Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alors, prêts pour un nouveau traité européen ?

Immigration, finances publiques, énergie : l’Italie propose un nouveau traité pour l’Union européenne et ce n'est pas une si mauvaise idée.

Zone franche

Publié le

Le traité constitutionnel de 2005, vous vous souvenez ? Celui contre lequel il fallait voter pour éviter de voir les horreurs néolibérales (pour les uns) ou fédéralo-collectivistes (pour les autres) gravées dans le marbre pour les siècles des siècles…

Eh bien, la version lisboète du brûlot est à peine installée dans ses meubles qu’on suggère la rédaction d’un nouveau parchemin ! C’est réconfortant parce que c’est la preuve que rien ne dure toujours et que si ratifier un traité avait effectivement dû nous conduire jusqu’à cette fameuse « fin de l’histoire », la terre se serait déjà arrêtée de tourner en 1951, en 1957, en 1965, en 1986, en 1992, en 1997, en 2002 et en 2007…

Aux dernières nouvelles, elle gigotait encore.

L’Europe est l’exemple même du « work in progress ». Qu’un traité chasse l’autre démontre donc surtout qu’elle sait s’adapter aux circonstances, l’œil rivé sur son objectif fondateur d’une intégration « toujours plus étroite de ses peuples » (ça, c’est dans le millésime 57, qui reste le meilleur cru à ce stade).

Injection directe ou « bunga bunga ? »

Aujourd’hui, les Italiens, dont les affaires de « bunga bunga » éclipsent parfois le rôle majeur dans l’aventure (le fameux moteur franco-allemand est équipé d’un système d’injection directe fabriqué à Turin) proposent l’élaboration d’un nouveau traité plus disert sur les questions d’immigration, de finances publiques et d’énergie. « Oh non, pas déjà ! » s’exclameront les vétérans du référendum d’il y a six ans, qui divisent le monde entre partisans du « oui » et amateurs du « non » et rendraient presque raisonnable la querelle Lilliput-Blefuscu sur le meilleur moyen d’aller se faire cuire un œuf.  

Mais oui, déjà. Justement. Un traité, ça se négocie de toute manière des années durant et Giulio Tremonti, le ministre des Finances transalpin qui vient de mettre les pieds dans le plat de spaghettis, a tout de même quelques arguments de poids en magasin.

L’immigration, par exemple, et le remake grotesque de « Rien à déclarer » qui se joue entre Menton et Vintimille en est la preuve, n’est-ce pas un thème qui vaut d’être transformé en doctrine communautaire avant de laisser les extrémistes s’en emparer, apportant leurs « mauvaises réponses » traditionnelles à de « bonnes questions », comme disait l’ami Fabius ?

Les finances publiques sont également au menu. Et si Bruxelles ne s’est effectivement pas contentée de regarder passer les trains pendant que la Grèce, le Portugal et l’Irlande se débattaient avec leurs créanciers, on ne peut pas dire que les mécanismes via lesquels l’Union gère crises financières et dérives budgétaires soit totalement satisfaisants.

Pour ne rien dire des questions énergétiques, qu’un Fukushima a fait exploser dans le débat comme jamais une armée d’écolos en sandales n’aurait pu le faire. Ne valent-elles pas que les stratégies de consommation et de production s'élaborent enfin à l’échelle de l’Union ? Si le nucléaire est un « problème », est-il encore strictement français, allemand ou espagnol ? Et si les approvisionnements en gaz et en pétrole empruntent davantage à la géopolitique qu'aux échanges commerciaux, l’échelon national dans les processus de décision reste-t-il pertinent ?

De l'enthousiasme pour bousculer les caricatures

L'Europe n’est plus présente dans le débat qu'au travers des caricatures qu’en dressent les démagogues. Les nôtres, bien entendu, mais aussi les finlandais, les néerlandais, les allemands, etc. A tel point que même le PS en arrive à bâtir un projet pour l’après-Sarkozy sans mentionner l’appartenance de la France à ce petit club sans enjeu !

Un débat intelligent ― et même enthousiaste, rêvons un peu ― sur un nouveau traité serait peut-être le meilleur moyen pour les Européens de se projeter à nouveau dans un avenir positif, ce qui ne leur ferait pas de mal.  

Alors, prêts pour un nouveau traité ? De toute manière, c'est ça ou le « bunga bunga », les trains bloqués à la frontière italo-française et les Portugais qui font la manche dans les rues de Rio...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par piano - 21/04/2011 - 20:00 - Signaler un abus hihihi, grand moment de solitude, Serraf ?

    Ben oui, je suis passé pour laisser un post, tout de même ! Mais, voilà, les traités européens, ça n'intéresse pas les béotiens d'Atlantico, faut bien le reconnaitre. Tu ne devrais plus écrire que sur les immigrés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€