Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les experts du climat du GIEC sont-ils en train d'admettre à leur tour que le soleil joue un rôle prédominant dans le réchauffement climatique ?

Un avant-projet du prochain rapport du GIEC pourrait laisser penser que l'origine du réchauffement climatique ne se résumerait pas aux conséquences de l'activité humaine. A l'origine de ce soupçon, un paragraphe du rapport dont la portée et l'interprétation fait débat. Point de vue.

La messe (n'est pas encore ?) dite

Publié le
Les experts du climat du GIEC sont-ils en train d'admettre à leur tour que le soleil joue un rôle prédominant dans le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique ne serait pas forcément dû à l'activité humaine... Crédit Flickr / Cacahouette

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas parlé des climastrologues et des escrologistes de combat qui nous vendent non pas du rêve mais de la catastrophe planétaire à longueur d’année pour mieux pousser leur agenda interventionniste, décroissant et malthusien. Heureusement, une récente fuite d’un avant-projet du prochain rapport du GIEC nous aide à nous les rappeler à notre bon souvenir. Surprise (légère) : les dogmes climatologistes s’effritent un à un.

Tout commence avec Alec Rawls, qui participe à la rédaction de l’AR5, c’est-à-dire du second avant-projet du prochain rapport du GIEC (le groupe international d’experts sur le climat) ; et alors qu’il vient de clore ses contributions au rapport et que la période des commentaires est achevée, il décide d’en publier la version courante, jugeant que le contribuable qui le finance doit pouvoir prendre connaissance des informations déjà disponibles. D’autant plus que, selon lui, ces informations remettent complètement en cause la thèse centrale du réchauffement climatique, basée sur le dioxyde de carbone et son origine humaine…

Et c’est ainsi qu’on découvre que le GIEC admet, même pas à demi-mot, que oui, le soleil réchauffe bien la Terre.

Certes, la plupart des scientifiques de bon sens (dont Svensmark, par exemple), étaient arrivés à la même conclusion depuis un moment déjà.

Avant d’aller plus loin, l’AR5 est donc disponible ici (et en un seul fichier, ici). Pour vous éviter une longue et fastidieuse lecture, je vous encourage (comme expliqué ici) à jeter directement un œil à la figure 1.4 du rapport. Elle donne ceci :

 Cliquer sur le graphique pour agrandir

En substance, elle montre dans les zones colorées les prédictions de températures produites par les différents modèles mathématiques utilisés pour asseoir la légitimité des décisions politiques et écologiques que nous avons eu à subir depuis les vingt dernières années. On notera que les mesures de températures observées (les points noirs) sont … décidément en dessous de ce que les modèles s’entêtent à prédire. Autrement dit, seuls les modèles les plus optimistes (qui prédisent de petits réchauffements) permettent de tenir compte des mesures observées, et encore, en prenant leurs hypothèses basses. Du reste, lorsqu’on regarde seulement les températures observées, on peut surtout estimer que la tendance est, globalement, à la stagnation.

Mais au-delà de ce graphique, c’est la phrase suivante du chapitre 7, p.43, qui change radicalement l’épaule du fusil du GIEC :

"Many empirical relationships have been reported between GCR or cosmogenic isotope archives and some aspects of the climate system (e.g., Bond et al., 2001; Dengel et al., 2009; Ram and Stolz, 1999). The forcing from changes in total solar irradiance alone does not seem to account for these observations, implying the existence of an amplifying mechanism such as the hypothesized GCR-cloud link. We focus here on observed relationships between GCR and aerosol and cloud properties."

