Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 18 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marine Le Pen, reine des sondages grâce... ou malgré sa stratégie de la France apaisée ?

En pleine cure de silence médiatique (bien que légèrement rompue parfois...) Marine Le Pen applique à la lettre la stratégie de Jacques Pilhan qui veut qu'en communication politique, le meilleur choix est de se taire. Une tactique qui connait néanmoins ses limites.

Le silence est d'or, la parole est d'argent

Publié le - Mis à jour le 24 Juin 2016
Marine Le Pen, reine des sondages grâce... ou malgré sa stratégie de la France apaisée ?

Atlantico : Selon le dernier baromètre Ifop-Paris Match relatif aux intentions de votes pour l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen parvient à fédérer environ 30% de l'électorat (ce qui varie de quelques points selon les hypothèses testées). Dans quelle mesure Marine Le Pen est-elle avantagée ou affaiblie par sa stratégie consistant à mettre en avant une "France apaisée" ? 

Bruno Cautrès : Cette stratégie vise à rassurer la majorité de Français que le FN effarouche. Si le parti a enregistré des gains et progrès électoraux depuis 2012 et si une incontestable dynamique s’exprime dans les intentions de vote, une majorité de Français continue de penser que le FN n’est pas un parti comme les autres. Il tente donc de se présenter depuis début janvier comme le parti de la paix et de la concorde, affiches "La France apaisée" à l'appui. Notons d’ailleurs qu’en optant pour cette stratégie, le FN s'est inspiré d'une figure classique de la communication politique : l'apaisement.

Cette stratégie semble pour le moment ne pas compromettre la dynamique du FN. Elle s’accompagne d’ailleurs d’une autre stratégie, celle pour Marine Le Pen d’apparaître moins souvent sur le devant de la scène médiatique, appliquant là encore une recette bien connue de la communication politique selon laquelle il faut se faire plus rare pour être entendu lorsque l’on s’exprime. 

Ce socle de 30% d'intention de vote, qui lui permettrait de s'imposer au premier tour, ne serait-il pas insuffisant pour lui donner une chance de l'emporter au second tour ? Dès lors, comment Marine Le Pen justifie-t-elle sa stratégie au sein du Front national, au regard notamment de l'efficacité prévisible d'un éventuel front républicain contre sa candidature ? Le Front national est-il contraint à cette retenue, les autres partis étant jugés moins durement lorsqu'ils tiennent des discours radicaux ?

La première chose à remarquer, à propos des sondages d’intentions de vote, est que s’ils constituent une très intéressante photographie des rapports de forces électoraux aujourd’hui, l’élection présidentielle se tiendra dans dix mois. Toute prédiction ou anticipation doit donc être considérée avec prudence. Il faut également remarquer que Marine Le Pen est en tête des intentions de vote au premier tour sauf dans ce cas d’une candidature Juppé ; dans ce cas-là, elle arriverait en seconde position mais avec un score très élevé de l’ordre de 29 ou 30%.

Enfin, quelques sondages récents indiquent que si le second tour de la présidentielle opposait la présidente du FN à François Hollande elle l’emporterait avec un peu plus de 50% des exprimés. Une fois ces précisions posées, on ne peut néanmoins que constater la solidité de la mesure des intentions fortes à un tel niveau pour Marine Le Pen. Cette solidité est là depuis de nombreux mois et elle vient en écho des bons résultats du FN dans les élections intermédiaires depuis 2012. Marine Le Pen n’a donc sans doute pas vraiment de problème à légitimer en interne de son parti sa stratégie de « dédiabolisation » et sa relative cure d’abstinence médiatique depuis ces dernières semaines. Le thème de la « France apaisée » est avant tout une stratégie de communication qui s’inscrit dans le plan d’ensemble de « dédiabolisation » et qui vise à tenter de couper l’herbe sous le pied au « Front républicain » ou à le rendre plus difficile à justifier pour les autres partis.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 23/06/2016 - 14:20 - Signaler un abus Ça lui évite de parler de sa politique economique

    De plus avec papa Le Pen, elle garde ce qui reste de droite au FN, et avec Philippot elle gagne les voix de gauche y compris CGT qu'elle soutient. Elle drague aussi les musulmans dans les quartiers. C'est quoi ce parti ?

  • Par Ganesha - 23/06/2016 - 14:28 - Signaler un abus Roi des Sondages

    Une question : il paraitrait qu'Alain Juppé est le ''Roi des Sondages''. Mais sur Atlantico, tout le monde le déteste : un vieillard islamophile, repris de justice. Mais alors qui sont donc ces français qui le plébiscitent dans les enquêtes d'opinion ? Des jeunes, des chômeurs, de ''Jeunes cadres dynamiques'', des femmes qui succombent à son charme viril  ?

