En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 10 heures 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 37 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 41 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 34 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 20 heures 2 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 35 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 16 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 52 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 21 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 48 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 20 heures 3 min
© DR
© DR
Revue de presse des hebdos

Le Point et les islamophiles néo-racistes, Hollande : fils de Couac Vador, Rachida Dati et les hommes : révélations

Publié le 08 novembre 2012
Chaude, chaude, chaude, la semaine ! Giesbert répond aux islamophiles qu'il rebaptise "néoracistes" (!?), Hollande révèle "son plan" et, scoop !, son intention de réduire - enfin - les dépenses de l'Etat. Quant à Dati, "Le Point" la met à poil ou quasiment…
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chaude, chaude, chaude, la semaine ! Giesbert répond aux islamophiles qu'il rebaptise "néoracistes" (!?), Hollande révèle "son plan" et, scoop !, son intention de réduire - enfin - les dépenses de l'Etat. Quant à Dati, "Le Point" la met à poil ou quasiment…

Il fallait s’y attendre. Une semaine après sa très controversée couverture sur “ Cet Islam qui gêne ”, “ Le Point ” répond à ses détracteurs par la voix de son patron, visiblement très très remonté. “ Si l’on en juge par les réactions qu’a provoquées notre une de la semaine dernière, il n’y a plus de doute, écrit Franz-Olivier Giesbert : notre pays est affligé d’une nouvelle engeance aveugle et sourde mais, hélas, pas muette. Elle prolifère sur la Toile, dans les médias et l’intelligentsia, du moins dans celle qui a cessé de penser depuis la chute du mur de Berlin (et pan dans ta gueule !). Elle fonctionne au réflexe conditionné et ne sort de sa naphtaline que pour des indignations sélectives qui nous ramènent au temps de Panurge, son idéologue officiel (allez, tiens, reprends-toi ça). Elle n’avance qu’en meute et ne s’exprime qu’en chœur ”. Bêêêêê !

“ La vocation du journalisme n’est-elle pas de stigmatiser ? ” ( ! !)

“ Il a suffi que nous mettions le focus sur une fraction de l’islam, comme l’indique sans ambiguïté, sur notre couverture, l’adjectif démonstratif “ cet ”, pour que nous fussions aussitôt accusés de racisme anti-arabe ou anti-noir, poursuit FOG. Les bouffons ! Ils font preuve d’un insondable mépris envers ces collectivités humaines pour les réduire aux dérives marginales d’une religion dont on n’a pas omis de dire, dans ce journal, le respect qu’on lui devait (voir ce qu’on en disait dans la RP du 1er novembre). Il est permis de secouer comme un cocotier le haut clergé catholique (…) mais devant cet islam sans gêne qui nous occupe, il faut rester le doigt sur la couture du pantalon. Passez votre chemin, de préférence en fermant les yeux ; sinon, vous stigmatisez, et c’est interdit. Or la vocation du journalisme, s’il en a une, n’est-elle pas de déterrer, d’exposer, de démasquer, donc de stigmatiser ? Nos flics idéologiques n’ont pas compris cela ”. Heu, pour le coup, nous non plus : “ la vocation du journalisme, s’il en a une ”, c’est d’informer. Et on ne voit pas très bien comment informer reviendrait à stigmatiser. 

Quand Giesbert se contredit

Cette déclaration est d’autant plus étonnante que, la semaine dernière, Franz-Olivier Giesbert soulignait que “ la stigmatisation d’une religion ou d’une communauté est toujours une mauvaise action ; elle divise, ostracise et hystérise sans faire avancer les choses ” (voir, toujours, la RP du 1er novembre). L’aurait-il oublié ? Aurait-il changé d’avis ? Mystère… et drôle de revirement. Une chose est sûre : il y a contradiction, dans les termes comme dans le raisonnement.

Giesbert et les “ néoracistes ”

Mais le patron du “ Point ” n’a pas fini. “ Nos marchands d’anathèmes montrent ainsi leur vrai visage, conclut-il. Ce sont des “ néoracistes ”, il n’y a pas d’autres mots pour les qualifier. Ils ne le font pas exprès, bien sûr, mais par peur, suivisme ou paresse, ils enferment, comme les colonialistes d’antan, des populations entières dans une identité religieuse qu’on peut être en droit de considérer comme simplificatrice ou caricaturale. Tels sont les effets de l’ignorance et de la condescendance. Honte à ces “ néoracistes ” ! ” Carrément.

Couac Vador à Hollande R2-D2 : “ Je suis ton père ! ”

Si “ Le Point ” n’a “ plus de doute ” quant au fait que “ notre pays est affligé (de la) nouvelle engeance aveugle et sourde ” des “ néoracistes ” ”, il affiche en revanche en couverture un “ grand méchant doute ” concernant notre président. “ Il demeure aujourd’hui à son sujet un triple doute, sur sa ligne, sur son autorité, sur sa méthode ”, affirme en effet Sylvie-Pierre Brossolette dans un article de sept pages qui, hélas, ne nous apprend rien de bien neuf. Comme en écho au “ Point ”, “ L’Express ” titre en une : “ Y a-t-il vraiment un président en France ? ”. Houlou ! Ca s’arrange pas, dis donc… Féroce, le dessin de Plantu publié en page 31 du magazine est, on l’avoue, assez irrésistible. On y voit un Darth Vador rebaptisé pour l’occasion “ Couac Vador ” menacer de son sabre laser un Ayrault C3-PO et un Hollande R2-D2. “ Je suis ton père ! ”, crie Couac Vador à Hollande/R2-D2… Moua-ah-ah !

Hollande en “ Janus présidentiel ” qui “ clignote ”

François Hollande aurait-il du mal à investir son “ personnage ” de président ? C’est l’argument que déploie, en tout cas, Christophe Barbier dans son papier. “ La présidence de la République est une des rares fonctions où le moine fait l’habit, note-t-il. A chacun de se tailler une tenue de souverain, comme Mitterrand, une robe de chambre, comme Chirac, ou une combinaison de guerrier spatial, comme Sarkozy. François Hollande, lui, cherche encore l’étoffe. Il n’a pas choisi la distance verticale, cette supériorité qui pose en arbitre rare, ni l’activisme à ras de terre, cette proximité qui installe en pompier omniprésent. Il alterne les deux méthodes, les deux modèles, il est un Janus présidentiel. Il clignote ”. Très en forme, Mister Barbier !

Hollande sommé de rétablir son autorité “ de manière verticale ”

Mais foin de dessins et de bons mots… passé le constat, “ L’Express ” entrevoit-il des solutions ? A-t-il des préconisations ? Oui, da. “ François Hollande doit, d’abord, accepter d’être hyperprésident, indique-t-il. (…) On lui reproche de ne pas dessiner d’horizon, alors qu’il ne cesse, thème par thème, de décrire le point d’arrivée de sa politique, mais sans dire comment l’atteindre. La France voit l’horizon quand elle voit le chemin. Or elle est dans le brouillard et a d’abord besoin d’un chef qui manie la lampe de poche ”. Qui dit “ chef ”, dit “ autorité ”, ce qui nous renvoie au “ Point ” et à son “ doute ” quant à la capacité du chef de l’Etat d’en faire preuve… Si “ L’Express ” est moins catégorique, il ne pose pas moins la question. “ (François Hollande) n’est ni de Gaulle le souverain ni Mitterrand le sphynx, confie au mag son conseiller féru d’histoire politique Aquilino Morelle. Si on devait le comparer, ce serait plutôt à Pompidou. Il a le même mélange de simplicité et d’autorité ”. Une manière, peut-être, commente le journal, de souligner le principal défi du moment : réussir à rétablir ce que le politologue Laurent Bouvet, dans “ Les Echos ” du 23 octobre, appelait une “ autorité verticale (…) qui ne soit plus simplement une autorité de l’arbitrage ou de la négociation (…) mais où il est celui qui tranche et impose par sa fonction ”.

