Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'ethnicisation des "Blancs", un phénomène qui pose la question de la cohésion sociale en France

Christophe Guilluy nous propose une leçon inédite de géographie sociale. S'appuyant sur sa discipline, il révèle une situation des couches populaires très différente des représentations caricaturales habituelles. Leur évolution dessine une France minée par un séparatisme social et culturel. Derrière le trompe-l'œil d'une société apaisée, s'affirme en fait une crise profonde du "vivre ensemble". Extrait de "Fractures française" (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
L'ethnicisation des "Blancs", un phénomène qui pose la question de la cohésion sociale en France

Le « dérapage » de Valls illustre aussi la relativité des concepts de minorités et de majorités. Le maire d’Évry parle des « Blancs ». Il donne ainsi une existence ethnique à une « minorité invisible », celle qui tend à disparaître des quartiers les plus sensibles. Sur ces territoires, les minorités et majorités deviennent relatives. L’émergence d’un groupe « Blancs » est une nouveauté. Dans un pays traditionnellement hermétique à la racialisation des rapports sociaux, ces propos montrent que l’émergence d’une société multiculturelle et multiethnique tend à imposer mécaniquement aux individus des identités ethniques ; y compris à des groupes ou à des citoyens qui ne s’y réfèrent pas.

Cette ethnicisation de « l’autre » est d’autant plus sensible qu’elle se réalise à un moment où le sentiment d’appartenance à la Nation recule. Le fait d’être ou non « français » pèse ainsi de moins en moins face au sentiment d’appartenance culturelle ou ethnique. Ce processus d’ethnicisation de « l’autre » permet non seulement de le maintenir à distance, mais aussi de se définir. Si l’ethnicisation des minorités « maghrébines » et « noires » par la majorité « blanche » est connue, en revanche l’ethnicisation des « Blancs » dans les quartiers à forte population immigrée est rarement prise en compte. Dans les  quartiers et villes multiculturel, les « Blancs », hier « Français » ou « Gaulois », sont pourtant de plus en plus désignés comme « Blancs », parfois comme « colons ».

Cette tendance est le signe d’une profonde régression et indique peut-être les prémices d’un changement de modèle, le citoyen laissant la place à un individu qui se définirait d’abord par ses origines ethniques. Si le poids de l’Histoire (les guerres de Religion, la colonisation, la période de Vichy) et le cadre républicain empêchent encore cette dérive, l’évolution est préoccupante. De plus en plus de jeunes font la découverte d’une identité ethnique à laquelle ils ne s’étaient jamais référés. En effet, le sentiment « minoritaire » exacerbe la question ethnique. C’est vrai pour les minorités visibles ; c’est désormais le
cas pour les « Blancs » qui vivent dans les mêmes quartiers, parfois en minorité. Ce constat n’est pas le signe d’un basculement racialiste de type américain, mais il montre que l’instabilité démographique contribue à façonner une identité ethnoculturelle.

En évoquant la présence, ou l’absence, des « Blancs », Manuel Valls a posé en réalité la question de la cohésion sociale et de son corollaire : pourquoi les « Blancs » quittent-ils les quartiers ethnicisés, et surtout pourquoi ne s’y installent-ils plus ? S’agit-il de racisme, d’un refus du « vivre ensemble », de la peur d’être ostracisés ou simplement d’un refus de se sentir minoritaire ? Il est d’autant plus urgent de répondre à ces questions que les dynamiques migratoires montrent que le processus d’ethnicisation des territoires va se poursuivre et qu’il s’accompagnera de plus en plus d’une substitution de population. À partir d’un fichier de l’Insee nommé Saphir, les démographes Bernard Aubry et Michèle Tribalat ont pu analyser l’évolution entre 1968 et 2005 de la part des jeunes de moins de dix-huit ans d’origine étrangère. Ce fichier qui prend en compte le pays de naissance des parents permet d’étudier l’évolution de la part des jeunes d’origine étrangère, c’est-à-dire « vivant avec au moins un parent immigré », dans la société française. A contrario, les enfants « d’origine française » vivent avec des parents nés en France. Pour la première fois, une étude consacrée aux flux migratoires permettait de cerner la question de la concentration ethnique et le processus de substitution de population. Ainsi, les chercheurs expliquent l’augmentation de 45 % des jeunes d’origine étrangère entre 1968 et 1999 par la conjonction de la baisse du nombre d’enfants de parents nés en France de parents français (−14 %) et de la hausse du nombre de ceux de parents immigrés (+33 %). On observe par ailleurs sur la même période que la part des jeunes originaires d’Europe du Sud a fortement diminué tandis que celle des jeunes d’origine maghrébine était multipliée par 2,6.