  • Par vangog - 23/06/2016 - 14:28 - Signaler un abus Adaptation, créativité et réactivité...

    seront les mots d'ordre de sa politique. Difficile d'évoquer ce que fera Marine Le Pen, lorsqu'elle aura rendu le pouvoir au peuple, sans savoir quelle sera la composition de l'assemblée, ni quelle sera la réaction de l'UE au référendum qu'elle organisera dans les six premiers mois de mandature, afin de reconquérir les quatre souverainetés indispensables à l'essor de notre économie! Les Présidents précédents ont tellement promis et anticipé des politiques qu'ils ont été incapables d'assumer, une fois au pouvoir, qu'il vaut mieux faire confiance à une Présidente qui parle peu souvent, mais à bon escient...

  • Par AvecNS - 23/06/2016 - 14:35 - Signaler un abus @ vangog

    ""parle peu souvent mais à bon escient" : il y a un mois, elle demandait l'interdiction des manifs, hier elle s'insurgeait contre l'interdiction...

  • Par Leucate - 23/06/2016 - 15:28 - Signaler un abus @AvecNS

    Vous avez mal entendu ou entendu ce qui vous convenait. Elle a dit qu'il y avait l'état d'urgence et le droit de manifester. Mais cela est un problème secondaire. Le problème principal a été créé par l'impunité des bandes de gauchistes attaquant la police et causant des dégats systématiques sur leur passage sans que le gouvernement ne s'en émeuve et donne des ordres précis aux forces de l'ordre qui ont les moyens de mettre hors d'état de nuire les casseurs de la bande à Meric.

  • Par vangog - 23/06/2016 - 16:43 - Signaler un abus @AvecNS la contradiction gouvernementale est telle...

    qu'il devient difficile de se positionner...en principe, avec l'état d'urgence, les manifestations sont interdites...or, il s'avère que l'état PS tolère les manifs des casseurs de la CGT et des nuideboutistes antisemites. Marine Le Pen est défavorable à la prolongation de l'état d'urgence, et elle est défavorable à la loi travail. Elle est donc favorable à des manifestations pacifiques contre la loi travail. Mais elle est défavorable à des manifestations de casseurs pendant un état d'urgence qu'elle n'a pas souhaité, mais qu'elle subit, comme tous les Français. En bref, il faut interdire les casseurs CGTistes, mais il ne faut pas interdire les manifestations pacifiques, c'est cohérent, non?

  • Par toupoilu - 23/06/2016 - 23:14 - Signaler un abus On peut trouver la paix de deux manières,

    En refusant de voir les problèmes, ou en les traitant. La France apaisée de MLP, c'est celle qui accepte de regarder ses problèmes et qui prend le risque de les affronter pour se sauver. C'est la paix des braves.

  • Par jurgio - 24/06/2016 - 14:28 - Signaler un abus Il y a historiquement deux France

    Celle apaisée (Le Pen) et celle à baiser (Hollande). Pour ne prendre que les deux derniers impétrants. Mais la première devra mettre du lait dan son café. Un manque de lucidité dans l'économie.

  • Par emem - 24/06/2016 - 14:45 - Signaler un abus La critique est aisée...

    Tout le monde prétend que Marine Le Pen n'a aucun projet économique. Et les autres en-ont-ils ? Quel est celui de moi-président ? Quel était celui de Sarkozy ? Lequel a fait baisser le chômage ?

  • Par emem - 24/06/2016 - 14:45 - Signaler un abus La critique est aisée...

    Tout le monde prétend que Marine Le Pen n'a aucun projet économique. Et les autres en-ont-ils ? Quel est celui de moi-président ? Quel était celui de Sarkozy ? Lequel a fait baisser le chômage ?

  • Par Anguerrand - 28/06/2016 - 15:01 - Signaler un abus A enem

    Comment MLP n'aurait pas de programme économique, il est écrit par Philippot, de gauche et est meme publié. C'est tres long à lire, si vous voulez le meme en plus court lisez celui de Melanchon. Quand vous parlez de ceux qui ont fait baisser le chômage qui en 4 ans à fait autant de chomeurs en 5 ans que NS mais en periode quand la crise etait finie et qui a augmenté à peu près tous les impots de 55 milliards sans amélioration du déficit. Si vous voulez comparer NS à Hollande n'oubliez pas un PETIT DÉTAIL la crise juste après l'élection de NS. Un tiers des revenus de l'état du fait de cette crise . MLP si elle était élue, il y aurait vite les mêmes générée par le Brexit, devaluation, regret du vote dès le lendemain quand les anglais se sont rendu compte que cette election avait été gagnée grâce un enorme mensonge des pro Brexit. Ça ressemble beaucoup aux mensonges du FN qui serait incapable de mettre en œuvre son programme socialiste et qui joue avec le feu avec l'islam.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€