Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Michel Onfray et la décadence de l’Occident… Oui mais y a-t-il vraiment une autre civilisation en meilleure forme ?

Face aux difficultés que connaît l'Occident, les forces politiques, économiques et technologiques seront celles qui façonneront l'avenir, incarnées notamment par la Silicon Valley et la Chine.

Disparition programmée

Publié le - Mis à jour le 13 Janvier 2017
Michel Onfray et la décadence de l’Occident… Oui mais y a-t-il vraiment une autre civilisation en meilleure forme ?

Atlantico : Le thème de l'affaiblissement de notre civilisation occidentale/judéo-chrétienne est récurrent ces derniers temps. Certains vont plus loin, à l'instar de Michel Onfray qui, dans son dernier livre, Décadence, affirme que celle-ci est sur le point de disparaître. A cela s'ajoutent les calculs réalisés par le professeur de mathématiques de l'université du Connectictut, Peter Turchin qui, d'après les modèles généralement utilisés en cliodynamique (domaine de recherche pluridisciplinaire visant à décrire des dynamiques historiques par le biais de modèles mathématiques - ndlr), prévoient une forte aggravation de l'instabilité sociale et de la violence politique, pouvant conduire à la fin de notre civilisation, dans le courant des années 2020.

Dans quelle mesure notre civilisation est-elle amenée à disparaître ? L'Histoire est-elle vouée à se répéter comme l'affirme Michel Onfray pour qui "Toutes les civilisations ont connu cette loi de l'Histoire. Pourquoi la notre, après 2000 ans d'existence, y échapperait-elle ?" ?

Gilles Lipovetsky : Nous parlons de civilisation judéo-chrétienne : ce sont effectivement nos racines, mais en même temps les sociétés dans lesquelles nous sommes ne sont pas que des sociétés judéo-chrétiennes ; ce sont avant tout des sociétés modernes depuis la Renaissance, avec le protestantisme, et surtout depuis le XVIIIème siècle. La modernisation n’est pas le judéo-christianisme. Il y a un lien évident, mais c’est une invention. La modernisation peut s’appliquer dans d’autres civilisations. Cette modernisation repose sur trois grandes logiques : la technoscience, le marché, et l’univers démocratique individualiste.

Ces phénomènes-là trouvent des racines – et en particulier pour l’individualisme –le judéo-christianisme. Toutefois, il s’agit d’une sécularisation de la religion chrétienne. Depuis longtemps, au niveau des mœurs, on parle de société post-chrétienne : les individus n’ont plus connaissance de la Bible, le catéchisme est en chute libre, les pratiques religieuses s’émancipent, etc. Présenter tout cela comme une grande révélation ne traduit pas la réalité. Nous sommes une civilisation judéo-chrétienne par notre Histoire, mais nous ne sommes pas que ça. Dans notre vie quotidienne, lorsque vous allumez votre smartphone, que vous voyagez, que vous allez travailler, vous n’êtes pas judéo-chrétien mais c’est la modernité qui est à l’œuvre. Les civilisations ne se définissent pas uniquement par leur Histoire. D’ailleurs, nous ne sommes pas une société judéo-chrétienne mais d’origine judéo-chrétienne. Entre temps, il y a eu les Lumières qui nous ont fait basculer dans la modernité. Par rapport à la religion, le grand processus qui nous caractérise, c’est la sécularisation. Sur ce plan-là, dire que notre civilisation va mourir, c’est omettre la réalité car d’une certaine manière, elle l’est déjà ; d’ailleurs quand on lit Nietzche, on retrouve cette idée-là avec la mort de Dieu. En France par exemple, une grande catégorie de personnes ne se définit plus par le religieux. Par ailleurs, lorsqu’on parle de civilisation judéo-chrétienne, on omet totalement la Grèce : on lui doit l’invention de la démocratie, de la philosophie, de la tragédie, de l’art représentatif, etc. ; tout ceci n’est pas judéo-chrétien. Plutôt que mourir, il est préférable de dire que notre société se transforme, aujourd’hui par la virtualisation, l’intelligence artificielle, etc. toutes ces choses qui font partie de la technoscience. 

A lire aussi sur notre site : "Le début de la fin pour l'Occident ? Un mathématicien a mis au point un modèle qui prédit un effondrement social dans les années 2020 (et son modèle décrit très bien les siècles passés...)"

Dans son dernier essai, Michel Onfray propose notamment deux hypothèses de civilisation pouvant remplacer la notre : l'islam - dans une interview accordée au Point, il affirme que "Dans une civilisation atomisée et nihiliste comme la nôtre, dans laquelle la communauté n'existe plus, pas plus que le désir de contribuer à la communauté, soudain le croyant musulman a des frères et des valeurs communes. Comment pareille adhésion qui sécurise n'aurait-elle pas de succès dans un monde d'angoisse généralisée ?"- et la Silicon Valley - dans cette même interview, il précise que "le transhumanisme est la branche sur laquelle risque de cristalliser la civilisation d'après les civilisations". Au regard de leur état actuel et de leurs caractéristiques propres, l'islam et la Silicon Valley sont-ils effectivement en mesure de remplacer la civilisation judéo-chrétienne ? 

Le constat de l’atomisation, de la fragmentation individualiste, est indéniable. Face à cet éclatement du social, cette individualisation suscite du malaise, de l’anxiété inévitablement. Reste à savoir si les anciens modèles comme le religieux seront à même de répondre à cette question. Malraux disait d’ailleurs que le XXIème siècle serait religieux ou ne le serait. Je ne suis pas de cet avis car c’est sous-estimer la puissance de l’individualisme social. Je pense que cela est exact pour les catégories de personnes particulièrement vulnérables et qui ne supportent pas cette perte de repères ; et il y en a ! Cette faiblesse de l’individualisme génère ainsi chez certains un besoin de collectif, de croyance, de vérité. Toutefois, il n’y a aucune raison de dire que l’islam va se substituer à toutes les autres formes de technologies dans cette optique de retrouver une sorte de sérénité dans la vie.

Le malaise individualiste n’est pas abyssal chez tous : les individus continuent à sortir, aimer, se divertir. Même si cela peut susciter de l’anxiété, cela ne veut pas dire que l’anxiété est telle qu’on est prêt à lire le Coran. Il ne faut pas caricaturer les choses. Parce qu’on ne parle que d’islam, on n’a l’impression qu’il n’y a plus que cela. Tout d’abord, la radicalisation islamiste touche trop de gens hélas, mais qui restent une petite minorité. La majorité des individus cherche le bonheur, et non pas à se perdre dans un référentiel collectif. Cette conversion forte touche surtout les jeunes d’ailleurs. J’observe aussi qu’une majorité de musulmans recherchent le bonheur, le plaisir, la consommation, etc. On a l’impression que, tout à coup, l’individualisme et le consumérisme sont totalement des échecs ; or ce n’est pas le cas : il faut plutôt parler d’échec partiel. L’avenir réside dans le fait que les individus recherchent des solutions individualistes pour régler des problèmes individualistes : c’est cela l’avenir, et non pas le retour du religieux. C’est un peu désagréable comme sensation : à force de parler que de religieux, on a ainsi l’impression que soit c’est la solution à tout, soit le malheur de tout. La réalité sociale, encore une fois, est beaucoup plus bigarrée. Les dynamiques qui se poursuivent sont celles de l’individualisation et du consumérisme, et ce partout. Un exemple : regardez le succès de tout ce qui concerne le développement personnel. On dénombre aujourd’hui plus de 400 psychothérapies dans le monde ; sans compter les anxiolytiques et autres antidépresseurs dont les Français sont de grands consommateurs. Le monde moderne offre une panoplie de solutions très larges, même si ce ne sont pas forcément les bonnes. Ce qui me gêne avec le raisonnement évoqué plus haut, c’est qu’il est absolutiste, comme si nous avions d’un côté l’individualisme, considéré comme mauvais, et de l’autre la religion qui constitue un holisme, la communauté, la vérité, ce qui attire les individus. Or ceci va à l’encontre de toutes les observations sociologiques faites depuis quarante ans. La dynamique profonde et irréversible à l’œuvre est celle d’une hyperindividualisation, par rapport à la famille, au religieux, et ce à l’échelle planétaire, y compris dans les pays musulmans. Les gens ont tendance à avoir aujourd’hui un rapport individualisé à la religion : ils conservent ceci du dogme, rejettent cela, affirment leur désaccord avec le pape, se disent croyant mais ne vont pas à la messe, etc.  

Dans le consumérisme, les individus ne se définissent pas uniquement à la Silicon Valley. Toutefois cette dernière, par les technologies qu’elle met en œuvre, rajoute un cran supplémentaire dans la dynamique d’individualisation. Le smartphone par exemple sert au voyage, à travers les applications de réservation de billets et d’hôtels, à la drague à travers les applications de rencontres, etc. La Silicon Valley produit des moyens pour permettre aux individus de trouver ce qu’ils cherchent : le bonheur, le plaisir, ces idéaux individualistes que les gens cherchent depuis le XVIIIème siècle. Les outils ne sont donc pas une fin en soi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 08/01/2017 - 11:54 - Signaler un abus Bon sens

    Méfions nous, évidemment, des diagnostics lapidaires à la Michel Onfray. Notre civilisation n'est pas déjà morte, car elle n'aurait alors, plus d'ennemis. Or nous sommes attaqués et encore vivants et donc tous les espoirs sont permis.

  • Par vangog - 08/01/2017 - 13:12 - Signaler un abus "la fragmentation individualiste"???????

