En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Green
Si vous imaginez qu’acheter en ligne pollue moins, vous vous trompez lourdement
Publié le 10 février 2019
Les services de livraison en ligne, et notamment la possibilité de retourner les produits qui se satisfont pas le client, sont générateurs de gaz à effet de serre.
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les services de livraison en ligne, et notamment la possibilité de retourner les produits qui se satisfont pas le client, sont générateurs de gaz à effet de serre.

Atlantico : Les politiques de retour de marchandises achetées en ligne permettent plus de liberté au consommateur car il peut se faire rembourser les achats qui ne le satisfont pas. C'est un gain réel en termes de satisfaction, mais qui a un coût environnemental. Pouvez-vous nous parler de ce coût environnemental ? D'où provient-il ?

Christian Gollier : Il vient du fait que quand vous utilisez un véhicule, vous émettez des particules fines, de l'oxyde d'azote, du CO2. On sait qu'en France, 48 000 personnes meurent par an à cause de l'inhalation de nano-particules. Il y a aussi le bruit : selon Bruitparif, il y a 1000 morts par an simplement à cause du bruit. Enfin, le CO2 crée des problèmes climatiques. Le problème principal c'est que le transport paye une taxe carbone réduite, il génère des choses néfastes pour la communauté qui ne sont pas prises en compte dans le prix (l'externalité négative n'est pas internalisée). L'impact environnemental d'un achat en ligne est beaucoup plus important que celui d'une personne qui fait ses courses à pied ou en vélo. Quand je vais en ville, je n'achète pas juste un pantalon ou un livre, je rassemble tous mes achats de la semaine, alors que si j'achète sur internet, je risque de faire venir plusieurs fois le camion. Personnellement, j'achète beaucoup de livres sur internet : ils n'arrivent pas à grouper les livraisons, je reçois les ouvrages séparément, c'est terriblement inefficace.

Cette réflexion induit un sentiment de culpabilité chez les consommateurs qui ont l'impression de participer au réchauffement climatique alors qu'ils ne cherchent qu'à maximiser leur satisfaction. Cette culpabilité est-elle justifiée ?

Elle est en quelque sorte justifiée dès lors que le prix du carbone n'est pas payé par le distributeur (qui paye une taxe carbone réduite, ndlr). Le prix des achats sur internet est trop faible pour aligner la rationalité économique du consommateur avec les impératifs écologiques. Il faut garder à l'esprit que ce que les distributeurs payent en plus sera automatiquement payé par le consommateur. « There is no free lunch » (il n'y a pas de déjeuner gratuit). Quelque part c'est bien qu'il y ait une forme de culpabilité pour les consommateurs : effectivement, la pollution générée par ces livraison n'est pas payée par les distributeurs, donc pas par les consommateurs. Ce que je critique, c'est que les transporteurs payent une taxe carbone réduite, ce n'est pas normal. Il n'y a donc pas d'internalisation des externalités négatives, des coûts environnementaux, générées par cette activité.

Le développement de la politique des retours, avec la garantie de pouvoir renvoyer un article gratuitement, participe-t-il selon vous d'une diminution de l'attention portée lors de l'acte d'achat ? Lorsqu'on achète en magasin, on fait plus attention et l'on a moins envie d'aller rendre un article.

A priori, cela ne pose pas de problème économique particulier. Le vendeur sur internet, anticipant le risque de retour, va intégrer ce coût supplémentaire dans le prix de vente. Ce surcoût permettra aux consommateurs de tenir compte de ce coût dans leur décision d’acheter sur internet ou de se rendre en ville pour acheter en connaissance de cause. Cela incitera aussi le marchand sur internet de réduire ce risque de retour. Le système d’incitation global est préservé pour cette question spécifique, contrairement à l’analyse des pollutions induites par le commerce en ligne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
04.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
05.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/02/2019 - 19:29
e commerce
Personne ne s'imagine que cela pollue moins. On ne s'imagine rien. Ceux qui achètent trouvent que c'est pratique et souvent ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent à côté (s'ils ont du commerce à côté).
francoise34
- 10/02/2019 - 23:19
La seule solution
Dans nos campagnes isolées c'est le seul moyen de faire certains achats à moins de faire 110 km AR, avec des produits qui ne sont pas toujours disponibles ou faciles à trouver
Alors, oui, bravo pour le e commerce
J'accuse
- 10/02/2019 - 10:50
Vive le e-commerce !
Je ne ressens aucune culpabilité à acheter sur Internet et me faire livrer. Bien au contraire: je fais travailler des livreurs (qui ont du boulot grâce aux acheteurs comme moi), et la livraison est payée soit par le commerçant soit par le client.
Les retours n'ont aucun impact sur l'environnement: les livreurs prennent les colis retournés au cours de leurs livraisons, sans avoir à se déplacer juste pour ça, et reviennent naturellement à leur centre de distribution après leur tournée. Pleine satisfaction du client, profit pour tout le monde, aucun inconvénient. Ça ne gêne que les commerçants qui n'acceptent pas les retours: ils devront s'adapter ou fermer.
Si les gouvernements successifs n'avaient pas favorisé le diesel pour toutes les voitures depuis des décennies, il y aurait moins de pollution: ce ne sont pas les livreurs des particuliers qui polluent beaucoup.
Rappelons aussi que le diesel dégage moins de CO2 que les moteurs à essence: ne mélangeons pas tout.