Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la Catalogne pourrait bien être le poison lent qui asphyxie l’Europe (et non, on ne parle pas que de "l’exemple" donné à La Flandre ou autre Padanie, loin de là)

La crise de l'unité espagnole touche, en écho, l'idée même d'Union européenne. Alors que l'UE s'était voulu l'expression de la fin de l'histoire, des frontières et des monnaies, la déflagration catalane fait voler en éclat toutes les illusions européistes.

Illusions fracassées

Publié le
Pourquoi la Catalogne pourrait bien être le poison lent qui asphyxie l’Europe (et non, on ne parle pas que de "l’exemple" donné à La Flandre ou autre Padanie, loin de là)

Atlantico : Que nous apprennent les scènes de violences engendrées par le referendum sur l'indépendance de la Catalogne? Ne peut-on pas y voir un échec de l'Union Européenne à se créer une véritable identité, un véritable projet commun?

Edouard Husson : Ce qui se passe en Espagne est très impressionnant à plusieurs égards. Après deux décennies d'apesanteur, qui ont suivi la chute du Mur de Berlin et où certains ont cru à la "fin de l'histoire", au triomphe absolu de l'individu, à l'abolition des frontières, à la "mondialisation heureuse", l'histoire fait un retour fracassant. L'Union Européenne s'est voulu l'expression de la fin de l'histoire, abolissant les frontières par l'accord de Schengen, les monnaies par l'accord de Maastricht. Sous la conduite de l'Allemagne, on disait entrer dans l'ère post-nationale.

Les nostalgiques de la souveraineté nationale étaient soit ridiculisés soit acculés à l'extrême-droite de l'échiquier politique. 

La crise de l'unité espagnole est comme une déflagration qui fait voler en éclat toutes les illusions. Les illusions européistes sont en train de se fracasser sur la querelle entre Madrid et Barcelone. Apparemment, tout est simple. Des individus libres, les Catalans, citoyens d'Europe, en ont assez - au moins un certain nombre d'entre eux - de payer pour le reste de l'Espagne. Et ils protestent d'autant plus que leurts transferts vers les autres ne diminuent pas alors que le gouvernement central leur redistribue moins qu'avant, pour cause d'économies budgétaires imposées par l'appartenance à l'euro. La crise économique commencée en 2007 et renforcée en Europe par les rigidités de la monnaie unique a fait basculer l'équilibre précaire de l'autonomie catalane - très large - au sein de l'Etat espagnol vers une revendication indépendantiste de plus en plus affirmée et une conciliation de plus en plus difficile entre Barcelone et Madrid. Il est frappant que l'on ait, d'un côté, senti monté cette crise de plus en plus clairement et que, de l'autre, l'Union Européenne se soit enfermée dans un silence de plus en plus assourdissant. Au fond d'eux-mêmes, les gouvernants européistes sont favorables à la Catalogne, qui veut porter un coup mortel à la souveraineté espagnole; mais un instinct de survie leur dit que si l'Espagne est déstabilisée, le précaire équilibre sur lequel repose l'euro peut disparaître du jour au lendemain. Je ne dirais pas pour ma part que l'Union Européenne n'a pas réussi à créer une véritable identité: elle l'a fait pour les couches supérieures d'une partie des nations membres, qui se reconnaissent très bien, s'ils se laissent aller, dans l'exaltation catalane des droits de l'individu. Mais ces citoyens d'Europe militants sont tétanisés par les risques de déstabilisation de toute l'Union que pourrait provoquer une crise politique espagnole.  Les dirigeants de l'Union se reconnaissent dans la lutte indépendantiste catalane mais ils ne veulent pas prendre le risque de déstabiliser un Etat qui leur garantit le maintien discipliné des Espagnols dans l'euro. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 05/10/2017 - 08:22 - Signaler un abus l'Europe en échec ?

    Tant mieux, qu'elle disparaisse ou se métamorphose .

  • Par cagnotte - 05/10/2017 - 09:37 - Signaler un abus Et le Kosovo?

    En fait le mal a été amorcé avec le Kosovo! Là l'UE a torpillé ses principes en acceptant que l'OTAN , c'est à dire les Usa bombardent la Serbie ,pour enfin donner l'indépendance au Kosovo sans même un référendum Quand un bombardement de Madrid....?

  • Par assougoudrel - 05/10/2017 - 09:48 - Signaler un abus Cette Europe commence à

    sentir le brûlé et il n'y a même pas un extincteur à proximité; si! Il y a bien un, mais lors d'une java, des plaisantins l'ont vidé pour s'amuser; c'est encore plus con.

  • Par cloette - 05/10/2017 - 10:25 - Signaler un abus @cagnotte

    bien d'accord .

  • Par vangog - 05/10/2017 - 11:10 - Signaler un abus Les Nations se réveillent...enfin!