Pour opérer le changement, “ Hollande ne pourra être un président vraiment socialiste ”

Autre chose, “ L’Express ”, pour que François “ devienne ” enfin président ? Oh oui ! “ (Il) doit, ensuite, changer de stratégie contre la crise, poursuit le news. La thérapeutique minimale, en attendant le retour de la croissance, ne peut suffire. Hollande est un président aspirine au moment où il faut un président bistouri. C’est par démonstration, non par superstition, qu’il croit aux cycles, et donc à une proche sortie de crise, explique le directeur de la rédaction de “ L’Express ”. Mais s’il a tort, nous sommes morts. Le risque est trop grand, et le président doit donc décréter au plus vite un immense effort national. Oui, cela passe sans doute par une augmentation du temps de travail. Oui, cela passe obligatoirement par un amaigrissement drastique de l’Etat, de ses effectifs et de ses dépenses. Oui, cela passe à coup sûr par une mobilisation de tous les Français dans un esprit de sacrifice. S’il veut être le président du changement, François Hollande ne pourra être un président vraiment socialiste… ” Ah, ah, nous y voilà. On en revient toujours au même point, on dirait (voir la revue de presse de jeudi dernier)… Fait frappant, “ Le Nouvel Observateur ”, journal de gauche, s’il en est — et si cela veut encore dire quelque chose… —, en vient aux mêmes conclusions…

Scoop ! Hollande a un plan

Que “ L’Obs ” en vienne aux mêmes conclusions que “ L’Express ” est d’autant plus frappant que l’hebdo, scoop !, a recueilli… tadam ! “ les confidences d’un président dans la tempête ”. “ Hollande off. Les surprises de sa stratégie ”, claironne le mag, pas peu fier, en couverture. Houlala, ça sent bon, ça ! “ L’heure est à la contre-attaque, qui devrait, dans l’esprit du président, ouvrir une nouvelle séquence politique, annonce “ L’Obs ”. “ Le cap est clair, dit le président, je veux rendre sa souveraineté au pays et réunir les Français ”. Aussi étrange que cela puisse paraître aux opposants, note le news, Hollande a donc un plan, un plan de rétablissement, un plan de reconquête, qu’il dévoilera lors de sa conférence de presse du 15 novembre. Mais dont on peut, déjà, au fil de propos informels, déceler les grandes lignes ”. On est tout ouïe.

“ Il eût été plus simple, pour un gouvernement de gauche, d’abandonner le sérieux budgétaire… ”

“ Alors ce plan ?, demande l’hebdo. “ Mon premier objectif, c’est de rétablir la souveraineté française, répond le président. Elle passe par le désendettement. La dette nous met dans la dépendance des marchés. On le voit bien aujourd’hui : si la France abandonne l’objectif des 3 % de déficit, elle est immédiatement sanctionnée. Elle risque le sort de l’Espagne ou de l’Italie, qui doivent obéir à des injonctions extérieures. Je dois tenir cet engagement qui est celui de la France ”. Il n’en sous-estime pas le coût politique, relève l’hebdo. “ Il eût été plus simple, pour un gouvernement de gauche, d’abandonner le sérieux budgétaire, de remettre à plus tard la réduction des déficits et d’éviter les hausses d’impôts. Je m’y suis refusé. L’impopularité vient d’abord de là ” ”. Pas faux, François… Reste le reproche, formulé par des économistes, y compris de gauche, de ne pas accompagner le mouvement par une réduction des dépenses de l’Etat…

Scoop ! Hollande prévoit de diminuer les dépenses de l’Etat

Surprise ! Le président l’a inscrite à son agenda… hé oui ! “ “ Nous appliquerons les propositions de Louis Gallois, promet-il. Il s’agit de jouer sur tous les éléments qui commandent la compétitivité, ce qui veut dire que nous prendrons aussi en compte la question du coût du travail ”. On comprend, traduit “ L’Obs ”, qu’il y aura des mesures visant à favoriser la recherche, l’innovation, les PME mais aussi une baisse du coût du travail. Louis Gallois propose quelque 30 milliards d’allègements de charges pour les entreprises. Le président ne se récrie pas. Parmi ces allègements, il prévoit une baisse de cotisations pour les salariés, qui compensera le prélèvement et préservera le pouvoir d’achat. Il prévoit surtout un financement par la diminution des dépenses de l’Etat. C’est une surprise : la gauche, à écouter ces confidences, est bien décidée à réduire le montant des dépenses publiques. Hollande ne croit pas à une baisse subite. Mais il veut une action continue d’économies, qui obligera l’Etat à mieux administrer, mieux former, mieux soigner avec moins de moyens ”. Ah, ben, ça, c’est une bonne nouvelle ! Reste qu’apparemment, c’est pas encore pour tout de suite, maintenant, hmmm… c’est pour quand, François, exactement ?

“ Comme dans les westerns, on attend la cavalerie ”

Mystère et boule de gomme. Parvenu à la fin de l’article, tout ce que l’on apprend, c’est que “ le début de l’année prochaine sera très dur. Mais s’il n’y a pas de catastrophe au Proche-Orient, ni une guerre avec l’Iran, Hollande espère un effet de cycle à la mi-2013, avec un taux d’intérêt qui reste bas et une moindre austérité. A ce moment, ajoute-t-il, les mesures sur le chômage prendront effet : contrats d’avenir, contrat de génération et réforme du marché du travail obtenue par la réforme en cours. “ Alors, comme je l’ai dit, la courbe du chômage devrait s’inverser ” ”. Ou pas. Comme le remarque l’hebdo, “ tout repose sur un retour de la croissance, même modérée. Comme dans les westerns, on attend la cavalerie qui nous sauvera de l’encerclement… ” Cache ta joie, “ L’Obs ” !

Quand “ L’Obs ” finit de dézinguer Hollande

Faut-il en rire ou en pleurer ? En un seul petit encadré, le magazine de gauche finit de réduire à néant l’espoir qu’il avait fait naître en couverture avec son “ Hollande off. Les surprises de sa stratégie ” et son article de six pages… “ Hollande compte profiter de sa conférence de presse de la semaine prochaine “ pour fixer le cap ”, commence-t-il. Mais à quoi bon parler aussi longtemps quand on est devenu à ce point inaudible ? On ne mobilise pas un pays quand on n’a la confiance que de 36 % de ses concitoyens (sondage Sofres pour “ Le Figaro Magazine ”). (…) Tout le paradoxe hollandais est là. Lorsqu’il pouvait, il n’était pas prêt. Aujourd’hui, il est prêt, mais il ne peut plus ”. Ah, ben, dis donc, bonjour le soutien !

Quand “ L’Obs ” rejoint “ L’Express ”

Et ça ne fait que commencer… “ (La politique de redressement national) est restée six mois dans les limbes, continue le journal. Le rapport Gallois — ou plutôt ce qu’il en restera — en fixe les contours. La négociation sur le marché du travail, entamée avec les partenaires sociaux, en précisera avant la fin de l’année les lignes principales. Le pari de Hollande est que ces différentes pièces, dans le champ fiscal, industriel et social, trouveront d’elles-mêmes leur cohérence. Bref, que les Français finiront par comprendre et puis, qui sait ?, par apprécier. Tout cela est plus téméraire qu’audacieux. Surtout si la reprise attendue n’est pas au rendez-vous de 2013 ”. Absence de “ politique de redressement national ”, manque de clarté, d’explicitation, d’autorité ( ?) vis-à-vis des Français, pari “ superstitieux ” sur une croissance hypothétique, on retrouve ici, bizarrement, les arguments de “ L’Express ”, exposés plus haut…

