En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 44 min 22 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 5 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 19 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 3 heures 59 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 41 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 19 heures 59 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 15 min
Atlantico Bourse

Banques françaises, il y aura des opportunités…

Publié le 20 mars 2017
Le secteur banquaire français a beau montrer une certaine prudence en cette année électorale, il n'en reste pas moins que ses perspectives sont particulièrement bonnes ces derniers temps.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le secteur banquaire français a beau montrer une certaine prudence en cette année électorale, il n'en reste pas moins que ses perspectives sont particulièrement bonnes ces derniers temps.

Après une fin d’année 2016 excellente, les banques françaises ont un peu marqué le pas en bourse. Pourtant, objectivement, en poursuivant leur travail de fonds pour améliorer leur rentabilité, elles sont redevenues plus attractives et pourraient reprendre le chemin de la hausse.  Le contexte politique électoral français, on l’a vu par moment fin février et début mars, a pesé sur la bourse française mais plus encore sur les banques. Il est possible qu’à l’approche des élections présidentielle et législatives, la volatilité sur le CAC40 donne l’occasion d’entrer à meilleur prix qu’actuellement. 

Les 6 derniers mois de 2016 ont en effet vu les banques françaises réaliser un parcours exceptionnel : elles ont "surperformé" le secteur des banques européennes de plus de 25% ! Sachant que le secteur des banques européennes faisait partie des secteurs les plus favorisés, le rebond est particulièrement spectaculaire après des mois de sous-performance. Les investisseurs ont en effet pris conscience de certains aspects spécifiques des banques françaises. 

La bonne tenue des banques françaises trouve sa source dans le fait qu’elles sont moins impactées que leurs équivalents européens par le très faible niveau des taux courts. Leur activité domestique, qui représente une part importante dans leurs résultats, est en effet peu indexée sur la partie courte de la courbe des taux. Leur diversification entre banque de détail, en France et à l’étranger, et leurs activités de marchés désormais moins risquées, leur permet aussi  de lisser leur profil de résultats. Ceci est particulièrement apprécié par les investisseurs. Leur gestion du risque de crédit en France et à l’étranger fait également parti des qualités reconnues des banques françaises. Enfin, elles ont su gérer leur "capital" et affiche désormais des ratios de risque parmi les plus attractifs en Europe. 

Tout ceci explique la performance passée. Pour 2017, la base reste la même. La seule chose qui change c’est l’environnement de taux. En effet, les taux longs ont un peu monté en ce début d’année. Cela ne nous paraît pas un facteur trop négatif pour les banques françaises. En effet, elles profitent au contraire d’un véritable boum du marché immobilier : les emprunteurs accélèrent leurs achats pour bénéficier des taux encore bas. Par ailleurs, les prévisions économiques restent relativement positives en zone Euro et en France, qui rattrape son retard sur ses voisins. Cela a deux conséquences favorables : premièrement, la qualité globale du crédit s’améliore car les emprunteurs affichent une capacité de remboursement meilleure que celle connue dans un contexte économique morose. Deuxièmement, la demande de crédit de la part des entreprises augmente ce qui améliore la capacité bénéficiaire des banques. Les encours de crédit progressent  donc sans dégrader le profil de risque des banques. Par ailleurs, même la partie banque d’investissement va mieux. La volatilité des marchés n’est certes pas forte ce qui offre probablement moins d’opportunités d’interventions… mais suffisante pour générer des profits sans prise de risque excessive. Enfin, des métiers comme la gestion d’actifs avec leurs revenus plus récurrents permettent à Crédit Agricole ou Natixis de lisser encore plus leurs résultats. 

Il n’y a certes pas de miracle à attendre de la part des banques françaises mais la progression des résultats devrait se poursuivre dans les prochaines années ; les bases semblent en effet particulièrement solides en France. Sur la base des atouts évoqués plus haut, la BNP paraît bien placée pour son activité de détail, Natixis et Société Générale pour leurs résultats en banque d’investissement et Crédit Agricole pour son activité dans les métiers type gestion d’actifs. Pour compléter ce panorama, le digital qui semblait constituer une menace, se transforme, grâce à des investissements conséquents de la part des banques, en opportunité pour améliorer la relation client. 

En bourse, l’essentiel pour nous à long-terme, est toujours la capacité bénéficiaire et les banques françaises nous semblent bien positionnées. Il faut néanmoins, comme pour les autres actifs de la Zone Euro, être patient et attendre que le paysage politique soit stabilisé, avant de renforcer les positions. En effet, certains des programmes des candidats affichent clairement des mesures qui pourraient au moins pour un temps affecter les résultats des banques. En outre certains sujets de fragilité persistent pour le secteur en Italie ou en Allemagne : si ces risques se matérialisaient, il est à craindre que tout le secteur bancaire européen soit affecté y compris les banques françaises même si elles ont fait depuis longtemps des efforts de restructuration que leurs homologues transalpines n’ont pas ou seulement partiellement mis en œuvre. Enfin, les coûts liés à la règlementation pourraient eux aussi peser sur les capacités bénéficiaires des banques européennes et affecter les banques françaises. 

En conclusion : le contexte général s’est amélioré pour les banques françaises mais il nous semble un peu prématuré pour renforcer les positions. En cas de volatilité excessive, des opportunités d’acheter plus bas vont apparaître d’ici les élections françaises. Il est probable alors que les investisseurs appliquent une décote particulière dans ce cas aux banques françaises… il faudra donc être prêt à agir au cas où cela se produirait ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires