Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Facebook souhaite faire valider ses technologies de reconnaissance faciale en Europe : faut-il fuir le réseau social d’urgence ?

Facebook a commencé à demander aux utilisateurs européens et canadiens de lui laisser utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour les identifier dans des photos et des vidéos. Cette fonctionnalité existe aux Etats Unis depuis 2011 et soulève de nombreuses interrogations et controverses.

Fuir ou ne pas fuir

Publié le

Atlantico : Avant tout, comment fonctionne cette technologie ? Quels en sont les objectifs ?

Jean-Paul Pinte : Déjà bien inquiété par le scandale « Cambridge Analytica » accusant Facebook pour ses pratiques en matière de collecte de données de ses utilisateurs, un juge américain vient d’ouvrir la voie à une « class action » contre la firme visant son système de reconnaissance facile initié en 2010 qui permet d’identifier des personnes sur des photos.

La législation, en vigueur depuis 2008, interdit aux entreprises de recueillir et de stocker les données biométriques des personnes sans leur consentement. Facebook, qui a obtenu le transfert du dossier à San Francisco, affirme que les données collectées ne sont pas couvertes par cette loi.

En 2012 déjà, Facebook avait été contraint de retirer une fonctionnalité permettant d'identifier automatiquement des personnes sur des photos en raison de la pression des autorités européennes.

Fin 2017, c'est l'entreprise elle-même qui renonçait à déployer une fonction basée sur la reconnaissance faciale sur le Vieux Continent.

En fouillant un peu l’actualité sur le sujet, on apprend que Terrogence, une entreprise de surveillance israélienne, exploite depuis maintenant 5 ans les données issues des sites web et des réseaux sociaux, comme Facebook ou Youtube, pour concevoir un gigantesque système de reconnaissance faciale intitulé Face-IntFondée par un ancien membre des services secrets israéliens, la reconnaissance faciale de Terrogence se destine à l’identification des terroristes et des criminels.

Si la technologie n’est pas nouvelle et se trouve déjà dans nos logiciels de gestion de photos pour les trier par exemple, Facebook a décidé d’activer par défaut cette fonctionnalité sur nos espaces d’échanges.

Permettre de reconnaître automatiquement des photos de vous et des autres membres. Un moyen encore de devenir encore plus voyeur dans l’application et de voir encore plus de contenu sur les gens que vous connaissez ou pas, selon la manière dont ils ont configuré leur profil.

Facebook voudrait nous aider à « taguer » et « détaguer » plus facilement des photos et seule la désactivation de cette fonction devrait vous permettre d’en réchapper.

Pour cela :

Allez dans l'onglet compte

Choisissez : Paramètre de confidentialité

Cliquez sur : Personnaliser les paramètres

Plus bas dans cet écran, section « ce que les autres partagent » : désactiver l'option « suggérer à mes amis les photos où j'apparais ».

Comment cela se passe sur Facebook ?

Ce que nous dit le réseau social :

Lorsque vous identifiez quelqu’un, vous créez un lien vers son profil. La publication dans laquelle vous identifiez la personne peut également être ajoutée à son journal. Par exemple, vous pouvez marquer une photo pour identifier les personnes qui y apparaissent ou publier un statut et préciser avec qui vous êtes. Si vous identifiez un ami dans votre nouveau statut, toutes les personnes qui peuvent voir ce statut peuvent cliquer sur le nom de votre ami et accéder à son profil. Votre nouveau statut apparaît également dans le journal de votre ami.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Pinte

Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique.

Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille, il est expert en cybercriminalité.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€