Si la situation de l’Île-de-France est exceptionnelle du fait de la très forte concentration de la population étrangère et de la taille de l’agglomération parisienne, elle n’en illustre pas moins un processus qui touche l’ensemble des grandes villes. La région parisienne enregistre le plus grand nombre d’arrivées de populations étrangères, notamment en provenance du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, de Turquie et d’Asie. Dans le même temps, cette région compte aussi le plus grand nombre de départs d’individus d’origine française ou européenne, souvent ouvriers et employés. Ce « chassé-croisé » entre d’une part des couches populaires d’immigration récente et extra-européennes et d’autre part les catégories populaires et moyennes d’origine française et d’immigration ancienne décrit une dynamique de substitution de population et d’ethnicisation à l’échelle de la région-métropole.

Le département de la Seine-Saint-Denis est emblématique de ce basculement démographique. Entre 1968 et 2005, la part des jeunes d’origine étrangère est passée de 11,5 % à 18,1 % en France, de 16 % à 37 % en Île-de-France et 18,8 % à 50,1 % (en 1999) en Seine-Saint-Denis. Dans le même temps, toujours en Seine-Saint-Denis, la part des enfants dont les deux parents sont nés en France n’a cessé de décroître : la déperdition totale a été de 41 % contre 13,5 % au niveau national. La Seine-Saint-Denis a ainsi perdu 110 000 enfants de deux parents nés en France et a gagné 103 000 enfants dont l’un des deux parents est né en France. La provenance des enfants d’origine étrangère s’est aussi modifiée sensiblement. La proportion de jeunes d’origine maghrébine a été multipliée par trois (de 7,7 % à 20,5 %) en trente ans, tandis que celle des jeunes d’origine subsaharienne, quasiment nulle en 1968, est passée à 12 % en 1999. Pour la démographe Michèle Tribalat, la conjonction « d’une formidable croissance de la jeunesse d’origine étrangère et d’un recul de celle d’origine française » traduit, dans ce département, un processus de substitution.

L’analyse de l’évolution du peuplement de quelques communes d’Île-de-France permet de mesurer l’ampleur de cette révolution démographique où les minorités d’hier sont devenues majoritaires. Quelques exemples donnent à saisir l’importance du phénomène. Entre 1968 et 2005, la part des jeunes d’origine étrangère est passée de 22 à 76 % à Clichy-sous-Bois, de 23 à 75 % à Aubervilliers, de 22 à 74 % à La Courneuve, de 23 à 71 % à Grigny, de 12 à 71 % à Pierrefitte-sur-Seine, de 30 à 71 % à Garges-lès-Gonesse, de 28 à 70 % à Saint-Denis, de 19 à 67 % à Saint-Ouen, de 20 à 66 % à Sarcelles, de 17 à 66 % à Bobigny, de 21 à 66 % à Stains, de 21 à 65 % à Villiers-le-Bel, de 12 à 65 % à Épinaysur-Seine, de 10 à 65 % à Mantes-la-Jolie, de 14 à 64 % à Pantin, de 16 à 63 % à Bondy, de 18 à 62 % aux Mureaux, de 19 à 62 % à Sevran et de 9 à 61 % à Trappes. Compte tenu de l’intensité des flux migratoires, les communes de la région parisienne sont les plus concernées, mais les métropoles régionales enregistrent aussi des transformations rapides. La banlieue lyonnaise est évidemment concernée, notamment Vaulx-en-Velin, où la part des jeunes d’origine étrangère est passée de 41 à 61%.

