En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Revue de presse des hebdos
Marine Le Pen : rapprochement avec la "droite hors les murs" ; Emmanuel Macron : jamais sans Brigitte et ralliements des éléphants en perspective ; L'argent des députés : travail en famille et privilèges financiers!
Publié le 02 mars 2017
Et aussi : "l'Europe", responsable de la montée du FN pour François Hollande et les différences (et similitudes) des programmes économiques de François Fillon et d'Emmanuel Macron.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi : "l'Europe", responsable de la montée du FN pour François Hollande et les différences (et similitudes) des programmes économiques de François Fillon et d'Emmanuel Macron.

On a eu chaud dans les rédactions des hebdos ce mercredi quand on a appris l'annulation de la visite de François Fillon au Salon de l'agriculture. A commencer par le Point et l'Obs. Le premier consacre une grande partie de son numéro à une étude comparée des programmes respectifs de François Fillon et Emmanuel Macron. "Qui ferait le meilleur président? " questionne le Point en couverture, tandis que l'Obs consacre la sienne à l'inépuisable question de "l'argent caché des députés", avec une photo de François Fillon qui regarde au loin. L'argent, encore est en filigrane de la couverture de Marianne qui clame :"On veut des élus propres". Place aux femmes pour Valeurs Actuelles et l'Express. Marine Le Pen, sourire aux lèvres a confié "Ses secrets pour gagner" à V.A. et Brigitte Macron "Femme d'Influence" est en pleine page de la couverture de l'Express. D'argent il en est cette fois peu question dans l’Express.

Marine Le Pen à l'Elysée : comme si c'était fait

Valeurs Actuelles a recueilli les confidences de Marine Le Pen. "Elle, présidente ? A l'image de Français qui jugent "possible" son accession à l'Elysée, Marine Le Pen y croit " et "se dit prête , désormais à endosser la responsabilité suprême". Elle a pris le temps de la réflexion et sa campagne n’a "rien avoir avec la campagne de 2012. "Il y a cinq ans, j'étais la candidate du FN, entourée de l'équipe de Jean-Marie Le Pen. Je n'avais pas la main. Cette campagne était plus une campagne législative. J'ai tiré les leçons de ces erreurs. Cette fois, c'est mon équipe, mes propositions, mon agenda, mon image". 

Pour la patronne du FN " ce n'est pas de changer de république que la France a besoin, mais d'un cap : celui de la défense de nos intérêts et de notre civilisation". Le mag précise qu'elle "reconnait ses discussions avec Philippe de Villiers, comme avoir puisé ces formules dans le dernier ouvrage de Patrick Buisson, la Cause du Peuple", avec qui elle partage "le même amour de la France. Les idées de Patrick Buisson semblent irriguer le discours mariniste. Elle voue désormais aux gémonies "la droite du fric et la gauche du fric", formule inspirée par l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et défend "l'irremplaçable capital immatériel" français, enfourche le combat identitaire, civilisationnel, culturel pour la défense de la France éternelle. Ce rapprochement avec ce que l'on appelle "la droite hors les murs "(à équidistance des Républicains et du FN), a bizarrement été favorisée par la candidature de François Fillon, qui est" honni" par le Vendéen Philippe de Villiers. Marine présidente nommerait un Premier ministre qui n'appartiendrait pas forcément au FN, et qui ne serait pas forcément un homme d'expérience". Pas de nom cité, ni pour le secrétariat général de l'Elysée, personnage clef que la candidate dit avoir "déjà trouvé". Mystère entretenu également à propos de ses visites à  des chefs d'Etat étrangers, dont elle refuse de divulguer les noms.

Pour François Hollande, l'Europe est responsable de la montée du FN

C'est l'OBS qui donne l'information : François Hollande lui aussi "semble considérer la victoire de Marine Le Pen comme possible ". Il a réuni des chercheurs spécialistes du FN."Les convives ont pointé les fragilités du FN et suggéré que parler d'une poussée irrépressible ne faisait qu'alimenter la stratégie de Marine Le Pen. Mais pour le président de la République, si le FN progresse, c'est surtout parce que la Gauche a renoncé à la patrie sans proposer autre chose", et, tenez vous bien! , il "a souligné avec sévérité la responsabilité de l'Europe".       

Fillon, Macron, demandez les programmes

Le Point a comparé les programmes économiques de François Fillon et Emmanuel Macron. Ils ne sont pas d'accord sur la stratégie budgétaire : Fillon veut repousser le retour sous les 3% de déficit au nom de l'urgence, tandis que Macron "promet de tout faire pour respecter les règles communes, afin de démontrer à Berlin sa fiabilité et la pertinence de poursuivre l'aventure de la zone euro." Cependant, relève le mag, "les deux adversaires sont convaincus de la nécessité de s'attaquer enfin sérieusement à la dérive des dépenses publiques. Tous veulent réduire le nombre de fonctionnaires (- 500.000 pour Fillon, 120.000 postes de moins pour Macron). Tous les deux aiment les entreprises et veulent donner un coup de pouce aux ménages, réformer le régime des retraites et du marché du travail (départ à la retraite à 65 ans pour Fillon, pas de chiffre annoncé pour Emmanuel Macron).Le mag s'interroge sur les majorités parlementaires éventuelles des deux candidats s'ils étaient élus et a rencontré un Fillon droit dans ses bottes "en présence de Pénélope, souriante. Mais c'était avant mercredi...

L'argent caché des députés

Après les révélations sur les attachés parlementaires du candidat Fillon, l'Assemblée a décidé de publier les noms de tous attachés parlementaires des députés. Et l'on découvre que l'esprit de famille est très répandu chez les élus, et que les "dérives et les abus sont réels et fréquents", noms et détails à l'appui. Et aussi que "la commission spéciale chargée de vérifier et d'apurer les comptes de l'Assemblée Nationale" ne se réunit guère. Le mag pointe aussi "les nombreux avantages offerts aux députés  qui restent opaques ". Ainsi, "à chaque mandature, les élus du Palais Bourbon ont la possibilité de dépenser, selon leur ancienneté entre 12.000 et 15.000 euros de frais informatiques pour acheter des ordinateurs, tablettes, imprimantes pour eux et leurs collaborateurs. La somme est fixée à 5000 euros pour trois ans au Sénat. A la fin de la mandature, le matériel n'est pas restitué. Chaque année, les députés peuvent également bénéficier de 12.000 euros de frais d'affranchissement, de 2750 euros de taxi et de 4200 euros de téléphone. Le magazine relève qu'ils" sont dix (députés) qui, à l'instar de François Fillon, gagnent plus de 10.000 euros par mois au service d'intérêts privés.Hormis Gilbert Collard, tous appartiennent à la mouvance des Républicains. Ce n'est pas illogique, les partisans de la droite libérale sont ceux qui, par leur origine sociologique et leurs convictions, fréquentent le plus d'hommes d'affaires. Ils sont aussi les plus décomplexés pour afficher cette proximité...

Aucune polémique n'a jamais découragé ces parlementaires de poursuivre leurs activités. Pour tenter de corriger cet état de choses l'Obs publie les cinq propositions de René Dosière, l'élu de l'Aisne qui a enquêté depuis des années sur les "dérives de l'argent public". Il veut en finir avec "la carrière politique, se prononce pour le mandat unique et pour leur  limitation dans le temps, ainsi que pour le contrôle des finances des partis et il propose de supprimer le cumul des indemnités (-ndlr; leur montant est déjà  limité ). Marianne a repris les propositions de " Transparency International", onze "engagements pour la probité", qui recoupent celles de René Dosière, auxquelles l'ONG ajoute la vérification fiscale de chaque personnalité faisant l'objet d'une nomination en conseil des Ministres, l'instauration d'un droit de pétition national".

Le Drian, Ayrault, Delanoë, bientôt chez Macron ?

Le Point évoque le cas de Jean Yves Le Drian qui "discute des conditions d'un soutien à Emmanuel Macron. Pour le ministre de la Défense, soutenir la candidature de Benoît Hamon est exclu, eu égard à son programme militaire. Macron qui se sait faible sur les sujets régaliens, a besoin du crédit du Breton", qui se verrait proposer de rempiler à son poste. L'Obs raconte que " depuis la désignation de Benoît Hamon comme candidat socialiste à l'élection présidentielle, les équipes de l'ancien ministre de l'Economie ont tenté d'empêcher l'arrivée massive d'élus socialistes. Elles ont mis les barbelés, selon leur formule, pour bloquer l'invasion des "refuzniks roses", à l'exception d'une poignée de députés. Mais que faire de l'apport potentiel de quelques lourds du gouvernement au rebelle de la hollandie? Dans la dernière ligne droite, quand le moment de gouverner devient tangible, leur présence ne serait pas du luxe pour " lester le bambin", selon la formule d'un dirigeant socialiste". Alors, Jean Yves Le Drian,"serait un sérieux atout". "Jean-Marc Ayrault, qui ne se représente pas à la députation, "ne cache plus ses préférences. Son cabinet alimente régulièrement l'équipe d'En Marche ! en notes diplomatiques, en particulier celles du Centre d'Analyse, de prévision et de stratégie du Ministère". Le mag s'interroge :" un axe Ayrault-Le Drian préfigure-t-il une opération de soutien officielle et massive à Emmanuel Macron dans les prochains jours? Et puis, croit savoir, (ou espérer) l'Obs, le ralliement de Bertrand Delanoë au candidat du progressisme ne serait qu'une question de jours". En revanche, croit savoir le Point, Macron ne veut pas " d'un soutien trop voyant de Ségolène Royal  et redoute plus que tout une déclaration en sa faveur du président Hollande".

Brigitte Macron, femme d'influence

De Monsieur on va découvrir le programme avec un grand P ce jeudi . En attendant l'Express s'intéresse à Madame, Brigitte de son prénom, Bibi pour son mari. L'occasion est d'autant plus belle que parait un livre sur le couple écrit par Caroline Derrien et Candice Nedelec,

dont le titre est " les Macron"-(Ed.Fayard ). On n'y découvre pas de secret caché, mais la confirmation que pour parler des Macron, une seule  expression convient : ils forment un couple hors norme. Et à lire les extraits publiés par le mag, on comprend vite que  dans l'ascension de Monsieur, Madame joue un rôle prépondérant. Cependant les journalistes de l'Express ont voulu cerner eux-mêmes  la personnalité de l'épouse du candidat d'En Marche ! et prendre la mesure de son influence , ce que le mag qualifie de "rôle secret" . Pas si mystérieux  que cela mais bien réel! "Elle n'a pas de place dans l'Organigramme officiel, pas de bureau au siège d'En Marche ! elle n'assiste pas au comité politique, mais une fois par semaine, elle participe aux réunions d'agenda. Elle est omniprésente dans le sillage du candidat, jouant à la fois l'accompagnatrice, la répétitrice, la lectrice, la facilitatrice ou l'organisatrice. Elle est la part non négociable de son époux". Elle se montre curieuse de tout, ce qui fait dire à un membre de l'équipe d'En Marche " cette femme est une solution, pas un problème".

Brigitte Macron ne cache pas une certaine admiration pour Carla Bruni -Sarkozy qui "a bien fait le job à l'Elysée", mais serait plutôt dans le rôle de Cecilia avant l'élection de Nicolas Sarkozy, c'est à dire très présente et ne mâchant pas ses mots sur telle et telle réforme, si son mari était élu.

Et puis ...

Le Point, et Match ont envoyé leurs reporters à Mossoul. L'Express a enquête sur "la filière savoyarde (ou plutôt albanaise) de l'héroïne ...et sur l'antisémitisme dans certaines banlieue d'Ile-de-France qui provoquent des déménagements de familles juives vers… Limoges. Le Point est allé en Estonie, pays dopé par le numérique. Qui l'eut cru ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
04.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 03/03/2017 - 19:31
Synthèse intéressante
Moi qui vit à l'étranger, je remercie Anita Ausser et Atlantico pour cette synthèse non-partisane.
Anguerrand
- 03/03/2017 - 15:50
Je souhaite bonne chance aux économies des français
et de la France s'ils votent MLP, et s'ils se retrouvent avec des francs dans leur poche, avant de voter MLP ils devraient y penser et penser à leurs économies,sans compter l'explosion de notre dette libellée en €, monnaie forte et qui ne pourrait être remboursé qu'en € et avec un franc qui vaudra peut être 0,60 €. Bon courage à eux qui voyagent à l'étranger , si comme à une époque le franc n'était pas accepté . Il fallait d'abord acheter des dollars en France avec des frais de change et un second change dollars, monnaie locale avec de nouveaux frais de change y compris dans l'actuelle UE .
Cervières
- 03/03/2017 - 13:39
@ Hollande
Le responsable de la montée du FN, c'est François Hollande lui-même dont tous les actes n'amènent qu'à se faire pardonner par Papa Georges H., ancien militant OAS. Toujours fuir ses responsabilités, n'est-ce pas?