Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Olivier Roy : “Parler de guerre ne fait que renforcer le discours de Daech, parce que cela les présente comme la grande menace mondiale”

Le 14 juillet dernier, Mohamed Lahouaiej Bouhlel faisait près de 90 morts à Nice. L'attentat, réclamé par l'Etat Islamique, a réactivé le langage politique et médiatique de la guerre contre le terrorisme, au risque de renforcer l'EI.

Erreur linguistique et stratégique

Publié le - Mis à jour le 22 Juillet 2016
Olivier Roy : “Parler de guerre ne fait que renforcer le discours de Daech, parce que cela les présente comme la grande menace mondiale”

Atlantico : Selon un sondage IFOP, seuls 33% font confiance au gouvernement pour lutter contre la menace terroriste, contre 50% en novembre 2015. De la même façon, seuls 23% pensent que l’opposition ferait mieux que le gouvernement au pouvoir (sur l'ensemble de son action). Au-delà de la défiance de la population à l’égard de ses dirigeants, comment est-il possible de concilier, pour la classe dirigeante, la nécessité de réponse rapide et la nature complexe de la situation ?

Olivier Roy : Une réponse rapide ne peut être que rhétorique, c’est le problème. Nous assistons à deux discours qui sont tous les deux des discours de guerre.  Le premier est celui de l’unité nationale, qui est celui du Président alors que l’autre consiste à attaquer l’exécutif en disant "vous êtes incapables de répondre à la guerre".

Nous n’en sortirons pas parce qu’il n’y a pas de mesures de court terme en dehors de celles qui relèvent du bon sens, en l’espèce, de ne pas laisser un camion s’approcher d’une foule. Il est possible de prendre des micro-mesures au niveau local mais nous n’empêcherons jamais ce genre d’individu de commettre un attentat. Un homme qui est obsédé à l’idée de commettre un massacre de masse trouvera toujours la faille. Il n’y a donc pas de solution sécuritaire de court terme.  

Concernant les solutions de long terme, le problème est toujours le même ; il s’agit d’identifier ce qu’est la vraie menace. Maintenant, je pense que l’on est en train de se rendre compte que le problème du terrorisme, ce ne sont pas les mosquées salafistes, même si cela peut être une posture politique payante. Ce que l’on a, ici, c’est bien l’islamisation de la radicalité, c’est-à-dire des hommes qui vont inscrire une action de type suicidaire, ce que l’on a vu à Nice, dans le grand narratif de Daech. Aujourd’hui, Daech fascine tous ceux qui sont en recherche de radicalité et/ou de suicide. Ainsi, parler de guerre ne fait que renforcer le discours de Daech, parce que cela présente Daech comme la grande menace mondiale. On entre ici dans un  cercle vicieux.

Selon un autre sondage IFOP, cette logique de guerre, investie par l’ensemble de la classe politique française, ne trouve pas un écho total dans la population. Celle-ci pensant à 50% que "La France a subi une attaque terroriste sans précédent mais n’a, pour autant, quand même pas basculé véritablement dans une situation de guerre". Comment expliquer cette différence entre offre politique et la population ?

Je crois qu’il y a du bon sens de la part de la population. La logique de guerre ne fait qu’aggraver la situation, elle rend encore plus "désirable" ce type d’action pour des jeunes en quête "d’héroïsme". Puisque cela est bien comme cela qu’ils voient les choses. La rhétorique de la guerre est en cela dangereuse puisqu’elle oblige en plus à faire la guerre. En suivant cette logique, en disant que c’est la guerre, cela signifie qu’il faut envoyer plus de troupes en Syrie, augmenter la pression en Syrie et en Irak. Or, tant qu’il s’agit de bombardements aériens, il n’y a pas de rupture de logique. Mais envoyer des troupes terrestres revient à tomber dans le piège, parce que c’est ce que Daech veut. Et on ne tire aucune leçon de l’Afghanistan et de l’Irak. Il faut donc faire très attention parce que les mots ont un poids.