    Nos societésoccidentales n'ont jamais été aussi solidaires, consacrant une part de plus en plus importante de leur PIB à la solidarité, l'argent déversé pour les associations caritatives n'a jamais été aussi liquide! les divers fonds de solidarité internationaux n'ont jamais été aussi nombreux! Sur quel argument objectif, ce base ce socialistologue pour pointer du doigt une fantasmée "fragmentation individualiste"? La solidarité est partout, rendue obligatoire par des lois accumulatives et pléthoriques, mais les vieilles méthodes trotskystes ont la vie dure...Pour imposer leur doxa mondialiste, ces pseudo-chercheurs en subventions doivent infuser dans les esprits crédules leur catastrophisme sociétal, dont le "grand méchant individualisme" serait seul et unique responsable...sinon pas de subventions!

  • Par Deudeuche - 08/01/2017 - 14:32 - Signaler un abus Stocker du 22 LR des boîtes de conserves, et

    installer un poêle à bois dans la maison et cultiver ses légumes dans le jardin ou sur le balcon. Sinon tout va bien.

  • Par A M A - 08/01/2017 - 14:45 - Signaler un abus Dans toutes les civilisations

    Dans toutes les civilisations existent des minorités qui refusent la décadence et qui maintiennent l'espoir.. Elles disparaissent lorsque la majorité se régale de sa propre déchéance et que ses gouvernements, par démagogie et par mépris, se régalent de les voir s'avilir. C'est plus souvent dans le populisme que dans des "élites blasées et paresseuses" que réside l'espoir .

  • Par moneo - 08/01/2017 - 19:37 - Signaler un abus l'incohérence de Onfray

    Comme d'habitude il étale sa culture , dénonce les religions des bédouins,les idées de Rousseau faisant abstraction du réel .C'est d'ailleurs un peu la trame de sa réflexion et Crac...au beau milieu de sa démonstration , dénonçant des situations datant de millénaires parfois , il se prend les pieds dans le tapis du gauchiste qu'il demeure.il est capable de ne pas voir ou refuser de voir la réalité sous ses yeux;Il nie purement et simplement l'augmentation du PIB et donc du pouvoir d'achat des pays ayant participé à la mondialisation avec une démonstration stupide.Il affirme que si on ajoute les revenus et le capital de madame Bettencourt à celui d'un smicard ,on aura une augmentation du PIB mais pas du pouvoir d'achat du smicard : D'après lui ,ces cohortes de chinois qui font le C A de nos grands magasins ou qui achètent nos vins ou nos vignobles d'ou viennent ils? Tous du PC?en 1950 il y avait 50000 voitures en Chine pour les dignitaires;il y'a aujourd'hui des millions de voitures?sans doute nées du saint esprit ( pardon il est Athée c'est à dire croyant de la non croyance) ;on commence à avoir des vélos pousse pousse à Paris avant c'était en Chine ...

  • Par Jean-Benoist - 08/01/2017 - 20:41 - Signaler un abus On m'a appris a l'école que

    Notre civilisation etait greco romaine et une religion judeo chrétienne. . Alors poyrquoi oublier ces racines greci romaine? En outre, notre générosité et solidarité de citoyens sont tellement importantes que ce sera la cause de notre disparition. .. Alors stop arretons de culpabiliser et affirmons notre volonté de conserver nos valeurs

  • Par jurgio - 08/01/2017 - 23:42 - Signaler un abus Onfray perd pied car les idélogies se révèlent impuissantes

    Une civilisation est le résultat d'une manière de vivre et non un concept arbitraire qu'on veut contraindre autrui à réaliser. Ce « penseur » mêle tous les genres et devrait s'apercevoir qu'il ne pensait déjà plus depuis longtemps, comme après une fumée dissipée.

  • Par zouk - 09/01/2017 - 08:57 - Signaler un abus Judéo christianisme

    Cliché répété de toutes parts mais tellement trompeur! Nous avons certes adopté les Ecritures juives,(elles font parti de notre Bible), mais nous sommes tout autant les descendants des civilisations gréco-romaines, incorporées à notre civilisation par héritage historique et par les premiers Pères de l'Eglise, successeurs des apôtres.

  • Par A M A - 09/01/2017 - 11:49 - Signaler un abus Peut-on appeler civilisation

    Peut-on appeler civilisation le cadre intellectuel, moral, spirituel dans lequel nous vivons? Bien sûr que non. La civilisation , comme une rivière à sa source, est pure et se pollue peu à peu jusqu'à disparaître , devenue égout, dans les eaux glauques et fétides des estuaires. L'islam, ce pollueur de toutes les sensibilités, cet estuaire, l'horizon incontournable de notre temps comme disait Jean-Paul Sartre, serait, après le marxisme, en passe d'engloutir notre civilisation décadente. Mais la rivière a une source qui secrète en permanence renouveau et pureté, qui hélas vont se corrompre dans les eaux stagnantes de notre aujourd'hui. Rien n'est jamais jouer. Il y aura toujours une renaissance. Nous nous voyons un peu trop pataugeant dans la vase. L'affaire n'est pas jouer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Lipovetsky

Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur paradoxal. Essai sur la société d'hyperconsommation (2006) aux éditions Gallimard. Son dernier ouvrage, De la légèreté, est paru aux éditions Grasset.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€