En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 12 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 37 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 29 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 18 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

"Etat d’urgence", ou comment François Hollande a réussi une magistrale manœuvre rhétorico-politique qui laisse l’opposition (presque) sans voix

Publié le 23 novembre 2015
Faute d’être mémorable, le discours du président de la République au Congrès lundi 16 novembre dernier a été d'une redoutable efficacité politique. François Hollande a effet su capitaliser sur ses atouts initiaux.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faute d’être mémorable, le discours du président de la République au Congrès lundi 16 novembre dernier a été d'une redoutable efficacité politique. François Hollande a effet su capitaliser sur ses atouts initiaux.

Sans doute l’adresse de François Hollande au Congrès lundi dernier ne restera-t-elle pas dans les annales des grands discours de guerre, puisque "guerre" il y a. Elle a laissé sur leur faim tous ceux qui se rappellent Churchill ou de Gaulle en 1940. Images rares, argumentation (volontairement ?) confuse, élocution claire mais sans souffle. Quant au traitement - exclusivement juridico-militaire - du sujet, on aurait attendu plus de hauteur de vue et de pensée. Et quelques mots sur le problème majeur de la radicalisation…

Mais faute d’être mémorable, ce discours a répondu aux attentes immédiates des Français avec son dispositif sécuritaire. Et il a été politiquement d’une redoutable efficacité. D’abord parce que son contexte était porteur : solennité du cadre, fonction suprême de l’orateur qui peut compter sur le réflexe légitimiste de l’opinion dans un contexte de tragédie nationale. Laquelle, requérant naturellement "l’union" du même nom, rend délicate ipso facto toute velléité d’opposition.

Ce qui ne diminue en rien l’habileté tactique du Président, qui a admirablement su capitaliser sur ces atouts initiaux : recours au procédé désormais bien connu de la "triangulation" par la reprise de la thématique du camp adverse et proposition surprise d’une révision de la Constitution. Dans le premier cas, toute réaction négative de la droite sera interprétée comme de l’inconséquence : dans le deuxième, l’obligation d’un vote aux 3/5ème du Parlement la met "dans une seringue" : dire non, c’est se voir taxer de "trahir l’union nationale" ; dire oui,c’est apporter un soutien objectif au président et sa majorité.

Et ce qui devait se produire se produisit : cacophonie dès lundi entre les présidents des groupes LR et l’Assemblée et du Sénat ; chahut désastreux à l’Assemblée mardi ; chamailleries entre ténors ; voire regret gêné (ou intéressé?) d’Alain Juppé que l’on ait baissé les effectifs de la police et dela gendarmerie sous le quinquennat Sarkozy.

Et voilà le tour de force réussi ! C’est l’opposition qui est sur la défensive, accusée de l’impréparation du pays, soupçonnée de "calculs politiciens" et sommée de se justifier sur toutes les ondes !

Sa première et seule ligne de défense : "Que de temps perdu !" a été enfoncée en un clin d’oeil par un "mieux vaut tard que jamais !" repris en choeur par les médias. Seuls, dans la déconfiture d’une droite déconcertée, François Fillon et Bruno Le Maire ont su trouver des mots justes, des arguments pertinents… et des questions gênantes.

Impréparation il est vrai commune à une classe politique qui a remplacé la rhétorique, c’est-à-dire l’art de l’argumentation et de la formulation par la "com'", c’est-à-dire la posture et le parler pour ne rien dire. Or cette impréparation est désastreuse dans le contexte d’infériorité abyssale de l’opposition dans lesmédias audiovisuels, où la dissymétrie de traitement a été une fois de plus éclatante.

Curieusement, d’ailleurs comme après Charlie, aucun rappel n’a été fait des déclarations du PS et de François Hollande lui-même lors de l’affaire Merah. On n’aura pas la cruauté de les rappeler ici mais ce précédent devrait au moins inciter les nouveaux gardiens du temple de "l’unité nationale" à plus de mesure et de décence avant de morigéner les esprits sceptiques. Et que l’on n’allègue pas le contexte électoral de 2012 : les régionales ne sont-elles pas dans 15 jours ? François Hollande, lui, ne l’a pas oublié.

De même seuls les réseaux sociaux se sont mobilisés (victorieusement d’ailleurs) contre le tweet de Gaspard Gentzer, chef de la communication de l’Elysée sur les "73% de Français trouvant François Hollande à la hauteur" : pas "d’exploitation politique", avez-vous dit ?

De même encore, personne, sauf erreur, n’a daigné comparer les mesures prises depuis le 13 novembre avec les déclarations antérieures des principaux responsables de lamajorité, Premier ministre en tête, surces mêmes mesures. De la déchéance de la nationalité à l’assignement à résidence en passant par la lutte contre la propagande djihadiste, tout ce qui était, il y a 10 jours encore, réputé "impossible juridiquement", "irréaliste", "contraire à l’Etat de droit »est désormaisdevenu évidence première".

Tout se passe comme si un immense tour de passe-passe s’était opéré sous couvert d’un véritable "état d’urgence rhétorique" pour effacer le passé récent et esquiver les questions de fond. Comme celle-ci : la lutte contre le djihadisme nécessite-t-elle vraiment des innovations législatives et a fortiori une révision constitutionnelle ? Ou avant tout des ajustements réglementaires, dépendant donc du seul gouvernement, et l’application stricte des lois existantes, dépendant donc de la seule justice ? Car c’est là que le bât blesse : sur tous les sujets, des textes existent depuis des lustres mais sont très peu appliqués.

Même tour de passe-passe réalisé avec brio par le Président lui-même dans l’une des rares bonnes formules de son discours : "le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité". L’affaire est passée comme une lettre à la poste, malgré le sophisme complet qui la sous-tend : l’urgence sécuritaire auraitpu tout autant justifier la nécessité de faire des "sacrifices" ailleurs : langage churchillien qui certes ne peut être attendu de François Hollande ; mais pourquoi ne pas tout simplement exclure du calcul de notre déficit budgétaire les dépenses supplémentaires que la situation impose à la France, y compris le coût de ses interventions extérieures ?

Les règles de "l’unité nationale" doivent donc être clarifiées : elle ne saurait nullement consister en un béni-oui-oui et un effacement total de la mémoire, de l’équité et de nos engagements : François Hollande fait aussi de la politique : l’opposition a le droit d’en faire aussi.

Et les commentateurs devraient s’aviser que "l’état d’urgence" n’impose en rien l’urgence de ne plus penser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/11/2015 - 06:49
Ne vous leurrer pas !
Nous les gens ordinaires savons bien que rien n'a été fait depuis des années, alors que la sonnette d'alarme était tirer la montée du FN vient entièrement de la .
L'IMPOSTEUR qui nous sert de président a heureusement reagit comme il se devait,mais pour cela il a fallut 130 morts. Le dispositif mis en place aurait du être mis il y a déjà des mois, un beau defile de bobos avec des pancartes " je suis Charlie " n'a jamais fait peur a des assassins .Maintenant on demande a voir les actes ,et surtout que la justice enferme et tienne les delinquants a l' ecart de la societe.
Mais nous n'oublierons pas tout ces politicards incapables d'avoir des couilles qui s'acrochent a leur poste comme une tique a un chien,ils sont responsables de tout ces morts et devront rendre des comptes, et ce n'est pas parce que Hollande se remue enfin qu'il va être excuser d'avoir nier la réalité et d'être enfermer dans son dogme,les élections approche et la voix du peuple va être sans appel !
Yves3531
- 23/11/2015 - 18:41
UN NUL qui revient sur ses erreurs et son inaction criminelle...
DEMEURE UN NUL !!!
tubixray
- 23/11/2015 - 17:55
Des paroles et des actes
Les paroles nous les avons eues ... mais point d'acte me semble t-il..... la gauche sociétale prête à toute les compromissions avec la diversité est à l’œuvre. ...En ce qui concerne LR, Il semble que N. Sarkozy ait perdu la main depuis l'affaire Morano.