Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Danse avec les loups : Copé-Fillon, les appréciations techniques du jury

Après l'échec de l'intervention de Nicolas Sarkozy, mardi, la guerre de succession qui oppose Jean-François Copé et François Fillon depuis plus de 10 jours continue. Retour sur un match musclé qui n'a pas encore complètement livré son verdict.

L'histoire sans fin...

Publié le
Danse avec les loups : Copé-Fillon, les appréciations techniques du jury

Décryptage de la guerre de succession à l'UMP. Crédit Reuters

Copé, plus pugnace, remporte la première manche

23H30 : Jean-François Copé annonce sa victoire

23H40 : François Fillon annonce sa victoire

  • Le soir de l'élection, le score s'annonce serré et les deux candidats crient victoire sans attendre la proclamation des résultats. C'est Jean-François Copé qui s'exprime le premier. Une pugnacité qui lui permet de prendre la main sur son adversaire, mais qui par la suite va se retourner contre lui.


Jean-Luc Mano : Le dimanche soir, c'est Jean-François Copé qui s'en est le mieux sortie. Il déclare :  "J’ai été élu, j’ai gagné" sans attendre la décision de la COCOE qui elle ne rendra son verdict que 30h plus tard.

Dans une logique d’épreuve de force, Copé est meilleur. Mais cette force dans l’immédiateté va l’affaiblir par la suite...


Natalie Maroun : Dans ce genre de situation, c'est le premier qui prend la parole  qui gagne. Lorsqu'il s'est exprimé, François Fillon avait déjà l'étiquette du perdant. Il partait avec une étape de retard. Par ailleurs, Jean-François Copé avait peut-être parié sur la résignation de l'ancien Premier ministre. Tous les deux n'imaginaient pas les rebondissements qui allaient suivre.

Didier Heiderich : Du point de vue de la communication de crise, annoncer les résultats prématurément est une erreur. Dans ce type de situation, on ne communique que lorsqu'on a des certitudes. On ne prend pas le risque d'être déjugé par les faits et de devoir se contredire. Jean-François Copé a fait un pari. En matière de communication politique, c'est plutôt une réussite. Mais en matière de communication de crise, on évite traditionnellement de faire des paris. D'autant plus que comme on va le voir par la suite, le pari va se retourner contre lui.

 

 Le coup bas de François Fillon 

  • Lundi 19 novembre, 22H40 : La Cocoe proclame Jean-François Copé vainqueur avec 50,03% des voix. François Fillon prend acte de sa défaite, mais jette le soupçon sur la victoire de Jean-François Copé et dénonce une « fracture morale et politique » au sein de l'UMP.  L'ancien Premier ministre est-il fair-play ou mauvais perdant ?  En tout cas, toujours ambitieux, il n'a renoncé à rien et prend déjà date pour 2017.


Natalie Maroun : François Fillon accepte sa défaite, mais dénonce "une fracture morale et politique". Cette petite phrase annonce la suite de son engagement au sein de l'UMP. Il se présente à la fois comme un futur opposant féroce à la présidence de Jean-François Copé et comme quelqu'un de sage qui en acceptant de se retirer ne veut pas nuire à son parti. François Fillon prépare déjà l'échéance des primaires de 2016, sans imaginer les rebondissements qui vont suivre : l'oubli de trois fédérations dans le décompte de la Cocoe. 

Didier Heiderich : D' un point de vue de communication de crise, François Fillon n'agit pas de manière "corporate". Sa phrase sur "la fracture morale et politique" est très lourde et très calculée. C'est une manière de se mettre du côté de la "morale" et de la "responsabilité politique" tandis que son adversaire serait "immoral" et "irresponsable politiquement"...

Jean-Luc Mano : On ne peut pas reprocher à François Fillon sa communication en vertu des éléments qu’on va connaître 24h plus tard… Quand il parle de "fracture morale et politique", la phrase est très dure mais pas complètement fausse et elle donne une indication politique sur le vote. L'ancien Premier ministre livre simplement une lecture politique du vote. Au moment où il fait cette déclaration, il y a 80 voix d’écart : dire qu’il y a une fracture c’est évident, c’est presque enfoncer une porte ouverte, il verbalise un non-dit. La situation sera différente lorsqu'il il parlera de "mafia".

 

 L'arbitre Alain Juppé

  • Mercredi 21 novembre :  Le camp Fillon revendique de nouveau la victoire et dénonce l’oubli de trois fédérations dans le décompte de la Cocoe. Un rebondissement qui bouleverse la donne. François Fillon annonce qu'il renonce à la présidence de l'UMP pour mieux entraîner Jean-François Copé dans sa chute et en appelle à Alain Jupé comme juge de paix . Mais ce dernier fait-il vraiment le poids pour arbitrer un combat où tous les coups sont désormais permis ? 

 

Jean-Luc Mano : Jusqu’au 21 novembre, les deux première séquences donnaient un avantage à Jean-François Copé, mais ce jour-là, il y a l’affaire de la Cocoe, cet organisme dont tout le monde rit et qui porte un nom ridicule. Cela n'aide pas quand un parti a deux commissions dont l’une est appelée Cocoe et l’autre Conare…

A ce moment là, il y a un premier mort, le président de la Cocoe. François Fillon en profite pour reprendre l’avantage. Pour cela, il utilise un élément patent et concret :  les voix non comptabilisées. Il marque un point car les militants et les Français qui l’écoutent se disent que ce n’est pas possible de proclamer un résultat en oubliant 1 300 bulletins de vote. En faisant appel à l'avis du "sage" Alain Juppé,  François Fillon va également rebattre les cartes.

Natalie Maroun : L'oubli de trois fédérations dans le décompte des voix apparaît comme un rebondissement invraisemblable et une faillite du parti pour les militants. Le recours à Alain Juppé est plutôt judicieux. Il est au-dessus de la mêlée et n'a jamais pris parti depuis le début. François Fillon renonce à ce moment là à diriger un parti ingérable. Il a compris que le gagnant n'est pas forcément celui qui emportera la présidence car le parti est déjà fracturé.

Didier Heiderich : En demandant la médiation d'Alain Juppé, l'ancien Premier ministre pointe Jean-François Copé comme responsable de la situation. Mais, il opère aussi un transfert d'autorité et de responsabilité vers Alain Juppé avec le risque que celui-ci s'impose finalement comme le futur présidentiable de l'UMP.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 29/11/2012 - 05:43 - Signaler un abus Balladur

    "Je vous demande de vous arrêter" ! Et ici, je m'adresse non pas aux deux guignols, mais à la catégorie professionnelle des journalistes politiques. Sauf erreur de ma part, ou nouveau coup de théâtre, Fillon a bien créé un groupe indépendant à l'Assemblée nationale: la messe est dite, le divorce est prononcé, la solution du bon sens a prévalu ! Nous allons maintenant pouvoir nous bercer du silence assourdissant de leur absence de programme et de solution crédible pour la situation économique et sociale dramatique dans laquelle vit actuellement le peuple français !

  • Par anticip - 29/11/2012 - 07:22 - Signaler un abus il est temps de clore

    le chapitre de ces guignols, qui sont totalement discrédite pour gouverner la France et passer a autre chose.

  • Par Ramos - 29/11/2012 - 08:50 - Signaler un abus Ce qui est clair pour beaucoup.....

    C'est que Copé a peur d'un nouveau vote. Il n'a aucune chance de gagner puisqu'il sait combien il a dû tordre les résultats pour arriver à 50,03 % ! Un nouveau vote avec une vraie commission impartiale de surveillance du scrutin amènera Copé vers 30% ce qui sera la démonstration à posteriori de sa fraude initiale.

  • Par De France et de plus loin - 29/11/2012 - 09:21 - Signaler un abus En tout cas on s'est bien

    En tout cas on s'est bien amusé, un dernier petit rebondissement pour le fun et on passe à autre chose, merci l'UMP pour ce spectacle très divertissant.

  • Par troiscentsalheure - 29/11/2012 - 09:29 - Signaler un abus L'atterrissage forcé les ramènera à la raison

    Lorsque le RUMPUMP sera le troisième parti en France ils ouvriront les yeux:

  • Par Mamounette - 29/11/2012 - 12:34 - Signaler un abus la Commission nationale de recours

    Avant de taper sur Copé, J.F. Kahn disait hier qu'il ne passait pas dand l'opinion, lire la délibération de ladite commission. Ce n'est pas triste. Le camp Fillon déclarait qu'il y avait eu des fraudes à la Ciotat, nonobstant que les élections s'étaient- déroulées sous contrôle d'huissier. Les délibérations sont les suivantes : Réintégration des votes des fédérations de Myotte et Wallis et Futua. Les résultats des opérations électorales qui se sont déroulées en Nouvelle Calédonie, bureau n°1, bureau n)3 (liste 2) des Alpes Maritimes sont annulées. Suivant la jurisprudence : dans le bureau n°16 de Paris il est retire 26 voix à F. Fillon et 6 voix dans le bureau n°3 de Cannes Mandelieu. Sur les autres saisines de J.F.Copé, dans l'Aisne : grief infondé, bureau n°3 de la Meurthe et Moselle et le bureau n°4 de la Côte d'Or le motif est recevable mais mal fondé (débouté) En ce qui concerne la saisine de F. Fillon, il y a un délai de 5 jours à respecter ce qu'il n'a pas fait. Ne pas oublier que C.Estrosi est venu annoncer vers 19h00 la victoire de Fillon (vu sur tablette) Fillon est la Ségolène de l'UMP avec en prime la perte de la 4ème cirsonscription de la Sarthe.