Certes, c’est assez jargoneux, mais cela veut dire que les observations ne permettent plus d’écarter l’hypothèse formulée par Svensmark, qui avait postulé, en 1997, qu’une partie non négligeable de la nébulosité doit sa formation à l’activité solaire (rayons cosmiques) et qu’elle joue un rôle fondamental dans le réchauffement climatique (une abondante couverture nuageuse protégerait la Terre du réchauffement). Et cette hypothèse avait trouvé de solides éléments de preuve courant 2011, montrant que l’action solaire étaient belle et bien déterminante dans le réchauffement constaté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 18/12/2012 - 10:02 - Signaler un abus le soleil joue un rôle prédominant dans le réchauffement

    M...e, ça se gate ils deviennent sensés :o)

  • Par cucufa - 18/12/2012 - 10:14 - Signaler un abus Une phrase mal traduite et sortie de son contexte

    Le rapport arrive exactement à la conclusion inverse de votre interprétation et en donne les preuves...

  • Par bobosse - 18/12/2012 - 10:26 - Signaler un abus QUELLE DECOUVERTE

    Les grands spécialistes de la climatologie et de la paléoclimatologie (je pense en particulier à notre français Jean Jouzel, toujours prompt à se retrouver dans les média - comme chez Calvi - pour nous catastropher) viennent de REDECOUVRIR LA THEORIE DE MILANKOVITCH Bravo pour ce temps (et cet argent) perdu. Un lien : http://www.cours.polymtl.ca/glq1100/milankovich/milankovich.html Bruno

  • Par svt - 18/12/2012 - 10:44 - Signaler un abus Déformation et parti pris

    Je suis d'accord avec cucufa ; votre traduction de l'extrait est déjà mauvaise. Mais plus vous développez et plus vous en pervertissez le sens. Quand au titre de l'article il va jusqu'à faire un contre sens total. Or bien évidement l'article donnant le ton pour tout l'article, la pensée du lecteur est manipulée dès le départ et sa compréhension orientée. Tout cela en partant d'une lapalissade : le soleil réchauffe la terre ! Vous parlez d'une nouvelle. Oui on savait bien que les gaz ne généraient pas de chaleur à eux tout seuls, mais emprisonnaient la chaleur émise par ... le soleil. Enfin comme bien d'autres, votre papier se focalise uniquement sur les températures en omettant la globalité et la complexité du système. Pourquoi ne parlez vous jamais par exemple, de la hausse constatée (et plus rapide que prévue) des océans ni de la fonte des glaces, qui pour le moment masquent une partie (qui sait dans quelles proportions) de l'accumulation d'énergie et contribuent à conserver des températures stables ? Ne raisonner comme vous le faites que sur un paramètre ne peut être une démarche crédible.

  • Par elskwi - 18/12/2012 - 10:56 - Signaler un abus Encore une raison de polluer plus ?

    D'accord, le soleil joue le plus grand rôle dans le réchauffement, graphique à l'appui. Cependant, je vois déjà les grands yeux des serpents qui dirigent le monde se dirent : "Haaa ! On peut polluer comme des dingues maintenant ! Le réchauffement ce n'est pas notre faute !" Je dirai même que ceci arrang beaucoup de monde... Ce n'est pas une raison pour ne pas faire attention à notre planète messieurs les goujats !

  • Par vangog - 18/12/2012 - 12:03 - Signaler un abus "Les médias Francophones acquis a la cause rechauffiste"...

    sont-ils ceux qui ont été noyautés par les gauchistes et autres anti-capitalistes camoufles en "écolos bon-teint"... La troisième conséquence de ces"fuites" est de s'interroger sur ces médias à l'information tronquée par l'influence rampante des vieilles idéologies réactionnaires, et d'exercer son esprit critique, des lors que les conclusions trafiquées de ces journalistes "aux ordres des appareils propagandistes gauchistes", consistent a imposer aux benêts et aux naïfs des politiques Malthusiennes et autres politiques mortiferes (suivez mon regard)... Fidèles a la dialectique idéologique, ils confondront "refus des politiques Malthusiennes" et "pollution ireffrenée", mais ne nous laissons plus influencer par ce "terrorisme intellectuel", qui fait plus de mal que la pollution elle-même...