Cette liste non exhaustive fait essentiellement état de banlieues classées sensibles. Ces communes sont effectivement celles où la part des jeunes d’origine étrangère est la plus forte. Mais il apparaît que cette évolution démographique dépasse désormais le cadre des seules banlieues sensibles et concerne des communes et quartiers plus « bourgeois » de villes-centres. Contredisant l’association entre ethnicisation et paupérisation, on remarque ainsi que certains territoires bénéficient dans le même temps d’un processus d’embourgeoisement et d’ethnicisation.

--------------------------------------------------------------------------------

"Fractures française", de Christophe Guilluy (Champs Essais)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par winnie - 02/01/2014 - 08:55 - Signaler un abus rien de plus que ce que nous voyons quotidienement

    tous ce qui est écrit est vrai ce qui n'est pas dit c'est que musulman sous culturés et chrétiens éduqués ne sont pas compatibles c'est pour cela que les Gaulois fuient quand ils le peuvent,puisque ceux qui nous gouvernent ne nous protègent pas

  • Par Djib - 02/01/2014 - 08:57 - Signaler un abus Le "grand remplacement est en marche" et rien ne l'arrêtera ...

    ... mais chut, les enfumeurs continuent à visser le couvercle sur la marmite.

  • Par Marcus Graven - 02/01/2014 - 09:24 - Signaler un abus De minuscules chocs de civilisation à la guerre est déclarée

    Nous allons faire le conflit. Il existe déjà un peu partout en France de minuscules "chocs des civilisations" dans les quartiers, les banlieues, les villages. Les autochtones - les Blancs, comme dit Valls - sentent de plus en plus que leur existence pose problème. Là, ils baissent les yeux devant l'Autre. Ici, ils perçoivent que leur point de vue ne vaut rien face à celui de l'immigré et celui des supposées élites. Le natif n'a plus aucune valeur comparé à l'arrivant. L'autochtone n'est plus une figure de référence. Sauf que la vision infantile des supposées élites sur le multiculturalisme n'est pas celle vécue par ceux qui supportent le multiculturalisme d'en bas. La société de consensus est un leurre. La mise en scène du racisme, du fascisme est théâtrale. En 1975, Pasolini expliquait que la manipulation de l'opinion passerait par la création d'un "anti fascime facile, qui a pour objet un fascisme archaïque qui n'existe plus et n'existera plus jamais. Trente ans plus tard, Lionel Jospin confessera que la lutte anti fasciste contre le FN n'était que du théâtre. La mise en scène ne peut durer éternellement. La guerre sera bientôt déclarée.

  • Par jimili - 02/01/2014 - 09:46 - Signaler un abus liberté, égalité, fraternité 1

    Le problème c'est que la France dit être le Pays des Droits de l'Homme, de Valeurs,.... que le Pays n'a jamais vraiment eu en pratique. Qui sait que notre centralisme, et hérité de la monarchie absolue fut accentué par la république, et qui pense que le centralisme est la base nécessaire pour toute dictature??? Qui sait que le centralisme de notre Etat et de son administration a servi de référence aux dictatures au siècle dernier (par Franco avait les mêmes pratiques envers ses populations régionales qui perdurent chez nous, et Hitler s'était rendu sur la tombe de Napoléon 1er, son modèle) On est donc d'un Etat ayant en pratique les mauvaises bases, ... y compris celle de pouvoir ouvertement ne pas avoir de respect pour aucune donne locale, pour la population ou la personne locale! L'Alsace, dite libérée, ses habitants furent-ils respectés lorsque l'on sait comment ils furent présentés, et (mal)traités? Un Pays où les dirigeants ne sont pas en phase avec les Valeurs élémentaires (en pratique autour de nous) et qu'ils disent représenter, il ne peut y avoir que des mauvaises conséquences puisque on se trouve dans une situation extrémiste.

