En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

Un soldat français tué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 1 heure 41 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 6 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 10 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 1 heure 30 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 2 heures 29 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 7 heures 37 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 15 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 8 heures 45 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 9 heures 51 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 10 heures 21 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 10 heures 54 min
Atlantic-Tac

Quand l’ironique en pince pour l’iconique et quand la pomme croque la couronne : c’est l’actualité des montres de cette fin d’année

Publié le 28 décembre 2018
Mais aussi un hommage de bronze au grand « méchanicien » du roi et de la marine, des heures totalement cinglées depuis quinze ans, une aiguille qui n’est pas à cinq minutes près et la baignoire qui fend l’armure…
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi un hommage de bronze au grand « méchanicien » du roi et de la marine, des heures totalement cinglées depuis quinze ans, une aiguille qui n’est pas à cinq minutes près et la baignoire qui fend l’armure…

FRANCK MULLER : Une « dinguerie » mécanique qui personnalise les heures…

S’il y a bien une marque qui revient de loin et qui a réussi son année 2018, c’est bien la manufacture suisse Franck Muller, qui a réussi à se refaire une santé créative dans une année très compliquée pour beaucoup d’autres marques. Et ce n’est qu’un début, le combat continue avec l’anniversaire des quinze ans de la collection Crazy Hours : lancée en 2003, cette « complication » mécanique consiste à ne pas afficher l’heure là où il faut ! On ne change rien aux minutes, mais les heures ne sont pas à l’emplacement habituel autour du cadran : complètement « folles », elles bondissent d’un chiffre à l’autre avec précision et exactitude, mais pas à l’endroit où on les attend. Les codes mathématiques abstraits des angles horaires traditionnels laissent généralement les montres à 10 h 10, mais elles seront à 11 h 10 sur les cadrans des Crazy Hours. Ainsi, à midi en apparence, il est huit heures et on ira chercher midi à huit heures : pas simple, mais on s’y fait très vite et on finit même par guetter le changement d’heure à chaque cinquante-neuvième minute. Autre avantage de cette « folie » mécanique : on est vraiment obligé de lire le chiffre correspondant aux heures, ce qui induit un autre rapport au temps, moins instinctif et plus réfléchi – en tout cas plus personnel, ce qui tendrait à prouver que le temps est une notion on ne peut plus relative à la personne qui s’en soucie. Pour ne rien gâter, l’esprit Crazy Hours a contaminé la collection Vanguard, superbe réinterprétation contemporaine des fameux boîtiers Curvex (« tonneau ») de Franck Muller, qui réussit à redonner une autre dimension au luxe horloger : et si cette Vanguard Crazy Hours devenait une des icônes des années 2020 ?

ICE-WATCH : Un marqueur d’affection qui amusera les amateurs…

Un peu de légèreté, peut-être même d’humour, dans une actualité pesante : c’est en grande partie à ses nouvelles collections en acier, Ice Steel, que la marque Ice-Watch doit sa spectaculaire remontée sur le marché français, où elle s’est à nouveau imposée aux premières places de sa catégorie. Ces montres en acier ne se prennent évidemment pas au sérieux, même si elles reprennent les codes des Ice-Watch iconiques en silicone : il s’agit ici de capter les tendances de la mode horlogère « sérieuse », mais avec un clin d’œil dans les couleurs, très évocatrices, et dans l’allure – guichet de la date à trois heures et bracelet en acier à trois maillons compris. Deux tailles (43 mm et 48 mm) pour l’affirmation statutaire – les femmes adorent les montres d’hommes – et un mouvement électronique, avec même quelques cristaux Swarovski sur certains cadrans, histoire de ne jamais perdre de vue l’ironique dans l’iconique. Le tout pour moins de 150 euros, ce qui fait de ces Ice-Steel un intéressant marqueur d’affection pour les fêtes de fin d’année – du moins pour les amateurs qui ne se prennent pas au sérieux…

CARTIER : Baignoirissimement vôtre…

En plus sérieux qu’Ice-Watch, mais pas forcément en moins déjanté, on trouve aussi la nouvelle collection Cartier Libre. Elle vous attend au débouché de la prochaine année, avec une épatante collection de montres qui ne respectent ni les formes, ni les couleurs, ni même les traditions de la haute horlogerie – à ceci près que les traditions de la vraie horlogerie Cartier sont précisément de casser les conformismes. Par exemple, si on s’intéresse à la légendaire collection Baignoire, dont la perfection ovalisée a défié les décennies (les premières montres Baignoire remonteraient à 1912, il y a plus d’un siècle), on voit cette année débouler dans la série des Cartier Libre, qui n’ont jamais mieux mérité leur nom, une série de Baignoire baignoirissimes, allongées, étirées, stylisées non seulement dans leur géométrie, mais aussi dans le sertissage de leur précieuse carapace de diamants, d’émeraudes et des ultra-précieuses tourmalines Paraïba. Les pierres de couleur ont fendu l’armure et elles éclatent de lumière autour du cadran pavé. On ne sait plus ce qui est le plus perturbant, du jeu de ces pierres et de la géométrie insolite du boîtier en or. Du meilleur Cartier enfin revenu au meilleur niveau ! Cette nouvelle collection Cartier Libre vous réserve bien d’autres surprises, dont nous vous parlerons dans une prochaine chronique…

