Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Destructrice, communautariste et inégalitaire : pourquoi l’Education nationale version Najat vallaud-Belkacem mine d’avance la prochaine année scolaire (et les suivantes)

A la rentrée de 2016, tous les écoliers du CP à la 3ème auront la surprise de découvrir un nouveau programme, complètement renouvelé (tant et si bien qu'il est probable qu'il manque des manuels). Une réforme visant à lutter contre la reproduction des inégalités sociales par l'école mais qui risque, une fois de plus, de "niveler par le bas" et de détruire l'enseignement à la française.

Trimer pour du plomb

Publié le - Mis à jour le 15 Juillet 2016
Destructrice, communautariste et inégalitaire : pourquoi l’Education nationale version Najat vallaud-Belkacem mine d’avance la prochaine année scolaire (et les suivantes)

Atlantico : De la 3ème au CP, l'ensemble des programmes scolaires ont été revus et doivent être appliqués dès septembre 2016. Quelle est l'ampleur de cette réforme, comparée aux précédentes refontes des enseignements ? Sur quels points précis est-elle le plus contestée et dans quelle mesure ces critiques sont-elles fondées ?

Pierre Duriot : Il faut prioritairement rappeler le cadre dans lequel cette réforme arrive. Elle est basée sur le constat de la reproduction des inégalités sociales par l'école, sur la lente descente de la France dans les classements européens et sur cet autre constat alarmant de la baisse globale du niveau en orthographe et en calcul. Mais sur la base de bons constats, on apporte une mauvaise réponse, toujours la même, qui consiste en un tripatouillage des programmes. Si cela avait une quelconque efficacité, ça se saurait étant donné que les programmes sont refondus régulièrement depuis quarante ans sans que les choses ne s'améliorent.

L'effet de cette réforme ci sera exactement le même que lors des fois précédentes : aucun, si ce n'est une dégradation que craignent certains analystes du système adeptes du fameux "nivellement par le bas".

Le problème est bien ailleurs. On y retrouve pêle-mêle la priorité au langage, au jeu et à la socialisation en maternelle, ce qui n'est jamais que l'orientation décidée dans les années 1980 par Ségolène Royal et dont on connaît l'efficacité. On a fait fausse route et les résultats mesurés le montrent. La dictée, le calcul mental en primaire ont été soigneusement montés en opération de communication et au final, la dictée ne sera pas celle à laquelle on pense traditionnellement. L'éducation civique et la morale, ne sont jamais que les batailles quotidiennes que livrent les enseignants pour instaurer vaille que vaille une ambiance scolaire. Le sens du civisme ne relève en aucune manière de la seule école et tombe à plat s'il n'est pas relayé par la société dans son ensemble. L'Histoire au collège fait débat. Des professeurs d'histoire parlent de morcellement, de déstructuration, voire même de révision, avec la suppression de certains chapitres qui rend incompréhensible le déroulé des intrications historiques. Des observateurs ont même noté, dans cette discipline, une dimension communautaire dans la présentation révisée de certains faits historiques relatifs à l'islam ou à l'esclavage. Le latin, le grec, bases de la culture occidentale, subissent des coupes réglées, au grand dam de pas mal de professeurs et parents qui ont bagarré ferme durant la gestation du projet de réforme. Au final, il y aura bien moins de temps consacré aux matières fondamentales, ce qui n'augure pas des progrès envisagés. On ne peut pas dire par avance quelle sera l'ampleur de cette réforme qui risque d'être contredite dès la venue éventuelle d'un gouvernement issu d'un autre bord, quelques mois après, ou d'être appliquée, comme toujours, avec plus ou moins de zèle. A noter tout de même qu'elle a eu un parcours très chaotique dans les différentes instances consultatives et auprès des parents et professeurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 13/07/2016 - 06:59 - Signaler un abus Prédateurs

    Jusqu'au bout !

  • Par lexxis - 13/07/2016 - 07:17 - Signaler un abus ECARTER CEUX QUI SAVENT!

    Il y a pour les politiques et particulièrement pour ceux qui gouvernent une sorte de nécessité absolue d'écarter ceux qui savent, ceux qui distinguent clairement la différence entre un effet de "com" et une véritable réforme, ceux qui savent où il faut porter le fer. Le politique doit apparaître comme tout puissant et omniscient, du moins croit-il. En fait chacun de nous, chacun à son niveau, sait assez précisément ce que valent les dernières réformes, tout comme les derniers renoncements, et la vérité oblige à dire qu'ils ne rehaussent pas le prestige d'une fonction plus soucieuse de son maintien au pouvoir et de ses privilèges que du bien du pays.

  • Par Lafayette 68 - 13/07/2016 - 08:18 - Signaler un abus Désolant

    Bonnes remarques de ce contributeur . Rien à ajouter, les problèmes sont connus .Lamentables ministres et politiques.

  • Par lasenorita - 13/07/2016 - 11:42 - Signaler un abus Les inégalités...

    Vangog Je suis d'accord avec vous...Sous le prétexte qu'il faut ''lutter contre les inégalités'' les gauchistes donnent le baccalauréat à TOUT le monde...même à des élèves qui ont 2 sur 20 de moyenne, qui sont absents souvent des cours bien qu'ils soient boursiers et.. qu'ils ont un ''épais casier judiciaire''...on ferait mieux de ''diriger'' ces élèves vers des métiers où l'on manque de main d'oeuvre et où ils seront sûrs de n'être pas ''au chômage''...les gauchistes dévalorisent le ''travail manuel''...pourtant mon frère qui faisait un ''travail manuel'' n'a JAMAIS été ''au chômage'' et il était heureux!...

  • Par john mac lane - 13/07/2016 - 11:44 - Signaler un abus Quand le bac est un bac en socialisme...

    Y'a plus rien a espérer de l'EN. Entre des profs de gauche, des programmes de gauche, des livres d'études remplies de références gauchistes ou des examens ou le misérabilisme et l'inégalistarisme transpire à chaque question.... Bac 2016 Français...Auteurs cités, Zola (germinal), Victor Hugo (les misérables), Paul Eluard (ode à Staline), Anatole France (Salut aux Soviets) sur des éloges funèbres d’auteurs socialistes comme Desnos et + ---En économie chaque année une orgie de questions sur l'inégalitarisme. Cette année « Taux d’obtention du baccalauréat selon la génération et l’origine sociale dans le secteur privé »...Pas un seul gamin en ES ne passera pas sans sa dissertation sur Karl Marx qu'on fera passe pour un économiste. Ludwig Von Miles, Bastiat, Buchanan, Coase, Röpke, Rothbard, Sowell, Blanqui ne seront pour ces jeunes endoctrinés, d'illustres inconnus. Les jeunes seront formés aux méfaits du capitalisme, mais exemptés des méfaits su socialisme....Ils sortent de cette éducation avec l'envie première de devenir "fonctionnaires"....

  • Par Lafayette 68 - 13/07/2016 - 12:49 - Signaler un abus @john mac lane

    Exact (voir manuels d'histoire-géographie également) . Mais on peut se rassurer : ils écoutent peu , s'ennuient souvent , retiennent peu à la fin et ne comprennent en fait rien ou peu .Ils pensent musique , drague , sorties d'abord , une vie d'ado donc...Fonctionnaire : ils ne savent pas ce que c'est vraiment , naviguent à vue . Non le problème c'est le coût , la gabegie, nos impôts : 75 milliards d'euros annuels et 1 million de fonctionnaires avec 4 mois de vacances , un désastre de gestion .

  • Par schmurtz - 13/07/2016 - 13:05 - Signaler un abus commentaires injustes

    je m'étonne de ce flot de commentaires négatifs sur cette jeune ministre grâce à qui plus de 91% de nos têtes blondes ont réussi le bac cette année !!!

  • Par vangog - 13/07/2016 - 14:55 - Signaler un abus @lasenorita très vrai! Le Front National veut réhabiliter

    le travail manuel et le droit des élèves à s'éjecter du système scolaire uniformisant, quant ils le souhaitent, afin de suivre des formations manuelles, apprentissages, années sabbatiques à l'étranger, travail associatif etc...nettement plus formateurs que ce formatage insipide, menant inéluctablement au chômage de masse. Ce qui ressort surtout de cet article instructif, c'est l'incapacité des gauchistes à se réformer, à analyser et corriger leurs erreurs, à apprendre à penser différemment que le dogme...s'ils inculquent cette incapacité à penser par soi-même à nos enfants, alors, il n'est pas étonnant que les sociétés formatées par le gauchisme soient en déroute complète!

  • Par clint - 13/07/2016 - 15:34 - Signaler un abus Derrière le fameux égalitarisme de gauche, une énorme inégalité!

    Si les parents ont des revenus moyens, ou se privent pour leurs enfants, ils vont de plus en plus mettre leurs enfants dans les écoles privées. Un jour l' état durcira les conditions d'accès à ces écoles et alors seuls les plus riches, comme aux US ou au RU, pourront y envoyer leurs enfants : là on aura des très mal formés pour la majorité des français et une élite d'argent qui pourra se reproduire ne serait ce que par le niveau d' éducation !

  • Par A M A - 13/07/2016 - 16:05 - Signaler un abus L'Education Nationale, la

    L'Education Nationale, la machine à fabriquer des imbéciles politisés et incultes fonctionne à plein régime. Ils seront plus facile à gouverner demain par l'énarchie. La mécanicienne est tout sourire. Elle travaille bien. Le niveau général est en chute libre. Le Baccalauréat est soldé.

  • Par Deudeuche - 13/07/2016 - 17:46 - Signaler un abus @clint

    oui complètement on y va tout droit aux "boarding school" pour les vraiment riches.

  • Par DANIEL74000 - 14/07/2016 - 11:48 - Signaler un abus Identité Nationale

    Comment est-il possible sans révolution d'accepter des ministres de la France qui ne soient pas 100 % Français et qui refuse notre culture et nos racines ? Le ciel nous est tombé sur la tête. Lorsque ordre et justice sont seulement considérés de l'éthiques, les criminels sont récompensés et les honnêtes gens montrés du doigt

  • Par D'AMATO - 14/07/2016 - 12:13 - Signaler un abus VANGOG et DANIEL...

    ...Bien pensé ...et bien exprimé....!

  • Par Jean-Benoist - 14/07/2016 - 22:01 - Signaler un abus alors on fait quoi?

    On se soumet et on attend le grand remplacement? l'idée de cd pouvoir est rendre tout le monde dependant et bien voter pour les enarques alors il est ou charles Martel?

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 15/07/2016 - 18:20 - Signaler un abus l'avez vous remarqué ?

    Nos sachants ( par définition ayant un avis sur tout ) qui pendant plus de 12 années scolaires ont eu en charge l'éducation de quelques têtes brulées n'ont quasiment aucun avis sur les radicalisations ! -si ce n'est pour se dédouaner- Celà me parait poser question !

  • Par schmurtz - 16/07/2016 - 12:03 - Signaler un abus descendants d'Edgard

    Moi je n'oublie pas que tous ces ministres de l'éducation, malfaisants et inaptes pour beaucoup d'entre eux) sont peu ou prou fiers descendants d'Edgard Faure qui a instillé sournoisement ses idées il y a presque cinquante ans. On récolte ce qu'on a semé, NVB en est un bel exemple !

  • Par schmurtz - 16/07/2016 - 12:06 - Signaler un abus détricotage

    ...Et puis je fais confiance à son remplaçant en 2017 pour détricoter cette pelote vénéneuse.

  • Par michoulacolere - 16/07/2016 - 15:11 - Signaler un abus Prenez exemple sur les anciens

    Il n'est que de relire le discours de bienvenue que le Directeur du collège de Castres ou était Jaurès (17 ans) avait demande de dire au Préfet du Tarn pour mesurer la longue descente aux enfers depuis lors (extrait) : " Aussi ,Monsieur le Préfet , en réponse a votre visite qui est un honneur pour nous et un appel a notre bonne volonté, je vous le promets au nom de mes condisciples dont le suis l' interprète, nous travaillerons plus tard a servir notre pays comme nous travaillons aujourd' hui a nous rendre digne de le servir" . Quel exemple ! !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Duriot

Pierre Duriot est enseignant du primaire.

Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les familles.

Il est l'auteur de Ne portez pas son cartable (L'Harmattan, 2012) et de Comment l’éducation change la société (L’harmattan, 2013). Il a publié en septembre Haro sur un prof, du côté obscur de l'éducation (Godefroy de Bouillon, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€