Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La gauche, tu vois ce que ça veut dire, Macron?" : ce que révèle l’étrange procès en gauchologie de Valls au locataire de Bercy

Les fauves sont lâchés. Entre le Premier ministre et son ministre de l'Economie les tensions montent. Manuel Valls et Emmanuel Macron sont les deux figures montantes du PS, avec des ambitions présidentielles plus ou moins marquées. Et si l'un recadre l'autre, les deux hommes ne sont pas si éloignés politiquement. Les différences sont davantage personnelles...

Valls à deux temps

Publié le - Mis à jour le 22 Janvier 2016
"La gauche, tu vois ce que ça veut dire, Macron?" : ce que révèle l’étrange procès en gauchologie de Valls au locataire de Bercy

Atlantico : Manuel Valls n'est pas pour autant perçu comme le plus socialiste du PS. Lequel est le plus à gauche selon vous ?

Jacques Julliard : Il faudrait d’abord se mettre d'accord sur ce qu'est être de gauche. La question est souvent posée à gauche, alors que personne ne s’interroge sur ce que signifie être de droite. A vrai dire, à droite, les hommes se positionnent les uns envers les autres, par exemple Alain Juppé serait plus au centre que Nicolas Sarkozy. Lorsque l'on parle de la gauche, nous nous demandons comment se positionne un individu par rapport à une essence immuable qui serait la gauche. Or, cette dernière n'existe pas.

La vérité est que les notions de droite et de gauche sont topologiques.

Prenons l'exemple de la sécurité. N'est-ce pas aussi une valeur de gauche ? Bien sûr que si ! Dans l’histoire du socialisme, des hommes de gauche ont prôné la sécurité. La IIIe République a fonctionné parce qu'elle a promis la sécurité à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Il en est de même pour le libéralisme économique, longtemps considéré comme une valeur de gauche. Autrement dit, la vraie question est de savoir lequel est le plus à gauche, non pas par rapport à leurs positions absolues, mais par rapport à leurs positions respectives dans l'éventail politique national. De ce point de vue-là, ils ont une très grande différence.

Manuel Valls a tracé sa carrière grâce au parti et aux institutions, alors qu'Emmanuel Macron a fait sa carrière dans le privé et il se distingue du parti. Lorsque vous êtes issu d'une formation politique, vous bénéficiez d'un label plus à gauche que lorsque vous avez fait carrière dans la banque.

Dans un second temps se pose la question de leur avenir respectif. Il est clair que là aussi, l’ambition suprême de Manuel Valls est d’être un jour désigné comme le candidat socialiste à l’élection présidentielle. Son avenir n’existe que par rapport au Parti socialiste. Le véritable atout d’Emmanuel Macron est d’être le candidat de la société civile – c’est d’ailleurs pourquoi il bénéficie d’appuis à gauche comme à droite.

Le dernier point qui les distingue est lié à leurs relations vis-à-vis de François Hollande. D’une certaine manière, Valls est l’obligé du président : c’est lui qui l’a nommé, il est son successeur possible en cas de renoncement ou d’empêchement.  Quant à Emmanuel Macron, il convient de rappeler que c’est Manuel Valls qui avait insisté pour en faire un ministre des Finances. Aussi, Macron s’est construit indépendamment de François Hollande, bien qu’il ait été un de ses collaborateurs les plus proches. Il s’est fait en dehors du Parti socialiste et en dehors du gouvernement. Sa carrière est personnelle. La suite peut passer autant par ses propres filières (création d’un mouvement, d’un club) que par le Parti socialiste.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gilly - 20/01/2016 - 13:29 - Signaler un abus Julliard, Macé-Scaron....

    Je suis abonnée à Marianne et je ne le savais pas.... Atlantico, combien de temps allez-vous prendre vos abonnés pour des imbéciles ?... Un vent nouveau ????... Ou çà ????.... 4,90€ pour lire Marianne ou écouter France Inter ? Vous vous moquez de qui ? De nous, vos abonnés !

  • Par vangog - 20/01/2016 - 13:36 - Signaler un abus Ah, la géographie politique chère aux Trotskystes!

    avec le vieux, ils ont ressorti "plus à gauche que moi tu meurs!"...ou tu gagne! mais les perdants seront toujours les naïfs Français

  • Par zouk - 20/01/2016 - 16:34 - Signaler un abus France socialiste

    Et oui, nous sommes un pays socialiste dans l'âme, quels que soient les hommes et les intentions politiques. Nous y sommes solidement englués, comment en sortir? Aucun politicien n'en semble capable, n i même d'y songer.

  • Par Vincennes - 20/01/2016 - 17:54 - Signaler un abus lULLIARD .....édito chez Marianne lit on

    pourquoi ne parle t'il pas, également, de l'OBS ???? la "sarkophobie" en vadrouille sur Atlantico........ on ne nous dit pas tout

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Julliard

Jacques Julliard est journaliste, essayiste, historien de formation et ancien responsable syndical. Il est éditorialiste à Marianne, et l'auteur de "La Gauche et le peuple" aux éditions Flammarion.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€