En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 15 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 53 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 17 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 9 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 11 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 31 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
革命

Une révolution qui changera la face du monde est peut-être en marche au Japon

Publié le 03 avril 2013
Le nouveau Premier ministre japonais, Shinzo Abe, veut en affaiblissant le yen, créer un peu d'inflation et rendre de la compétitivité aux exportations japonaises, pour ainsi relancer l'économie. Un exemple à suivre pour l'Europe, confrontée elle aussi à la nécessité d'accroître sa base monétaire pour sortir de la récession.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau Premier ministre japonais, Shinzo Abe, veut en affaiblissant le yen, créer un peu d'inflation et rendre de la compétitivité aux exportations japonaises, pour ainsi relancer l'économie. Un exemple à suivre pour l'Europe, confrontée elle aussi à la nécessité d'accroître sa base monétaire pour sortir de la récession.

L'avenir monétaire du monde est peut être entrain de se jouer au Japon. Depuis Noël, le yen ne fait que s'effondrer par rapport au dollar et aux autres monnaies. Pourquoi ? Et pourquoi est-ce important ?

La raison est simple : l'élection du nouveau premier ministre du Japon, Shinzo Abe, du Parti libéral-démocrate, le parti conservateur qui domine la politique japonaise de l'après-guerre. Les investisseurs ont-ils aussi peu confiance en Abe qu'ils fuient les actifs japonais ?

Au contraire ! Le yen s'effondre après l'élection de Abe parce que celui-ci a fait campagne pour un affaiblissement du yen, et même, pour une inflation plus importante au Japon. Et c'est ça la révolution potentielle.

Petite explication : le problème du Japon, depuis 20 ans, c'est la déflation. La déflation est un cancer de l'économie : si je sais que les prix vont baisser demain, je n'achète pas, puisque ça sera moins cher demain. Mais si tout le monde fait ça, plus personne n'achète rien, et l'économie meurt. Et puisque personne n'achète, les prix baissent, ce qui crée un cercle vicieux.

Abe veut, en affaiblissant le yen, créer un peu d'inflation et rendre de la compétitivité aux exportations japonaises, et ainsi relancer l'économie.

Double révolution : dans la mécanique de la politique monétaire, et dans nos débats politiques

Dans la mécanique de la politique monétaire : ça fait 20 ans que la banque centrale japonaise essaye de relancer l'économie japonaise en faisant tourner la planche à billets, sans guère de résultats. Est-ce parce que la politique monétaire ne peut pas avoir autant d'impact sur l'économie ? Ou est-ce à cause de pressions politiques sur la banque centrale qui rendent sa politique timorée ? Maintenant on verra peut être quel est le vrai impact de la politique monétaire.

Mais la vraie révolution est peut être celle des mentalités. Le Japon nous tend le miroir qui prédit l'avenir. Pays riche, mais vieux, vieillissant, sans croissance, enkysté dans sa gérontocratie et son conservatisme. En général, les pays vieillissants sont conservateurs, et refusent à tout prix tout accroissement de la base monétaire qui pourrait mener à de l'inflation, car les retraités vivent de revenus fixés nominalement qui peuvent être mangés par l'inflation. Or l'accroissement de la base monétaire est nécessaire pour sortir des récessions. Si ce dilemme vous rappelle l'attitude de l'Allemagne et de la Bundesbank dans la crise de l'euro, c'est normal.

Si le pays le plus vieux, peut être le plus conservateur, du monde peut se réveiller et voter majoritairement pour un projet politique explicitement centré autour de l'inflation, de l’affaiblissement de la monnaie, il y a peut être de l'espoir pour notre vieille Europe.

La nouvelle page de l'histoire économique qui vient de s'ouvrir au Japon nous apprendra non pas seulement sur la politique monétaire, mais sur notre avenir de pays de riches vieux. Et si ça se trouve, les résultats seront révolutionnaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bart Tinker
- 08/01/2013 - 11:23
Révolution, oui
Révolution dans le sens "cercle complet" pour se retrouver au point de départ. Cela fait plus de dix ans que le Japon utilise l'inflation monétaire, je ne vois pas la nouveauté. Et pas qu'au Japon, d'ailleurs.

Mais bon, chacun sa voie, on en reparlera dans dix ans.
fms
- 07/01/2013 - 22:52
une bonne guerre des changes...
je reste perplexe sur les chances de réussite d'une décision unilatérale d'une baisse des cours d'une monnaie si les autres pays se mettent à faire la même chose ?
la chine maintient sa monnaie à un niveau faible, le dollar essaye de filer. Les autres monnaies, et l'euro, se retrouvent comparativement trop fortes, leur niveau de change ne reflétant plus la "valeur" de leur économie.
Mais avons-nous intérêt à entrer en guerre avec la chine et les Usa sur le taux de change ? la chine produit un effort important pour maintenir ce taux de change, n'y a-t-il aucune stratégie périphérique pour en profiter ? Aucune voie pour que les décisions de la chine soient exploitées économiquement par les pays avec une forte devise ?
la chine donne artificiellement à l'europe les moyens d'une politique qu'elle n'aurait pas sans les manipulations des cours de change, pourquoi n'en profite-t-on pas ?
Rlilette
- 07/01/2013 - 21:13
Certes, mais.
Il me semble que vous n'êtes pas sans savoir que:
1) L'inflation (à l'instar de la croissance) ne se décrète pas. Preuve en est de ce que fait la FED et la BoE (depuis 2008), et la BoJ depuis 20 ans. on en est au 4ème QE aux E.U. et on ne les compte plus au Japon avec une inflation qui ne décolle pas (la faute à la Chine d'aucuns diront).
2) L'inflation ne se contrôle pas. Il me semble donc que le "créer un peu d'inflation" me parait un peu euphémique, tant à mon avis lorsque le boite de Pandore sera ouverte, l'inflation sera plutôt tendance "hyper" pour remettre à 0 les compteurs de la dette.
Globalement d'accord sur le reste, la dévaluation est un coup de pouce indéniable pour n'importe quel pays (quoiqu'en dise mani). Mais elle a tout de même de grosses conséquence pour un pays comme le Japon qui importe une immense partie de son énergie. Et le mix dévaluation/inflation est l'imposition socialement la plus juste qui soit: égalisation entre jeunes et vieux ainsi qu'entre rentiers et actifs.