En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

La diversion, c'est maintenant ! Après le mariage pour tous, quels seront les prochains pièges tendus par Hollande et Ayrault à l'opposition ?

Publié le 03 avril 2013
Serge Federbusch revient sur la manifestation contre le mariage homosexuel qui s'est tenue ce weekend à Paris.
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch revient sur la manifestation contre le mariage homosexuel qui s'est tenue ce weekend à Paris.

1 - Une manifestation pour rien ?

L’arsenal propagandiste des grands jours a été utilisé pour discréditer la "manifestation pour tous" : chiffres préfectoraux grossièrement minorés, petite phrase d’un benêt - comparant Hollande à Hitler - montée en épingle pour tenter de faire oublier la discipline de fer imposée aux slogans, amalgame permanent entre homophobie et hostilité au mariage homosexuel et même... comparaison avec ceux qui naguère s’opposaient aux unions inter-raciales !

Les participants aux immenses défilés de dimanche dernier ont pu expérimenter ce que bien d’autres manifestants ont vécu avant eux : la transformation de la force ressentie dans ces moments d’affirmation collective en une rage de voir à quel point elle est méprisée par un pouvoir décidé à n’en tenir aucun compte.

Dans le cas de la "manifestation pour tous", ce sentiment peut se doubler de celui d’une manipulation. Tout ce débat n’a en effet d’autre objet, pour un François Hollande qui ne croit pas plus à la "cause" homosexuelle qu’à aucune autre, que de créer un dérivatif à l’attention portée à la crise économique et à la montée du chômage. Plus les opposants au mariage homo manifestent, plus ils aident Hollande à se faire une image d’inflexibilité. Lui qui subit depuis des années le soupçon de faiblesse, s’offre à bon compte les habits neufs de la résolution. Au parlement, il ne craint rien ; dans les médias pas grand chose et, dans la rue, il compte sur la tendance du "peuple de droite" à respecter l’ordre pour qu’aucun débordement fâcheux ne vienne démentir définitivement la fiction du président qui apaise.

Pour peu que l’intervention au Mali et la coïncidence curieuse d’une action de commandos en Somalie s’en mêlent et Mou-Président pouvait espérer gagner ses galons de gros dur. Etait-on à la veille d’une contre-offensive politique ?

Las ! Le commando envoyé pour libérer un otage français a échoué, ayant été repéré du fait du bruit de ses hélicoptères (?!). Tout cela ressemble davantage à une action à la Carter en Iran qu’à la Obama au Pakistan. En lieu et place de mâles affirmations sur la mue d’un chef d’Etat en chef de guerre, on a désormais droit à un silence gêné sur les risques inhérents à ce type d’opération. A quand la Commission d’enquête parlementaire que la gauche n’aurait pas manqué de réclamer du temps de Sarkozy ?

Quant à l’offensive au Mali, dont les justifications officielles sont peu ou prou à l’opposé de ce qu’Hollande a dit pour retirer les forces françaises d’Afghanistan, elle court le risque d’un bourbier où nous nous engageons seuls. Gageons que Super-Normal, redevenu plus précautionneux que jamais, saisira la première occasion pour déclarer que nous avons atteint nos buts de guerre et s’en ira, laissant derrière lui une offensive "islamiste" prête à ressurgir.

Quoi qu’il advienne des effets fugaces de ces martiales entreprises, la "manif pour tous" aura eu le mérite de réveiller une partie des opposants au régime rose. Certains, qui se sont abstenus lors des dernières élections, comprennent, mais un peu tard, l’étendue de leur erreur. Au même moment, face à la montée inexorable du chômage prévue par l’Unedic, les subterfuges "hollandais" arrivent droit sur le mur des réalités.

Que faire alors, se demande déjà notre président ? Quelle autre parade, quelle nouvelle échappatoire inventer ? Des bribes de réponse, contenus dans des confidentiels du "Canard Enchaîné" ou des petites phrases de ministres, nous donnent une idée des prochains pièges tendus à l’opposition …

2 - Referendum sur le cumul des mandats et/ou quitte ou double européen ?

Hollande envisage, selon un volatile caquetant dans la presse le même jour qu’éclot un Pot-aux-Roses sur Atlantico, un referendum sur les institutions.

A la réflexion en effet, un bon petit piège sur la question du cumul des mandats par exemple serait idéal.

Les Français n’aiment guère leur nouveau président mais ils détestent encore plus les cumulards de la politique. En sacrifier quelques uns en se faisant passer pour un réformateur serait un bon calcul. D’autant que la droite irait en ordre dispersé, par conviction ou par crainte de renforcer l’exécutif en appelant à voter selon ses souhaits. Jouer des divisions et des désordres du camp adverse est la méthode favorite de l’ancien Premier secrétaire du parti socialiste, un homme qui ne prospère que sur les échecs des autres. A l’Elysée, il n’a pas changé. Après le débat monté en épingle sur le mariage homosexuel, pareil referendum serait un leurre idéal pour distraire l’opinion jusqu’à la fin 2013, en espérant que la reprise économique ait lieu d’ici là.

