Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aux racines du terrorisme : ce qu’il y aurait à purger dans le contentieux entre la France et le monde arabo-musulman

Laïcité, islam, terrorisme... Depuis plusieurs décennies, les rapports complexes entre la France et le monde arabo-musulman génèrent des tensions au sein de notre société. Au moment de faire le constat de cette situation problématique, les responsabilités semblent plus que jamais partagées.

Vieux couple

Publié le - Mis à jour le 22 Juillet 2016
Aux racines du terrorisme : ce qu’il y aurait à purger dans le contentieux entre la France et le monde arabo-musulman

Atlantico : Alors que les rapports complexes qu'entretient la France avec le monde arabo-musulman génèrent des tensions depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies, sur notre territoire, comment est-il possible d'évaluer les responsabilités des uns et des autres dans ce caractère conflictuel ? 

Malik Bezouh : Le mot conflictuel me parait un rien excessif pour décrire les relations des uns et des autres au sein de notre nation. Notons d’ailleurs que la politique arabe de la France, puisque c’est aussi de cela dont il s’agit, fut, depuis de nombreuses années, caractérisée par une approche plutôt équilibrée que beaucoup, en Orient, mais aussi en Occident, n’ont pas manqué de saluer. L’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, en 2007, marque, de ce point de vue-là, une rupture avec cette politique arabe puisque, en effet, ce Président, à la grande déception des souverainistes, de droite comme de gauche, a choisi de s’aligner sur la politique américaine, en intégrant l’OTAN, point d’orgue de cette nouvelle politique.

Cela dit, il est difficile de parler d’une véritable "politique arabe" de la France tant il est vrai que le monde arabe est profondément divisé. Qu’il y at-t-il de commun, en effet, entre la politique nationaliste du parti bath irakien professant jadis un panarabisme moribond, aujourd’hui bel et bien mort et enterré sous les coups de boutoirs assénés par les États-Unis, et les monarchies du Golfe, ultra-conservatrices sur le plan religieux, soutenant ici et là des mouvements islamistes. Si à cela on ajoute la question israélienne suscitant des polémiques marquées souvent au coin de la passion, voire de l’exaltation, on a ici, et de façon non exhaustive, des éléments pouvant en partie expliquer le ressentiment des uns et des autres. L’exemple du cas libyen tombe à point nommé. En effet, beaucoup de français de culture ou de confession musulmane se sont félicités de la chute de ce despote infernal. Mais il en est beaucoup d’autres qui ont fulminé contre ce coup de force jugé néo-colonial. C’est dire la complexité de la chose…

Philippe d'Iribarne : Ces rapports sont effectivement fort complexes. Concernant les pays, la plutôt bonne entente avec la Tunisie, le Maroc, l’Egypte ou encore le Qatar, sans oublier le Liban, contraste avec des rapports plutôt méfiants avec l’Algérie et des rapports mêlés avec l’Arabie saoudite, entre un vif intérêt pour ses achats d’armes et le rejet de son soutien aux tendances dures de l’islam. Concernant les sociétés civiles, la France est révérée par certains comme un lieu de liberté et honnie par d’autres comme représentante d’un monde décadent, ayant perdu tous repères moraux, ou encore comme ennemie de l’islam. Sur notre territoire on retrouve bien cette diversité. Certains de ceux qui viennent du monde arabo-musulman se veulent totalement intégrés à la société française, partageant ses idéaux et ses manières de vivre. D’autres, à l’opposé, travaillent à construire une contresociété islamique dans une perspective de conquête. Entre ces deux groupes on trouve mille nuances. Comment la rencontre de civilisations aussi dissemblables (que l’on songe aux différences de visions du pluralisme, de la liberté de pensée, du statut des femmes) pourrait-elle être simple ? Et l’on conçoit que beaucoup soient sincèrement divisés entre la référence à deux mondes, pendant que certains penchent sans nuances d’un côté ou de l’autre. Dès lors, qui accuser ? Sans doute ceux qui n’ont pas vu, ou pas voulu voir, que l’arrivée massive de populations pour qui il n’était pas évident de s’intégrer dans notre monde demandait que l’on prenne au sérieux les questions posées par cette intégration. 

