En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 7 heures 21 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 54 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 15 heures 3 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 15 heures 33 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 53 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 53 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 18 heures 7 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 8 heures 19 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 15 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 16 heures 11 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 17 heures 31 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 18 heures 16 min
© Nasa / Afp
© Nasa / Afp
Atlantico Green

Comment les effets locaux du réchauffement climatique menacent l'équilibre de la planète

Publié le 15 septembre 2019
Selon des informations du WashingtonPost, les quantités de zones chaudes à travers la planète augmentent. Des conséquences sur la circulation de l'atmosphère et des océans sont redoutées.
Eric Guilyardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Guilyardi est océanographe et climatologue au CNRS, membre de l'Institut Pierre Simon Laplace. Spécialiste du phénomène El Niño et auteur principal du dernier rapport du GIEC (2013).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon des informations du WashingtonPost, les quantités de zones chaudes à travers la planète augmentent. Des conséquences sur la circulation de l'atmosphère et des océans sont redoutées.

Atlantico.fr : Un article du WashingtonPost met en évidence plusieurs zones chaudes dont la quantité augmente sur la planète. Comment explique-t-on que certaines zones soient plus touchées que d'autres dans un contexte de réchauffement climatique global ?

Eric Guilyardi : Il y a deux types de raisons. La température de la Terre a augmenté d'1°C depuis la période préindustrielle, fait lié aux émissions de gaz à effets de serre. Cette chaleur ne se stocke pas de la même façon partout. Les continents ont moins d'inertie que l'océan et chauffent donc plus. Les continents se sont réchauffés d'1,5°C contre 0,6°C pour les océans. Les plus hautes latitutes sont aussi touchées. Les réchauffements dans l'Arctique vont jusqu'à 3°C car lorsque la glace fond elle ne fait plus office de "miroir" comme auparavant. S'il y a moins de glace, il y a plus d'énergie amenée dans l'océan ou la terre et cela chauffe plus, ce qui fait à son tour fondre davantage de glace. C'est un cercle vicieux.

Il y a également un autre cas. Ce sont des réchauffements locaux liés à des changements de circulation, soit de l'atmosphère soit de l'océan. Du fait de modifications liées au réchauffement climatique, un courant chaud va se déplacer et passer à un autre endroit, ce qui entraîne une augmentation de chaleur par rapport à l'ère préindustrielle.

Quel peut être l'impact de ces zones chaudes au niveau généralisé ? L'impact se limite-t-il au niveau local ?

L'impact global va se faire au travers de changements de circulation. Il y a un phénomène qui est à la fois global mais qui a aussi des impacts locaux, c'est l'extension des Tropiques. Le fait que le réchauffement entraîne les tropiques à occuper plus de place. Cela va avoir des effets locaux sur la circulation de l'atmosphère ou des océans, eux-mêmes allant se répercuter au niveau global. Tout le climat terrestre est basé sur ce principe d'interactions globales/locales.

Plusieurs experts avaient fixé à 2°C la ligne rouge au-delà de laquelle le réchauffement climatique aurait des conséquences catastrophiques irréversibles, certaines de ces zones dépassent déjà ces 2°C. Cette limite est-elle arbitraire ?

Cette limite de 2°C a été choisie pour des raisons diplomatiques, dans le cadre de l'accord de Paris. Ce qu'expliquent les scientifiques c'est que chaque demi-degré a des conséquences et nous fait prendre des risques. Il n'y a pas de limite absolue où tout devient catastrophique. Chaque demi-degré global augmente le degré de risques. Le réchauffement climatique va augmenter la vulnérabilité de certaines régions mais cela dépend de ce que l'on regarde.

Il peut y avoir des écosystèmes qui ont une température idéale et si elle change, l'écosystème disparait tout simplement. C'est le cas par exemple dans l'océan où dans certaines régions, des poissons se déplacent de plusieurs kilomètres par an. Mais les coraux ou certains coquillages sont condamnés.

L'accord de Paris sur les 1,5 ou 2°C est une manière de mobiliser les gens. Ca n'est pas un chiffre qui a une base scientifique.

Cette limite arbitraire, qui sera probablement dépassée, ne serait-elle pas contre-productive en poussant les gens à un certain défaitisme une fois qu'elle sera atteinte ?

C'est pourquoi il y a un rapport du GIEC paru l'an dernier qui met moins l'accent sur cette limite mais plutôt sur le fait que chaque degré compte et que chaque action a un impact sur les risques existants. En fonction du public, les arguments sont aussi différents. Un industriel sera sensible à l'augmentation du risque parce qu'il sait s'en emparer pour agir tandis que la population sera davantage sensible aux valeurs morales et à l'impact sur les futures générations. En tant que scientifiques nous apportons les éléments scientifiques pour que chacun s'empare du problème.

De toute façon le climat change et nous allons devoir nous adapter. Mais les différences entre 1,5°C d'augmentation et 4°C sont énormes. C'est pourquoi chaque action compte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 17/09/2019 - 13:48
climat
Merci SALAMANDER
MJ
Anouman
- 16/09/2019 - 18:14
prévisions
Certains nous prédisent aussi qu'avec la fonte des glaces le Gulf Stream serait ralenti (ou dérouté) ce qui donnerait une baisse très sérieuse de températures dans le nord de l'Europe. D'autres voient une augmentation de température. On a un peu l'impression que tout le monde y va de sa petite étude parce qu'il faut bien publier et que le sujet est à la mode. Mais je me demande s'il y en a un seul qui parierait sa tête sur la fiabilité de ses calculs, ou simplement ses hypothèses...
salamander
- 16/09/2019 - 10:55
"climato-realistes.fr"
.