Hollande, victime de “ la gauche ”. C’est “ L’Obs ” qui le dit

Faut-il s’en étonner ? La conclusion de “ L’Obs ” va dans le même sens que celle de “ L’Express ”. “ On voit aisément que la vraie raison de ce retard à l’allumage est tout autre, indique-t-il. Hollande arbitre tardivement et souvent dans la confusion ce qui avait été caché sous le tapis durant une campagne qui ne visait qu’une seule chose : gagner. La gauche, sa gauche, a boudé depuis trop longtemps tout un travail de clarification intellectuelle qui, s’il avait été fait, aurait au moins évité les malentendus qui crispent l’opinion et lézardent sa majorité. Aujourd’hui, c’est le temps des factures, conclut le mag. Pour Hollande aussi, elle est salée ”. Et ça fait une bonne raison pour tout lui coller sur le dos, hmmm ?

Rachida et sa “ vision utilitaire de ses rapports avec les hommes ”

Mais passons à plus léger. Comme leurs confrères honnis de la presse people, les hebdos, vous le savez désormais…, donnent dans le sujet ragot à forte rentabilité. Après les “ confidences ” de Valérie Trierweiler (voir la revue de presse du 18 octobre), celles de Ségolène Royal (voir la revue de presse du 25 octobre), “ Le Point ” se fend cette semaine d’une véritable enquête — oui, une enquête, grands dieux ! — sur… sur ? Rachida Dati ! On n’a plus beaucoup de place, on va donc essayer de la faire le plus efficace possible… et passer sur le “ Tu veux que je t’en colle une ? ” que la maire du 7e a lancé à sa première adjointe après que celle-ci ait refusé de voter son budget… Venons-en à plus crunchy — malgré ses prétentions, le papier n’a pas d’autre utilité, ni d’autre vocation  — et aux relations que Rachida entretient avec le sexe fort. “ C’était une jeune femme libérée qui avait une vision utilitaire de ses rapports avec les hommes, se souvient le producteur Mohamed Mebtoul. Pour elle, les élites françaises étaient forcément machistes, habitées par le fantasme de Schéhérazade dans le conte des “ Mille et Une Nuits ”. Du coup, elle était dans le donnant-donnant, il n’était pas question pour elle de se faire avoir ”. Hmmm, ça commence bien, ça commence fin…

Albin Chalandon, pygmalion

Premier homme important : Albin Chalandon, “ garde des Sceaux de 1986 à 1988, précise le mag. Elle le rencontre pour la première fois lors d’une réception à l’ambassade d’Algérie à laquelle, jeune étudiante, elle avait réussi à se faire inviter. Très vite, elle fait partie de la famille. Elle passe des week-ends dans le château des Chalandon avec une autre intime du couple, Catherine Nay. (…) L’ex-ministre de la Justice la fait entrer comme comptable chez Elf, dont il a été PDG. Il va aussi un temps employer sa protégée dans l’entreprise textile qu’il possède, jusqu’à lui proposer le poste de directrice. (…) Chalandon glisse son nom à François Bayrou, ministre de l’Education, et la voici embauchée comme médiateur rue de Grenelle. En 2002, c’est le grand saut : elle est recrutée place Bauveau, dans l’équipe de Nicolas Sarkozy ”.

“ Rachida papillonne mais ne travaille pas beaucoup ”

“ Selon plusieurs collègues, remarque “ Le Point ”, Rachida papillonne mais ne travaille pas beaucoup. “ Comme elle était sympa, on se mettait en quatre pour l’aider. On lui rédigeait ses notes ”, avoue (une) ex-camarade. Et de glisser une anecdote. “ De retour à Bauveau, elle était chargée du projet de loi sur la délinquance. Ca la barbait. Le haut fonctionnaire désigné pour l’aider n’arrivait pas à lui mettre la main dessus. Dès qu’il pointait son nez, elle courait se cacher dans mon bureau ”. (…) Son titre (de magistrat), observe le mag, Rachida Dati l’a obtenu par dérogation, sans passer le concours, encore une fois grâce à sa bonne fée, Albin Chalandon. En poste en province, le juge Dati n’avait pas fait d’étincelles. “ Elle est très mal notée et ses chefs de juridiction se plaignaient de ses absences répétées ”, relève un magistrat qui a eu accès à son dossier ”.

270 000 euros de frais de représentation, collants et crèmes de beauté compris

“ Mais ce que lui reprochent le plus les “ petits pois ” (les magistrats, ndlr), (…) c’est le pipolisation de la fonction. “ Son ministère, c’était celui de la com’, assure l’un de ses conseillers de l’époque. Elle a fait appel à une armée de communicants. Anne Méaux, Jacques Séguéla, Pierre Giacometti ou Maurice Lévy : tous travaillaient en même temps pour elle. Comme elle est toujours en retard, il arrivait parfois que l’un ou l’autre se croisent dans les couloirs. La scène était assez cocasse… ” A les entendre, Rachida Dati passe plus de temps à soigner son image et dans les dîners en ville qu’à étudier ses dossiers. Les frais de représentation s’envolent, pour atteindre 270 000 euros par an. Collants et crèmes de beauté passent en notes de frais ”.

La passion Proglio

Après Chalandon, “ bien sûr, poursuit “ Le Point ”, il y a Henri Proglio, qui lui a ouvert toutes grandes les portes du CAC 40. L’actuel patron d’EDF a rencontré Dati il y a une dizaine d’années, lorsqu’il était aux commandes de Véolia. Une histoire passionnelle dans laquelle l’intermédiaire Alexandre Djouhri aurait fait les présentations. Longtemps discrète, cette idylle sera révélée au grand jour le soir de l’élection de Nicolas Sarkozy par une photo prise au Fouquet’s. Est-ce le fait du hasard si l’une des sœurs de Rachida Dati a effectué une partie de sa carrière chez Véolia, avant de devenir récemment chargée de mission à EDF ? Une chose est sûre : pendant des années, Proglio a loué pour Dati un appartement dans un immeuble chic du 17e arrondissement de Paris ”.

Rachida, le coucou, délogée par Guéant

“ L’ancienne ministre n’a pas peur de jouer les coucous, constate “ Le Point ”. Pour se faire élire dans le 7e, il lui fallait une adresse dans l’arrondissement. Son amie Loumia Hiridjee, fondatrice de la marque Princesse Tam Tam, lui avait alors prêté un 100 mètres carrés près des Invalides. Lorsqu’elle meurt dans un attentat en Inde, en 2008, ses héritiers devront batailler pour récupérer leur bien, jusqu’à faire intervenir Claude Guéant. C’est alors, note le mag, qu’entre en scène le président du groupe Barrière, propriétaire — entre autres — du Fouquet’s ”… Roulement de tambour… bam, bam !, bam, bam ! On y va.

Dominique Desseigne aurait “ installé ” Rachida Dati en prévision de la naissance de Zohra

“ Dominique Desseigne a lui aussi loué un appartement pour la garde des Sceaux, commence le journal. Le bail est signé en juillet 2008, six mois avant la naissance de (…) Zohra. Ce pied-à-terre situé dans le 16e arrondissement se retrouve aujourd’hui au cœur d’un tourbillon médiatico-judiciaire. Comme l’a révélé Le Point.fr, Rachida Dati assure devant la justice que Dominique Desseigne est le père de son enfant. Et la location de cet appartement constitue un élément de preuve. D’après elle, le patron des casinos Barrière aurait, sitôt informé de la grossesse, pris cet appartement pour y installer la mère et le bébé à naître. Mais l’ancienne garde des Sceaux n’a jamais voulu y habiter au motif qu’il aurait été préjudiciable pour elle d’y emménager alors que Dominique Desseigne avait fait une demande de licence de jeux en ligne ”. Heu, on n’a pas tout compris, là… il a été loué, cet appartement, ou pas ?

La “ date de conception de Zohra ne colle pas ”

Pas clair… Ce qui suit ne l’est pas forcément plus… “ Le fringant sexagénaire reconnaît avoir eu une liaison de trois mois avec Rachida Dati et même l’avoir emmenée à ses frais en 2007 à l’île Maurice pour fêter Noël, indique “ Le Point ”. Mais il refuse tout net de se plier à un test de paternité. Motif : la date de conception, qu’il situe au 5 avril 2008 en s’appuyant sur l’acte de naissance de Zohra, ne colle pas. Il était alors seul à Marrakech, puis à Cannes. Et de rappeler qu’à l’époque sept autres noms circulaient dans la presse, notamment celui de l’ex-Premier ministre espagnol Jose Maria Aznar, obligé de démentir à la radio, ou celui d’un des frères de Nicolas Sarkozy ”.

Rachida Dati “ contradictoire et trouble ” selon Desseigne

“ Dominique Desseigne met en avant “ le caractère contradictoire et trouble de la position de Mme Rachida Dati ”, poursuit le news. Cette dernière aurait en effet demandé, en février 2009, à son ex-amant, une reconnaissance notariée de l’enfant et l’aurait aussi prié de se livrer à un test génétique dans un laboratoire. Une procédure illégale en France si elle n’est pas ordonnée par un juge. Le PDG s’étonne également de certains propos prêtés à Dati par la presse. “ Zohra a les yeux de son père ”, pouvait-on lire dans le magazine “ Gala ”. Or Dominique Desseigne a les yeux bleus alors que Zohra les a marron ”. Passé la stupeur, tout ça nous laisse un peu comme deux ronds de flan… “ Pour protéger son image, relève “ Le Point ” en conclusion, Rachida emploie depuis un an un “ nettoyeur de réputation ”. Et pour protéger son enfant, elle a prévu quoi ? Parce qu’elle pourra employer tous les nettoyeurs de réputation du monde, pour sa fille, cela n’effacera pas les dégâts.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mehdi75000
- 10/11/2012 - 20:10
message
@LePetitPonDeBois

Franchement cela est vraiment dommage qu'une haine ait pu naitre entre nous. Alors que depuis ma jeunesse ,je suis passionnée d'histoire surtout concernant les Celtes, les passées historiques des régions françaises etc. Tu aurais pu me parler de l'histoire de la Vendée et je t'aurais parlé de l'histoire de Paris suivant mes connaissances. Tu m'attaques verbalement sans raison et me dit que je ramène ma science pour me favoriser ,ça serait plutôt pour me cultiver sans aucune prétention de ma part. Enfin sans utiliser des personnages historiques ou des batailles anciennes voir des peuples anciens à des fins politiques (ex: 732, Charles Martel, Jeanne d'Arc etc.).
Occidentale
- 10/11/2012 - 10:41
GRAND RENDEZ-VOUS AUJOURD'HUI
MARCHE CONTRE LE FASCISME ISLAMIQUE
aujourd'hui 14:00 place Denfert-Rochereau
consignes des organisateurs
cf. dreuz.info
LePetitPonDeBois
- 09/11/2012 - 23:44
@Mehdi75000
On a bien compris que tu étais l'arabe voulant sortir sa science pour se favoriser lui même...

Sauf que je te l'ai dis une fois et je ne te le répéterai pas 2 fois.

Icii tu es chez les bouffeurs de porcs et en plus tu parles a un Vendéen...

Dans moins de 2 ans je déclare ton expulsion manu militari.