    Et ce n'est pas un vide politique qui les anime, mais un vide idéologique! L'UE est pleine de mauvaise politique, de lobbyisme, de corruption inégalée, de bisounoursisme larmoyant...tout cela ne crée aucun idéal pour les peuples qui ne ce sont jamais rassemblés, historiquement, qu'autour d'une cause commune. La seule cause commune qui motive les europeistes est la religion de l'Euro, aussi désuète que les religions archaïques, aussi médiocre que les idéologies socialistes d'avant-mur (socialisme, fascisme, national-socialisme...). Pourtant, il y avait des choses à faire, mais les europeistes ont raté le coche: trop tard! Il leur faudra engranger les dividendes de 18 années de construction européiste ratée, depuis l'Euro, depuis les très bêtes CDJE et CEDH, depuis des directives aberrantes..La meilleure chose à faire, dorénavant, est d'anticiper le délitement final afin d'éviter le bain de sang. Mais cette opportunité n'est même pas évoquée par ces deux intervenants, aveugles et sourds à leur échec. Tels les dirigeants nazis, ils préféreront s'auto-detruire, plutôt qu'avouer et accompagner leur échec européiste.. dommage pour les peuples qui trinqueront encore pour leurs erreurs...

  • Par ISABLEUE - 05/10/2017 - 14:14 - Signaler un abus cagnotte ok pour le kosovo

    mais pour la catalogne, ça va faire flop ! J'entendais ce matin des patrons de pme catalans prêts à partir à Madrid... tout le monde va se calmer.. Quelle bande d'égoïstes ces catalans.. avec leur complexe de supériorité.... que l'Andalousie cesse de leur vendre leur pata negra, qu'auront-ils à vendre ?? Leur faux champagne ?? Leur mayonnaise ???

  • Par cloette - 05/10/2017 - 14:29 - Signaler un abus J'apprends de plus

    que la Catalogne veut annexer Perpignan !

  • Par kelenborn - 05/10/2017 - 17:59 - Signaler un abus Husson tjs très bon

    Comme d'habitude ...Sylvestre doit rien comprendre...Je completerais par autre chose: Husson a raison de souligner que les Catalans comme ailleurs les Flamands ou autres Padaniens ont le reflexe de refuser de payer pour les pauvres. Mais ....considérons l'Europe et la situation de l'Allemagne :A la fois elle paie pour les autres (l'excédent allemand nourrit un euro fort qui abaisse le prix des importations et contribue à maintenir le pouvoir d'achat) mais les autres paient pour elle car elle les contraint à l'austérité et au sous développement! L'Allemagne n'en a rien à foutre d'une Europe qui ne lui sert à rien car...l'essentiel de ses excédents est réalisé avec le reste du monde.Il n'y a que le pitoyable Macron pour attendre, sur son île aux enfants que Casimir rassasie toute la famille de son gloubigoulba! Oui l'Europe est nue , comme le roi Ubu qu'elle est devenue et il n'y a que des blaireaux comme Sylvestre pour ne pas voir l'attentat à la pudeur! La perfide Albion, généralement en avance, a déja décidé de ne plus relever ses jupes quand Juncker, empagué lui montre son triste braquemart ! mais Sylvestre n'a rien vu!!! MK

  • Par 2bout - 05/10/2017 - 20:02 - Signaler un abus 90 % pour l'autonomie ???

    Combien de scrutateurs du "Non" dans les bureaux de votes "improvisés" ? A moins que la "démocratie" à la sauce catalane ne connaisse pas le bourrage des urnes ?

  • Par gerint - 05/10/2017 - 22:29 - Signaler un abus Et la Catalogne Française

    Elle va rejoindre Barcelone ? Je connais cette région et elle sent avant tout catalane...

  • Par Jean-luc laffineur - 06/10/2017 - 09:35 - Signaler un abus Pas d'accord

    Je ne suis pas d'accord avec cette analyse qui fait le lien entre l'UE et la crise catalane. Celle-ci existe indépendamment de l'appartenance ou non de l'Espagne (et donc de la Catalogne) à l'UE ; de même, cette crise n'est pas liée à l'euro mais à un délire nationaliste qui, comme tout délire, est irrationnel et pousse ses dirigeants à pousser pour le nationalisme au détriment de toute logique économique: les banques catalanes sont déjà en train de délocaliser leurs sièges ou bureaux ailleurs en Espagne. A mon sens, loin d'alimenter cette crise, l'UE va permettre de sauver la Catalogne : lorsque les indépendantistes modérés et les sans opinion comprendront les ravages économiques qui résulteraient d'une indépendance de la Catalogne, ils voteront pour rester dans l'Espagne. La question est de savoir si on va réussir à éviter la guerre civile. Pour le reste, Rajoy et le roi font du bon boulot: ils montrent aux unionistes et au reste des Espagnols que ceux-ci veulent autant garder la Catalogne au sein de l'Espagne que Puidgemont et sa clique désirent l'en sortir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€