Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’ONU condamne les Etats-Unis sur Jérusalem et les hypocrisies flambent

Les 193 pays composant l'Assemblée générale des Nations unies ont voté, ce jeudi, une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Vote

Publié le - Mis à jour le 23 Décembre 2017
L’ONU condamne les Etats-Unis sur Jérusalem et les hypocrisies flambent

Les 193 pays composant l'Assemblée générale des Nations unies ont voté, ce jeudi, une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël. Un vote commenté par Nikki Haley qui a déclaré : "Les États-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l'Assemblée générale pour le seul fait d'exercer notre droit de pays souverain". En quoi ce vote peut-il marquer la fin des hypocrisies ​internationales sur le sujet, aussi bien de la part des opposants, que de la part des Etats-Unis ? 

Eric Denécé : N’importe quel Etat souverain est libre de fixer sa capitale politique là où il l’entend.

Néanmoins, les autres nations et les Nations unies sont également libres de ne pas reconnaître cette capitale et de refuser d’y installer leur ambassade, comme elles ont le droit de ne pas reconnaître un nouvel Etat se déclarant indépendant (cf. Catalogne). Il n’y a là aucune hypocrisie.

Les raisons peuvent en être variées. En l’espèce, la majorité des Etats composant l’assemblée des Nations unies considère que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël est une provocation à l’égard des Palestiniens et du monde arabe, puisque cette ville a été conquise par les armes en 1967, en violation des accords de 1948. Force est de reconnaître que c’est une réalité, quand bien même elle déplait à Washington et Tel Aviv.

Rappelons que les Américains et les Européens ont refusé de reconnaître la décision très majoritaire de la population de Crimée lorsqu’elle a décidé son rattachement à la Russie suite à la crise ukrainienne. En cette occasion, Moscou ne s’est pas dressé stupidement contre l’ONU et n’a pas menacé le monde de rétorsion au cas où cette décision ne serait pas validée.

Le problème est que les Etats-Unis attendent de l’Organisation des Nations unies qu’elle entérine toutes leurs décisions. En clair, il faut qu’elle soit à leur botte et donne à leur politique nationale une caution et une légitimité internationales.

Roland Hureaux : Non seulement 128 pays ont voté la résolution mais 35 se sont abstenus. Seuls 9 ont voté contre : en dehors des Etats-Unis et d’Israël, il s’agit de micro-Etats négligeables (Palau, Iles Marshall etc.). Le résultat  est donc un cuisant revers pour ces deux  pays qui se retrouvent très  isolés. L’important est que  parmi les 128 figurent presque tous le pays européens, sauf la Pologne, la Tchéquie, la Hongrie , la Roumanie, la Bosnie et la Croatie   qui qui se sont abstenues.

Que le  monde arabe ait voté cette résolution,  de même que  la Russie, la Chine, l’Inde et toue l ‘Asie ou n’a rien d’étonnant. Le nouveau, c’est l’Europe. Dès lors que les principaux pays d’Europe votaient  la résolution ,  le reste   du monde s’est senti    décomplexé.

Fin des hypocrisies ?  Je n’en  suis pas sûr. Les  Etats-Unis n’ont fait que  reconnaitre une situation déjà ancienne : il y a longtemps que les institutions gouvernementales   israéliennes se trouvent à Jérusalem  Ouest . Le fait que les Etats-Unis prennent unilatéralement acte de cette  situation a  suscité un tollé dans le monde, en particulier en Europe,  alors que les questions de fond ne sont pas modifiées : le processus de paix est au point mort, l’ installation  de colonies en Cisjordanie continue,   Gaza est régulièrement  bombardée. En se fixant sur    cet enjeu symbolique, de nombreux pays,  à  vrai dire assez indifférents à la question,    se dispensent d’agir pour que la situation bouge vraiment. Et elle ne bougera pas.

Je ne pense  pas en outre que le fait que ls Juifs israéliens   considèrent Jérusalem comme leur capitale soit dans la situation actuelle le plus choquant. En principe au moins, cela n’exclut pas que cette ville soit aussi un jour la capitale   d’un Etat   palestinien – comme Rome  est à la  fois la capitale de l’Italie et le siège du Vatican.

