Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2008, la crise que personne n'avait su gérer : comment l'austérité a mis l'Europe du sud à genoux en provoquant une migration historique de ses populations les plus qualifiées vers le Nord

Depuis 2008, c'est un peu plus de 427.000 Grecs qui ont quitté leur pays. La majeure partie de cette vague d'émigration se dirige vers l'Allemagne et est composée de jeunes diplômés.

Pire qu'en 1929 ?

Publié le
2008, la crise que personne n'avait su gérer : comment l'austérité a mis l'Europe du sud à genoux en provoquant une migration historique de ses populations les plus qualifiées vers le Nord

Atlantico : Selon un rapport publié par la Banque centrale grecque (voir ici), plus de 427.000 Grecs ont quitté le pays depuis la crise financière de 2008, soit près de 4% de la population du pays, ce qui en fait le 3e choc migratoire d'ampleur depuis le début du siècle dernier. Une situation qui semble également se produire aussi bien au Portugal, en Espagne ou en Italie. Quels sont les profils de ces migrants intra-européens ? Pour les pays concernés, quelles sont les conséquences à terme, de départs aussi massifs ? Ces mouvements de population peuvent-ils réellement être qualifiés d''historiques" ?

Peut-on parler de crise migratoire intra-européenne ?

Laurent Chalard : En Grèce, comme en Espagne et en Italie, nous avons affaire à des émigrants jeunes, les premiers touchés par le chômage, et diplômés, voire très diplômés, ayant pour certains déjà une expérience professionnelle, ce qui est une nouveauté par rapport au profil d’émigration historique des pays d’Europe du Sud, qui avaient plutôt eu tendance à exporter de la main d’œuvre peu qualifiée au cours du XX° siècle. Seul le Portugal continue d’envoyer de la main d’œuvre moins qualifiée, qui trouve à s’employer facilement dans les secteurs du bâtiment des pays d’accueil, où leurs congénères dirigent de nombreux entreprises.

Dans un premier temps, les conséquences de ces départs massifs de jeunes actifs apparaissent plutôt positives dans le sens qu’ils soulagent le marché du travail national, qui voit consécutivement une partie du surplus de jeunes entrant sur le marché se volatiliser, d’où un taux de chômage moins élevé qu’il ne le serait, et des velléités contestataires moindres. Cependant, à long terme, les conséquences pourraient s’avérer négatives si cette émigration devenait définitive, correspondant à un véritable brain drain. En effet,  ces pays pourraient souffrir d’un manque de main d’œuvre qualifiée lorsque leur économie redémarrera, bridant leurs perspectives de croissance à terme, risquant de les obliger à leur tour à faire appel à une immigration, probablement à dominante extra-européenne, pour compenser les départs, un problème qui se constate déjà en Roumanie. 

Ces mouvements de population importants ne sont néanmoins pas exceptionnels, dans le sens qu’ils étaient déjà très importants pour les pays d’Europe méridionale au début du XX° siècle dans un contexte de sous-développement chronique, avec une forte émigration vers le continent américain. Plus récemment, les flux d’émigration ont été aussi non négligeables pendant les Trente Glorieuses du fait de la lenteur du rattrapage économique de l’Europe du Sud, mais ils se dirigent désormais plutôt vers l’Europe du nord-ouest (France, Allemagne, Benelux) que vers l’Amérique. Si l’on prend le cas de l’Allemagne, le pays attirait déjà massivement de la main d’œuvre issue de l’Europe balkanique, dont des Grecs. D’ailleurs, au recensement de 2011, le nombre de personnes d’ascendance grecque en Allemagne était estimé à 368 000 personnes, en faisant la principale diaspora grecque sur le continent européen. En France, pays d’immigration ancienne, les descendants des Italiens, Espagnols et Portugais seraient d’environ 4,5 millions de personnes en 2011 selon les données de la démographe Michèle Tribalat.