  • Par troiscentsalheure - 29/11/2012 - 13:45 - Signaler un abus Rejoignez l'UMP et éclatez vous !

    Un troisième groupe UMP à l'Assemblée nationale est en gestation. Comment s'appellera t il ? UMP bis, RUMP bis, UMP canal historique, UMP Non alignés ?

  • Par troiscentsalheure - 29/11/2012 - 14:38 - Signaler un abus Le R-UMP devient un parti

    Le groupe parlementaire R-UMP "est parti pour durer, et sera encore là dans un an a déclaré Lionel Tardy , député R-UMP de Haute Savoie. "le plus dur a été de franchir le pas... Mais maintenant, je suis très content, les réunions du nouveau groupe vont être autrement plus vivantes que celle du groupe UMP, où en tant que député de base, je n'avais accès à rien.J'organiserai dans ma circonscription des réunions d'informations sur le Rassemblement-UMP".

  • Par Altec - 29/11/2012 - 15:11 - Signaler un abus Vive la droite

    Vive la droite décomplexée. C'est bon de rire.

  • Par ranta - 29/11/2012 - 15:40 - Signaler un abus Bof

    Et à quoi ça sert de constituer un groupe parlementaire sans prendre son indépendance financière ?

  • Par troiscentsalheure - 29/11/2012 - 16:25 - Signaler un abus L'UMP teste la balkanisation après l'avoir imposée à la France

    Des non-alignés vont créer un 3e groupe UMP. La «Boite à idées», elle, invite à diffuser toutes les heures sur les réseaux sociaux le même message jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée... Plus que deux groupes à créer, un par motion...

  • Par Ravidelacreche - 29/11/2012 - 17:04 - Signaler un abus @ranta

    Parce que plus on met de sous à la banque plus votre banquier vous aime ! :o))

  • Par Gringo Nedromi - 29/11/2012 - 17:16 - Signaler un abus J'ai mis un commentaire pro palestinien

    suite à un article dans Atlantico. Depuis aucun de mes commentaires ne passe, quelque soit le sujet... Vous avez dit bizarre????

  • Par pimousse - 29/11/2012 - 17:20 - Signaler un abus disqualifiés

    tous les deux n ont reussi qu a mettre l ump parterre eux aussi sont au tapis pendant ce temps les nuls au pouvoir errent de commission en mediateur sans trancher ou sont passés hollande et son valet ayrault ils ne profitent meme pas de l aneantissement de l ump

  • Par Titan75 - 29/11/2012 - 17:28 - Signaler un abus Copé est un tricheur et un putschiste

    Sans des fraudes masives, notamment sur les procurations, il n'aurait jamais atteint près de 50%. De plus, il n'a aucune chnace de devenir un jour président de la Réoublique (trop clivant, trop antipatique). Vive Fillon.

  • Par Gégé Foufou - 29/11/2012 - 17:46 - Signaler un abus Et nous les gars de la Marine

    On se marre

  • Par cloberval - 29/11/2012 - 18:12 - Signaler un abus Fillon veut se faire exclure

    Il le veut pour garder le beau rôle en fondant son propre parti Je pense que Copé connait l'usage politique de la parenthèse. qui en écriture exclut un mot ou d'autres d'une phrase tout en le lui gardant prisonnier. Dans ce cas n'étant pas exclus ceux de la bande à Fillon devront toujours amener leur 43000 € à la maison mère et pourront toujours revenir au moindre besoin qu'un parti existant peut satisfaire.

  • Par ranta - 29/11/2012 - 19:06 - Signaler un abus @ Titan 75

    Oui, Copé ne vaut pas grand chose. Fillon aussi. Il a baissé son froc : un groupe parlementaire sans prendre son indépendance financière c'est du foutage de gueule.

  • Par ranta - 29/11/2012 - 19:08 - Signaler un abus En fait j'en ai rien à cirer.

    Ce que je pense vaut que ça vaut, je ne suis pas militant UMP. Mais vous foutez les jetons les mecs.

  • Par Teo1492 - 29/11/2012 - 19:09 - Signaler un abus Allez Jean-François, courage !!!

    Tu vas bientôt réussir à détruire entièrement l'UMP... En conservant ta vitesse, tout sera bouclé avant Noël ! PS : bien joué avec Sarko le week end dernier : il croyait est le sauveur (comme d'hab), il sera le fossoyeur (en ne voulant pas revenir en politique)

  • Par MichelSaintJean - 29/11/2012 - 19:51 - Signaler un abus Le problème de Copé

    Copé a un problème gravissime... Si on revote et si la triche est réduite à zéro (par exemple pas de procurations bidons), et si le résultat est 65% pour Fillon et 35% pour Copé: il a l'air de quoi le petit père du peuple Copé? Il lui faut avant le vote se faire passer pour un martyr, obtenir que les militants croient que Sarkozy l'aime plus que Fillon...pour remonter un peu la pente. On n'est pas sorti de l'auberge au niveau médiatique jusqu'à cet éventuel nouveau vote...

  • Par urbigen - 29/11/2012 - 20:55 - Signaler un abus Enfin la fin ?

    Avec le groupe RUMP n'est ce pas là preuve de divorce ? Que l'opposition de droite républicaine RUMP, UDI, et CopeUMP fasse son boulot! Que l'on prépare les élections de 2014...

  • Par boblecler - 29/11/2012 - 23:27 - Signaler un abus Hollande ne fera d'ouverture à Droite

    Laissez tomber les gars. Ce n'est pas parce que SARKOZY a fait de l'ouverture à Gauche que Hollande l'a fera à Droite...

  • Par ciceron - 29/11/2012 - 23:37 - Signaler un abus Belle auroroute

    Quelle belle autoroute faite à Anormal 1er dit Le Nain. Rien que pour çà (et aussi pour les rires des hamsters qui tournent dans leur roue de cellule PSchiatrique) ces deux fourbes mériteraient d'aller se faire pendre ailleurs.... Nous avons un capitaine de pédalo, mais je ne savais pas que ses flotteurs avaient pour noms Copé et Fillon...

  • Par Mamounette - 30/11/2012 - 05:40 - Signaler un abus Copébashing

    Il faut lire la mise au point du président de la commision de recours Yannick Paternotte, la question : pourquoi n'en fait on pas usage dans la presse et crier "urbi et orbi" la position des membres fillionistes qui ont signé le procès verbal des délibérations ? Verrouillage de l’UMP, les militants ont été abreuvé d’émails et de SMS dont celui de 17 sur un sondage en cas de présidentielle, jusqu'à la fin le militant qui ne comprenait pas qu'il fallait voter Fillon, était vraiment dur de la "comprenette" c'était le bourrage de crâne. Des personnes de mon entourage avaient des tablettes et suivaient les informations, et j'ai bien vu Estrosi (entre deux messages annonçant la fin de la liaison Pulvar/Redressement Productif ou les déclarations d'Obama soutenant Israël) vers 19h00 annonçait que Fillon était vainqueur. Personne n'en parle, pas un journaliste, pourquoi à cause du "Copébashing". Les biens pensants glosent sur le pain au chocolat, et la femme de Decazville qui a été tabassé du fait qu'elle avait le mauvais goût de préférer la danse au ramadan. Les médias, motus sauf atlatico. Copé, c'est la droitisation, la porosité avec le FN, c'est mal connaitre ses origines. "Copébashing"

  • Par pauledesbaux - 30/11/2012 - 08:57 - Signaler un abus marine, marine marine.......

    nous ne sommes pas concernés par la comédia del'arte de l'umps,rump e tutti quanti NOUS AVONS MARINE eux ne considèrent que leur nombril alors que LA FRANCE aurait un besoin urgent de tetes bien faites en tous cas ils sont lamentables les uns et les autres si MARINE n'était pas là je déchirerais même ma carte d'électrice (pour ne pas que d'autres puissent voter à ma place AVIS)

  • Par Gégé Foufou - 30/11/2012 - 09:15 - Signaler un abus Revez pas

    M. Sarkozy ne reviendra pas Car quand on a été Président de la République Française on ne revient pas pour faire le ménage dans les écuries d'Augias d'un parti déchiré entre souverainistes et européistes.

  • Par Imragen - 01/12/2012 - 08:52 - Signaler un abus Drôle d'oiseau

    L'aigle de Meaux a pris son envol. Au bout d'un moment on a vu que ce n'était qu'un fau-con. Maintenant on se demande si c'en n'est pas un vrai.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Didier Heiderich,Jean-Luc Mano et Natalie Maroun

 Didier Heiderich est consultant en gestion de crise et communication sensible Il est également président de l'Observatoire International des Crises. Son dernier ouvrage Plan de gestion de crise a été publié par Dunod en 2010.

Jean-Luc Mano est journaliste et conseiller en communication chez Only Conseil, dont il est le co-fondateur et le directeur associé.

Il anime un blog sur l'actualité des médias et vient de publier Les Perles des politiques.

Natalie Maroun est spécialiste des situations extrêmes, analyste des médias, docteur en narratologie. Elle intervient sur les problématiques complexes en communication de crise et media training sur les situations fortement dégradées. Elle est enseignante au CELSA Sorbonne.

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€