En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

François Hollande laissera-t-il vraiment Manuel Valls lui faire ce que Sarkozy avait fait à Chirac ?

Publié le 29 août 2013
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la "contribution climat-énergie" annoncée par le gouvernement et sur l'obsession du PS pour le FN.
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la "contribution climat-énergie" annoncée par le gouvernement et sur l'obsession du PS pour le FN.

1 - Quand François Hollande débranchera-t-il Manuel Valls ?

Pour faire bonne mesure et bien que ses résultats en matière de lutte contre la délinquance soient ectoplasmiques, les médias ont décidé qu'il y avait un homme fort au gouvernement : Manuel Valls. Ils ne peuvent tous être nuls, quand même !

L'intéressé en profite pour laisser planer le doute sur ses intentions. Matignon à coup sûr ; l'Elysée si Hollande se dégonfle au-delà de toute ressource thérapeutique et qu'il faut à la gauche un recours contre l'horrible perspective de voir la droite, voire son extrême "la bête immonde qui naquit du ventre encore fécond etc." menacer de la déloger.

Evidemment, Hollande attend ce jeune intrigant au tournant. Des ailes lui poussant, il les lui coupera au moment opportun. Sarkozy avait utilisé au mieux la place Beauvau pour traverser triomphalement la rue du Faubourg Saint-Honoré mais c'était avec un Chirac en fin de deuxième mandat, vieillissant et blasé. Hollande n'a qu'un objectif : être réélu, la France serait-elle ruinée entre-temps. Il n'est pas question pour lui de céder la place à un freluquet qui joue au grand condé et au grand Condé à la fois.

Jusqu'où le laissera-t-il monter avant de l'abattre en vol ? Fidèle à ses habitudes, il attendra que Valls fasse une erreur ou qu'une bavure quelconque, aux conséquences mal gérées, mette le feu dans une poudrière de banlieue. Le danger serait que ce règlement de comptes gouvernemental n'attise les difficultés et n'handicape la lutte contre ledit embrasement. Mais on n'est plus à ça près... Les innombrables ennemis de ce Rastignac qui n'a que peu de soutiens au PS (n'oublions pas que Valls ne recueillit qu'à peine 6% aux primaires) se chargeront de mettre à exécution les basses oeuvres susurrées par le prince.

Naturellement, Valls se doute de ce qui l'attend et doit s'y préparer. Ah ! Qu'elle est belle et prévisible la gauche de gouvernement.

2 - François le petit

François II et ses dévots, à défaut de prendre les problèmes du pays à bras-le-corps, se tournent décidément vers les vieilles recettes mitterrandiennes.

Le FN était donc l'invité d'honneur du Parti socialiste à La Rochelle, dans le rôle du Croquemitaine. Cette tentative désespérée d'affaiblir l'UMP sur sa droite et de garder quelques municipalités en 2014, grâce à des triangulaires, à quelque chose de pathétique. Elle conduit tout droit à un 21 avril puissance 2, où non seulement le PS sera éliminé au premier tour de nombreuses élections mais où il le sera avec un retard considérable sur le FN.

Socialistes, encore un effort pour faire du lepénisme le premier mouvement politique de France !

3 - Fantasia chez les FPIGS

Les pays dits du Sud, à la dynamique d'endettement de moins en moins contrôlée, i.e. la France, le Portugal, l'Italie, la Grèce et l'Espagne, plus connus sous l'acronyme de FPIGS, iraient paraît-il un peu mieux.

La réalité est que la perfusion placée par Draghi il y a bientôt deux ans, sous le nom d'assouplissement quantitatif, leur a permis de circonscrire la crise de la dette, de maintenir les banques et les Etats à flot et de laisser les autres secteurs de l'économie fonctionner comme ils peuvent.

Pourtant, les cadavres pourrissent dans les placards et rien n'est vraiment réglé. On voit même les vieux démons réapparaître. Qui se rend actuellement en Andalousie se demandera par exemple comment l'Espagne et cette région en faillite parviennent en ce moment même à financer la couverture de l'autoroute qui traverse San Pedro de Alcantara ou l'extension de l'hôpital public Costa del Sol, deux chantiers fort coûteux.

Le secteur de l'immobilier continue de plomber les banques espagnoles. Douchant les espoirs de ces derniers mois, les créances douteuses, constituées pour l'essentiel de crédits immobiliers risquant de ne pas être remboursés, ont atteint 176,2 milliards d'euros en juin, soit 11,61% du total des crédits et 6 milliards de plus qu'en mai, selon les chiffres de la banque d'Espagne publiés ce lundi. Le précédent record atteint en novembre 2012 (11,37%) est donc battu.

Pourtant, le plan d'aide européen de juin 2012 a conduit au versement de 41,3 milliards d'euros ! La "Sareb", structure de défaisance recueillant ces actifs pourris, avait permis de faire légèrement baisser les taux sur les créances douteuses. Ils sont de nouveau en hausse...