  • Par Renaud Bouchard - 02/01/2014 - 09:48 - Signaler un abus Vers la guerre civile ethnique et sociale

    Article passionnant à propos d'un livre paticulièrement intéressant. Où comment l'apartheid naît de l'impossibilité de contraindre les Gaulois d'accepter de disparaître devant l'Etranger. Folie criminelle de ces pseudo-dirigeants qui conduisent sciemment la France à sa disparition identitaire en favorisant une dynamique de substitution de population et d’ethnicisation qui trouvera son achèvement dans une réa

  • Par jimili - 02/01/2014 - 09:55 - Signaler un abus liberté, égalité, fraternité 2

    Des germes de conflits sont contenus dans toute organisation, régionale, nationale, internationale qui ne tient pas compte des donnes locales, et dont les réponses ne vont pas dans le sens de ces données. On est tous les héritiers, de cette France avec son boulet, cette république républicaine, hyper centralisée, donc pas de la pratique d'une démocratie réelle! D'autres Etats sont aussi des républiques, mais ils ne sont pas républicains! 'Les Espagnols savent à quoi il correspond le mot républicain, et l'Allemagne ne fut centralisée qu'une seule fois dans son histoire) C'est le centralisme, républicain, qui reste à la base de nos problèmes, il nous nuit à tous, comme à tout. Sans le mot respect, il n'y a point de liberté(s), d'égalité, et la fraternité devient inexistante. Les promesses non tenues aux Alsaciens correspondent aussi à l'irrespect de la France, des Français, et aux difficultés d'intégration!

  • Par jimili - 02/01/2014 - 10:00 - Signaler un abus liberté, égalité, fraternité 3

    LES PROMESSES NON TENUES, aux Alsaciens, ce qui correspond à l'irrespect de la France, des Français. Général GOURAUD (le 24 novembre 1918) : « La France vient à vous. (...) Non seulement elle respectera vos coutumes, vos traditions locales, vos croyances religieuses, vos intérêts économiques, mais elle pansera vos blessures » Général JOFFRE (le 24 novembre 1914 à Thann) : « la France vous apporte, avec les Libertés qu’elle a toujours représentées, le respect de vos libertés à vous, des libertés alsaciennes, de vos traditions, de vos convictions, de vos mœurs » (engagement repris par le président de la République Raymond POINCARÉ en 1915) - Paul DESCHANEL, président de la Chambre des députés et futur président de la République (le 11 novembre 1918 à Paris) : « C’est toute la France (...) qui, respectueuse de vos traditions, de vos coutumes, de vos libertés, de vos croyances, vous apporte toute sa gloire » La seule forme d'intégration, permettant aussi les capacités, les compétences, c'est celle du respect et de la mise en pratique des ces Valeurs que la France dit représenter et défendre, dont tous se réclament, ... et qui restent piétinées, par notre république.

  • Par Renaud Bouchard - 02/01/2014 - 10:17 - Signaler un abus Vers la guerre civile ethnique et sociale

    Article passionnant à propos d'un livre paticulièrement intéressant. Où comment l'apartheid naît de l'impossibilité de contraindre les Gaulois d'accepter de disparaître devant l'Etranger. Folie criminelle de ces pseudo-dirigeants qui conduisent sciemment la France à sa disparition identitaire prochaine en favorisant une dynamique de substitution de population et d’ethnicisation qui trouvera son achèvement dans une réaction violente d'apartheid.Voyez en ce sens le rapport en cinq volets, dont les conclusions ont été remises au Premier ministre le 13 novembre 2013, véritable détonateur sociologique: http://www.gouvernement.fr/gouvernement/refondation-de-la-politique-d-integration. Merci aux lecteurs et à Atlantico pour la qualité de leurs analyses et leur clairvoyance. Ouverts aux autres, oui. En restant maîtres chez nous.

  • Par Terranostra - 02/01/2014 - 10:19 - Signaler un abus La colonisation de la France ..à marche forcée.

    " Dans les quartiers et villes multiculturel, les « Blancs », hier « Français » ou « Gaulois », sont pourtant de plus en plus désignés comme « Blancs », parfois comme « colons »." ____________________________________________________ Les responsables ? Toutes nos élites politiques (formatées et sous contrôle) qui se sont succédés aux Affaires depuis plus de 30 ans. Ceux qu'on pourrait appeler : Les "Effacistes" et les "Remplacistes". Les socialistes , dernier cru, peaufinent l'effacement de notre mémoire historique, cultuelle, culturelle et civilisationnelle pour mieux nous remplacer par des colons venus d'un autre monde. Sacrifice ou ethnocide sur l'autel de la mondialisation ? Ah la belle affaire ! mais que nenni ! Il s'agit avant tout de détestation de la France...détestation longuement murie dans des cercles de réflexion (d'abord trotskistes et gauchistes puis cosmopolites-européistes-mondialistes) , des laboratoires de sociologues au cerveau malade, des groupes de pression . On efface pas impunément la mémoire d'un peuple pour mieux le remplacer . Et ces gens auront des comptes à rendre le moment venu.

  • Par Renaud Bouchard - 02/01/2014 - 10:23 - Signaler un abus Lucidité de Marcus Graven

    Propos remarquables qu'il faut relire:"De minuscules chocs de civilisation à la guerre déclarée. Nous allons vers le conflit. Il existe déjà un peu partout en France de minuscules "chocs des civilisations" dans les quartiers, les banlieues, les villages. Les autochtones - les Blancs, comme dit Valls - sentent de plus en plus que leur existence pose problème. Là, ils baissent les yeux devant l'Autre. Ici, ils perçoivent que leur point de vue ne vaut rien face à celui de l'immigré et celui des supposées élites. Le natif n'a plus aucune valeur comparé à l'arrivant. L'autochtone n'est plus une figure de référence. Sauf que la vision infantile des supposées élites sur le multiculturalisme n'est pas celle vécue par ceux qui supportent le multiculturalisme d'en bas.La société de consensus est un leurre. La mise en scène du racisme, du fascisme est théâtrale. En 1975, Pasolini expliquait que la manipulation de l'opinion passerait par la création d'un "anti fascime facile, qui a pour objet un fascisme archaïque qui n'existe plus et n'existera plus jamais. Trente ans plus tard, Lionel Jospin confessera que la lutte anti fasciste contre le FN n'était que du théâtre." Tout est dit.

  • Par Inconnu - 02/01/2014 - 11:08 - Signaler un abus "Une France minée par un séparatisme social et culturel."

    Cela s'appelle une colonisation, Monsieur Christophe Guilluy. Une colonisation fomentée par des affairistes pilotant des terroristes intellectuels. Une minorité influente pilotant également les représentants politiques à sa guise. Leurs profits économiques sont proportionnels au déclin de la France dans les classements internationaux. Leur imposition fiscale a été réduite au minimum par les parlementaires qui les servent. Et les médias sont en leur pouvoir. Ces dirigeants ont besoin d'une population subventionnée par tous les français qui votera pour eux. Pour empêcher un retournement de situation en leur défaveur. Ce sont des affairistes apatrides de coeur. Il ne tient qu'à chacun de nous de s’opposer à leurs spoliations de nos valeurs républicaines. Identifiez leurs représentants. Manifestez leur vos exigences dans les urnes en les sortant !