MEISTERSINGER : Vol au-dessus de 288 segments de vie…

Est-on plus sage quand on n’a qu’une seule aiguille pour indiquer les heures, les minutes et même la date ? Pas sûr ! D’autant que cette Perigraph se présente dans un boîtier en bronze (43 mm) appelé à se patiner avec les années – un hommage au temps qui est confirmé par le cuir « vieilli » du bracelet. Le principe de la marque allemande Meistersinger reste le même : une seule aiguille qui vole au-dessus des 144 segments qui représentent autant d’intervalles de cinq minutes tout au long des douze heures décomptées par le cadran : avec une peu d’habitude, on parvient facilement à évaluer l’heure à deux minutes près, ce qui semble suffisant pour un usage quotidien. Une précision supplémentaire est apportée par le disque rotatif de la date, qu’on lit en face du repère triangulaire rouge au cœur du cadran, sous le verre saphir bombé. Il n’y aura que cent exemplaires de cette série dotée d’un mouvement automatique suisse. Le prix sait rester raisonnable : 2 300 euros pour une montre qui deviendra très vite « unique » grâce à sa patine, puisqu’une montre en bronze réagit toujours très différemment selon la personnalité de celui qui la porte, son cadre de vie, son alimentation et son environnement.

 

FERDINAND BERTHOUD : En hommage au « méchanicien » du roi…

Le nom complet de cette marque est « Chronométrie Ferdinand Berthoud » : c’est plus signifiant à défaut d’être plus commercial, mais il s’agit ici de créer des montres – il est même plus chic de parler, à l’ancienne, « garde-temps », même si c’est un peu ridicule – pour les collectionneurs de hautes mécaniques, qui ne se lassent pas d’attendre parfois très longtemps des pièces qui leur sont facturées plus cher que les montres historiques du grand chronométrier franco-suisse Ferdinand Berthoud (1727-1807), « horloger méchanicien du Roy et de la Marine ». Né et formé en Suisse, mais installé à Paris dès l’âge de dix-huit ans, Ferdinand Berthoud a imposé aux élites de l’époque sa vision des beaux-arts de la montre à travers pendules, horlogers, montres de poche et « chronomètres de marine » (des montres de poche très fiables, qui permettaient aux navigateurs de faire le point en mer avec une précision accrue). C’est précisément en hommage aux cinq chronomètres de marine qu’avait emporté La Pérouse à bord de L’Astrolabe que la nouvelle maison Ferdinand Berthoud a créé cinq néo-chronomètres de marine en bronze FB1R édition 1785, cette fois en montre-bracelet. Des montres mécaniquement très avancées (elles sont dotées d’un « tourbillon » par la précision et d’un entraînement à « fusée-chaîne » pour la tradition), quoiqu’esthétiquement un peu surprenantes avec la patine qui oxyde le bronze, en contraste avec le cadran en argent vieilli et le bleu des aiguilles chauffées à l’ancienne. Même en cassant votre tirelire [avec au moins six chiffres dedans], vous ne pourriez pas vous en procurer une : il n’y en avait que cinq et elles ont été vendues dans les cinq premières heures de leur présentation aux collectionneurs…

LA MONTRE DE L’ANNÉE : La pomme a croqué la couronne…

Effroi et stupeur de l’officialité horlogère suisse : la montre de l’année 2018 n’est manifestement pas Swiss Made ! C’est en 2018 que la marque Apple – plus connue jusqu’ici pour ses téléphones et ses ordinateurs que pour ses montres – a pu se hisser au rang de « premier-horloger-du-monde », en soufflant la place à Rolex, tant en volume de montres produites qu’en volume des ventes. Pour se faire une idée de la situation, il faut savoir que la seule maison Apple aura vendu, en 2018, à elle seule, plus de montres connectées que toutes les marques suisses réunies, soit 24 millions de montres pour Apple – c’est une première absolue dans l’histoire de l’horlogerie. Ce qui fait paradoxalement passer la Californie devant la Suisse dans le classement mondial des nations horlogères ! Bien entendu, les Suisses (qui considèrent encore que l’Apple Watch « n’est pas une montre ») se consolent en répétant qu’ils sont toujours les meilleurs producteurs mondiaux de montres de luxe, pour un chiffre d’affaires total estimé à 22 à 25 milliards d’euros par an : c’est vrai, mais pour combien de temps encore ? Les montres vendues par Apple pèsent déjà plus d’un tiers de ce chiffre d’affaires global des Suisses : le grignotage des parts de marché suisses par les montres connectées (toutes marques confondues, il s’en vend désormais près de 70 millions par an) ne devrait pas se réduire au cours de ces prochaines années. Sauve qui peut la Suisse ? En quatre siècles d’histoire, l’horlogerie suisse a survécu à bien d’autres crises…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires