En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Pixabay
Revue de blogs

Quand le scandale des Panama Papers entre en résonance avec les peurs et les fantasmes sur la "finance mondiale" sur les réseaux sociaux

Publié le 05 avril 2016
Les Panamapapers sont une belle prise, mondiale. De quoi renverser des gouvernements et signer la fin des paradis fiscaux? Pour l'instant, sur les réseaux sociaux, l'heure est à l'attentisme.
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Panamapapers sont une belle prise, mondiale. De quoi renverser des gouvernements et signer la fin des paradis fiscaux? Pour l'instant, sur les réseaux sociaux, l'heure est à l'attentisme.

En France, lundi matin, quelqu'un jubilait sur Twitter : 'Kerviel j "Je souhaite une bien belle semaine à @SocieteGenerale ainsi qu'à ses conseils". Le 'lampiste' tient sa revanche. D''autres persiflaient en image sur BFMTV et Patrick Drahi. Tous attendent les 1000 noms de ressortissants français impliqués. 

 

Comme un secret de famille pressenti mais trop gros pour être compris en 24h, les réseaux sociaux oscillent encore entre une curiosité gourmande, le désabusement, puis l'interrogation, puis la colère, puis les doutes. Ce dernier coup de boutoir à l'apparente probité de la chose publique ou des affaires ne provoque pas d'indignations tapageuses, car tous les bords et nationalités sont concernés. Moz-Darioritum appréhende juste la semaine qui s'ouvre :"Sentiment d'écoeurement, de nausée, de trop-plein, de lassitude à venir dans cette semaine feuilletonesque".

Une machine 'Panama Papers" trop bien huilée ?

Le séisme a commencé par ce bref message de la source, sous pseudo, à un journal allemand ; 'Bonjour. Je suis John Doe. Vous êtes intéressés par des données?'. 'Enormément", ont répondu les journalistes Frédérik Obermaier et Bastian ObermayerL'avènement mondial de l'investigation sur Fichiers Excel et des lanceurs d'alerte décontenance souvent, et la perfection technique et médiatique du 'coup' en met certains, comme Eric Dupin, mal à l'aise.

'Cette histoire de Panama Papers, un joli buzz bien romantique comme les réseaux sociaux en raffolent, bien packagé et bien marketé avec de jolies infographies, un joli logo et un nom qui claque, qui va faire vendre beaucoup de papier et de clics au Monde pendant quelques jours. Pour apprendre quoi ?(...) Oh My God, quelle affaire ! Dans deux semaines, quand tout le monde médiatique se sera bien excité sur le sujet, après deux trois noms livrés en pâture au bon peuple, on n'en parlera déjà plus.Fabrice Drevon n'est pas d'accord :'C'est wiki leaks puissance 10, voilà la raison du barnum.' Guy Decarpentrie lui répond que: 'le souci c'est que ce sérail semble hermétique à notre prise de conscience et que nous ne sommes plus (ou n'avons plus envie) capable de faire la révolution.

Ailleurs sur Facebook Frédéric Nerrière est sceptique, même sur l'application des lois : "Si on applique la loi, c'est à dire: 7 ans d'emprisonnement et 2 millions d'€ d'amende, on rigolera, mais comme ça va finir comme d'habitude avec une petite tape sur les doigts...". Philippe Pascot est indigné par les contradictions insupportables des politiques français: "Panama aujourd'hui, mais hier (décembre 2015) 25 députés dont Urvoas rejette un amendement qui voulait lutter contre la fraude fiscale". Abdullah Abaakil prédit que "Panamapapers aura des conséquences au Maroc. Exemple : il pourrait être difficile de trouver Le Monde en kiosque dans les jours qui viennent". Pour la blogosphère francophone, le site Inkyfada propose les révélations sur la Tunisie. En Algérie, Algérie-Focus mène une veille sur les liens pétrole algérien-Panama. Une twitto, dépassée par les événements, lâche prise:  'Bientôt, on va découvrir que Hanouni a caché son humour dans un paradis fiscal". Mais on ne peut s'empêcher d'y revenir, titillés par une impression qu'un point de non-retour est atteint et le lien pour accéder directement aux "papers' s'échange de compte en compte 

L'Islande aujourd'hui, et demain?

La 'révolution' qui devrait en découler aurait-elle commencé, au nord ? A 24h du big bang, l'attention s'est tournée vers l'Islande, et son premier ministre impliqué, où entre 10 et 25 000 Islandais, déjà rescucités de la crise de 2008, sont  dans la rue pour exiger sa démission. Custin d'Astrée en reste songeur : 'ça peut paraitre peu, mais c'est comme si près de 5 millions de Français manifestaient'. A ce rythme, Alexangus s'interroge sur le programme du prochain week-end : "Faudra commencer à sortir les fourches et les torches bientôt! A la Iceland!". Du coup, les regards se tournent vers la place de la République à Paris où le mouvement NuitDebout né de l'opposition à la Loi Travail semble faire tache d'huile.

il y a 12 heures

Alexandra D. Adam a retweeté Savoie Jac))

La revanche des anti-corruption

Les blogs des personnalités depuis longtemps engagés  contre la corruption et les paradis fiscaux, comme les communautés OXFAM, Eva Joly, Anticor,  blog et mouvement anti-corruption fondé en 2002 par le juge Halphen, ne pavoisent pas mais rappellent la question qui attend une réponse: "C’est un combat global contre des nouvelles formes d’impunité qu’il s’agit aujourd’hui de mener, pour reconquérir une richesse et un pouvoir dont nous avons été dépossédés. Au-delà des enjeux techniques, la question posée par ce nouveau scandale peut se résumer de la façon suivante : Dans quel monde voulons-nous vivre?"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

05.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 05/04/2016 - 16:03
future tempête dans un verre d'eau
c'est pas en confiant la chose uniquement à "Le Monde" pour la France qu'on va avoir du sérieux vu qu'ils vont protéger leur copains (et / ou actionnaires) et exhiber les noms de ceux qu'ils n'aiment pas. L'opération entière me semble au contraire très convenue si l'on en juge par les premiers noms sortis du chapeau : les ennemis de l'Amérique, des gens déjà tombés (donc qui n'iront pas plus bas), des malpensants.