  • Par Equilibre - 02/01/2014 - 11:30 - Signaler un abus Tout étant dit, je n'en rajouterai pas beaucoup plus

    On comprend mieux les positions du PS et de son rapport nous demandant de faire disparaitre toute référence nationale "ancienne". Et dans le plus grand des silences, à peine dérangé par quelques articles et quelques votes protestataires et les turpitudes médiatiques qui les accompagnent, le plus souvent sous les couverts des vivas des partisans du remplacement, nous disparaissons...

  • Par musaraigne - 02/01/2014 - 12:11 - Signaler un abus Merci à M. Guilluy

    de ne pas porter d’œillères et de présenter les choses telles qu'elles sont, chiffres à l'appui. C'est bien vers un conflit que nous allons. Le séparatisme territorial est plus fort que jamais et le fossé va continuer de se creuser. La France n'a pas seulement besoin de stopper l'immigration : il faut que l'immigration devienne négative. Une société multi-raciale est une société multi-raciste. Une société multi-culturelle est une société multi-conflictuelle.

  • Par bzh56 - 02/01/2014 - 12:31 - Signaler un abus Pourquoi n'en parle-t-on pas ?

    http://www.liveleak.com/view?i=f17_1352976528

  • Par fentreti - 02/01/2014 - 13:39 - Signaler un abus Donner un avis contraire , et vous êtes automatiquement censuré

    La dictature des médias Français sur ce sujet ont écrasés la parole des Français . La politique c'est un fait , mais les premiers responsables sont les Médias gauchistes à la botte du pouvoir .

  • Par Sophile - 02/01/2014 - 13:42 - Signaler un abus Non non !!

    Pas une colonisation, mais une invasion primaire où des hordes de sauvages (qui n'ont rien de civilisé) viennent se jeter sur ce que nous avons pour s'en emparer, et ce avec l'accord des politiques. Combien de temps cela va-t-il durer ???? Car ces envahisseurs ne savent rien faire à part se nourrir et se reproduire.

  • Par Kulashaker - 02/01/2014 - 14:06 - Signaler un abus Jean-Paul Sartre et sa caractérisation des juifs, parallèle

    Justement, ne peut-on pas dire que ce sont les minorités visibles qui, en désignant les français d'origine européenne comme "Blancs", tendent à ce que ces mêmes français d'origine européenne ne se caractérisent comme Blancs ? Un peu comme ce que disait Sartre sur les juifs, que c'était les antisémites qui, en désignant les juifs, créaient le groupe 'juifs'.

  • Par mikeoscar - 02/01/2014 - 14:33 - Signaler un abus République

    pour Jimilli Si l'Espagne est une République, c'est tout récent et personne n'en a parlé au journal de 20h.

  • Par Inconnu - 02/01/2014 - 15:16 - Signaler un abus Privez-les du nerf de la guerre !

    Ces médias inféodés qui vous vendent du "racisme" dès qu'une critique de l'islam surgit... Mais boycottez-les à vie ! Faites part de votre indignation à ce sujet auprès de vos proches et de toutes vos connaissances, en leur demandant de ne jamais plus les acheter et d'aller s'informer ailleurs. Qui va donc finir par faire une liste noire de ces articles et de leurs éditeurs ? ? ? Pour la diffuser, évidemment ! Créez votre site spécialisé, et vous serez en accord avec les gens réellement libres. Ce besoin ne vous paraît donc pas évident ? Ne faudrait-il pas répliquer aux artisans du déclin de la cohésion sociale ? Ce serait pourtant un pas dans la bonne direction.