De son coté Benyamin Nétanyahou a déclaré ​: "En Israël nous rejetons cette décision de l'ONU et réagissons avec satisfaction face au nombre important de pays qui n'ont pas voté en faveur de cette décision". Le total de 128 votes "en faveur" de la résolution, alors que le seuil de 130 avait été fixé comme une hypothèse basse, ne marque t il pas justement un succès pour les Etats Unis ? ​

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 22/12/2017 - 08:51 - Signaler un abus Défaite en trompe l'oeil

    Camouflet , oui , mais victoire pour Israël qui , à la suite de ce vote , l'état hébreu est reconnu définitivement par les pays Arabes . Et puis , entendu sur Euro news . Ce sont les USA qui versent la plus grosse contribution à l' ONU , l'administration Trump ne manquera pas de couper à loisir les crédits . Toucher à la gamelle , rien de tel

  • Par Marie-E - 22/12/2017 - 09:33 - Signaler un abus Article décevant

    1/ ce sont les Palestiniens anonymement qui ont déclaré qu'en dessous de 130 ce serait un camouflet pour eux :article du Figaro du 20 décembre... 2/ Abbas a déclaré qu'il voulait la partie Est de Jérusalem et qu'il ne renoncerait pas à la Vieille Ville dont le Mur Occidental(il va pouvoir attendre longtemps)... 3/le décompte exact sur 193 est : 128 pour dont l'Europe qui n'est pas indépendante mais qui a la trouille de ses minorités et 65 qui n'ont pas voté pour dont des pays toujours proches d'Israël comme la Tchéquie (ce n'est pas à cause des Usa) la Roumanie, le Canada, l'Australie, le Mexique, le Rwanda,... 4/ le texte réécrit afin de recueillir le max de suffrages est ni fait ni à faire.... 5/ résolution non contraignante et inutile... Conclusion :Netanyahu a de quoi être content et Danny Danon l'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU aussi.... Rien ne change : Jérusalem reste la capitale unie et indivisible d'Israël.... Si les ambassadeurs préfèrent Tel Aviv et les bouchons sur la route pour aller à Jérusalem où se trouvent les ministères, le parlement, le gouvernement et le président de l'état libre à eux d'apprendre le mot hebreu indispensable en Israël savlanout :patience

  • Par mapzavenir - 22/12/2017 - 11:04 - Signaler un abus Mediocre

    Article médiocre. Je paye un abonnement pour avoir des articles de qualité avec hauteur de vue. Là rien . Marie .e fait mieux en 5 lignes dans son analyse. Merci de faire appel à des gens indépendants de hauts niveaux voir même des étrangers avec débats contradictoires.

  • Par J'accuse - 22/12/2017 - 12:14 - Signaler un abus L'hypocrisie est israélo-américaine

    Outre qu'instituer Jérusalem comme capitale d'Israël est une énième violation de la résolution 181 de l'ONU, l'affirmation d'une "solution à deux États" tout en empêchant le 2e de jamais exister, est la plus grande hypocrisie possible sur le sujet. Jérusalem a un statut particulier et ne fait pas partie de la souveraineté d'Israël, en vertu de la résolution qui a créé cet État, et donc du droit international qui est bafoué ouvertement. Mais c'est devenu une habitude. Les Palestiniens subissent la loi du plus fort, et Israël n'est finalement pas fâché d'exacerber des tensions, pour que l'Europe subissent comme eux des attentats fomentés par des musulmans en en multipliant les raisons.

  • Par Marie-E - 22/12/2017 - 13:08 - Signaler un abus Ridicule J'accuse

    1/Facile aujourd'hui de se prévaloir de la 181 alors que les Arabes n'en n'ont pas voulu pensant au lendemain de l'indépendance ne faire qu'une bouchée du Yichouv aidé d'européens sortant des camps.... Raté 2/ quand la Jordanie a occupé Jérusalem Est après en avoir chassé les juifs, détruit les synagogues, transformé l'esplanade devant le Kotel en dépôt d'ordures, l' Onu a condamné l'occupation ? Que nenni, bien mieux l'annexion de la "Cisjordanie" à la Trans Jordanie avait été acceptée par la GB et le Pakistan, les autres pays arabes s'étant défilé. Mais personne pour créer un état palestinien, personne pour revendiquer Jérusalem comme capitale vu le tas d'immondices dans la Vieille Ville. 3/allez voir sur Internet les propositions de paix très avantageuses. Soit plus de 90% des revendications palestiniennes de Barack, d'Olmert, de Livni refusées. Le gel des constructions pendant 10mois mais Mahmoud n'a pas daigner s'asseoir avec Bibi alors qu'il avait le soutien d'Obama et de Kerry. Vous voulez que les juifs émigrent où ? Les 3/4sont nés dans le pays et les autres ne resteront. Je rappelle que la Jordanie est peuplée majoritairement de Palestiniens sur les 2/3de la Palestine.

  • Par Marie-E - 22/12/2017 - 13:21 - Signaler un abus Suite

    Pourquoi les juifs avec seulement 1/3de la Palestine qui leur était promise par le Traité de San Remo entériné par la SDN et repris par l'ONU en 1946 :sur 22000km2 il faudrait encore qu'ils donnent une partie des territoires chèrement acquis dans le sang (voir la bataille des munitions guerre de tranchées entre Jordaniens et Israéliens sur une colline de Jérusalem) sans compter qu'il faudrait qu'ils renoncent au Kotel et à la Vieille Ville exigés par Abbas. Vous pouvez attendre longtemps. Tout le monde peut venir profiter de Jérusalem et y est bienvenu... Faut pas exagérer une autre souveraineté ne changerait rien à part qu'elle ne serait pas juive. Il ne serait pas là le problème ?

