Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Si, M. Le Floch Prigent, le diesel tue

Dans un article publié sur Atlantico, Loïk Le Floch Prigent affirmait qu'il n’y a "aucune preuve que le diesel ait une influence sur le cancer de quiconque." Trois médecins spécialistes ont décidé de lui répondre.

Réponse

Publié le
Si, M. Le Floch Prigent, le diesel tue

Il est incroyable en 2018 de lire encore des propos remettant en cause la dangerosité de la pollution de l’air et surtout de celle liée au diesel. Mr le Floc-Prigent affirme clairement sur le site Atlantico que le diesel n’est pas cancérigène et que le diesel n’est responsable d’aucune mort prématurée!

La communauté scientifique hésite toujours à réagir devant l’absurdité de tels propos, pourtant à force de laisser passer ces messages mensongers, ces articles finissent insidieusement par semer le doute parmi nos concitoyens.

Toutes les études sont unanimes, parmi l’ensemble des sources de pollution, les plus nocives sont les sources de combustion carbonée dont le diesel représente la forme la plus toxique en raison de leur composition.

Les particules diesels sont classées cancérigènes certains par l’OMS (groupe 1) pour le cancer du poumon et de la vessie en se basant sur de très nombreuses études épidémiologiques et toxicologiques qui ont démontré que l’exposition au diesel augmente fortement le risque de cancer du poumon et de la vessie chez les professionnels exposés.

Depuis de nombreuses études ont démontré que le diesel augmentait le risque de cancer dans la population générale.

Ces études - reprises ci-dessous - nous les avions déjà mises en lumière lorsque que Michel Aubier, pneumologue, avait lui aussi minimisé l’impact du diesel dans le développement de cancers :

Des études récentes ont confirmé les conclusions de l’OMS.

Elles ont montré également que le risque de cancer pulmonaire était augmenté pour des niveaux d’exposition même en dessous des normes européennes. Donc même à faible concentration, les particules fines sont cancérigènes.

A titre d’exemple :

– Une analyse prospective de 17 cohortes Européennes portant sur 312.044  personnes suivies pendant 13 ans parue en 2013 dans le Lancet Oncology (1) démontre que:

Une hausse de la pollution aux particules fines (PM 2.5 ) de 5 µg/m3 augmente ainsi le risque de cancer du poumon de 18 %, tandis qu’une hausse de 10 µg/m3 des plus grosses particules (PM10) augmente ce risque de 22 %.

Cette augmentation du risque atteint 50 % pour l’adénocarcinome (une des formes  du cancer du poumon).

– Cet accroissement du risque est  identique chez les fumeurs et non-fumeurs (risque même supérieur pour les non-fumeurs (2)).

– Il n’y a aucun seuil en dessous duquel il n’y a pas de risque soulignent les scientifiques de l’étude.

Enfin le diesel est responsable de maladies respiratoires telles que asthme et bronchiolite mais aussi et surtout de maladies cardiovasculaires (infarctus, accidents vasculaires cérébraux)  comme cela a été largement démontré  (4)

A noter que les particules diesels ont une composition plus nocive que celles émises par les moteurs essences, de plus un moteur diesel émet au minimum 6 fois plus de NOx qu’un moteur essence. Les NOx (Oxydes d’azote) sont des gaz toxiques pour le système respiratoire et cardiovasculaire dont le diesel est le principal pourvoyeur en ville. Rappelons qu’à Tokyo l’éviction du parc automobile diesel a permis en moins de 10 ans de diminuer de 22% la mortalité respiratoire et de 11% la mortalité cardiovasculaire toutes causes confondues.(4) Les particules diesels touchent également le cerveau et d’autres organes et ont un impact sur le développement du fœtus. Nous laisserons les lecteurs sur cette photo de l’INRA montrant des particules diesels traversant le placenta et atteignant la circulation sanguine du fœtus entrainant retard de croissance, malformation etc.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 14/02/2018 - 10:17 - Signaler un abus oui c'est ça

    Ce sont les mêmes charlots qui plutot que d'aller repeupler les déserts médicaux nous enfument ! La pollution ferait 80 000 morts prématurées mais....c'est en île de France que l'espérance de vie est la plus élevée! Sans la pollution , soit les parisiens devraient tous être centenaires, soit elle raccourcit la vie d'une demi journée et on se demande comment on mesure! En revanche, il est certain que sans ce qui reste de l'activité industrielle , les mêmes bobos parisiens pourraient enfin aller à cueillette des orties au jardin du Luxembourg et que leur espérance de vie rejoindrait celle de Cro Magnon! Un temps bénit où il n'y avait pas de diésel! Comme disait Churchill, je ne crois aux statistiques qu'après les avoir manipulées moi même Pauvres guignols

  • Par Ex abrupto - 14/02/2018 - 11:12 - Signaler un abus Je suis toujours effrayé....

    ... quand des médecins interprètent les statistiques épidémiologiques: leur incompétence crasse dans ce domaine est affolant. Autre exemple: les statines.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 14/02/2018 - 12:04 - Signaler un abus L'interprétation des

    L'interprétation des statistiques est souvent faite par des gourdhaas. Ce qui est en cause n'est pas l'étude statistique, mes les conclusions que l'on en tire. Ainsi, statistiquement on peut montrer que les jeunes anglais ont 3 fois moins d'accident que les jeunes français....et que les jeunes Anglais boivent 2 fois plus que les jeunes Français. Une Gourdhaas pourrait en conclure qu'il faut faire boire les Français pour qu'ils aient moins d'accident ....;CQFD

  • Par assougoudrel - 14/02/2018 - 12:52 - Signaler un abus Nous buvons tellement que nous

    trébuchons.comme Florence.

  • Par jurgio - 14/02/2018 - 14:53 - Signaler un abus Le diesel est un danger public manifeste

    J'ai moi-même suivi des yeux une particule sorite toute fraîche de l'échappement d'un diesel et je l'ai vu entrer dans les voies respiratoires d'un p^roche et lui gâter le poumon droit. L'autre jour encore un diesel a renversé une personne qui marchait sur un trottoir ! Vous faut-il d'autres preuves ? On ne peut pas sans mauvaise foi nier l'évidence.

  • Par vangog - 14/02/2018 - 21:49 - Signaler un abus Particule pas très fine...

    Mais cette gourdasse ne se préoccupe pas des migrante particules fines venues d’allemagne, depuis que les khmers verts ont interdit le nucléaire, énergie la plus propre au monde, et relancé les charbonnages d’avant-guerre!...dans les facultés de pensée unique, on a appris à ces enfants manipulables que les particules fines ne provenaient QUE des filtres à diesel des autos....méchantes les autos!...alors, cette particule pas très fine répète bêtement sa leçon!

  • Par adroitetoutemaintenant - 15/02/2018 - 16:29 - Signaler un abus Cette pétasse doit être DémoKKKrate

    Ses références ressemblent au Steele dossier. Un tas de merde ! Au fait qu'est ce qui tue le plus: le diesel ou les musulmans ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florence Trébuchon

Le Dr Florence Trébuchon est médecin allergologue. Elle a fondé l'École de l'asthme au service des maladies respiratoires de l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve, à Montpellier. Elle est l'auteur de Vaincre l'asthme et les allergies aux éditions Albin Michel (2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€