Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Élevage : les fermes productrices d’animaux génétiquement modifiés ne sont plus très loin

Des scientifiques ont récemment réussi à modifier l'ADN des porcs afin qu'ils luttent plus efficacement contre la maladie de l'oreille bleue. Les animaux génétiquement modifiés arrivent sur nos étals. Faut-il craindre pour la qualité du produit ? Quels sont les risques sanitaires ?

Génétique

Publié le
Élevage : les fermes productrices d’animaux génétiquement modifiés ne sont plus très loin

 Crédit Odd ANDERSEN / AFP

Des scientifiques sont parvenus à modifier l'ADN des porcs pour les rendre plus résistants à la maladie de l’oreille bleue qui décime les cheptels et améliorer ainsi le rendement des élevages. De quoi s’agit-il et quels sont les risques sanitaires possibles de ces transformations ?

Le syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (SDRP), est une maladie extrêmement contagieuse qui associe troubles de la reproduction chez les truies et respiratoires chez les porcelets (en plus d’une coloration des oreilles). Elle a tué des centaines de milliers de porcs dans les dernières années, particulièrement en Chine (qui est le premier producteur mondial de porcs), mais aussi en Europe et en Amérique du nord. Elle représente une véritable catastrophe dans les élevages et les pertes qu’elle induit se comptent par milliards de dollars.

Le virus infecte les porcs en utilisant un récepteur sur la surface de leurs cellules appelée CD163. Des chercheurs de l’Institut Roslin de l’Université d’Édimbourg ont utilisé des techniques d’édition de gènes pour retirer la petite partie du gène CD163 auquel s’attache le virus sans modifier le reste de la molécule et stopper ainsi la propagation de la maladie.

On voit bien dans ce cas précis qu’on ne peut pas raisonner de façon globale en parlant des OGM. Depuis des millions d’années, la Nature évolue en combinant les gènes de différentes plantes et de différents animaux. L’agriculture et l’élevage ont tenté d’accélérer ce processus depuis quelques milliers d’années ; on arrive ainsi à produire 10 tonnes de maïs sur un hectare au lieu d’une avec la téosinte des incas et mayas, ou 8 tonnes de blé au lieu d’une pour l’ancientriticum-épeautre, ou encore 8 000 litres annuels de lait par vache. Les scientifiques tentent maintenant d’accélérer le processus en manipulant directement les gènes. La vraie question à se poser est : quelle manipulation de quels gènes ? La Nature n’a jamais réussi à marier la carpe et le lapin, c’était donc très irresponsable de tenter d’implanter des gènes de poisson dans les fraises pour les rendre résistantes au gel, et probablement aussi d’introduire un gène insecticide dans du soja, mais ça ne l’est pas de croiser deux espèces de pomme de terre pour fabriquer une variété qui accepte de pousser dans des terres salées ! Et qu’en est-il de la fabrication de moustiques mâles au Brésil qui fécondent des femelles dont les larves ne peuvent plus se développer, ou ensuite voler pour piquer ?

Et là, en l’occurrence, il ne s’agit pas d’ajouter un gène extérieur, mais « simplement » d’en retirer un dans une espèce donnée. Gageons que si on arrive à appliquer un jour cette technique à l’homme pour le rendre insensible au cancer, on ne manquerait pas de candidats pour tenter l’expérience…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 25/06/2018 - 09:59 - Signaler un abus Qui a eu l'idée de mettre

    des collants pour des cochonnes. il est vrai que ça leur va comme des gants. Au premier coup d’œil, j'ai cru que c'était une ex-ministre de la santé qu'on voit sur tous les plateaux de télé.

  • Par MIMINE 95 - 25/06/2018 - 10:30 - Signaler un abus A VOMIR

    " On voit déjà des élevages de 10 000 ou 20 000 vaches laitières ou de 100 000 poules, pourquoi pas 50 000 truies sous le même toit" ......!!!! Encore de sensibilité picsoutienne !

  • Par moneo - 25/06/2018 - 11:02 - Signaler un abus les OGM c'est dangereux

    les fromages au lait cru non ...

  • Par Ganesha - 25/06/2018 - 12:04 - Signaler un abus Groupe témoin

    Cet article fait l'impasse sur une notion élémentaire : il faut au minimum une trentaine d'années pour pouvoir se rendre compte si toute nouveauté, que ce soit un médicament, un aliment ou n'importe quelle autre, entraîne des effets indésirables sur les humains, leur descendance ou la nature. D'innombrables exemples le prouvent. La simple prudence et le bon sens imposent donc d'observer ce délai, avant de vraiment généraliser un supposé ''progrès'' au monde entier. Un continent qui résiste est une véritable chance : il constitue un ''groupe témoin'' qui permet l'évaluation.

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 12:26 - Signaler un abus A notre échelle Humaine nous ne le voyons pas mais la

    génétique bouge avec chaque génération même pour l'homme ( comme nous devenons plus grands nous avons des pieds plus grands etc..)Donc modifier la génétique d'un animal pour éviter une maladie ne peut produire une impossibilité de sa consommation. D'ailleurs la Médecine l'utilise déjà actuellement pour nos maladies & les études vont dans se sens pour d'autres. Comme cela n'a jamais rien fait en utilisant les OGM . Sauf chez les débiles......;

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 12:34 - Signaler un abus D'ailleurs le produit proche de la Pomme de terre est la

    Tomate! C'est les mouvements telluriques des Andes qui a créé la Pomme de terre à partir de la Tomate car la tomate ne supportait pas le froid suite à la monté des Andes. Donc l’humain avec la connaissance d'aujourd'hui peut faire ce que la Nature fait par elle même sans que cela remette en cause la nature.

  • Par cloette - 25/06/2018 - 13:27 - Signaler un abus Serons nous dégoutés

    de manger cela ? beurk ou miam miam ?

  • Par assougoudrel - 25/06/2018 - 13:27 - Signaler un abus On a peur du chimique

    mais que dire des médicaments qui, d'un coté soulagent et de l'autre vous déglinguent, avec une liste longue sur les effets secondaires; j'ai même lu dans les contre-indications d'un médicament "que l'on peut mourir" (le labo se couvre à fond). Le pire c'est qu'ils sont fabriqués hors de l'Europe. Quand j'ai envie de manger un bon cochon, j'achète de l'ibérique mangeur de glands, en attendant que la tricherie arrive et qu'on se retrouve avec le cochon fou comme la vache folle.

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 14:08 - Signaler un abus assougoudrel Tu peux acheter Français Le Noir du Béarn depuis

    le XI siècle .https://salaisonsdeladour.com/le-noir-de-bigorre/ Ils sont élevés en plein Air sur des grandes surfaces Prend le 24mois & 36 mois http://lavignecoise.com/categorie/nos-produits/porc-noir-de-bigorre/ https://salaisonsdeladour.com/categorie-produit/bigorre/

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 14:51 - Signaler un abus La Génétique par le Moine Gregor Mendel ! Mon Dieu :)::)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gregor_Mendel

  • Par kelenborn - 25/06/2018 - 14:57 - Signaler un abus Très bien

    Voila une idée qu'elle est bonne: il suffit de faire des cochons socialauds-gauchistes! Vangode se reconvertit comme charcutier et on en est débarrassé!

  • Par kelenborn - 25/06/2018 - 15:02 - Signaler un abus Et il restait

    Un croisement du gène du paracétamol avec l'homéopathie! En voila au moins quelques uns qui n'auraient vraiment plus mal à la tête!

  • Par assougoudrel - 25/06/2018 - 15:59 - Signaler un abus @Benvoyons

    Le long de la frontière espagnole dans le Béarn et dans le Pays Basque où les producteurs ont sauvé de justesse des races qui auraient disparues à tous jamais. Je parle du cochon ibérique, car j'ai tout déménagé en Cantabrie où je compte m'installer dès que ma femme touchera sa retraite (dans 5 mois), ce qui fait que je fais le va et vient entre la Bretagne et l'Espagne qui, Dieux merci, a des provinces autonomes.

  • Par Marie-E - 25/06/2018 - 16:16 - Signaler un abus la photo, ce sont des cochons corses bicolores ?

    Plus serieusement apres avoir lu l'article' je crois que je vais vraiment devenir vegetarienne ... entre les abattoirs et les experiences ca ne donne pas envie

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 16:52 - Signaler un abus Cette partie de l'Espagne est très belle ! Mais l'Autonomie

    donne quoi pour les Impôts?

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 17:19 - Signaler un abus Marie-E - 25/06/2018 - 16:16 Faudra toujours nourrir tes chiens

    & chats avec de la Viande & du Poisson :)::))

  • Par assougoudrel - 25/06/2018 - 18:11 - Signaler un abus @Benvoyons

    Je n'aurai pas d'impôt sur le revenu à payer en Espagne, sauf ma femme qui est dans le privé. Pour le fonctionnaire ou assimilé (militaire), Bercy, avant de verser ma pension sur mon compte, prend son dû. C'est pourquoi, il n'est pas intéressant, pour un fonctionnaire, de s'installer au Portugal. En Espagne, il y a des provinces plus riche que d'autre et la ville principale, Santander est riche, avec une immigration faible. J'ai un compte à Banco Santander, l'une des dix plus grandes entreprises mondiales.....https://fr.wikipedia.org/wiki/Santander_(entreprise)

  • Par Benvoyons - 25/06/2018 - 18:53 - Signaler un abus assougrel pour ta femme aussi avec le prélèvement à la source

    donc directement aux caisses de retraites. Mais sur place ton argent que tu reçois de France tu n'auras rien en impôts par l'Espagne??

  • Par kelenborn - 25/06/2018 - 19:48 - Signaler un abus exact Assougoudrel

    Quand on est retraité et qu'on émigre , on est taxé dans le pays d'accueil sauf si....on était fonctionnaire ! Il va sans dire que si le conjoint travaillait dans le privé, il faut vraiment calculer en fonction du système fiscal du pays d'accueil!

  • Par kelenborn - 25/06/2018 - 19:52 - Signaler un abus Cependant

    Je crois bien que les seuls cas où les fonctionnaires seraient taxés dans le pays d'accueil serait les anciennes "colonies" (Afrique + Maghreb) -mais c'est à vérifier- et j'ai cru comprendre qu'au Sénégal, les expats ne payaient même pas l'impôt! Cela dit... faut avoir envie: pour moi 8 jours ça a suffi

  • Par assougoudrel - 25/06/2018 - 21:19 - Signaler un abus @Benvoyons - kelenborn

    Il y a un accord entre la France et l'Espagne et certains pays de l'UE. Je n'aurai pas à payer deux fois l'impôt sur le revenu, ma femme paiera en Espagne; pour ceux du privé, l'impôt est moins élevé en France. Par contre, plus de CSG et RDS, ce qui fait que je ne serai pas perdant (à quelques euros près). Le différence se voit dans le caddy et pour pas mal d'autres choses et le plus important, c'est ce sentiment de liberté qu'on n'a plus en France.

  • Par kelenborn - 26/06/2018 - 08:09 - Signaler un abus mais assou

    J'ai bien compris: ma seule question était: comme tu n'as qu'une part en France, il faut calculer si, au final tu paies plus ou moins mais j'imagine que tu as fait le calcul. Pour le reste merci de me confirmer que la CSG saute ( c'est déjà une nique à Macroléon) Quant au sentiment de liberté je te crois volontiers: je me demande si je ne vais pas partir en Slovaquie C'est un ancien pays communiste mais on s'y sent plus libre que dans Merdinfrance

  • Par assougoudrel - 26/06/2018 - 08:35 - Signaler un abus kelenborn

    Oui, j'ai fait le calcul et je serai gagnant. Pour la Slovaquie, je n'hésiterais pas si ma femme était originaire de ce beau pays. Ce dernier et ceux des alentours sont très cotés et avant que les bonnes affaires ne se réduisent, il faut franchir le pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Parmentier

Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéroManger tous et bien et Nourrir l’humanité. Aujourd’hui, il est conférencier et tient un blog nourrir-manger.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€