Plus que d’une "crise migratoire", dans le sens que, contrairement aux migrants syriens dont l’arrivée se fait dans un chaos total, l’immigration en provenance d’Europe méridionale se déroule sereinement, répondant à des besoins économiques des pays d’accueil, on peut plutôt parler de l’émergence d’un marché du travail européen unifié. En effet, aujourd’hui, les jeunes européens, quel que soit leur niveau de diplôme, se déplacent très aisément pour trouver un emploi vers un autre pays du continent dont le marché du travail offre de plus grandes opportunités, grâce à la libre circulation. Ces migrations relèvent de mouvements de main d’œuvre des régions les plus pauvres vers les régions les plus riches au sein d’un espace économique unifié, ce que l’on constate au sein de chaque Etat de l’Union européenne. Il est à noter que c’est une évolution assez paradoxale dans un contexte général de remise en cause des fondements de l’Union européenne suite au Brexit, qui pénalise avant tout les jeunes Européens qui s’étaient rendus au Royaume-Uni pour travailler.

Francesco Saraceno : Ces mouvements migratoires vont avoir un impact important dans les années à venir, et donc oui, ils peuvent être qualifiés d'historiques. Ceci pour deux raisons. La première, est qu'il s'agit de chiffres très importants, comme vous le rappeliez, qui donnent donc la mesure de la crise que traverse la "périphérie" de la zone euro. La deuxième, est que les migrants sont jeunes, souvent plutôt qualifiés, qui ont devant eux un potentiel de quelques décennies de travail. Donc les dégâts pour ces pays seront à vérifier sur le long terme.

Pour les Espagnols ou les Grecs, l'Allemagne représente une destination prioritaire en raison de la situation de plein emploi que connaît le pays. En quoi les politiques économiques menées en Europe ont-elles conduit à une telle situation ? 

Laurent Chalard : Les politiques d’austérité, imposées par les pays d’Europe du Nord-Ouest, dont l’Allemagne, qu’ont menées tous les pays d’Europe du Sud ont été à l’origine d’une dépression économique dans les pays concernés, avec une forte montée du chômage pendant plusieurs années. Ces pays étant dans l’incapacité de sortir de la zone euro, ce qui leur aurait permis de jouer sur le taux de change de leur monnaie pour relancer leur économie, se sont vus piégés, d’autant que les dépenses excessives des années qui ont précédé la crise avaient eu l’aval des pays d’Europe du Nord-Ouest, qui n’avaient alors rien retrouvé à y redire. 

C’est surtout le témoignage de la difficulté de mettre en place une politique économique européenne commune quand les pays membres de la zone euro ont des situations de départ hétérogènes et des mentalités très différentes dans la manière de gérer les problèmes. Le modèle allemand, efficace dans des pays de mentalité germanique, n’est probablement pas pleinement approprié au monde latin…

Francesco Saraceno : L’austérité a eu un impact très important sur la perte de "capital humain" des pays de la périphérie. Il y a une évidence croissante qui prouve ce qu'on pouvait soupçonner depuis le début, c'est à dire qu'une crise prolongée a comme effet de réduire le potentiel de croissance de long terme, par la destruction du capital physique et la chute de l'investissement ; mais aussi par la perte en "capital humain", dont la migration, mais aussi la dégradation des conditions de santé publique et du système d'éducation sont la cause. On a longtemps essayé de vendre aux pays en détresse l'idée que la souffrance causée par l’austérité et par les réformes structurelles était un médicament nécessaire pour rebondir dans le moyen terme grâce à une compétitivité retrouvée et à des finances publiques assainies. 

On redécouvre aujourd'hui (mais je répète quelques-uns parmi nous le disent depuis le début) que la souffrance de court terme portera en toute probabilité de la souffrance aussi à long terme. La divergence entre pays, cause première de la crise, ne s'est pas estompée. Plutôt le contraire. Les pays de la périphérie sont aujourd'hui appauvris, moins compétitifs, et avec un potentiel de croissance fortement réduit. Les pays du centre sont, eux plus forts. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jardinier - 16/07/2016 - 07:46 - Signaler un abus Excellent article, qui passe un peu à la trappe

    Suite à l'attentat, mais qui mérite d’être lu. Et qui dit et redit la même chose, qu'une zone monétaire unique ne peut pas servir les intérêts d’économies divergentes.

  • Par rodmcban - 18/07/2016 - 10:37 - Signaler un abus Autre nom

    L'austérité, vous voulez dire l'UE ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Francesco Saraceno

Francesco Saraceno est économiste senior au sein du département Innovation et concurrence de l'OFCE. Il est également signataire de la tribune : The economist warningVous pouvez le suivre sur son compte twitter : Francesco Saraceno.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€