  • Par urslut - 18/12/2012 - 12:14 - Signaler un abus Savez-vous qui est M. Alec Rawls?

    Le critique du texte du GIEC que vous mentionnez M. Alec Rawls n'est pas un climatologue. Il a une formation d'économiste qu'il a à un moment abandonnée pour devenir blogueur républicain conservateur aux Etats-Unis. Il n'a donc absolument pas les compétences pour interpréter correctement ce passage du rapport qui dit comme le relève cucufa plus haut exactement le contraire de ce qu'il affirme.

  • Par Apicius - 18/12/2012 - 12:34 - Signaler un abus Le soleil était déjà la pomme de discorde initiale du GIEC

    Les travaux initiaux du GIEC avaient mis en évidence un clivage 50/50 entre les scientifiques - au sens précis du terme - soutenant la cause CO2 et les scientifiques - au même sens précis - soutenant l'effet du soleil. Un débat était en cours mais la pesanteur administrarive et l'influence des lobbies non scientifiques ont conduit à des malversations intellectuelles et au départ du GIEC des partisans de l'hypothèse Soleil : il a fallu une menace de procès pour qu'ils obtiennent le retrait de leurs signatures forcées comme contributeurs du rapport final qui ignorait cette hypothèse ! Pour faire poids, leurs signatures ont été remplacées par celles des fonctionnaires et autres agents administratifs de l'ONU. Mais les faits sont têtus et le Soleil réapparait naturellement.

  • Par Joel_GREA - 18/12/2012 - 15:27 - Signaler un abus Lisez avant de critiquer

    Tous les rapports du Giec parlaient de l'influence prépondérante du soleil. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil : Il y a de multiples facteurs en causes pour le réchauffement et, pour reprendre l'expression consacrée, "en l'état actuel des connaissance", seul la prise en compte de l'impact des gaz à effet de serre permettent d'expliquer les hausse de températures constaté... Le Giec n'a JAMAIS dit qu'il n'y avait pas d'autre facteur... mais bon, quand on veut tuer son chien on l'accuse de la rage et on se montre d'une mauvaise foi impressionnante.

  • Par freddy - 18/12/2012 - 16:17 - Signaler un abus C'est article fait plaisir

    enfin, ce que je pensais se révèle exact. Une fois de plus, les ecolos-gauchos auront eu tout faux! Après les pluies acides qui devaient faire disparaitre les forêts en Europe, le nucléaire qui devait nous faire disparaitre, ils nous vendaient le réchauffement comme un politicien vend ses promesses. De nombreux articles m'avait interpellé sur l'activité anormale du soleil et il n'était point besoin d' être madame Irma pour faire une relation avec le réchauffement planétaire. Au fait, les températures au moyen-age chez nous étaient bien supérieures à celles d'aujourd'hui. Alors au boulot, les réchauffistes!

  • Par Leucate - 18/12/2012 - 17:06 - Signaler un abus Les alternances chaud/froid de l'holocène

    L'holocène, c'est notre interglaciaire succédant à la glaciation du Wurm pendant laquelle la mer était à - 130 m et la banquise d'hiver descendait jusqu'aux côtes de Galice, la méditerranée étant fermée mais libre de glaces. Il a commencé il y a I0.000 ans par la fonte des glaciers qui a fait remonter la mer jusqu'à -35m puis au niveau actuel. Depuis l'époque Historique, les hommes ont pu constater un cycle périodique s'étalant sur plusieurs siècles alternant des périodes fraiches à des périodes tièdes. En Europe, on a eu chaud sous Auguste, on a eu froid sous les mérovingiens, très chaud à partir de Charlemagne (l'optimum médiéval - Leif Ericson découvre le Groenland et le Vinland) frais durant le bas-moyen âge, il faisait tiède au 16ème siècle, puis est arrivée une période de grand froid à partir de 1600 quand les glaciers alpins sont apparus, engloutissant alpages et villages, menaçant Chamonix. Le froid culmine à la fin du règne de Louis XIV (minimum de Maunder dit aussi "petit âge glaciaire"). C'est de ce cycle exceptionnellement froid dont nous sortons mais nous sommes encore très loin d'avoir atteint l'optimum médiéval et même pas les températures tièdes du 16ème siècle