Quant à la France, les efforts de réduction de sa bureaucratie politique et administrative sont  toujours cosmétiques et il est de plus en plus évident que le pouvoir "hollandais" reculera devant tout risque de bras de fer avec les syndicats du secteur public, comme en témoigne la capitulation qui se prépare sur le dossier des retraites.

Malgré la hausse substantielle de la pression fiscale, la dette publique française ne cesse donc de croître. Elle est passée de 1789, 2 milliards d'euros à la fin du premier trimestre 2012, à 1870, 3 milliards €, fin du premier trimestre 2013. Elle augmente actuellement d'environ 12 milliards par mois. Tic, tac, tic tac ...

4 - Qu'il était vert mon impôt !

Le nouveau ministre de l'Ecologie Philippe Martin avait à peine annoncé la création d'une "contribution climat-énergie (CCE)", censée encourager particuliers et entreprises à des comportements plus "verts" en taxant les consommations d'énergies polluantes, que ses petits camarades lui sont tombés dessus.

La palme du croc-en-jambe socialiste revient à François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat, qui y a aussitôt vu une fiscalité punitive.

Personne il est vrai ne croit à la thèse gouvernementale selon laquelle il ne s'agirait ni d'une taxe carbone ni d'une fiscalité supplémentaire. Pourquoi ? Les annonces sont pour le moins ambiguës : cette cotisation servirait, par exemple, à financer le CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi), issu du rapport Gallois. Le problème est qu'on ne compte plus les versions officielles différentes sur les ressources mystérieuses, économies budgétaires ou impôts nouveaux, qui devront financer ledit CICE. L'ampleur de ce besoin de financement, d'une vingtaine de milliard d'euros est d'ailleurs telle que la hausse future de la T VA et l'éventuelle CCE sont bien loin d'y suffire. Et puisqu'il faut des ressources nouvelles pour le CICE, on ne voit pas comment le CCE serait fiscalement indolore contrairement aux déclarations de Philippe Martin ! Dès février dernier, la Commission européenne pointait une partie de ces incohérences et avait prévu qu'elles se traduiraient en réalité par une hausse du déficit budgétaire.

Qu'importe, les Français et même les analystes seront à la fin tellement égarés entre tous ces chiffres et sigles qu'ils renonceront peut-être à comprendre ? Posons quand même une question : si la CCE ne voit pas le jour, comme c'est probable, d'où viendront les milliards qui manquent au CICE ?

Le grand fiscaliste autoproclamé qui œuvre à l'Elysée doit bien avoir des réponses sur tous ces sujets.

5 - Le choc fiscal, c'est maintenant !

Les Français vont, dans les quatre mois qui viennent, recevoir les premières vraies factures de Mou-Président. Impôt sur le revenu en hausse et autres cotisations vont garnir leur boîtes à lettres alors que les collectivités locales vont leur envoyer leurs bon vœux. Ce festival fiscal se terminera en apothéose avec la hausse de la TVA début janvier, qu'une augmentation inattendue de la CSG couronnera si, comme c'est probable, elle est la seule solution substantielle envisagée au problème du financement des retraites.

Qui donc s'étonnera que l'image du PS se soit fortement dégradée en un an ? Seuls 30% des Français estiment désormais que ce parti est proche de leurs préoccupations (le plus bas niveau depuis 2009) contre 55% il y a un an. Même après le congrès de Reims de sinistre mémoire, 45% le pensaient encore.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 30/08/2013 - 10:24
@Océan vous avez raison, cette plainte contre MOI/JE ne fait pas
recette dans les médias!!! mais, comme il s'agit d'une plainte avec constitution de partie civile pour TRAVAIL DISSIMULE/MENACES/INTIMIDATIONS.....plainte de Mohamed BELAID contre HOLLANDE et son Conseiller Faouzi LAMDOUI, cette affaire ne pourra passer sous silence.....quoique!!!! apparemment, un membre du Cabinet de TAUBIRA + un Journaliste aurait approché Mohamed BELAID pour lui proposer un arrangement!!
Elle est belle leur transparence!!.
Il faut que ça se sache car j'imagine la même chose s'il s'agissait de SARKO!!! la nouvelle tournerait déjà en boucle sur Internet.....BFMTV en tête
A suivre.....car je ne manquerai pas d'en parler régulièrement
Vincennes
- 29/08/2013 - 19:31
@Océan....l'article concernant la plainte de l'ancien chauffeur
de Moi/Je vient de "sortir" et amusant de voir qui va avoir les couilles d'en parler!! Autrement, facile d'en parler.....pas de souci car, en effet, le n° de VALEURS ACTUELLES de cette semaine est, comme d'hab, excellent
Il nous informe, également, concernant VALLS, que sur son ORDRE, il vient de faire retirer le titre à l'ancien Préfet de la Nièvre sous Sarko.
"une radiation exceptionnelle du 21/8 qui a été retirée du communiqué du Conseil des Ministres" BANDE de faux culs et d'hypocrites
phililec
- 29/08/2013 - 03:52
Pas de risque
Il suffit de voir à quel point Valls est devenu obéissant depuis quelques jours. Une grosse engueulade et le pitbull est redevenu un caniche. Taubira peut savourer sa victoire.