Quelles sont les racines historiques de ce rapport ? Entre colonisation, guerre d'indépendance, politique étrangère, intégration des populations immigrées, comment comprendre ce croisement de responsabilités à l'aune des différents événements qui ont construit ce rapport ?

Malik Bezouh : Il faut remonter aux Croisades pour comprendre les racines historiques de ce rapport qu’un ensemble de préjugés va biaiser. En effet, le regard posé par la France sur l’altérité arabo-musulmane fut empreinte de nombreux préjugés qui ne cesseront d’évoluer au cours du temps tout en gardant une sorte de noyau central relativement constant dans le temps. Sans trop nous répandre en détails, l’on peut dire que le fanatisme, la violence, l’inclination au vol et au pillage, la paresse, la fourberie, la ruse, la cruauté constitueront, peu ou prou, une constellation de tares, si je puis dire, plus ou moins stable dans le temps et contribueront à façonner la figure de l’Arabe dans l’imaginaire de la société française. Ces "tares" seront expliquées par le fait que les Arabes ont embrassé l’islam, un culte néfaste qui transforme celui qui le professe en un être aussi violent que méprisable. En résumé, l’on pourrait dire que c’est l’islam qui a rendu l’Arabe mauvais. Cette perception va dominer jusqu’au XVIIIe siècle. À l’ère du racialisme, les choses vont changer radicalement… Et pour cause, les "tares" précitées vont se biologiser. Dit autrement, ce ne sera plus l’islam qui les produira mais la nature intrinsèque et, partant, biologique de l’Arabe qui en sera à l’origine. Quant à l’islam, il ne fera que les entretenir.

Mais attention à ne pas oublier les préjugés, nombreux, développés dans le monde arabo-musulman, vis-à-vis de l’Occident, jadis croisé, hier colonisateur et aujourd’hui matérialiste ; du moins est-ce ainsi qu’on dépeint l’Occident en Orient. Plus précisément le libertinage, la superficialité, l’hédonisme, la perte des valeurs fondamentales et familiales, la dévirilisation de l’homme que la femme occidentale aurait définitivement castré, l’absence de sens, le racisme, l’absence du sens de l’hospitalité, l’avidité (qui entraina l’aventure coloniale), etc., sont des poncifs dans lesquels tombent de nombreux arabo-musulmans lorsqu’ils décrivent le monde Occidental. Car les stéréotypes et les préjugés, en effet universels, ne sont nullement une particularité française ou européenne. Soutenir le contraire relèverait du racisme pur car cela reviendrait à attribuer à un groupe d’humains, en l’occurrence, les Européens, une tare particulière que l’on pourrait décrire comme une certaine inclination à la stéréotypisation.

Aujourd’hui, en France et dans l’Orient arabe, les événements cités, colonisation, guerres d’indépendance et politique étrangère menées par la France, sont souvent scrutées à travers le filtre ultra-réducteur de ces préjugés. Cela est fort dommageable car ces préjugés font fi de la complexité des sociétés tant française qu’arabes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 21/07/2016 - 07:06 - Signaler un abus Ca commence à faire long

    "Les actions qui permettent aux immigrés de mieux s'intégrer" nous dit-il.... Mais cela fait 60 ans qu'on les pratique. A la 4e génération, ils ne savent toujours pas où ils habitent. Une phrase manque à cet article, on l'attribue à JP Chevènement : les peuples français et arabes ne sont pas miscibles. Ou en tout cas pas en toutes quantités. Hassan II disait exactement la même chose.

  • Par Deudeuche - 21/07/2016 - 09:32 - Signaler un abus Sarkozy n'a pas fait entrer la France dans l'OTAN

    Elle y est depuis 1949 comme membre fondateur et ne l'a jamais quitté. (mais modulé son statut organisationnel en 1967 et 2009 d'intégration militaire et sa rhétorique sur la politique de celle ci).

  • Par Lafayette 68 - 21/07/2016 - 09:36 - Signaler un abus "fraternité" sur la photo

    oui mais en commençant par l'assimilation sur notre territoire , avec nos valeurs...

  • Par Marie-E - 21/07/2016 - 10:02 - Signaler un abus bof

    quand je lis "la politique arabe équilibrée de la France" déjà là je suis écroulée de rire (jaune). Heureusement que Malik Bezouh travaille à iune meilleure connaissance de l'Histoire à des fins intégrationnistes. Quid de l'éducation parentale et familiale qui enlève tout pouvoir aux efforts d'intégration ? Quant à la colonisation, l'OTAN...et le reste, il n'y a pas d'autres pays qui ressemblent à la France ?

  • Par Anguerrand - 21/07/2016 - 10:39 - Signaler un abus Une femme voilée pour demander la "fraternité"

    Cette fraternité serait plus facile à accepter si les musulmans n'etalaient pas leur appartenance à l'islam dans la manière de s'habiller. Elle a oublié " liberté et égalité " et son déguisement prouve qu'elle n'adhère pas à notre civilisation.

  • Par Anguerrand - 21/07/2016 - 10:44 - Signaler un abus A Deneziere

    De Gaulle disait également la même chose quand il disait à ce propos que l'on ne peut mélanger de l'eau et de l'huile. C'était un constat évident, et non du racisme comme on lui dirait aujourd'hui. Pour un musulman c'est la loi de Dieu, transmise par cette racaille de Prophete qui fait loi ( Sharia) et efface toutes les autres lois du pays concerné.

  • Par zouk - 21/07/2016 - 11:19 - Signaler un abus Contentieux France/pays arabo-musulmans

    Comment réconcilier dans notre esprit et dans celui des citoyens arabes la Légion d'Honneur décernée à un prince saoudien, alors qu'il s'agit d'un des régimes les plus répressifs de la planète, qui, avec le Qatar est le principal pourvoyeur de fonds de Daesh et sa nébuleuse que nous combattons. Ajoutons y notre incapacié à intégrer à notre société les immigrés musulmans de 2°, voire 3° génération, à commencer par l'effondrement dramatique de notre enseignement primaire incapable désormais de fournir les bases élémentaires du savoir (programmes prétentieux, réformes continuelles... folies des syndicats d'enseignants qui régissent le ministère) aussi bien que les bases de la citoyenneté française. Que voulez vous que pensent de nous les pays arabes qui savent fort bien tout cela, y compris notre accueil incontrôlé d'imams plus politiques que spirituels? Reprenons nous avec bon sens.

  • Par omarion - 21/07/2016 - 11:54 - Signaler un abus Un peu d'histoire

    A une époque où notre pays était un état de plein exercice, Richelieu, bien que cardinal, s'est appuyé sur les princes protestants pour combattre les Habsbourg catholiques : il servait l'intérêt de la France, pas celui d'une communauté. Il est vrai qu'en ce temps-là, les souvenirs de la guerre civile devaient être vivaces.

  • Par Texas - 21/07/2016 - 12:01 - Signaler un abus Mr Bezouh

    Mahmud Mohammed Taha a fini au bout d' une corde pour apostasie parce qu' il prônait que l' Islam devait se soumettre à la Méthode Critique . L' Occident qui a résolu ce problème aux travers de siècles sanglants n' a pas eu besoin d' érudits Musulmans pour le faire .

  • Par Texas - 21/07/2016 - 12:09 - Signaler un abus J' ajoute

    que vous ne pourrez pas demander aux Occidentaux des actes de contrition ( très Chrétiens ) à perpétuité , alors même que des pays d' Europe du Nord qui n' ont aucuns contentieux historiques à solder avec le Monde Arabo-Musulman sont confrontés à la même progression de l' Islam rigoriste .

  • Par Texas - 21/07/2016 - 12:22 - Signaler un abus Et comme ...

    ...la présence d' Imams radicaux est inversement proportionnelle aux signes ostentatoires dans le paysage , il m' a été permis d' entendre sur France-Inter ( qu' on accusera pas de bigoterie ) , un chauffeur de taxi musulman affirmer sans complexe , que la Loi de Dieu est supérieure à celle des hommes . Montesquieu s' est cogné dans sa boîte !

