En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Revue des hebdos
Quand le Samu ne répond plus, et c'est souvent ; Ces soutiens qui ont cru que Macron rejouait Baden-Baden ; Pécresse et Lagarde, le président leur va si bien ; Pénurie en vue ? Grosse frayeur pour les citrons et les oranges
Publié le 23 août 2018
Sans oublier la tyrannie du bonheur : l'idéologie de l'Happycratie
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans oublier la tyrannie du bonheur : l'idéologie de l'Happycratie

Vous n'échapperez pas à Macron. dont  la rentrée s'avère difficile, c'est un consensus qui unit tous les observateurs comme le soulignaient, déjà, hier, en titre principal de Une, le Figaro, les Echos, et,  Aujourd'hui en France. Donc Une de l'Express, plus un dossier de onze pages. Pareil pour l'Obs avec un dossier d'autant de pages sur les projets prêtés au président dans plusieurs  domaines : retraites, chômage, hôpital, pauvreté, impôts. Même thème dans Le Point, mais plus concis : six pages.  Et n'oublions pas la Une de Marianne où un dessin montre Macron écrasé sous le poids d'un énorme cartable, avec une rafale de pages sur le sujet.

Bonne rentrée Jupiter !

"Budget impossible, croissance molle, Kohler empêtré, Benalla embourbé, Marcheurs dépités, Droite requinquée, Européennes mal embarquées, Plan pauvreté vidé, Réforme des retraites plombée" La liste est accablante, mais elle résume bien le ton de Marianne qui ne fait pas dans la dentelle.

Toujours dans Marianne, selon le politologue Jérôme Sainte-Marie, "l’électorat macroniste veut la continuation des réformes. Or, le doute point sur leur efficacité alors que la droite retrouve un second souffle". Et quand on lui demande "Alors que les difficultés s’accumulent, n’y a-t-il pas urgence pour Macron à structurer davantage son entourage politique ?" Sainte-Marie répond : "Contrôlant l’Etat, ayant des soutiens puissants dans la société et un projet qui est très facilement identifié par les catégories auxquelles il s’adresse et qui composent le bloc élitaire, pourquoi éprouverait-il le besoin de restructurer les choses ?

 

Affaire Benalla : l'Elysée a vécu "un petit Baden-Baden"

L'Express revient sur l'affaire Benalla : "« On a vécu un petit Baden-Baden », analyse un élu de la République en marche (LREM), par allusion à ce 29 mai 1968, jour où le général de Gaulle s’était éclipsé en Allemagne.

Manque de discernement? « Ceux qui tiennent les manettes à l’Elysée sont souvent des novices et ils n’ont pas forcément pris la mesure des dérives que tout pouvoir provoque », estime un proche du chef de l’Etat.

En tout cas, selon l'Obs, un choix a été fait : "La stratégie de l'exécutif après l'affaire Benalla ? Un gouvernement en première ligne, des réformes qui se bousculent... Et un président qui ne parlera pas aux médias !" En effet, "Emmanuel Macron, qui ne s'est pas exprimé dans les médias depuis son émission du 15 avril face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, semble avoir exclu toute intervention médiatique". 

Et pour l'avenir ? : "« Sans résultats, on est mort. Mais on ne peut pas diriger un pays qu’avec des résultats, il faut aussi séduire et convaincre, donner aux gens le désir de se lever pour nous », résume un conseiller de l’ombre. Donner envie d’avoir envie, c’est la difficile équation présidentielle des prochains mois." 

Macron sait que s'il arrête de courir, il chute !

L'Obs rappelle : "Nous ne ralentirons pas, nous ne lâcherons rien", a prévenu Edouard Philippe à l'Assemblée, après le rejet des motions de censure du 31 juillet. Pas de virage, ni de changement de pied, encore moins de pause. Un député LREM résume : "Emmanuel Macron sait que s'il arrête de courir, il chute !" Lutte contre la pauvreté, sauvetage de l'hôpital, réforme de l'assurance-­chômage, big bang des retraites… Dans la droite lignée de sa déclaration au Congrès le 9 juillet, le chef de l'Etat entend même accélérer tous les dossiers".
 
En fait, selon Le Point Macron a une obsession : les élections européennes de mai 2019. Il compte sur ses réformes pour vaincre".
 
