai arbitrage à mette en place pour les constructeurs automobiles ainsi qu’un questionnement sur comment gérer l’évolution de l’activité automobile pour passer de la mécanique à l’électronique traditionnelle, à quelque chose qui relève davantage de la gestion de données et du développement de système informatique.

C’est quelque chose que l’on constate avec Tesla par exemple, qui a une conception très différente de l’automobile. Quand on grimpe à l’intérieur d’une de ses voitures, on se rend bien compte que la notion de capteurs et d’environnement numérique est au cœur de la préoccupation de l’habitacle rien qu’en voyant la taille de l’écran sur le tableau de bord.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Goudey

Alain Goudey est conférencier, chercheur et professeur en marketing sensoriel, digital et technologies disruptives. Il a beaucoup travaillé sur la question robotique.

Son site : http://alain.goudey.eu/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€