  • Par Lazydoc - 22/12/2017 - 13:49 - Signaler un abus L’Europe a peur!

    Pour éviter des représailles, elle choisit le camp arabe. Aura-t-elle moins d’attentat? Nous verrons en 2018 si Churchill a toujours raison. Trump va couper certains budgets onusiens, l’Europe, la Chine, la Russie paieront la facture.

  • Par tiopere 1 - 22/12/2017 - 14:34 - Signaler un abus d'accord aves Marie-E et Lazydoc

    tous deux ont parfaitement résumé la situation . J'ajouterai simplement que le principal pour Israel est d'avoir les Américains comme alliés , car les pays européens sont en voie d'islamisation du fat de leur couardise et Trump est un chef d'état courageux et qui tient ses promesses .

  • Par Deudeuche - 22/12/2017 - 16:44 - Signaler un abus @j’accuse

    Islamo gauchiste?

  • Par A M A - 22/12/2017 - 17:31 - Signaler un abus L'ombre de feu la SDN rôde.

    L'ombre de feu la SDN rôde. Les USA qui n'avaient pas voulu la soutenir en ont favorisé l'échec. En se confrontant aux Américains sur Jérusalem l'ONU semble prendre le même chemin. Déjà l'UNESCO ....

  • Par adroitetoutemaintenant - 22/12/2017 - 18:51 - Signaler un abus Article neuneu

    Vous n’avez même pas remarqué le symbolisme de la date choisie par Trump pour déclarer enfin Jérusalem capitale d’Israël. Il l’a fait le jour du centenaire de la libération de Jérusalem de ses occupants barbares Ottomans par les troupes britanniques. Au Moyen Orient le symbolisme est très parlant !

  • Par vangog - 22/12/2017 - 18:52 - Signaler un abus Parfaitement d’accord avec Hureaux!

    Je crains que, cette fois-ci, la majorité des pays n’aient voté une résolution très réactionnaire. Seuls les USA et quelques uns sont dans le sens de l’histoire...

  • Par ilous - 22/12/2017 - 20:58 - Signaler un abus Nul !!

    Gaza bombardé régulièrement ? Pour s'amuser peut-être ? A quoi bon être abonné à Atlantico si c'est pour y lire les mêmes âneries que dans les autres medias sur Israël, Trump ou Netanyahu.

  • Par Jasmin84 - 22/12/2017 - 23:01 - Signaler un abus Article nul en effet.

    Article nul en effet. Bien dans la ligne de la fameuse " politique arabe" de la France. Le vote des Européens ne n'explique pas par un tropisme palestinien mais par leur couardise et leur volonté de ne pas déplaire à leur minorité musulmane. On sait ce que cet électoralisme à courte vue a déjà coûté à certaines villes gangrené par l'islamisme. Mais les Europeens persistent pourtant dans leur détestable attitude de soumission sans comprendre qu'elle ne suscite que du mépris.

  • Par Semper Fi - 22/12/2017 - 23:56 - Signaler un abus Merci Marie-E...

    Je ne connais pas aussi bien le sujet que vous, mais intuitivement j'avais bien senti que l'article n'était pas au niveau. Très bon résumé de la situation de votre part. J'ajouterai pas ailleurs que je trouve toujours paradoxal de voir l'Europe se désolidariser de la seule véritable démocratie de la région, et qu'enfin je reste assez admiratif de voir ce que les israéliens ont fait du "bout de caillou" qu'on leur avait donné. Des souvenirs de mon séjour au Sud-Liban, je reste très marqué par le contraste de développement entre les 2 côtés de la Blue Line... au Sud les jolis villages et les oliveraies plantées au cordeau, au Nord les villages pouilleux tenus par le Hezbollah en particulier du côté de Bint Jbayl ou Metulla. Enfin, il faudrait peut-être évoquer aussi la façon dont les Palestiniens sont traités par leurs "frères" arabes qui ne les apprécient pas particulièrement...

  • Par gerint - 23/12/2017 - 12:45 - Signaler un abus Honte aux Européens

    cette bande de couards qui provoquent ainsi plus de problèmes qu'ils n'en résolvent à commencer sur leur propre territoire et pour ce sujet à mon sens bravo à Trump qui apporte un élément dynamique à la question, au prix de risques immédiats mais à long terme je pense que c'est mieux que l'immobilisme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Denécé

Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Voir la bio en entier

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€