Si on dit qu’on fait la guerre, il faut faire la guerre, mais ou fait on la guerre ? Dans les rues de France, la guerre à qui ? Contre des fantômes, des gens plus ou moins isolés qui vont surgir de leur trou et mourir ? Ou bien fait-on la guerre ou l’on pense que le cerveau de tous les attentats se trouve, c’est à dire quelque part entre la Syrie et l’Irak ? Mais ce qu’on oublie, c’est que cette guerre au Moyen Orient n’est pas la guerre de Daech contre le reste du monde. C’est une guerre complexe, souvent à front renversé ou vous avez de nombreux intervenants ; les turcs, les kurdes, Bachar el-Assad, les chiites, l’Iran, l’Arabie Saoudite…et là je dis "bonne chance". Les américains, eux, sont bien décidés à ne pas faire la guerre.

Vous considérez que le gouvernement devrait en faire plus pour communiquer sur l’affaiblissement de Daech sur le terrain ?

Daech est en régression sur le terrain. Mais cela ne se fera pas rapidement, il faudra des mois ou des années. Parce que Daech n’est l’ennemi principal d’aucun des acteurs locaux.  Chaque acteur local a un ennemi plus important que Daech. Les irakiens visent Mossoul et s’y arrêteront.  Pour Bachar el- Assad, Daech est très pratique, celui lui permet de faire du chantage à l’occident, en disant qu’il est le seul à pouvoir se battre contre Daech. Pour les turcs, ce sont les kurdes qui sont l’ennemi principal. Pour les saoudiens, c’est l’Iran qui est l’ennemi principal, ils ont peur qu’un vide laissé par Daech puisse être rempli par l’Iran et le Hezbollah.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par AvecNS - 19/07/2016 - 08:17 - Signaler un abus J'ai arrêté la lecture

    .... à "le problème du terrorisme, ce ne sont pas les mosquées salafistes"... Bisounours !

  • Par Deneziere - 19/07/2016 - 08:59 - Signaler un abus Pas absurde, mais pas très avancé

    AvecNS: moi aussi, j'ai trouvé ce passage irritant; quand on voit que 3 mosquées sur 5 à Bézier ont refusé de signer la charte de la mairie, il est clair que le problème est aussi là, mais pas que. Exemple: ce type, à Nice, ne fréquentait pas de mosquée, pas plus que ses prédecesseurs. Le reste de l'article n'est pas absurde, même s'il est léger en termes de propositions. D'une manière générale, je ne vois pas bien ce que les commentateurs de droite (ici même, ou à Causeur, par exemple) reprochent à O. Roy. Si on ignore le fait islamiste, on est un bisounours, OK, mais si on fait une fixette dessus, on va rater une grande partie du problème. Oui, ces types se sont islamisés et pas christianisés; mais avant de faire cela, ils étaient déjà des violents, des abrutis et des ratés de la vie, et sans affiliation religieuse.

  • Par Lafayette 68 - 19/07/2016 - 09:56 - Signaler un abus " mettre au point des détecteurs de radicalisation"

    Le gars de Nice était passé en justice , a subi une condamnation , n'est pas français mais ressortissant tunisien , musulman ! Et il peut passer par le trottoir avec un gros camion un soir de 14 juillet dans une zone interdite en plein état d'urgence ! On rêve !

  • Par langue de pivert - 19/07/2016 - 10:20 - Signaler un abus Foutez moi tout ça dehors !

    L'état islamique n'est pas un problème. Le problème c'est l'islam dans sa globalité. L'islam en France et en occident bien sûr. Car il n'est pas concevable de s'attaquer à l'islam en terres musulmanes : de quel droit ? La secte musulmane doit-être extirper de l'occident et on y verra plus clair. Tout l'islam sans se perdre dans des nuances sans intérêt. Les seuls à pouvoir arrêter les attentats en occident sont les "muzz occidentaux"...et ils s'en gardent et s'en garderont bien ! (sinon on s'en serait aperçu depuis + de 30 ans qu'ils sévissent) Soit par peur, soit par complicité active ou passive, soit par adhésion/participation. Faire le tri là dedans est sans intérêt ! Pourquoi faire ? Seul le résultat compte. Faut savoir ce qu'on veut.

  • Par jurgio - 19/07/2016 - 10:49 - Signaler un abus Oui, pas de doute

    Ces velléités de guerre des Européens donnent aux islamistes un statut privilégié de grande puissance de combat, ressuscitant la belle tradition mahométane des hordes de guerriers déferlant sur les infidèles. « Saladin, reviens-nous ! » crient-ils.

