En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 8 min 28 sec
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 49 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 1 heure 12 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 44 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 35 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 52 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 11 min 39 sec
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 54 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 13 heures 7 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 16 heures 9 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 37 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
C'est la luuuutte heu !

La lutte qui vient : sociale-démocratie autoritaire contre social-libéralisme identitaire

Publié le 03 avril 2013
Dans le traitement médiatique du duel Copé/Fillon, les journalistes passent à côté des enjeux essentiels : les affrontements des prochaines décennies seront d'ordre économique et communautaire, opposant sociale-démocratie autoritaire et social-libéralisme identitaire.
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le traitement médiatique du duel Copé/Fillon, les journalistes passent à côté des enjeux essentiels : les affrontements des prochaines décennies seront d'ordre économique et communautaire, opposant sociale-démocratie autoritaire et social-libéralisme identitaire.

La France politique se livre en ce moment à des jeux dont elle a toujours raffolé : je te tiens, tu me tiens par la barbichette, passe-moi le séné, je te passerai la rhubarbe, je t’aime, moi non plus et autres plaisanteries de préau d’école en vogue avant Noël et le jour de l’an. Tout ceci pourrait relever de l’ordre des brèves Twitter de comptoir ou des anecdotes de fin de repas arrosé, s’il ne s’agissait du plus grand festival d’entourloupes de ces dernières années.

Côté UMP, d’abord. Il y a encore deux décennies, les petits meurtres entre amis se réglaient dans les cabinets noirs, les salons bien abrités des palais officiels et autres théâtres de l’ombre dont ne surgissaient les miettes et les miasmes que des mois, voire des années plus tard. Aujourd’hui, la machine à informer-désinformer fonctionne à la nano-seconde, 24h/24h et 365 jours par an. A toute heure du jour et de la nuit, les micros se tendent, les caméras s’activent, les smartphones et les iPads s’animent. Au lieu d’en profiter pour user du silence, prendre leur temps et tourner sept fois leur langue dans la bouche avant de postillonner, les starlettes de la politique se précipitent tête baissée dans la mêlée audiovisuelle, rugbymen éperdus d’un combat qui les dépasse.      

Tout se déroule en direct live avec pour témoins des millions de citoyens-électeurs-consommateurs qui se frottent les yeux, incrédules et furieux. Le chômage et la dette augmentent, des usines et des entreprises ferment tous les jours. On leur répète à l’envi que l’on n’en sortira peut-être qu’en 2014 ou 2015, entre le bâton des agences de notation et la carotte d’une croissance que l’on attend sans savoir d’où et quand elle viendra. Oui, mais tout ça, c’est du vulgaire et du subalterne : Copé-Fillon, Fillon-Copé, voilà l’enjeu véritable.

Côté pouvoir, ensuite : pendant que Hollande et Valls vont, sur les Roms, squats et sans-papiers,  plus loin que Sarkozy-Guéant, Hollande-Ayrault tracent les chemins d’un réformisme qui n’ose pas dire son nom – les leçons de Mitterrand ont été bien retenues – et essayent de louvoyer entre les appels de sirènes de Londres ("Viens chez moi, y’a du feu"), les rappels à l’ordre de l’Allemagne, ("On veut bien payer mais on ne veut pas être les seuls") et de l’Europe ("OK pour la PAC, mais je te coupe le pacte de croissance"). Face à un gouvernement qui trace sa route sans la baliser, en laissant Montebourg éructer et Moscovici panser, l’opposition, pour un temps, n’existe plus, sauf au Sénat où les communistes peuvent montrer leur mauvaise humeur.

Ce que tous ces tartuffes essayent de cacher avec une ferveur qui n’a d’égal que leur égarement, c’est que la droite est partie, après la défaite de Sarkozy, dans une période de recomposition qui prendra du temps avant qu’elle ne se redéfinisse en fonction des gigantesques déplacements de terrain du XXIème siècle, en oubliant enfin les fictions du centre introuvable et des extrêmes délirants. Les affrontements des prochaines décennies seront d’ordre économique et communautaire, opposant sociale-démocratie autoritaire et social-libéralisme identitaire. Sinon, se poursuivra évidemment la chronique d’un chaos annoncé.                                                  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 30/11/2012 - 00:02
@ boblecler
"Hollande n'a rien promis à part la retraite à 60 ans et c'est pour ça qu'il a été élu pour ses 60 propositions."
par des électeurs qui ont 60 neurones...
La boucle est bouclée :-)
michel.boucher56
- 30/11/2012 - 00:01
politiciens!!!!!!
La crise financière en France!!! Ce sont les politiciens qu'ils soient de droite de gauche qui en sont responsables. Au lieu de montrer l'exemple au peuple en faisant des sacrifices, ils continuent à se goinfrer. A quoi sert le sénat puisqu'en définitive c'est l'assemblée qui dirige. En quoi c'est utile d'avoir plus de 500 députés puisqu'à l'assemblée il n'y a que rarement plus de 10% d'élus à siéger. On va me rétorquer que si ils ne sont pas à Paris ils sont dans leur circonscription. Oui bien sur mais pour se faire de l'autopromotion.
Dans toutes les logiques industrielles, lorque l'entreprise croit il en résulte une diminution proportionnelle des charges fixes de l'entreprise.
En politique on pratique l'inverse. Combien de communes se sont regroupées en communauté ? et ce pourquoi ? La réponse est très simple c'est qu'en rajoutant sur sa carte en plus de Maire, président ou adjoint ou responsable de telle ou telle communauté on en retire un salaire supplémentaire. Alors on va s'arreter ou ? Communauté de ville, de canton, de département, de région.
Goinfrez vous Messieurs car je souhaite qu'un jour le peuple vous fasse payer vos abus
boblecler
- 29/11/2012 - 23:32
Hé non le Flamby est
Hé non le Flamby est intelligent! l'économie Française repose sur les filières avec des donneurs d'ordre que sont PSA, Renault. Renault est nationalisé, PSA a la garantie de l'Etat, l'Acier va l'être aussi. Il va remettre aussi le commissariat aux plans pour diriger et administrer l'économie pour faire des Etablissements de tailles intermédiaires en trois ans. Le plan est de muscler l'offre. Malgré la contradiction, Hollande n'a rien promis à part la retraite à 60 ans et c'est pour ça qu'il a été élu pour ses 60 propositions.