En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© BORIS HORVAT / AFP
Atlantico Green

Pourquoi la guerre grandissante contre le plastique passe à côté du sujet

Publié le 16 juin 2019
Pour répondre à "l'urgence écologique", le Premier ministre Edouard Philippe a réaffirmé mercredi l'objectif d'un taux de recyclage des plastiques de 100% d'ici 2025.
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour répondre à "l'urgence écologique", le Premier ministre Edouard Philippe a réaffirmé mercredi l'objectif d'un taux de recyclage des plastiques de 100% d'ici 2025.

La priorité donnée par le premier ministre au problème des déchets de plastiques est risible. S’il y a bien un domaine où nous sommes exemplaires, c’est celui-là. La France « produit » annuellement 1,2 millions de tonnes de déchets de plastiques, qui sont collectés à 98%. Ces déchets sont incinérés à 70%, recyclés à 21%, et mis dans des décharges à 7%.

On voit mal pourquoi on se focaliserait sur le taux de recyclage. Incinérer, et  produire de l’énergie dont on a grand besoin, est aussi utile que recycler. Mettre les déchets plastiques dans des décharges contrôlées protège autant l’environnement que le recyclage, et le fait sans consommer d’énergie.

Restent 2% des déchets plastiques, soit 24 000 tonnes qui sont perdus dans la nature, ce qui est certainement affreux, horrible, et condamnable, mais négligeable à côté des déchets éoliens..

24 000 tonnes, c’est trop à coup sûr, mais c’est 500 fois moins que le 1,2 millions de tonnes de béton coulés chaque année pour construire environ 800  éoliennes (on compte 1500 tonnes pour les fondations de chaque éolienne).  Pour la biodiversité, le béton ne vaut pas mieux que le plastique. On nous dit que les plastiques (tous les plastiques ou certains seulement ?) ne sont pas biodégradables. On n’a pas besoin de nous le dire pour le béton, tant cela saute aux yeux : les bunkers du mur de l’Atlantique sont toujours là 75 ans après leur construction, et pour encore quelques siècles.

Pour l’environnement, les déchets de béton des éoliennes sont donc des centaines de fois plus graves que les déchets de plastique. Mais l’indignation que suscitent ces sous-produits la société moderne est inversement proportionnelle à leur importance. On vilipende les déchets plastiques, alors qu’on applaudit les amas de béton. Haro ! sur le petit ; bravo ! pour le gros. Dans le même discours, le premier ministre, qui s’offusque tant de ces 24 000 tonnes de plastique, s’engage solennellement à mettre beaucoup de l’argent public qu’il n’a pas dans la multiplication par trois des éoliennes et de leur béton.

Mais, dira-t-on, une partie de ces déchets plastiques vont dans la mer. Les éoliennes aussi. Près de 500 éoliennes en mer vont être implantées près de nos côtes. Cela représente, sur une dizaine d’années, 2,7 millions de tonnes de béton (on compte 6000 tonnes par éolienne). 

Comment expliquer ce paradoxe (pour ne pas dire cette offense au bon sens) ? Provient-il du poids des lobbies ? De l’ignorance des élites ? Du tourbillon des idéologies ? L’indignation est une vertu. Mais l’indignation orientée est ce que l’on appelait autrefois une petite vertu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/06/2019 - 22:45
Il n'y a pas de logique à chercher.
Pourquoi essayer de trouver une logique, même minimum, aux énormes sottises des écolo politiques. EP s' en fiche complètement au fonds, il ne fait que délivrer un langage " correct" pour faire de la com, essayer de se donner une bonne image auprès de tous les gogos à l'esprit filandreux et indécis de l'électorat flottant des centre- villes, ceux qui peuvent faire la décision dans des élections serrées, par exemple à Paris. Sur les plastiques, mes souvenirs de la mer rouge sont terribles, des millions de bouteilles plastiques venant des rivages égyptiens. En Méditerranée orientale, même topo, plastiques en provenance d'Egypte et de Turquie.
Monde2Bestfriend
- 16/06/2019 - 17:39
Là encore, le vrai Pb est l'explosion démographique. Ex. Egypte
Là encore, on culpabilise l'occident, on se sert de prétextes pour taxer et encore taxer les classes populaires que l'on fait mariner dans un mensonge permanent en matière d'écologie. La prolifération de plastique dans les mers et océans est dramatique et peut-être plus grave encore que le réchauffement climatique. Mais les études montrent que 90% de ces déchets viennent des mégalopoles du tiers-monde et des fleuves servant d'égout à des populations en surnombre. En Méditerranée, l'Egypte a elle seule représente 40% des déchets retrouvés et vu le doublement attendu de sa population dans les 40 années à venir, c'est pas fini! #Stasiland