Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouvelle zone de libre-échange asiatique : une nouvelle menace pour l’Europe ?

Malgré leurs disputes territoriales, le Japon, la Chine, et la Corée du Sud ont entamé mardi 20 novembre des négociations pour l'établissement d'une zone de libre-échange lors d'un sommet de l'Asie de l'Est , selon des diplomates à Phnom Penh. Les pourparlers en sont à leur début, mais une telle zone commerciale pourrait contrebalancer la première puissance commerciale qu'est l'Union européenne.

A l'Est, du nouveau

Publié le

Atlantico : La Chine, le Japon et la Corée du sud ont lancé des négociations mardi 20 novembre lors d'une réunion au Cambodge pour l'établissement d'une zone de libre-échange, selon des diplomates. Un accord de libre échange entre les trois plus grosses économies asiatiques concurrencerait-il la première puissance commerciale mondiale qu'est l'Europe ?

Michel Fouquin: L’accord prendra sans doute beaucoup de temps -s’il se réalise ce qui n’est pas certain. Il n’est en aucun cas dirigé contre l’Europe. Pour la Chine, il s’agit de contrer la stratégie américaine visant à promouvoir le projet de TranspacificPartnership et la priorité donnée sur le plan militaire à la présence américaine en Asie.

Pour le Japon et la Corée, il s’agit de garantir leur accès au fabuleux marché chinois qui a déjà joué un rôle majeur ces dix dernières années pour leur économie. A mon avis, on va assister à un recentrage de leur commerce sur l’Asie : d’une part la Chine a prévu de rééquilibrer sa croissance vers plus de consommation intérieure, d’autre part les prévisions de croissance les plus modérées donnent un fort dynamisme de la zone comparée au reste du monde même si c’est moins que pour la décennie écoulée. Autre facteur allant dans ce sens, c’est la volonté chinoise  de créer une zone monétaire Renminbi pour lutter conte la domination du dollar et des organismes financiers -comme le FMI- qui sont entre les mains des occidentaux. Un accord financier existe entre les trois pays qui prévoit des facilités de crédit en cas de crise financière internationale.

Cet accord est-il réalisable ? Sur quels points bloquerait-il ?

La concurrence est extrêmement vive entre ces pays même s’il y a déjà beaucoup d’investissements industriels directs du Japon et de la Corée en Chine. Tous sont spécialisés dans la filière mécanique : acier automobile et électronique,télécom, composants, informatique et à chaque fois, ce sont des entreprises japonaises ou coréennes qui sont impliquées. La Corée et la Chine sont déjà en négociation depuis  le mois de mai. Avec le Japon, c’est plus compliqué parce qu’en général, ce pays est plus prudent (avec par exemple la négociation avec l’Union Européenne qui a débouché avec la Corée en juillet 2011 alors qu’on ne voit pas quand cela se fera avec le Japon). De plus, les désaccords territoriaux qui opposent le Japon aux deux autres partenaires n’arrangent rien. Mais la Chine dispose d’un atout maître : on l’a vu avec le succès du boycott des produits japonais en  Chine. Cela a entraîné un arrêt des chaînes de production d’automobiles japonaises  installées en Chine, or la production japonaise en Chine dépasse maintenant sa production au Japon. Donc si la Chine le veut,  elle a de solides arguments à faire valoir.

En dehors de la zone il y a aussi une concurrence féroce pour l’accès aux matières premières dont ils sont tous les trois d’importants importateurs.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Fouquin

Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€