 
Macron et les économistes
 
"Les économistes ? Emmanuel Macron n'en consulte pas beaucoup, il n'en voit pas beaucoup l'utilité" confie l'un d'eux. Arrogant, le chef de l'Etat ? Pas vraiment. Il faut reconnaître qu'on a plus de doutes que de certitudes" concède avec humour un ponte de l'Insee." cité par l'Obs.
 
Stéphanie Villers, chef économiste du groupe mutualiste Humanis, est critique "Sur la taxe d'habitation aussi, on voit des hésitations, des allers-retours, cela va se faire progressivement et pas d'un coup. L'exemple américain montre bien qu'une baisse d'impôts massive peut stimuler l'économie. Mais chez nous, on le fait sans le faire franchement, en plusieurs temps de façon frileuse."

 

Pécresse : Macron sous-estime le repli communautariste

Le dossier Macron de l'Express comprend deux interviews : d'abord Valérie Pécresse sur trois pages. 

La présidente de l'ïle de France revient d'abord sur l'affaire Benalla qu'elle considère comme "grave", parce qu'elle révèle, entre autres, à ses yeux, "une forme d'enfermement élyséen". Et quand on lui demande si elle accordera une seconde chance à Macron ?" Pécresse répond "J'ai soutenu la réforme de la SNCF, du droit du travail, de la sélection à l'entrée de l'université. Dès que les mesures iront dans le bon sens, je les soutiendrai. Mais ce que je ne soutiendrai pas, c'est l'absence d'audace réformatrice." 

Pécresse pense, par ailleurs, qu'il faut "rétablir l'autorité de la loi face au risque communautariste et religieux. Dans certains quartiers, la loi religieuse est en train de devenir plus forte que celle de la République. .... On a le sentiment que le président de la République sous-estime le risque du repli communautariste et d'éclatement de la société française."
 
 
Jean-Christophe Lagarde : critique mais bienveillant
 

De son côté, Jean-Christophe Lagarde (deux pages) ne ménage pas Macron, estimant qu'il "n'a plus de dynamique" tout en restant "bienveillant". Nous restons à la fois totalement libres de montrer les manques, mais bienveillants. Si Emmanuel Macron se plante, c'est toute la France qui souffrira et nous subirons des aventures politiques extrêmes, dont les plus fragiles souffriront les premiers. Donc je continue à souhaiter sa réussite, mais je suis libre de dire : "Attention, là, vous oubliez des choses." Le président Macron a fait un nombre de réformes tout à fait remarquables que les trente dernières années de la vie politique française n'avaient pas permis de réaliser, comme la réforme du Code du travail ou de la SNCF. Mais il faut qu'il démontre que son pouvoir est vraiment différent de celui des autres et qu'il est au service de tout le monde".

Un classement des Samu de France

A découvrir dans Le Point, l'édition  2018 d'un rendez-vous annuel : le palmarès des hôpitaux et cliniques avec 1 400 établissements de santé pour 73 spécialités (réparti sur 70 pages) et "en exclusivité", un classement des 101 centres du Samu de France.

On y apprend, qu'en 2016, sur un total de 29,2 millions d'appels "4,6 millions d'appels téléphoniques de patients n'ont pas obtenu de réponse des opérateurs du Samu" selon "la base de données de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE)", collectée par le ministère de la Santé auprès des hôpitaux.

Education : la formation des profs mise en cause

"Comportements à bannir, techniques à adopter, valeurs à mettre en avant: en matière d’école, les bonnes recettes sont assez largement connues" Valeurs Actuelles propose, au sein d'un dossier de quatorze pages, un "Petit abécédaire pour un enseignement remis dans le sens de la marche".

« Aujourd’hui, le langage oral n’est pas maîtrisé, qu’il s’agisse d’enfants des villes, des campagnes ou des cités, d’enfants maliens ou turcs ou d’enfants de cadres supérieurs qui rentrent à 22 heures et confient leur progéniture à des nounous non francophones », selon Florence Saint Hilaire, professeur des écoles dans l’Oise, citée par Valeurs Actuelles.

Pour Barbara Lefebvre (professeur d’histoire-géographie, coauteur des Territoires perdus de la République, paru aux éditions Mille et une nuits) interrogée sur quatre pages par Valeurs Actuelles : "Le professeur d’histoire-géographie n’est pas un professeur de morale qui distribue les bons et mauvais points en instrumentalisant l’histoire à des fins idéologiques."

