Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Liberté de la presse menacée ? Les tartuffes sont de sortie

Le temps est au recueillement, après l’attentat qui a couté la vie à 17 personnes, dont 5 dessinateurs du journal Charlie Hebdo. C’est légitime. Mais il faudra bien, malgré cela, pouvoir parler enfin de l’indécence de la presse française qui a voulu récupérer un mérite que dans sa grande majorité elle n'a plus.

Hypocrites

Publié le
Liberté de la presse menacée ? Les tartuffes sont de sortie

La presse française qui a voulu récupérer un mérite que dans sa grande majorité elle n'a plus. Crédit Reuters

La voici donc, la France entière soi-disant dernière elle, officiellement auto-proclamée "résistante à l’oppresseur", "garante de la liberté d’expression si chère à nos cœurs", et "porte-parole de notre belle république et de sa devise liberté, égalité, fraternité".

Oui, il y’a bien en France une poignée de journalistes mettant leur vie en danger par leur travail, pour nous informer, nous faire rire, ou continuer à émettre librement leurs opinions. On les connait. Ce sont principalement quelques dessinateurs attachés par-dessus-tout à la liberté d’être insolents et quelques grands reporters, attachés à comprendre le monde et aider à le faire comprendre.

Qu’ils en soient remerciés ici, indépendamment du degré d’adhésion à leur humour ou à leurs opinions. Mais que le reste de cette profession, aussi sinistre que sinistrée, à quelques exceptions près, cesse leur indécente récupération d’un mérite qu’elle n’a pas, ou plus.

Il existe en France plus bel exemple de représentants de la devise "liberté, égalité, fraternité" que les journalistes.

Pour ce qui est de la fraternité, les témoignages de confrères des dessinateurs assassinés se multiplient, tous convergeant : "nous avons perdu des frères". Des frères pour leurs amis proches ? Sans aucun doute. Des frères pour tous les chrétiens, puisque pour eux "nous sommes tous frères" ? D’une certaine manière. Mais des symboles de la fraternité ? Non ! Quand on entend le dessinateur survivant Willem déclarer : "Nous vomissons sur ceux qui, subitement, disent être nos amis (désignant Marine Le Pen, le pape, la reine Elizabeth ou Poutine)", permettez qu’on puisse penser qu’il existe meilleur exemple de fraternité, surtout quand on sait que la majorité des français a attachement ou respect pour au moins l’une des personnes citées ci-dessus. L’anticléricalisme et le gauchisme revendiqués de Charlie Hebdo expliquent en partie le rétrécissement de son lectorat "pré-attentat", menaçant sa survie financière depuis des mois.

Pour ce qui est de l’égalité, nos journalistes feignent d’ignorer qu’ils sont complètement politisés, et ne sont pas également répartis sur le spectre des opinions, puisque partagent très majoritairement les mêmes idées : pro-Européennes, anti-Sarkozystes, pro-multi culturalistes, anti-chrétiennes,… Ils préfèrent depuis longtemps imposer ces opinions et leur vision du monde, au lieu d’exercer leur devoir d’information pluraliste.

"La France entière doit aller manifester dans la rue", nous dit-on, pour défendre la liberté d’expression qu’on a tenté d’assassiner ? Le genre d’injonction morale qui, personnellement, suffit à me dissuader de participer à cette grande récup politico-médiatique. Et si des extrémistes de gauche avaient éliminé le journaliste Eric Zemmour ou l’écrivain Michel Houellebecq, combien de ces journalistes seraient dans la rue aujourd’hui, contre combien qui diraient que "c’est ce qui arrive quand on attise la haine ? Faut pas qu’ils s’étonnent. Ils l’ont un peu cherché", selon leur novlangue bien connue ? On ne peut pas à la fois vivre dans le deux poids - deux mesures, et, en même temps, se prétendre défenseur de l’égalité

Un autre exemple, qui peut sembler plus anecdotique, mais est pourtant révélateur du traitement d’inégalité dont jouit la presse. Elle est la seule profession à avoir obtenu cette année une baisse de taux de TVA honteuse, votée à l’unanimité de parlementaires non représentatifs du peuple sur ce sujet, au moment où l’ensemble des concitoyens est soumis à des efforts financiers drastiques et à des hausses de TVA. Clamant à longueur de journée "nous ne sommes pas une profession comme les autres", les privilèges de la presse sont nombreux (les chiffres à ce sujet sont volontairement sous-estimés et les débats médiatisés impossibles). Alors où est son goût de l’égalité ?

Le niveau de subventions publiques des journalistes en France est sans équivalent dans le monde, 10 fois supérieur à la moyenne Européenne, et atteint 5.000 € par mois et par journaliste (ce qui n’était pas le cas de ceux de Charlie Hebdo qui vivaient de leur lectorat). Un scandale qui fait que ces personnes pourraient avoir la décence d’arrêter de nous parler de leur indépendance et de s’assimiler à leurs confrères de Charlie Hebdo, qui étaient eux courageux et libres, chose rare.

Plus qu’une manifestation de millions de personnes dans les rues, qui a sa part de force et de sens, indéniablement, j’aurais personnellement préféré une journée ou une heure de silence absolu. De villes mortes, ou un pays mort, pour être un dernier jour avec eux, de tout cœur, et prendre le temps de réfléchir plutôt que de communiquer non-stop. Un jour sans parti politique, sans média, sans marque ni logo d’entreprise mises en avant, sans les bandes  qui défilent sans arrêt sur les chaines de télé, … Du calme, tout éteindre, tout débrancher.

Voici un exemple, parmi d’autres, de cette communication qu’y m’est pénible, cet édito de Denis Olivennes, Président de Lagardère Active (Europe 1, JDD, Paris Match, Elle, RFM,…), ancien dirigeant du Nouvel Observateur,  jour de la manifestation : "(les morts) Ils étaient de toutes origines, de toutes religions ou sans religion, de toutes opinions. Ils étaient la France… Les Français, toutes identités confondues, marchent aujourd'hui pour dire leur amour de la démocratie et de ses valeurs, en particulier de la liberté de la presse. Avec Arnaud Lagardère et la direction du groupe, avec l'ensemble des collaborateurs de Lagardère Active, de nos journaux, de nos sites, de nos radios et de nos chaînes de télévision, nous sommes indéfectiblement engagés à leurs côtés". Trois désaccords profonds avec cet édito. Premièrement, vous, Monsieur Olivennes, Arnaud Lagardère et les autres, vous n’êtes pas engagés "aux côtés des français", parce que vous n’êtes ni à côté d’eux ni au-dessus d’eux, vous en en faites partie. En pareil moment, personne ne doit chercher à être plus fort ou plus généreux que l’autre, mais juste avoir l’humilité d’être ensemble, anonymement.

Deuxièmement, non, Monsieur Olivennes, les morts n’étaient pas de toutes origines et de toutes religions ou sans religion. Ceux de Charlie Hebdo étaient anticléricaux de gauche, ceux de Hyper Cacher étaient juifs, et les fonctionnaires de police étaient des représentants de l’ordre. Dans les trois cas, ils l’assumaient et l’ont payé de leur vie, parce que des intégristes d’une autre religion ne l’ont pas toléré. Laissez-les donc reposer en paix avec leurs identités respectives, au lieu de les mélanger aussitôt dans votre multiculturalisme qui englobe tout. Le fait qu’un malheureux employé d’entretien vienne allonger cette triste liste des victimes ne vous autorise pas ce déni de réalité, qui banalise notamment l’antisémitisme. Les journalistes doivent enfin mettre les mots sur les réalités.

Enfin, Monsieur Olivennes, je ne crois pas que la France qui descend dans la rue le fasse "par amour de la liberté de la presse", quand bien même cela arrangerait les affaires du grand patron de médias que vous êtes devenu. Selon moi, la France est descendue dans la rue pour montrer sa peine pour la perte de ses féroces mais talentueux dessinateurs, de ses policiers, et de ses autres compatriotes. Elle est aussi descendue pour manifester son attachement voltairien à la liberté d’expression et son ras le bol de la violence. Mais pas pour soutenir une presse en qui elle n’a plus confiance depuis longtemps, et qui s’occupe déjà tant d’elle-même. Les journalistes sont mal placés pour se sentir exemplaires, eux qui se sont globalement tus et couchés quand l’un des propriétaires du premier quotidien d’information, Le Monde, s’est permis de déclarer à propos de La Manif pour Tous : "si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c'est pas moi qui vais pleurer." Eux qui à longueur de journée veulent interdire le Front national, interdire les spectacles de Dieudonné, interdire la lecture de Zemmour, interdire que Laurent Deutsch émette des opinions royalistes, interdire les écoles catholiques ou les crèches dans les mairies, … mais qui tout à coup viennent donner des leçons de liberté d’expression, quand on s’attaque à leurs idées à eux.

Si la presse en en train de crever en France, au niveau de ses ventes, c’est notamment parce qu’il y a bien longtemps qu’elle ne se bat plus pour la liberté d’expression, mais uniquement pour sa liberté de s’exprimer sur ce qui lui plait et lui semble bon.

Enfin, pour ce qui est de la liberté, et en particulier de la liberté d’expression, combien se souviennent du journaliste de centre droit Fabrice Le Quintrec, licencié, il y a des années de cela, par Radio France pour faute grave, accusé d’avoir cité le journal Présent huit secondes dans une revue de presse. "Une seule phrase qui ne comportait ni approbation, ni manifestation d’une opinion quelconque de la part du journaliste" et "s’insérait dans une énumération de très nombreux organes de presse, comme il est de règle pour cet exercice", dira le Tribunal de Grande Instance condamnant Radio France pour licenciement infondé, et ordonnant sa réembauche de force par le service public. Un service public qui le paiera donc à nouveau, mais persistera à le priver d’antenne durant 10 ans, jusqu’à être condamné une deuxième fois pour "non-fourniture de travail". Il est resté ostracisé à vie par la justice morale de ses pairs, bien qu’il ait fait condamner plusieurs patrons de presse en correctionnelle pour diffamation. Mais nos médias n’ont que faire de l’honneur d’un homme ou de sa liberté d’expression quand elle prend une forme qui les indispose.

Certes, toute polémique parait bien dérisoire, au lendemain de pareil drame humain. Et pourtant, attention au piège que la presse est en train de nous tendre : interdiction demain, encore plus qu’hier, de la remettre en cause, puisque certains viennent de verser leur sang pour la liberté d’expression.  Il est temps de pouvoir enfin en débattre publiquement avec ses Tartuffes de la presse qui sont grandement responsables d’une partie de l’exaspération actuelle du pays. Celle qui a fait dire à un député Européen anglais indépendantiste, mettant en garde ses confrères à Bruxelles : "faites attention car quand les gens sauront qui vous êtes, ils vous pendront, et ils auront raison"

L’expérience des drames de ces derniers jours est claire : mieux vaut prévenir, que guérir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 12/01/2015 - 09:23 - Signaler un abus Merci

    de remettre les choses, les idées et les gens à leur place. et merci de dire à M. Pelloux d'avoir autant de décence que les familles des victimes.

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 09:48 - Signaler un abus J'ajoute ne suis pas mulsulman , je suis athée mais je ne

    supporte, je ne puis supporter le manque de respect à la pensée profonde des gens. La Liberté est un maux creux et sans valeur si en premier vous ne respectez l'autre donc autrui et donc la fraternité. Hier c'était " égalité ,liberté, fraternité poil aux pieds(image de l’obscurantisme de la pensée de gauche) " et non pas Égalité, Liberté, Fraternité valeur que tout le monde peut partager!

  • Par zouk - 12/01/2015 - 09:48 - Signaler un abus Liberté de la presse ????

    Quelle impudeur de la part de D. Olivennes, il n'a pas eu un mot pour condamner l'appel au meurtre d'un "propriétaire" du Monde à propos d'une bombe dans un cortège de la Manifestation pour tous, propose d'ailleurs repris sans la moindre critique par le "quotidien de référence"comme une simple information. Et s'il était le seul...., mais au moins 2/3 des journalistes, presse, radio et télévision se revendiquent de gauche. C'est leur conviction, soit, mais leur métier est d'informer, puis commenter ensuite et séparément, non de prendre des positions partisanes avant d'informer entièrement.

  • Par LA RICHARDIERE - 12/01/2015 - 09:52 - Signaler un abus La presse n'est pas la satire, et vice versa!!!

    Amalgame machiavélique. La presse est là pour informer, en ce sens elle est libre. Là s'arrête sa liberté que la collectivité lui consent. C'est un vecteur, un moyen de diffusion. Seulement voilà, de cette liberté reçue, elle s'est saisie unilatéralement de la liberté de désinformer, censurer, manipuler, influencer, orienter, dissimuler, copiner... Problème non? La satire n'est pas la presse, rien à voir! , c'est comme.... la poésie!!! Chacune se sert de la presse pour se répandre...en toute liberté. Pas pareil du tout! En conséquence de son abus de liberté et de ses puissants moyens, la presse est, moins par l'information que par ses dérives libertaires, un contre pouvoir malfaisant, et sa responsabilité depuis des décennies, dans la décadence sociétale que nous vivons est très grande. Il faut rendre des comptes et arrêter ces hypocrisies, ces langues de bois (ou de p...), et cesser de se la jouer dans un microcosme arrogant et suffisant. Je ne suis pas Charlie. Le pouvoir non légitime de la presse est le premier ennemi de la démocratie.

  • Par assougoudrel - 12/01/2015 - 09:56 - Signaler un abus Et si on parlait de la Liberté

    de Parole du Citoyen. Les journalistes veulent leur liberté de parole, même pour des blasphèmes et autres, mais suppriment un commentaire dès qu'il ne va pas dans leur sens. Qu'on écoute la population, d'abord. L'opinion publique est bafouée. Le peuple répond à un référendum et le politicien le contourne. Le peuple passe avant tout; du clochard à la plus haute personnalité.

  • Par vangog - 12/01/2015 - 09:59 - Signaler un abus Je ne connaissais pas cette mise au placard de Fabrice

    Le Quintrec, après qu'il ait été licencié par Radio France, pour avoir simplement dit la vérité. Cette façon de procéder envers les journalistes ressemble furieusement à ce qui se passait en ex-Union socialiste soviétique et continue de se passer, aujourd'hui, en Russie... Cette menace sourde qui pèse sur la faible proportion de journalistes impartiaux qui ont réussi à franchir le crible des écoles de journalisme ultra-gauchisantes, est proche de celle des dictatures socialistes, qu'elles soient communautaristes ou nationalistes... La sanction est là, financière à cause de la perte des lecteurs, compensée, fort heureusement par le pouvoir gauchiste qui entretient cette relation trouble. Nous les FN, avons été les premières victimes de cette ostracisme médiatique, et continuons à l'être!

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 10:05 - Signaler un abus Pour qu'un Musulman puisse accepter l' analyse sur Charlie Hebdo

    que tuer n'était pas la bonne réponse et bien il fallait dire Charlie Hebdo a parfaitement balayé d'un revers de main le "simple respect des autres". C'est l'objet initial du problème pas un autre maintenant il y aura toujours des soi-disant "grands esprits" pour nier l'évidence mais je suis pas sûr que cela soit eux les moins négationnistes, les moins rétrogrades, La Culture Musulman va toujours analyser à la création du problème et non pas à partir du final aussi désastreux qu'il soit. J'ai vécu quelques années dans un pays Musulman (très pointilleux) et ceci m'a permis de comprendre que tous les raisonnements des Musulmans ne sont pas faut. Ceci savaient que j'étais athée

  • Par cloette - 12/01/2015 - 10:11 - Signaler un abus Bravo

    De dire que certains journalistes se prennent pour ce qu'ils ne sont pas et " prennent la grosse tête "

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 10:13 - Signaler un abus Ouh la la! la "Basse cour" FN vient d'arriver avec toutes les

    dérives et raccourcis de la pensée. D'ailleurs se sont les mêmes mensonges que la Gauche bien pensante. Là en effet Gauche et Extrême Droite et bien il y a du boulot!

  • Par cloette - 12/01/2015 - 10:36 - Signaler un abus @Benvoyons

    Je suis d'accord sur le respect de tous, mais votre religion de l'Argent Roi est la cause de connivences mortelles

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 11:07 - Signaler un abus cloette - 12/01/2015 - 10:36 Ah bon! donc c'est mal quand

    Bill Gates donne 25 milliards de $ à sa Fondation pour l'Afrique, C'est mal quand Bill Gates et autres Milliardaires USA financent Khan Académy qui donne des cours gratuitement et dans environ 30 langues en Mathématiques etc...Je préfère cela à UNICEF qui ponctionne au passage des milliards 40% pour payer des pléthoriques Fonctionnaires. Ou des gouvernants dont la distribution n'est la que pour acheter des voix.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/01/2015 - 11:08 - Signaler un abus @Benvoyons

    Merci de nous prouver par votre présence et votre commentaire sur le FN la deuxième phrase du titre de l'article.

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 11:16 - Signaler un abus adroitetoutemaintenant - 12/01/2015 - 11:08 Au moins quelqu'un

    qui a lu et qui a parfaitement compris que le respect est bien devant la Liberté d'expression.. En effet vous avez raison et ainsi vos commentaires deviendront donc plus nuancés ce qui pour un FN peut encore être possible. Merci de m'avoir rejoint dans ma pensée initiale!

  • Par Vincennes - 12/01/2015 - 11:22 - Signaler un abus Comme ESSENTIMO 9:23 j'ai été choqué par l'attitude de PELLOUX

    l'urgentiste de service "aux ordres" (syndicat des urgentistes) qui a le n° personnel d'Hollande et qui lui tombe dans les bras devant le Monde entier (quelle pudeur) comparée à la DIGNITE de Jeannette BOUGRAB.....compagne, ELLE, de "CHARB" et que son VERITABLE chagrin a éloigné de cette manifestation ......pendant que nous devions "supporter" ces pleurnicheries "même pas dignes"!!! et aujourd'hui, de constater que LCi, retient de passage qui tourne en boucle!! ne nous laissons pas manipuler et zappons ces chaines "aux ordres"

  • Par lamda - 12/01/2015 - 11:23 - Signaler un abus Ah la presse

    Ah la presse des chaînes d'infos en continue et des autres (TF1, FR2) qui les ont imitées pendant ces 2 derniers jours. N'avez-vous pas le sentiment d'avoir été irresponsables en diffusant des infos vitales pour l'enquête ou le déroulement des opérations de police ou encore mettant en jeu la vie de otages? Idem pour l'attribution de la revendication des otages. Par ailleurs, se dépêcher n'annoncer (sans preuve) que telle organisation revendique c'est entrer dans son jeu.

  • Par cloette - 12/01/2015 - 11:28 - Signaler un abus @Benvoyons

    Bill Gates est un type bien, beaucoup de milliardaires le sont aussi, mais il y a des connivences également, des enfants innocents tués dans des guerres, des trafics d'armes et de drogue pas jolis !

  • Par winnie - 12/01/2015 - 11:34 - Signaler un abus Bravo M .Dormann,

    Je pense que cet article était necessaire pour en finir avec cette caste qui fait l'opinion au lieu de la refleter

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 11:57 - Signaler un abus Un peu de réflexion pour changer un peu:Mahomet a dit que la

    femme sera la réussite de l'Islam (il pensait au ventre des femmes bien évidemment). Ce qui veut dire que pour faire évoluer la pensée Musulmane et bien il faut que la France et autres pays investissent massivement sur la formation des femmes Musulmanes et du monde Arabe. Donc tu remplaces le ventre par la tête et ainsi tu fais transformer la religion Musulmane par l'intérieur et sans y intervenir directement.

  • Par essentimo - 12/01/2015 - 11:57 - Signaler un abus A quel titre

    autorise-t-on la parole des journaux quand on condamne le simple quidam pour racisme, refus de donner ses complices qui s'appellent les sources en journalisme, etc...

  • Par cloette - 12/01/2015 - 12:16 - Signaler un abus Complexité

    Sait-on qu'en Iran , ce sont les filles qui sont les plus nombreuses dans les universités ?

  • Par Texas - 12/01/2015 - 12:37 - Signaler un abus Et Bim...!

    ...Voilà..pour la caste des intouchables et sectaires politisés , qui fini par cristalliser les haines de millions de frustrés télevisuels . De " l' attachement Voltairien à la Liberté d' expression " , de nombreux journalistes ont oubliés l' Universalisme de Voltaire pour une endogamie idéologique , que les écoles de Journalisme continueront d' enseigner avec la même bonne conscience que l' Education Nationale .

  • Par bjorn borg - 12/01/2015 - 13:01 - Signaler un abus Iran

    y a pas mal de barbus aussi. Vive Eric Zemmour!

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/01/2015 - 14:01 - Signaler un abus @cloette

    Mais l'Iran a connu la civilisation avant de tomber dans la mollah !!

  • Par Anguerrand - 12/01/2015 - 14:10 - Signaler un abus JUSTE UNE QUESTION

    Comment aurait réagi la classe politique, les médias et les français si un journal de droite comme Minute, Valeurs Actuels, etc avaient été victime d'assassinats comme Charlie Hebdo? Je parie que les autres médias auraient affirmé que les fachos l'ont bien cherché....

  • Par scrat75 - 12/01/2015 - 14:19 - Signaler un abus subventionner

    Nous ferons un grand pas en avant dans ce pays le jour où nous arrêterons de subventionner les médiats et les syndicats. Vous pouvez être sur que malgré les centaines de chômeurs de plus chaque jours en France nos politiques pourrons réveillonner tranquille au champagne le 31 ....sinon cette façon qu'on les médiats de se draper dans leurs indignations me répugne. Si ils veulent réellement se distinguer qu'ils s'engagent à reverser tout les profits de ce triste événement pour lutter contre le chômage par exemple.......

  • Par cloette - 12/01/2015 - 15:43 - Signaler un abus Si un journal n'est plus lu

    C'est que les gens ne l'achètent plus , est ce à l'Etat de le subventionner?

  • Par jurgio - 12/01/2015 - 15:46 - Signaler un abus Une marche pour renforcer les privilèges journalistiques ?

    Probablement. Habilement détournée. Et une récupération politique pour faire pleine mesure (le pouvoir en place en a un si urgent besoin !) . Beaucoup de commentaires ont été refusés sur des blogs de journaux (un hebdomadaire les a même fermés...)

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 18:14 - Signaler un abus C'est dommage nous n'avons pas vu les Femens hier!

    ! Ni pendant le défilé ni pendant la grand Messe sur A2 pour la création du nouveau Dieu Socialiste Charlie!

  • Par Benvoyons - 12/01/2015 - 18:18 - Signaler un abus Sur l'A2 ils ont même parlé d'amour et autrui alors qu'en lisant

    un peu Je résumerai l' Amour du Journal par : limité au bout de leur queue et aux truies!

  • Par assougoudrel - 12/01/2015 - 20:51 - Signaler un abus @ Cloette

    Je suis entièrement d'accord avec vous. Un boulanger ne fait pas du bon pain, il ferme la porte. Si les gens n'achètent pas un journal, c'est qu'il est mauvais. Ce n'est pas aux contribuables de les subventionner. J'espère qu'en 2017, ça va cesser.

  • Par toupoilu - 12/01/2015 - 20:58 - Signaler un abus @a benvoyons.

    Tu me feras une liste de ce qu'on n'a pas le droit de critiquer. Ensuite je te ferais la mienne. Et on laissera 60 millions de français faire la leur. On verra ce qu'on aura encore le droit de dire après. S'il y a bien une chose qu'il est nécessaire de critiquer, ce sont les idéologies et les systèmes de pensée fermés comme les religions. Et critiquer quelqu'un c'est du respect. L'irrespect, c'est de laisser les autres dans l'ignorance.

  • Par toupoilu - 12/01/2015 - 21:03 - Signaler un abus Quand a la liberté d'expression,

    bien évidemment, qu'elle est atteinte. La liberté d'expression, ce n'est pas d'abord une loi, ou des libertés, ou une culture, c'est d'abord du courage. D'aller contre ce qui est non-dit, ce qu'on s’auto-censure par peur. Quand on tue un homme de courage comme Charb, on réduit la liberté de la presse, parce que pas sur qu'un autre de ce courage vienne.

  • Par cloette - 12/01/2015 - 21:46 - Signaler un abus Toupoilu

    Ce journal était un torchon, avec un humour qui était devenu démodé, la preuve le journal était en faillite pour cause de non acheteurs , ces caricatures n'ont été qu'un prétexte pour les tueurs commandités par Daesch qui ne se préoccupe pas de prétexte de blasphème pour couper des têtes d'innocents , si les Kouachi avaient eu un porte voix pour augmenter le son de leur cri de vengeance ils l'auraient pris, scène surréaliste filmée qui laisse sans voix ! La vengeance aurait donc attendu Daesh pendant 10 ans,!

  • Par Anouman - 12/01/2015 - 22:04 - Signaler un abus Confusion

    Ne pas supporter " le manque de respect à la pensée profonde des gens" est une chose honorable mais la religion n'a rien n'a voir avec une pensée profonde. Elle dissuade surtout les gens d'avoir la moindre pensée , profonde ou même légère en acceptant le dogme. La religion n'est pas un mode de pensée c'est un endoctrinement.

  • Par ELLENEUQ - 12/01/2015 - 22:05 - Signaler un abus Dans la France de Big Brother cet article tombe à point !

    La liberté de parole défendue par les participants au grand cirque de dimanche est celle du pouvoir en place, des médias serviles et des satrapes de gauche. En vérité la parole est bâillonnée ou censurée sur beaucoup d'autres plans et la modification insensible du vocabulaire, la manipulation de l'histoire et la propagande éducative et laïcarde sont des atteintes intolérables à la liberté d'opinion. Certains peuvent dépasser toutes limites sans être inquiétés comme le salaud du Monde (je soupçonne l'enfoiré de Pierre Bergé) qui a osé dire : "si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c'est pas moi qui vais pleurer." sans être ni inquiété ni même critiqué alors que d'autres sont harcelés pour une simple opinion qui déplaît parcequ'ils n'ont pas la bonne couleur.

  • Par cloette - 12/01/2015 - 22:13 - Signaler un abus Anouman

    Vous saurez si vous avez raison quand vous serez mort, en attendant chacun croit ce qu'il veut s'il n'offense pas autrui , et laissez les bonnes sœurs soigner les gens dans les bidonvilles de Calcutta ou du Caire , elles sont moins nocives que les journaux chargés de porter la bonne parole des bobos !

  • Par LA RICHARDIERE - 12/01/2015 - 23:49 - Signaler un abus Persistance bizarre dans l'erreur d'approche !

    Ces djihadistes n'ont pas attaqué la liberté de la presse; cette présentation est une manipulation. ils ont massacré la satire. La presse n'est que le vecteur de la satire comme elle l'est de.........la poésie. Alors posons plutôt la question: la satire: jusqu'où peut-elle ne pas aller?

  • Par ISABLEUE - 13/01/2015 - 11:55 - Signaler un abus vOUS N AVEZ TOUJOURS PAS COMPRIS

    QUE LE BLASPHEME n 'existe plus en France depuis le 19 ème siècle ??????????? Incroyable, que de bla bla pour rien...

  • Par crobard007 - 13/01/2015 - 13:24 - Signaler un abus On nous parle de journalisme d'investigation....

    Cela veut-il dire que le vulgus-journaliste se contente de gober, sélectionner, répéter amplifier et déformer ce qu'on lui dit sans le vérifier ? A cette époque d'une presse majoritairement courtisane du pouvoir, nous ne pouvons malheureusement qu'avoir une grande propension à le croire. Liberté de la presse mon c..!

  • Par Benvoyons - 13/01/2015 - 18:11 - Signaler un abus Anouman - 12/01/2015 - 22:04 Alors tolérance envers la

    culture Musulmane: John Locke, la tolérance signifie « cesser de combattre ce qu'on ne peut changer »

  • Par vangog - 14/01/2015 - 11:50 - Signaler un abus À propos de Liberté...et d'arroseurs arrosé...

    La presse aux ordres ne commenté que très peu l'ancienne volonté de Charlie-hebdo, qui manque le lecteurs, de vouloir censurer un parti qui ne manque pas d'électeurs, lui? Je veux citer le FN et la pétition qui a rassemblé 1700 signatures de faux-culs. La Liberté ne se divise pas en tranches, de gauche à droite, elle s'applique à tous...ou ne s'applique plus!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benjamin Dormann

Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est executive chairman d'une structure active dans 38 pays à travers le monde. Il est l'auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté la presse, nouvelle édition enrichie sortie le 13 janvier 2015, éditions Jean Picollec.

Le débat continue sur Facebook : ils.ont.achete.la.presse et benjamin.dormann@gmail.com.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€