Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non, l’identité nationale n’est pas un gros mot ! L’islamisme si…

Atlantico a ouvert un débat sur cette épineuse question. C’est intéressant, mais il y a des choses qui doivent être dites.

C’est la guerre ?

Publié le - Mis à jour le 10 Avril 2016
Non, l’identité nationale n’est pas un gros mot ! L’islamisme si…

"L'islamisme radical" serait un gros mot.  Crédit Reuters

Procès est fait à Manuel Valls pour les propos qu’il a tenus lors d’une réunion du "Sursaut" au Théâtre Déjazet. Le Premier ministre a fixé comme objectif prioritaire le combat culturel, idéologique et même identitaire. Ce faisant, il a relégué au second plan les questions sociales et économiques, des marqueurs traditionnels de l’ancrage à gauche. Et il a désigné l’adversaire à combattre : l’islamisme, et pour être précis le salafisme dont Valls estime qu’il a d’ores et déjà gagné la bataille des idées dans nos banlieues.

Et là, tempête sous les crânes. Qu’est-il arrivé à Valls ? Qu’est-ce qui lui a pris d’entonner le chant guerrier de la laïcité et de la République ? Le Premier ministre se voit reprocher des arrière-pensées politiques. Il en a, bien sûr. Quel homme politique n’en a pas ? Ce n’est pas ce procès-là que nous ferons à Valls. Mais un autre. Celui d’avoir accepté, par ambition mal placée, par désir mal refréné de pouvoir, de devenir Premier ministre de François Hollande. Ce qui, à regarder la réalité de 2016, équivaut pour lui à un suicide politique.

Il est vrai que les mots "République" et "laïcité" n’ont qu’une vertu, une bien petite vertu, incantatoire. On dit (Valls et bien d’autres) République pour éviter de dire France. On dit (comme il le fait) laïcité parce qu’on n’ose pas dire qu’il est question de faire la guerre au voile en particulier et à l’islam en général. Des mots cache-sexe donc. Il faut aller au-delà du cas personnel de Valls et de son avenir qui est de peu d’intérêt. Dans un excellent, et bienvenu, article, Serge Federbusch le fait très bien.

On peut trouver étonnant, mais quand même pas scandaleux, que l’identité nationale suscite quelques frissons amoureux à gauche. C’est nouveau et ça s’appelle, selon la bonne trouvaille d’un hebdomadaire, "la gauche Finkielkraut". Nombreux sont ceux qui à gauche, et aussi à droite, trouvent ça bizarre. En effet, les notions de patrie, de drapeau tricolore, d’identité nationale ont été depuis longtemps préemptées par le Front national. En son temps, et sur les conseils d’Henri Guaino, Sarkozy avait tenté de s’en emparer en voulant créer un organisme où voisineraient les mots "immigration" et "identité nationale". Mal lui en a pris : il a dû capituler en rase campagne.

Les temps ont changé. Et quand les temps changent, les hommes font de même. Qui pourrait rester aveugle devant les avancées galopantes de l’islamisme ? Qui pourrait nier que, l’Union européenne étant devenue un triste champ de ruines, la patrie est aujourd’hui une idée neuve ? Et c’est elle, et elle seule, qui permet aujourd’hui d’accueillir l’autre, l’étranger. Le migrant, l’immigré fait peur, très peur, quand on ne sait pas, ou plus, ce qu’on est. Comment demander à des hommes fragilisés dans leur identité niée et bafouée de ne pas ressentir comme une menace la présence près d’eux d’autres hommes venus d’ailleurs, et dont l’identité, surtout religieuse, est solidement affirmée ?

Un jour, j’étais dans un petit village de Poitou-Charentes. Pendant l’Occupation, ses habitants avaient hébergé et caché des enfants juifs pour leur éviter un voyage sans retour vers Auschwitz. Une cérémonie du souvenir y était organisée. Il y eut des discours. Et nombre d’entre eux furent émaillés de phrases en patois local.

Ceux qui parlaient ainsi étaient de chez eux. Oui, de chez eux ! Et c’est précisément parce qu’ils étaient de chez eux qu’ils avaient eu le courage simple d’accueillir ceux qui ne l’étaient pas. Ils étaient de gauche : un îlot protestant dans une région traditionnellement catholique. Et ils connaissaient tous sans doute la célèbre phrase de Jaurès : "Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale ; beaucoup de patriotisme y ramène."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 08/04/2016 - 09:34 - Signaler un abus Crise identitaire de Valls?

    Les identitaires Niçois, alliés de Marion Marechal Le Pen, lors des dernières Régionales, mais battus par une coalition Estrosi-socialistes-ecolo-cocos, doivent être heureux de cette revanche de l'histoire. A propos, Benoit Rayski, comment savez-vous que ces habitants de ce petit village de Poitou-Charentes etaient tous gauchistes? Cette révélation surprenante est-elle la manifestation de votre subconscient?...

  • Par ISABLEUE - 08/04/2016 - 10:05 - Signaler un abus Hé hé

    Valls se zemmourise...

  • Par Borgowrio - 08/04/2016 - 12:49 - Signaler un abus virer par les urnes les collabos

    Les voix des électeurs , voilà le seul moteur de la politique . Il y a actuellement en France , et en Europe , une course contre la montre des électeurs non musulmans , qui doivent changer le logiciel islamo-gauchiste avant que les musulmans deviennent majoritaires .. C'est aussi simple que ça ...

  • Par cloette - 08/04/2016 - 12:57 - Signaler un abus oui

    il y a avancée de l'islamisme , diificile de dire le contraire, mais là où je tique c'est que je constate que si on se heurte à ce probleme , c'est bien à cause des politiques des gouvernements successifs dont Valls fait partie . Curieux que Macron evacue le probleme de l'Islamisme et ne parle que d'economie et Valls le contraire qui évacue l'économique et ne parle que d'islamisme . tout le monde patauge , le brouillard est épais , pauvre France ! ( pauvre République , ça ne sonne pas bien )

  • Par Geolion - 08/04/2016 - 23:57 - Signaler un abus Déradicalisation club Med !

    D'après le Figaro : " http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/04/08/01016-20160408ARTFIG00268- stage-de-plongee-cours-le-boxe-les-etranges-methodes-de-deradicalisation.php ", des stages de plongée, de catamaran, des ballades en vélo, des cours le boxe, des matchs de foot sont proposés aux islamistes pour soit disant les déradicaliser... ! Le malheur est que les islamistes déclinent ces propositions....Faisons-nous les étonnés ?? Alors qu'il y a d'honnêtes familles qui n'ont pas le sou pour les vacances de leurs enfants, notre justice dépense à tout va en pure perte !! D'autant qu'après ces sorties des prisonniers oublient de réintégrer leur prison....Ben voyons !Combien ça coûte pour les retrouver ??? Et combien de policiers mobilisés pour ça ?? Mais dans quel pays vivons-nous ?? Ça va "péter" plus vite qu'on ne le croît...!

  • Par cloette - 09/04/2016 - 07:50 - Signaler un abus @Geolion

    "Dans quel pays vivons nous ?" Il vaudrait mieux dire dans quel monde vivons nous ? Il n'y a plus de pays , c'est terminé .

  • Par Texas - 09/04/2016 - 22:38 - Signaler un abus Si l' on a en mémoire..

    ...les postures indignées des Socialistes lors de l' évocation d' un Ministère de l' Identité Nationale par Mr Sarkozy , aucunes de leurs déclarations actuelles ne doit prêter la moindre attention .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€