  • Par J'accuse - 19/07/2016 - 12:06 - Signaler un abus Ouais, peut-être, mais c'est pas le vrai problème

    La police nationale aurait tout simplement installé des barrages avec des herses et des plots en béton aux entrées de la promenade des Anglais, on n'en serait pas là. Un camion n'est pas un char d'assaut ! Personne ne nous dit comment on a sécurisé l'hommage du 18 juillet, au même endroit, en présence de ministres qui, eux, doivent absolument être bien protégés ... Le pouvoir nous égare en parlant d'attentat inévitable (terroriste indétectable et camion inarrêtable) pour fuir ses responsabilités : guerre ou pas guerre, il n'a pas pris les mesures nécessaires pour protéger les fêtes populaires, pas plus qu'il ne prend les bonnes décisions pour lutter contre l'islamisme, base du terrorisme. Hollande avait même annoncé la fin de l'état d'urgence, tellement il était content qu'il n'y ait eu aucun attentat pendant l'Euro, et Valls justifie son prolongement a posteriori comme si cela permettra d'arrêter des camions !! Le problème, le vrai, c'est que la France est dirigée par des incapables.

  • Par vangog - 19/07/2016 - 12:29 - Signaler un abus Ben oui! C'est la grande menace mondiale...

    l'islamisme! Selon Olivier Roy, il faudrait taire et manipuler, comme font les médias Bilderberg? Cela a été d'une extraordinaire efficacité, jusqu'à présent, le mensonge médiatique...

  • Par REVERJOVIAL - 19/07/2016 - 13:42 - Signaler un abus Pauvre discours d'intellectuel

    Se méfier des intellectuels, la plupart n'ont pas prévu la monté du Nazisme, quelquefois soutenu, ont été compagnon de route de Staline, Mao et consorts et sont les responsables de 30 ans de l'occultation du danger islamique et de son invasion.

  • Par raslacoiffe - 19/07/2016 - 15:54 - Signaler un abus Propos politiquement bien corrects.

    Article peu utile à part de nous faire comprendre en creux que le gouvernement agit pour le mieux face à cette fatalité qui nous accable. Non M. Roy ce gouvernement est responsable de cette situation qu'il entretient par nécessité électoraliste. Le padamalgam est une incitation à l'inaction et a vocation à contrecarrer toutes velléité de l'opposition. D'ailleurs les médias semblent à nouveau à l'unisson sur ce concept, sûrement impulsés par tous les communiqués de presse de l'Elysée. Moije président a besoin de briller en lançant des opérations extérieures et peu importe les dommages collatéraux en interne. De plus les dérives intérieures sont ignorées voire imputées avec mépris au camp adverse. Il est à noter que le journaliste d'Atlantico mélange deux sondages qui ne répondent pas à la même question en disant que seuls 23 % des Français pensent que l'opposition ferait mieux. Les 23 % portent sur l'ensemble des actions du gouvernement y compris économiques alors que les 33 % faisant encore confiance au gouvernement portent uniquement sur les problèmes de sécurité. Comparons les mêmes données SVP.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 19/07/2016 - 16:36 - Signaler un abus Ok pour ne pas leur donner + d'importance qu'ils n'en méritent..

    Mais alors de quoi vont parler les journaleux et les politicards.......d'économie ??? Et puis pour EI ça sent la fin, pour qu'ils en soient réduits à sponsoriser des zomos, c'est qu'ils n'ont plus grand chose en magasin.........ça va même faire fuir les autres..

  • Par arcole 34 - 19/07/2016 - 17:06 - Signaler un abus UNE CHOSE DAECH A GAGNE LA BATAILLE DE LA CMMUNICATION MONDIALE

    Il fallait vraiment se faire intoxiquer pour pouvoir penser une seule seconde que DAE'SH allait rempoter militairement la guerre en Syrie et en Irak, en effet comment des miliciens certes fortement équipés sur les stocks abandonnés par l'armée Irakienne qui s'est enfuie sans combattre, pouvait-il gagner des batailles contre la coalition internationale déployant un puissance de feu jusqu'à présent jamais utilisée. il s'est lancé sur ces zones de guerre un volume de bombes équivalent à celui des guerres de Corée, du Vietnam, de l'Indochine ??. Vraiment ils faisaient forts les djihadistes et là nous pouvions parler selon les spécialistes de guerre asymétriques et les opinions publiques ont été intoxiquées comme si les bombardements massifs des zones prises par les djihadistes étaient autant de victoires pour eux ?quand on sait que cela a eu pour effet d'assécher leurs profits mais aussi d'assécher le recrutement de volontaires à la vue des pertes subies assez énormes mais cela il e fallait pas le dire et les gouvernements ont accrédités l'idée d'un probable victoire des djihadistes sachant que les pays arabes de la région ne se sont pas engagés dans cette guerre laissant la coalition

  • Par arcole 34 - 19/07/2016 - 17:16 - Signaler un abus UNE CHOSE DAECH A GAGNE LA BATAILLE DE LA CMMUNICATION MONDIALE

    faire la sale travail à leurs places, pour faire simple les émirats du coin tous réunis ont une flotte aérienne de plus de 600 avions de combats, seule l'Arabie Saoudite a engagée 15 avions qu'elle vient de retirer de la coalition?. Mais à contrario et c'est une chose avérée DAES'H sait très manipuler l'information par le biais des réseaux sociaux, du dark numérique et des journaux et communiqués d'information. ils utilisent une bonne vieille tactique que d'autres ont utilisés avant eux qui est de pourrir les arrières de l'ennemi. Et ils y sont arrivés par le biais de la communication, cela on ne peut pas le nier et ils arrivent à susciter des vocations auprès de jeunes en mal d'identité dans nos pays européens et l'exemple de Nice est emblématique tout comme les derniers attentas de l'année dernière. Effectivement combien de lieux de radicalisation fermés ? combien de sites internet bloqués? combien d'expulsions de personnes sympathisantes ouvertes de l'EI? Si ce n'est un hypothétique bilan nous avons évités de gros attentats?.Une fois de plus la gauche est empêtrée dans ses contradictions entre ue frange qui est tout sécuritaire et qui prône un socialisme national et une gauche

  • Par arcole 34 - 19/07/2016 - 17:29 - Signaler un abus @UNE CHOSE DAECH A GAGNEE LA BATAILLE DE LA COMMUNICATION

    Ultra doctrinaire qui prend ses sources dans l'extrémisme de gauche et qui se veut la figure de proue de la contestation du modèle capitaliste . Montrant sa forte appétence pour la radiclalité de daes'h sachant par avance que des militants à eux se sont convertis à l'islam radical. il vous suffira de vous rappeler que la NPA à une époque avait présnté une candidate à des élections portant un voile pour comprendre la vrai visage néfaste de la gauche . Comment concilier le fait d'avoir défendu un modèle intégrationniste et d'avoir favoriser une mise sous tutelle sociale à coup d'allocations sociales des personnes dont les enfants actuellement rejettent sous le couvert identitaire ce modèle et rejoignent physiquement mais aussi par l'esprit les radicaux islamistes. crachant ainsi dans la soupe qui les a nourri grassement au détriment de la majorité de la population de notre pays et qui plus est tirent dans le dos de leurs fidèles amis que sont la gauche et l'extrême gauche . Les Merah, Fofana, Boulej et compagnie , combien de types de ce genre attendent-ils dans l'ombre pour passer à l'action. En fait tous les révolutionnaires contemporains de Mao au Che triomphent post mortem , hélas

  • Par Texas - 19/07/2016 - 22:24 - Signaler un abus Les Talibans dans les années 90...

    ....offraient des cibles choix . Il semble qu' entre-temps les cadres du Djihadisme se soient inspirés de la Théorie du Poisson dans l'Eau de Mao . Ils sont désormais parmi nous avec la condescendance du Politique et les flux migratoires incontrôlés . Nous sommes partis pour une Guérilla de plusieurs décennies dans le meilleur des cas .

  • Par arcole 34 - 20/07/2016 - 16:02 - Signaler un abus @Texas - 19/07/2016 - 22:24

    Je suis d'accord mais simplement il ne s'agit pas pour nous d'une guerre au Mexique mais hélas d'une guerre de trente ans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Roy

Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.

Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'IslamismeSon dernier livre, Le djihad et la mort, est paru en octobre aux éditions du Seuil. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€