Inquiétude aussi pour les professeurs eux-mêmes : "Formation initiale très pauvre, formation continue absente ou sinistrée : les enseignants sont livrés à eux- mêmes au cours de leur carrière. Un chantier immense auquel la Fondation pour l’école a choisi de s’atteler."

Valeurs Actuelles critique aussi certains professeurs : "Il y a un demi-siècle, ce qui était alors un des meilleurs systèmes éducatifs de la planète s’est mis à dysfonctionner, à produire en grande quantité des élèves médiocres parmi lesquels un certain nombre se sont tournés vers l’enseignement. Davantage attirés par la sécurité de l’emploi et les grandes vacances que par l’amour de la transmission du savoir, peu cultivés, peu instruits et surtout peu gênés de l’être, ils ont prolongé, perpétué la médiocrité".

La maladie des oranges et citrons de Floride

"Le Coca-Cola va-t-il devoir retravailler sa si secrète recette, faute d’un approvisionnement suffisant en citrons, un ingrédient majeur du soda le plus vendu au monde ?" se demande l'Express.
 
 "La menace est assez sérieuse pour que le géant d’Atlanta (qui détient aussi la marque Minute Maid) et les plus grands producteurs d’agrumes de Floride" demandent l'aide de Bayer pour  "éradiquer le dragon jaune, une maladie qui décime citronniers, pamplemoussiers et orangers" 90% des plantations de Floride seraient infectées via un insecte de la famille des pucerons.
 
"Au cours des douze dernières années, la Floride – deuxième plus grand producteur d’oranges à jus au monde derrière le Brésil – a vu son tonnage s’effondrer à 2,2 millions en 2017 (contre 9 millions en 2005)" Et la maldie actuellement incurable, menace désormais les pays méditerranéens.
 
Engrenages : série favorite des policiers
 
"La saison 7 d'Engrenages, la série policière de Canal + lancée en 2005, sera diffusée en janvier 2019" annonce l'Express. Les policiers l'apprécieraient car elle est crédible : Engrenages, c'est "coller à la réalité, de l'élaboration du scénario aux plateaux de tournage, en s'appuyant sur une escouade de consultants policiers, mais aussi avocats et magistrats." 
 
Connaissez-vous Wish ?
 
C'est un site marchand américain "fondé en 2010 par un ancien de Google, Peter Szulczewski et un ancien de Yahoo, Danny Zhang, qui met directement en relation des marchands du monde entier (le plus souvent chinois) avec les acheteurs. Au menu de ce souk 2.0, des produits pas chers -et souvent de piètre qualité"
 
Autre revers de la médaille : "Les délais de livraison sont au minimum de 5 jours, le plus souvent de plusieurs de semaines, et il n'est pas rare d'attendre jusqu'à quatre mois pour recevoir son colis. Chez les marchands asiatiques l'organisation de la livraison est en effet souvent artisanale. "
 
Selon l'Express, "Wish.com fait l'objet de contrôles de la part de la DGCCRF pour non-conformité de certains articles (des bijoux fantaisie et des cosmétiques notamment). Des produits, vendus sur le site, d'ores-et-déjà qualifiés de "dangereux" par les services français..."
 
En tout cas, le site aurait "séduit 300 millions d'utilisateurs pour un milliard de dollars de chiffre d'affaires déclaré en 2017, grâce aux commissions prélevées sur ses deux millions de revendeurs".
 
La tyrannie du bonheur obligatoire
 
Il y a près de 20 ans, Pascal Bruckner, dénonçait la tyrannie du bonheur obligatoire. «Nous sommes la première société dans l’histoire à rendre les gens malheureux de ne pas être heureux» écrivait-il dans son livre «L’euphorie perpétuelle» sorti en 2000. Cette semaine, en 2018, L'Obs consacre cinq pages au livre "Happycratie" d'Eva Illouz, une sociologue,  qui, elle aussi, dénonce la tyrannie du bonheur, et l'influence de la psychologie positive qui a émergé à la fin des années 1990.
 
Illouz lui oppose le seuil de satisfaction, considérant comme Herbert Simon, prix Nobel d'économie 1978, que le bonheur peut tenir à la capacité de se contenter du "good enough", ce qui est suffisamment bien. Une sage leçon pour conclure cette revue d'été avant une rentrée qui pourrait être compliquée ?
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires