Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Carnage de Nice : la double erreur de François Hollande

Les frappes aériennes de la France sur la Syrie à la suite des attentats du 13 novembre n'auront pas empêché le carnage survenu à Nice ce jeudi.

Diagnostic

Publié le - Mis à jour le 22 Juillet 2016
Carnage de Nice : la double erreur de François Hollande

Atlantico : En réponse à l'attaque de Nice, François Hollande a affirmé : "Nous allons renforcer nos actions en Syrie et en Irak. Nous allons continuer à frapper ceux qui nous attaquent dans leur repaire". Cette rhétorique guerrière ne sert-elle pas à détourner le problème de sa réalité, à savoir que les auteurs des dernières attaques de nature terroriste en France sont des ressortissants français ? 

Alexandre del Valle : On retrouve cette analyse dans l'un des rapports de Malek Boutih, co-fondateur de SOS racisme, qui a fait couler beaucoup d'encre. Il évoque une haine de type nazifiante, sous couvert d'islamisme, qui grandit dans les banlieues, sans rapport avec la misère - il affirme lui-même que les miséreux n'ont pas le temps de préparer des attentats terroristes.

Cette haine est produite en partie par notre société qui ne sait plus intégrer, transmettre le patriotisme, appliquer les règles. L'Etat a démissionné dans ces zones de non-droit où la haine peut prospérer, tant appuyée par des voyous que par des islamistes. Les théâtres syrien et irakien n'ont donc pas une influence fondamentale dans cette haine qui s'est aujourd'hui autonomisée. Un véritable chaudron est en train d'exploser dans des zones de non-droit où des ressortissants français, souvent aux origines étrangères, mais pas toujours, vouent une haine farouche à notre société, à tout ce qu'elle représente, et sont prêts à mourir pour cela. 

Sur le dossier syrien, le problème de la communauté internationale, et de la France notamment, réside dans l'absence de vision stratégique consensuelle quant à l'avenir des territoires sous contrôle de l'EI, lorsque celui sera défait. En lieu et place d'envoyer toujours plus de moyens pour frapper l'EI, le gouvernement français ne pêche-t-il pas par cette absence de réflexion et de conviction de ses partenaires dans cette voie ?

Alexandre del Valle : On le voit bien en Syrie : le fait de ne pas avoir désigné clairement la nature de la menace - à savoir l'islamisme radical - et préférer plutôt désigner Daesh, a permis d'affaiblir ce dernier dans les zones ciblées par les frappes occidentales, tout en permettant la progression d'autres groupes djihadistes comme al-Nosra, le Front islamique, Jaich al-Islam, etc. En désignant l'islamisme radical, on aurait ainsi pu privilégier l'action contre cet ennemi principal dans son ensemble et trouver une solution de paix en Syrie, évitant ainsi le blocage des pourparlers, car en dehors de l'intransigeance de Bachar al-Assad, ces derniers sont bloqués parce que les Occidentaux, les Turcs, les Saoudiens et les Qataris ont réussi à mettre en place une représentation permanente dite de "l'opposition syrienne" (HCN) qui englobe plusieurs mouvements djihadistes dangereux, dont certains sont très proches sur le terrain d'Al-Qaeda. Le fait d'avoir intégré ces mouvements aux rebelles dits "fréquentables" a donné un prétexte à Bachar al-Assad, mais aussi à la Russie, pour dire qu'il n'est pas possible de mettre en place une transition en Syrie pour laquelle on identifie Daech comme le grand méchant, tout en excluant les autres mouvements djihadistes de cette liste des méchants. C'est là où réside le problème quant au fait de ne pas avoir désigné la nature philosophique de l'ennemi principal et d'avoir cantonné la campagne de bombardements à Daech. C'est d'autant plus déstabilisant pour la Syrie que cette dernière avait fait du chemin sur la voie de la sécularisation et dans la lutte contre l'islamisme avant 2011 et que ni l’Occident ni les monarchies du Golfe ne peuvent être crédibles quand ils affirment que les jihadistes d’Al-Nosra et de Da’ech doivent être exclus des pourparlers de paix en vue de la transition mais qu’au contraire d’autres jihadistes aussi barbares comme Jaich al-Islam doit être accepté comme le noyau-dur de l’opposition sunnite anti-Bachar fréquentable et destinée à prendre les commandes de la Syrie post-Assad… De ce point de vue, l’obstination de Moscou à demander que les Nations unies classent Jaich al-Islam ou Ahrar al-Sham dans la liste des organisations terroristes afin de les exclure de la solution de transition en Syrie ne me paraît pas du tout stupide et est bien plus cohérente que la schizophrénie occidentale pro-saoudienne et pro-qatarie…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/07/2016 - 11:09 - Signaler un abus Oui, il faut virer les incapables de l'ONU...

    pro-islamistes et favorisant la dilution mondialiste! Il faut mettre au ban des nations la Turquie d'Erdogan, le Qatar, l'Arabie saoudite, le Koweit...il faut cesser la dérive communautariste de la France, sous le gauchisme! Le monde est arrivé à la croisée des chemins. Soit il continue dans l'erreur et condamne la civilisation chrétienne, à terme, soit il réagit, licencie les bisounours et gagne l'espoir de se réformer et de vaincre ses ennemis, dont le premier est lui-même...

  • Par Ganesha - 16/07/2016 - 11:43 - Signaler un abus 30 avril 1975

    En pratique, tous les lecteurs d'Atlantico sont d'accord : le 30 avril 1975, jour où le dernier soldat américain a quitté Saïgon, c'était une merveilleuse nouvelle pour toute la planète. La France n'a pas déclaré la guerre à la Chine, malgré sa colonisation du Tibet et ses visées sur quelques iles. Nous n'intervenons pas militairement en Amérique du Sud contre les producteurs de cocaïne. Restent nos interventions en Afrique équatoriale pour essayer de limiter la barbarie, et le ''guêpier'' ukrainien... Au total, l'avenir s'annonce donc plutôt radieux ! Un dernier ''point de détail'' à éviter : ne pas élire un Ripoublicain à la présidence de la République en 2017 !

  • Par emem - 16/07/2016 - 12:17 - Signaler un abus Simple

    "Il faut terroriser les terroristes" (Charles Pasqua en 1986, il y a 30 ans)

  • Par Marie-E - 16/07/2016 - 13:55 - Signaler un abus Excellent article

    comme souvent avec Alexandre Del Valle. Aujourd'hui je suis d'accord avec absolument tout ce qui est écrit

  • Par Oyentin - 16/07/2016 - 17:00 - Signaler un abus Merci Fabius

    !

  • Par langue de pivert - 16/07/2016 - 17:48 - Signaler un abus Laissons faire la nature : Dieu reconnaitra les siens !

    Article très intéressant, comme toujours avec cet auteur. La fin de l'article est particulièrement édifiante. J'irai plus loin en reprenant mon "crédo" envers et contre tous : pas d'intervention, pas de prise de partie, pas d'interposition. Laisser les pays musulmans écrire seuls, entre eux, à leur façon, leur Histoire. Les islamistes "canal historique" ont vu le jour lors de l'intervention de l'URSS en Afghanistan (Ben Laden entre autres) Même si le contexte (et les alliances) étaient différents le "sens de la marche" était écrit : monde musulman contre occident. Les interventions de l'occident ont faussé et faussent encore l'Histoire pour le malheur de l'occident...et probablement du monde musulman (qui livré à lui même aurait fini par trouver un "point d'équilibre", par paliers, sous peine de s'auto-détruire et de disparaitre) Le seul devoir moral de l'occident est de venir en aide aux minorités persécutées par les mahométans et qui n'ont - hélas - plus aucun avenir dans LEUR pays. La place ne manque pas en occident. Sans gêne aucune. Pour un persécuté accueilli, un musulman viré. On rend service et on fait une affaire. Car eux ne nous tireront pas dans le dos.

  • Par Borgowrio - 16/07/2016 - 19:05 - Signaler un abus Article porteur d'espoir

    Tout est dit , j'aimerais cependant entendre ça dans les médias de grande écoute , dans les débats . Nous pourrions alors espérer sortir de cette spirale infernale . Pour ça il faut renier 40 d'idéologie de gauche .

  • Par Deudeuche - 16/07/2016 - 20:47 - Signaler un abus @Gandsha

    Non le jour où le dernier soldat US est parti à été le début du génocide communiste au Vietnam et le départ de millions de Bost peuple. Également ce fut dans le pays voisin l'arrivée des khmers rouges au Cambodge de sinistre réputation. Alors collégien je me souviens des ordures socialo-marxistes qui fêtaient l'événement. Nous n'avons pas les mêmes valeurs, camarade!

  • Par phildoc - 16/07/2016 - 21:08 - Signaler un abus Etat d'urgence?

    Pourquoi les feux d'artifice du 14 juillet n'ont-ils pas été annulés, en cette période d'état d'urgence?...

  • Par Ganesha - 17/07/2016 - 00:48 - Signaler un abus Deudeuche

    Deudeuche, les américains auraient pu rester au Vietnam dix ans de plus, occasionner des dizaines de milliers de morts supplémentaires : ils n'auraient jamais gagné ! Pas plus que pour l'Islam, on ne débarrasse un pays du Communisme par la guerre ! Si vous n'avez pas encore compris cela… vous n'avez rien compris à l'histoire de cette planète durant les 75 dernières années ! Quant au génocide cambodgien, il n'a rien à voir avec le Communisme. Après avoir vécu quelques années en Asie, j'ai enfin compris la terrible haine raciale qui oppose les asiatiques qui ont la peau foncée à ceux qui ont la peau claire (origine chinoise). Croyez-moi ou non, en tout cas, cela prend du temps à découvrir : les peuples d'Asie gardent jalousement leurs secrets vis à vis des étrangers….

  • Par alla.ale - 17/07/2016 - 07:24 - Signaler un abus pour la russie-le-hezbollah-et-le-hamas - les amis?

    Et a propos de Hamas et Hezbollah que les russes ne considèrent pas comme les groupes terroristes? Et je ne parle pas de la Chetchenie ou Kadirov, le copain de Poutin et l'ex combattant djihadiste a fait sortir des centaines milliers de gens avec les pancarts "Je suis Kouachi" ..et rien,, et quelques manifestants a Moscou "Je suis Charlie" ont été arretés par les forces d ordre? Vous jouez à quoi, chèr auteur? On sait à quoi joue Poutine qui utilise le ménace d islam pour renforcer son pouvoir personnel et les richesses qui vont avec (à propos, le russe - c est la troisième langue de l EI)? Et la France doit prendre l exemple de l 'Israel sur leur gestion des risques- oui, chez eux un camion -arme est aussi possible; mais non, la bas, il ne ferait pas 2 km sur la foule

  • Par D'AMATO - 17/07/2016 - 15:18 - Signaler un abus Surprenant: la Police était regroupée sur le trottoir....

    ....de gauche...... Pas une seule balle dans le 1/3 inférieur droit du pare brise, .....du coté du chauffeur..... Bizarre....very....very....

  • Par Jean-Benoist - 17/07/2016 - 19:26 - Signaler un abus virez moi ce HOLLANDE

    Incapable, incompétent et ses potes énarques

  • Par pierre de robion - 17/07/2016 - 22:48 - Signaler un abus un chat est un chat

    Quand on sait par qui flambi a été élu, on comprend la politique laxiste à l'égard de ce que l'on n'ose toujours pas nommé: le terrorisme islamiste, et dans islamiste, il y a islam!

  • Par Winter - 18/07/2016 - 00:11 - Signaler un abus Nous on est gentils, on aime pas les vilains.

    La politique étrangère solférinienne marche sur la tête. Elle est totalement étrangère à nos intérêts nationaux, pour des raisons futiles. On aime pas Poutine. Al Assad est méchant.

  • Par Danilou - 19/07/2016 - 13:20 - Signaler un abus Quelle analyse juste et crédible.

    Bravo pour cette longue analyse qui rebat les actes et qui permet d'espérer dans le futur, à condition que nos politiques de droite comme de gauche aient le courage et la volonté d'ouvrir enfin les yeux et de revoir leurs alliances au Moyen Orient. Merci Monsieur Fabius, ce ministre incapable, qui voulait faire disparaitre Bachar al Assad

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€