Autre sujet possible, si la crise s’accentue après 2013 : imiter les Anglais et provoquer sous un prétexte quelconque un débat sur l’Europe, en espérant gagner les centristes et faire exploser la droite. Ce jeu serait naturellement beaucoup plus périlleux encore et presque assimilable à la réunion des Etats-Généraux par Louis XVI. Mais, dos au mur, il n’y aurait guère le choix ...

A ce propos, on savourera une phrase de Michel Sapin pour qui : "Il n’y a pas de raison de recourir au référendum quand on a une majorité au Parlement". Cette lecture hérétique de la Constitution de 1958, qui prévoit justement deux modes concurrents d’adoption des lois, donne au référendum un aspect de quitte ou double, reflet du trouble actuel de la majorité. Il est un moment où la prudence excessive et les calculs alambiqués conduisent à la témérité. Nous n’en sommes plus très loin.

3 - Un léger aléa de 3, 5 milliards d’euros ...

Le déficit budgétaire s’élève finalement en 2012 à 87,2 milliards d’euros, soit un milliard de plus que prévu ce qui, nous dit Bercy, est un "léger aléa baissier" dû à une réduction des recettes de TVA. Au même moment, nous apprenons que la diminution inespérée des taux d’intérêt payés par la France a fait économiser 2, 5 milliards d’euros au Trésor public. Ainsi, la détérioration observée sur les dépenses et recettes autres que la charge des intérêts se monte en réalité à 4 % du déficit initialement prévu, ce qui fait beaucoup pour un "léger aléa".

Comme, du fait de la stagnation du PIB et du décalage dans les encaissements d’impôt sur les sociétés et sur le revenu, les ressources de l’Etat vont être en berne dans les mois qui viennent, le problème du déficit va mécaniquement s’accentuer. Mais, de cela, le communiqué de presse du ministère des finances ne parle pas.

Tout aussi inquiétant est le discours officiel sur les économies budgétaires, le gouvernement se vantant d’avoir réduit les dépenses de 300 millions d’euros, sachant que cela reflète surtout le reflux des taux d’intérêt et l’annulation d’investissements prévus sous Sarkozy. Décidément, s’il n’y avait pas l’aide providentielle de l’affreux monde de la finance, Hollande n’aurait rien de positif à annoncer à ses compatriotes.

Quand on sait que 60 milliards d’économies sont promis entre 2013 et 2017, 200 fois plus que ce qui a été fait en 2012, on mesure l’immensité du saut budgétaire à accomplir, qui n’a rien d’un léger aléa.

4 - Livret Ah, Ah, Ah !

En décembre, le plafond de dépôt sur le livret A passe de 15 300 euros à 22 950 euros. C’est ce qu’on appelle un "coup de pouce", vanté dans les médias. En janvier, sa rémunération annuelle baisse de 2, 25 à 1, 75 %. Bilan du socialisme ennemi de la finance et ami de l’épargne populaire : 344, 25 euros d’intérêts pour 15 300 euros de dépôts avant ; 401 euros pour 22 950 euros après.

Donc, 7 650 euros de dépôts supplémentaires rapporteront 56, 75 euros d’intérêts, ce qui représente une rémunération nette de 0,74 %.

Le diable se cache dans les détails, le vrai visage d’une présidence normale aussi.

5 - Future réconciliation des éléphants avec le PS ?

Longtemps ulcérés que leur nom ait été associé aux hiérarques socialistes, les éléphants seraient sur le point de pardonner. L’intervention du président lui-même, réclamant un nouvel examen du dossier de l’abattage de deux malheureuses bêtes atteintes de tuberculose, les aurait réconciliés avec la gauche. Cette affaire a deux mérites : d’une part, elle démontre que ces pachydermes ont plus de poids que 800 000 manifestants pour faire bouger l’exécutif ; d’autre part, elle prouve sans ambiguïté que le charme de Bardot agit plus que celui de Depardieu sur notre président. En voilà un que le mariage homo ne tentera pas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

03.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 18/01/2013 - 18:02
Non mais regardez le ! il a encore grossi Louis XVI....
Ces costumes étriqués maintenant le boudinent il ne ressemble plus à rien !
Un type incapable de suivre un régime alimentaire peut il gouverner la France....
Lepongiste
- 18/01/2013 - 17:58
Et le Mali ça va durer !!
Parce que tant qu'on en parlera on ne parlera pas d'autres choses comme la crise, le chômage, le pouvoir d'achat....Ah ! le pouvoir d'achat qui a fait dépenser tant d'encre à certains gauchistes qui n'en parlent plus aujourd'hui...
A croire que cette gauche leur a donné satisfaction !!
Zazy
- 18/01/2013 - 14:24
@ponot
Vous écrivez "Et oui il y a des union libre, des divorcent, des familles homoparentale, des femmes qui élèvent seules des gosses, 75% de gosses naissent en plus hors mariage... la république ne peut ignorer tout ceci!" On pourrait rajouter qu'il y a des vols, des meurtres, des délinquants....est-ce une raison pour dire que ce sont des progrès qu'il faut de toute urgence légaliser. Oui, comme vous dites, le parlement "m'excite" sérieusement quand son ivresse du pouvoir dépasse toutes les limites et le Président ne comprend pas qu'il n'est pas qu'un chef de parti, au service des lobbies de minorités.