  • Par jimili - 02/01/2014 - 16:25 - Signaler un abus pour mikroscar

    Je vous invite à bien relire mes textes. J'ajoute qu'il aura fallu le retour d'un monarque en Espagne pour corriger les tares des républicains espagnols! Monsieur le Consul d'Espagne vous répondrait que parti d'un Etat centralisé, l'Espagne est devenu l'Etat le plus décentralisé d'Europe. (tout n'y est peut être pas parfait non plus, mais localement ils ont les atouts pour répondre, et en temps réel, à tout problème - et chez nous on passe encore par "paris")

  • Par jimili - 02/01/2014 - 16:28 - Signaler un abus pour mikroscar

    Vous pouvez aussi voir le classement des pays avec les pratiques les plus démocratiques! On attend votre information sur le classement de LA république, et comment ce classement a évolué.

  • Par walküre - 02/01/2014 - 16:29 - Signaler un abus Mais qui donc

    veut aller habiter dans des ghettos ? On y est par nécessité en général.

  • Par Blanche Debasenhaut - 02/01/2014 - 18:03 - Signaler un abus C'est bien la preuve évidente du Grand Remplacement

    de population que nous concocte la gauche depuis des années sous les yeux grands fermés de la droite. C'est ainsi que des banlieues entières peuplées d'indo-européens sont peu à peu envahies par des populations aux moeurs tribales qui imposent leur mode de vie avec la bénédiction complice des édiles locaux. Elles chassent les primo-occupants en les repoussant de plus en plus loin dans leurs futurs bantoustans "blancs". Si vous voulez connaître la fin de l'histoire, lisez un ouvrage prémonitoire, "Le camp des saints" de Jean Raspail publié initialement en 1973 et réédité récemment. Ca fait froid dans le dos et c'est pourtant exactement ce qui nous attend...

  • Par saint just - 02/01/2014 - 19:48 - Signaler un abus C'est bizzare

    Je ne vois dans les commentaires ni benvoyons ni zoedubateau, chantres de l'Anti FN primaire Ils n'ont pas lu cette article pourtant édifiant sur la France de demain. Car tout cela, on ne le répétera jamais assez, est le fruit d'une politique menée conjointement par l'Eta

  • Par ignace - 02/01/2014 - 19:49 - Signaler un abus Blanche Debasenhaut .....hereusement Jeanne-Marine

    va les repousser sur son BLANC destrier

  • Par ignace - 02/01/2014 - 19:54 - Signaler un abus Blanche Debasenhaut .....je vous conseille egalement

    au titre de compléter votre amour de l'histoire de France...je vous rassure aucune allusion aux arabes, juifs ou autres sujets de discordes...simplement un travail de spécialiste objectif On a retrouvé l'histoire de France- Jean paul demoule- robert laffon

  • Par saint just - 02/01/2014 - 19:59 - Signaler un abus C'est bizzare

    Je ne vois dans les commentaires ni benvoyons ni zoedubateau, chantres de l'Anti FN primaire Ils n'ont pas lu cette article pourtant édifiant sur la France de demain. Car tout cela, on ne le répétera jamais assez, est le fruit d'une politique menée conjointement par l'Etat UMPS. 5 ans de Sarko: 1 million de nouveaux petits français. Alors. mais c'est très simple, pensent certains tout bas sans le dire tout haut. Vous n'avez qu'à aller vivre ailleurs. Mais c'est bien sur. Je n'y avais pas pensé!!! Ces c... qui vivent dans les beaux quartiers, se croient à l'abri. Mais détrompez-vous. Ils arrivent. Ils sont là! Vous avez beau mettre vos rejetons dans des écoles privées, ça ne sert à rien. Vous verrez. Tout cela pour faire plaisir à Vinci, à Bouygues, à Effage, pour la main d'oeuvre à bon marché et à Casino; Auchan, Monoprix, Cora ,Carrefour pour les consommateurs(avec nos impôts). Ne vous y tromper pas. Ce sont ces trusts qui favorisent cette politique d'immigration non contrôlée. Regarder la réaction de l'ex patronne du MEDEF lorsque le ministre de l’intérieur de Sarko avait proposé de limiter de 200 000 à 180 000 le nombre d'étrangers admis par an en France