  • Par anticip - 18/12/2012 - 17:30 - Signaler un abus claude allegre

    avait déjà depuis longtemps mis en doute les conclusions du giec ,il explique très bien dans son livre l'imposture climatique que le giec tenait surtout a préserver la manne financière qui leur permet de fonctionner ,mais il n'y avait aucune certitudes scientifiques dans leurs prévisions

  • Par Leucate - 18/12/2012 - 17:33 - Signaler un abus La forteresse de Salses

    Construite par le roi d'Aragon en 1500 (époque de "Los Reyes", réunification des royaumes d'Aragon et de Castille) cette forteresse dite de transition (capable de résister aux nouveaux boulets en fer) avait une garnison permanente de 1400 hommes et interdisait le Roussillon aux Français. Construite à l'entrée de la province à l'endroit le plus étroit entre les Corbières et l'étang marin de Salses, elle ne laissait qu'un chemin le long de ses murailles, à portée de ses canons et de ses mousquets. La mer était plus haute de 50 à 80cm, ce qui a des effets appréciables sur une côte basse et marécageuse (la région s'appelle "la Salanque"). Sous Louis XIV et Mazarin, la mer était descendue, permettant à l'armée française de passer hors de portée pour assiéger et prendre Perpignan. Bobosse avait évoqué les paramètres de Milankovic (variations de l'excentricité de l'orbite, de l'inclinaison terrestre et de la précession, la terre tourne comme une toupie mais cet axe varie) qui collent aux alternances entre glaciations (..Gunz, Mindel, Riss, Wurm) et interglaciaires. Les positions de la terre avec le soleil pourrait aussi expliquer les alternances frais/tiède durant un interglaciaire.

  • Par géodith - 18/12/2012 - 17:34 - Signaler un abus Cycle du soleil de 11 ans

    www.notre-planete.info/.../actu_2456_soleil_tempete_solaire.php Bizarre ! 2003 c'était l'apogée du cycle 23.

  • Par sicenetoi - 18/12/2012 - 19:05 - Signaler un abus réchauffement climatique

    Mais non ce n'est pas le soleil qui en est respionsable, ce sont les TERMITES QUI PRODUISENT QUANTITÉ DE CO2 pour entretenir leur reproduction et nourrir les reines qui leurs sont indispensables.... sérieusement, ces bestioles produiraient une quantité considérable de ce fichu CO 2, mais on est encore incapable de mesurer ce volume, c'est du moins ce qui ressort d'un reportage d'Arte du lundi 16 courant. P.S. ces entomologistes n'ont pas, dans ce reportage évoqué le rôle du soleil...

  • Par sicenetoi - 18/12/2012 - 19:17 - Signaler un abus réchauffement climatique

    S'appuyer sur Allegre pour argumenter n'est sans doute pas le gage d'impartialité que l'on est en droit d'attendre ... et ce n'est pas parce qu'il a une énorme quantité de neurones en perpétuelle activité ( qui doivent drôlement chauffer d'ailleurs... ) qu'il a un avis fondé sur tout.

  • Par walküre - 18/12/2012 - 20:43 - Signaler un abus Si le Giec

    était crédible ça se saurait non ?

  • Par Robertlemontagnard - 18/12/2012 - 22:55 - Signaler un abus désinfo.

    il est comique de constater que cet enfumeur (ce n'est pas pour rien qu'il mporte un masque à gaz) fait dire au GIEC le contraire de ce qui est vraiment écrit dans le rapport . Maintenant il est vrai qu'on est habitué à ce genre de conduite venant des climatonégateurs comme le sont les aficionados de contrepoint, de skyfall de WUWT de penseeunique etc....