  • Par lafronde - 21/07/2016 - 12:57 - Signaler un abus Contentieux historique et contemporain.

    La France a eu des contentieux historiques bien plus grave avec ses voisins britanniques ou allemands, qu'avec les arabes. Aujourd'hui l'hégémonie américaine menace même notre qualité de vie (agro-alimentaire, espionnage numérique, extra-territorialité juridique...) Passé le divorce de l'Algérie française, le contentieux international franco-arabe a disparu. Il a été recrée au plan intérieur et réside essentiellement dans les politiques publiques françaises inter-ethniques. Transfert sociaux entre l'ethnie de la majorité héréditaire qui paye les impôts, et les ethnies immigrées qui bénéficient d'allocations diverses. Politiques anti-discriminatoire (qui ont pour effet la discrimination de l'ethnie européenne. Enfin politique de l'excuse judiciaire envers des ressortissants de communautés immigrées prétendument défavorisées. Ceci est le plus grave, car c'est ce laxisme qui a encouragé la délinquance, les quartiers de non-droit, et aujourd'hui le djihadisme. Le terrorisme islamique est l'enfant du la République social-démocrate et de l'islamisme littéral. Acculturation politicienne et clientéliste de l'Europe + régression du monde arabe au commencement de l'Islam = bombe humaine.

  • Par Anguerrand - 21/07/2016 - 13:34 - Signaler un abus A lafronde

    J'espère que vous plaisantez, il faut se souvenir des 6 siècles d'occupation de la péninsule ibérique et d'un partie de la France jusqu'à Poitiers, que le Moyen Orient à ete déchristianisé par la guerre, les viols, l'esclavage jamais par la persuasion. Les guerres dont vous parlez sont épisodique et réglé par qq grands responsables. Pour le reste je suis totalement d'accord avec vous

  • Par D'AMATO - 21/07/2016 - 14:28 - Signaler un abus Responsabilités partagées.....?

    ....essayez de mélanger l'eau et le gaz ! Nous sommes DIFFERENTS en tout ......et nous nous sommes pas mal ouverts......

  • Par vangog - 21/07/2016 - 14:55 - Signaler un abus @D'AMATO vous voulez évoquer, sans doute...

    le gaz et le feu...Boum!

  • Par lasenorita - 21/07/2016 - 17:47 - Signaler un abus Est-ce NORMAL?

    Est-ce NORMAL que des personnes ayant ''combattu'' pour l'indépendance de leur pays... abandonnent ce pays devenu indépendant? Est-ce NORMAL que ces assassins qui ont tué et blessé des centaines de ''civils innocents'' soient bien reçus par nos politicards qui les nourrissent grâce aux sous des contribuables français que ces assassins ont chassés de leur pays natal? Est-ce NORMAL que les enfants des fellouzes soient députés, ministres chez nous tandis que dans ''leur'' pays les non-musulmans n'ont aucun droit?Est-ce NORMAL qu'on leur construise des milliers de mosquées quand dans ''leur'' pays les lieux de culte chrétiens sont détruits, saccagés, que les Chrétiens n'ont pas le droit de pratiquer leur religion??? ...etc...etc...

  • Par jurgio - 21/07/2016 - 17:50 - Signaler un abus À la recherche d'un contentieux, plutôt

    car il n'y rien entre la France et l'islam. Il n'y a même pas un problème ! Mais il y a une solution...

  • Par jc0206 - 22/07/2016 - 14:18 - Signaler un abus Non merci !

    Tu gardes ta fraternité ! je m'occupe de choisir celle qui me convient.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Malik Bezouh

Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol) et France-Islam le choc des préjugés (éditions Plon). Physicien de formation, Malik Bezouh est un spécialiste de la question de l'islam de France, de ses représentations sociales dans la société française et des processus historiques à l’origine de l’émergence de l’islamisme.

Voir la bio en entier

Philippe d'Iribarne

Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment travaillé pour le Secrétariat général de la présidence de la République.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€