  • Par ignace - 02/01/2014 - 20:08 - Signaler un abus winnie..habitez vous une cité ?

    si oui, je comprends que vous vous sentiez délaissé(e) sinon arrêtez de regarder les emissions en boucles debiles qui passent leur temps a nous mettre le cerveau en bouillie je vous conseille, pour revenir a 37°C un livre que j'ai trouvé excellent et qui m'a appris beaucoup de choses On a retrouvé l'histoire de France- Jean paul demoule- robert laffon Dans tous les cas meilleurs vœux a vous et votre entourage

  • Par perinp - 02/01/2014 - 20:40 - Signaler un abus les demographes l'avaient predit depuis des lustres

    Le remplacement des populations et des races et cultures forcement, est en cours, et personnellement je n'y vois aucun problème, Le seul souci pourrait être l’éducation et le communautarisme, les deux problèmes étant liées peut-être ? Le seul souci étant peut être que les populations pauvres et incultes (résultante de cette dernière) sont celles probablement qui font le plus d'enfants. A vrai dire, plus je prends de l'age et plus je m’en fous totalement, tout ça me dépasse ... La laïcité doit compter pour moi autant que le trou de ma chaussette, qui s'agite au bout de mon pieds .... Ceci dit le fait que dans 1000 ans il n'y est plus personne pour apprécier ou jouer du Rachmaninov me laisse totalement de marbre, probablement au même degré que ce génie, réduit au silence par une énorme plaque de marbre commémorative .... Donc la culture et l'art ne peuvent que s’apprécier, mais non nul besoin d’être défendus, juste préservés, au cas ou ;-) En en tout cas c'est mon point de vue, en tant que humble interprète de Rachmaninov ...

  • Par jip29 - 02/01/2014 - 22:27 - Signaler un abus émigration interne

    " Dans le même temps, cette région compte aussi le plus grand nombre de départs d’individus d’origine française ou européenne, souvent ouvriers et employés. Ce « chassé-croisé » entre d’une part des couches populaires d’immigration récente et extra-européennes et d’autre part les catégories populaires et moyennes d’origine française et d’immigration ancienne décrit une dynamique de substitution de population et d’ethnicisation à l’échelle de la région-métropole." c'est exactement ce que j'ai fait il y a 3 mois, j'ai pu être muté en province et j'ai quitté une banlieue en passe de complètement devenir une enclave ethnique musulmane : Argenteuil où je suis né et où j'ai passé près de 40 ans, de banlieue rouge ouvrière populaire, toute cette banlieue est devenue banlieue verte terre de l'oumma... à fuir puisque les politiques l'ont bradés...

  • Par zelectron - 03/01/2014 - 02:42 - Signaler un abus il y en a qui aiment les talibans ...

    ... moi pas. Ces "fous de dieux" sont incompatibles avec la civilisation européenne.

  • Par kim yong zéro - 03/01/2014 - 05:42 - Signaler un abus chercheur?

    "Christophe Guilluy est géographe. Chercheur auprès de collectivités locales et d’organismes publics"???????ah?Les collectivités locales embauchent des chercheurs maintenant?????

  • Par la licorne - 06/01/2014 - 22:41 - Signaler un abus Il y a 100 ans nos aïeux souffraient le martyr pour la France

    Il n'y avait pas besoin d'être madame Irma pour "voir" il y a 30 ans ce qui allait se passer. Ceux qui ont abandonné les plus défavorisés des Français de souche pour s'engraisser, laissant à présent des pans entiers échapper aux lois de la République mais pas à sa manne financière aux frais des Français qui ont encore un travail, auraient été FUSILLES il y a 100 ans....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Guilluy

Christophe Guilluy est géographe. Chercheur auprès de collectivités locales et d’organismes publics, il est également le coauteur, avec Christophe Noyé, de "L’Atlas des nouvelles fractures sociales en France" (Autrement, 2004).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€