  • Par Suz Melen - 19/12/2012 - 02:37 - Signaler un abus La faute au soleil?

    Ça laisserait les consciences tranquilles, pas bon pour la pollution. Les modèles ne jouent que sur la variable Température, tout le reste est masqué.

  • Par walter99 - 19/12/2012 - 08:10 - Signaler un abus Un rêve !

    Oui le grand rêve d'irresponsabilité et de ressources infinie des néolibéraux a déjà pris fin . Vous pensiez qu'on va continuer jusqu'à combien ? 13n milliards d'habitants, 50 milliards à manger des granulés infects ,et vous croyez que nos actes de pollution ne nous rattraperons jamais ? Vous rêvez ,l'humanité version lemmings c'est fini ,fini. Il va falloir apprendre à vivre avec un monde limité, et donc partager la planète .Le climat c'est pareil ,c'est un système fragile et il suffit de regarder le recul incroyable de la banquise ou des glaciers pour comprendre l'urgence de nos décisions : le monde sans pilote, innocent et irresponsable des néolibéraux était une utopie dangereuse ,il va falloir construire un monde avec des règles vivables ,les lemmings c'est fini ,désolé pour votre rêve.....

  • Par Mandos - 19/12/2012 - 08:38 - Signaler un abus Tiens c'est joli, ça

    Les climatonégateurs, qu'il nous dit, Robert le montagnard, avec son pseudo qui fleure bon le vrai gars de la terre à qui on la fait pas et qui sait bien, lui, que l'homme est coupable de destruction de Gaïa. On sent pointer le gène de l'inquisiteur prêt à brandir son rapport à la face des Hérétiques, lesquels devraient probablement être pourchassés, dénoncés et enfermés pour leur criminel scepticisme. Robert il sait où ils se cachent les rebelles, il a des listes, il ne manquerait plus que l'autorisation de commencer les rafles, qu'on en finisse avec ces insoutenables blasphèmes qui entravent la marche de l'Homme vers le Progrès Triomphant. Pas vrai mon gros?

  • Par FIGAROCB - 19/12/2012 - 11:41 - Signaler un abus Les experts du GIEC !

    Vous avez dit "experts", il faudrait plutôt parler de personnes endoctrinées au vert "rouge" plutôt de véritables experts scientifiques ! Nous avons eu déjà droit dans un passé récent à des mensonges qui ont pu être révélés grâce à de véritables scientifiques. Ce sont ceux là qui devraient prendre les choses en main en matière de climatologie et non ces politicards gauchistes. La Chine ouvre une centrale thermique au charbon par semaine, l'Allemagne est maintenant obligée de faire fonctionner des centrales au charbon pour palier les défaillances des "centrales éoliennes" lesquelles ne peuvent pas fonctionner continuellement ! Absence ou trop de vent, ^pa

  • Par HM_974 - 19/12/2012 - 12:58 - Signaler un abus Embauche

    Alors, Atlantico ! pas les moyens de salarier un bon traducteur ? Pour un nouveau média à la pointe de l'information ... Déformer l'information à ce point ! Vous avez un nouvel actionnaire en la personne d’Allègre ???

  • Par Gringo Nedromi - 19/12/2012 - 15:01 - Signaler un abus Une traduction malhonnête

    Ce que l'article dit est en substance que "les changements dans les radiations solaires NE PEUVENT PAS EXPLIQUER les changements de température tels qu'observés. Ce genre de traduction ne peut que susciter la méfiance de ceux qui étaient à priori neutre dans les débat et à remettre en cause leur neutralité. La vérité ne pourra jamais se nourrir du mensonge.

  • Par Robertlemontagnard - 19/12/2012 - 17:09 - Signaler un abus arguments

    Mandos, Si au lieu de jouer les vierges effarouchées, vous nous apportiez quelqu'argument valide, ça serait mieux que votre blabla.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€