Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alerte à la panne d’intelligence ? Notre durée d’attention moyenne est en chute libre depuis l’an 2000 : que se passe-t-il ?

Selon une étude de Microsoft, la capacité de concentration de l'homme moyen a chuté de manière considérable. De 12 secondes en 2000, la capacité d'attention avant d'être distrait s'est réduite à seulement huit secondes. Une chute vertigineuse qui classe notre espèce derrière...le poisson rouge. Les nouvelles technologies sont-elles à ce point synonymes de progrès?

Poisson rouge

Publié le
Alerte à la panne d’intelligence ? Notre durée d’attention moyenne est en chute libre depuis l’an 2000 : que se passe-t-il ?

La qualité de notre attention chuterait de manière drastique.

Atlantico : La continuelle émergence de nouvelles sources de distraction a fait plonger notre capacité de concentration sur un seul et même sujet de 12 secondes en 2008 à 8 secondes 5 ans plus tard. Est-ce vraiment une régression ?

Philippe Vernier : D'abord il convient de revenir un instant sur cette étude. Elle semble relativement sérieuse mais elle n'est pas présentée comme scientifique. Il faut alors prendre les résultats avec précaution tant que la méthodologie n'est pas plus clairement exprimée. Peut-être cette étude a été appliquée à des sujets qui ont une exposition exagérée ou particulière à de nombreux distracteurs. Je ne suis pas sûr que cela soit représentatif à propos de l'ensemble de la population, il faut être prudent. Il y a certainement une tendance réelle qui se dessine dans cette étude, il est certain que le fait d'être exposé à des changements d'attention rapides et fréquents est une source de diminution d'attention.

Est-ce vraiment une régression ? Oui dans un certain sens. Surtout pour des emplois qui exigent de travailler de façon concentrée sur une longue période sur un sujet donné. Dans le cas d'un conducteur de train par exemple, cela peut être problématique. Quand une attraction est proposée, nous sommes forcément moins efficaces. Le conseil qu'il faut donner lorsque nous sommes très fortement sollicité par des informations multiples  c'est d'abord de couper notre téléphone et de prendre son temps. Ce qui est important c'est de changer les mauvaises habitudes. Le "zapping" peut être addictif, c'est satisfaisant car notre esprit apprécie la nouveauté. Le problème est que cela se fait au détriment de l'efficacité et de la capacité de concentration, il est important d'essayer d'éviter la distraction et d'être capable de se fixer sur un sujet donné. C'est très enrichissant également et cela apporte tout autant de satisfaction. Il faut remplacer la satisfaction du zapping par celle de la compréhension de sujets approfondis.

Est-ce que cette perte de l'attention n'est pas compensée par la facilitation de l'accès à l'information sur un sujet donné ?

Tout dépend de ce qu'on appelle efficacité. C'est une évidence que l'on est capable d'absorber plus d'informations en moins de temps. C'est ce que montre l'étude et on peut les croire la dessus, cependant, c'est forcément au détriment de la qualité de l'attention que l'on porte à un sujet donné Pour la presse écrite, c'est un problème. De moins en moins de gens ont cette capacité à lire un article de fond et la tendance dans les médias est de faire court, percutant pour que l'on sache beaucoup de choses mais sur lesquelles nous n’approfondissons pas. On ne cherche plus le pourquoi des choses. Dans les entreprises, les personnes qui ne sont plus capables de réaliser des tâches à long termes sont devenus un problème pour les chefs d’entreprise. Lorsque l'on fait un rapport de synthèse par exemple, il faut être apte à travailler longtemps et de manière efficace. C'est aussi un problème pour les créatifs, l'imagination et la créativité de manière générale demandent du temps. Et ce temps de cerveau disponible mobilisable, nous ne l'avons plus.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 03/01/2017 - 10:42 - Signaler un abus Arrêtez de regarder la télévision!

    Mais vous le savez déjà qu'il faut pas la regardez, alors il suffit juste de s'ecoutez et de se faire du bien, éteignez cette horreur.

  • Par J'accuse - 03/01/2017 - 11:16 - Signaler un abus Facile à comprendre

    On est distrait parce que ce qu'on nous raconte est sans intérêt neuf fois sur dix, et ça empire chaque année. Écoutez un politicien, et vous bâillez après 3 secondes. Dans les journaux télévisés, on peut souvent se contenter des titres et continuer à regarder les images en pensant à autre chose. Si ceux qui écrivent ou parlent sont passionnants, ils sont suivis pendant des heures; sinon, l'esprit zappe parce qu'il a mieux à faire.

  • Par zouk - 03/01/2017 - 12:00 - Signaler un abus Capacité d'attention

    L'habitude est prise de faire plusieurs choses à la fois:lire et écouter de la musique, très fréquent. Observez donc les voyageurs du métro, journal à la main et écouteurs aux oreilles, qu'en retiennent-ils? Et l'habitude de la télévision durant les repas, ou la surveillance simultanée de plusieurs écran, téléphone mobile et télévision ou autres... Comment être surpris? et J'accuse n'a pas tort

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Vernier

Philippe Vernier est Directeur de Recherche au Centre national de la recherche scientifique, et est le directeur de l’Institut des Neurosciences Paris-Saclay (CNRS Université Paris Sud).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€